FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Se connecter pour vérifier ses messages privés   S’enregistrer   Profil   Connexion 

Ja'far Kiya ~ Le Tombeur de ses Dames

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Administration -> Présentations -> Présentations validées -> Piques
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ja'far Kiya


MessagePosté le: Jeu 19 Avr 2012 - 22:22    Sujet du message: Ja'far Kiya ~ Le Tombeur de ses Dames Répondre en citant

    
   



NOM : Kiya
PRÉNOM : Ja'far
AGE : 22 ans
SEXE : Masculin
ESPÈCE : Youkai
CLASSE : Pique
CATÉGORIE : Magie

DESCRIPTION CARACTÉRIELLE :
Tout son caractère tourne autour de la séduction, après tout en tant qu’esclave, le meilleur moyen d’être acheté par une famille noble est de savoir se vendre. C’est ainsi qu’il a apprit l’art de charmer les autres personnes avec son corps lorsqu’il ne savait même pas parler correctement. Bien sûr, quand on est un esclave, il y a plusieurs moments dans la journée. Le début des ventes où il n’y a pas grands mondes et où se mettre en valeur n’est pas intéressant. Le midi où tout le monde se bouscule dans la cage pour pouvoir être vu par tous les potentiels acheteurs qui se regardent et discutent en riant dans une langue que la plupart des esclaves ne comprennent même pas et finalement, le soir où tout le monde cherche un endroit pour pouvoir dormir entouré de la chaleur humaine. Pour un enfant ayant été abandonné par ses parents, il n’y a pas de meilleurs endroits que les bras d’une femme pour pouvoir s’endormir au chaud et en sécurité. Et puis, un petit garçon ayant des traits aussi efféminés ne peut que charmer des esclaves étant en âge d’épouser un homme et d’avoir leurs propres enfants. C'est ainsi qu'il peut charmer les femmes comme les hommes, même si quand il drague les hommes, c'est plus pour s'amuser d'eux que pour les mettre dans son lit.. Quoique ♥

Après avoir été acheté par une famille noble et être désigné comme esclave pour leurs jeunes filles de deux ans, on a l’obligation d’avoir une éducation décente pour pouvoir prétendre à devenir partenaire de jeux d’une telle enfant, c’est ainsi qu’il acquit un savoir qui lui permettrait de toujours les choses que les personnes en face de lui, veulent entendre. Ce qui fait de lui, certes un hypocrite, mais après tout, c’est ce que vous voulez entendre non ?

Dans son éducation d’esclave de partenaire de Jeu d’une fille de la noblesse, il avait été obligé d’apprendre des choses sur l’art. Peinture, Musique, Théâtre et autres divertissements des riches personnes. Seulement, cet apprentissage lui avait énormément plu, il avait vraiment apprécié découvrir que chaque œuvre d’art pouvait avoir une interprétation propre à chaque personne qui la regardait. Il pouvait enfin avoir un avis propre sur quelque chose que tout le monde pouvait connaître. C’était une chose qui lui permettait d’entretenir sa sensibilité ainsi que de se rapprocher des gens qu’il avait toujours cru au dessus de lui.

Il y a autre chose qu’il a appris à apprécier à sa juste valeur. L’alcool, où plutôt certains alcools. Des alcools faits pour la dégustation et non pour noyer ses soucis ou sa déprime. Non, de vrais alcools pour partager des moments seul ou à plusieurs à apprécier toutes les facettes qu’offrent la vie. Parmi ces alcools, il y a le vin qui se place en première position. Qu’il soit Français, Italien, Mexicain, Orientales, voir Asiatique, Jaf les apprécient tous autant qu’ils sont. Pour lui, le vin est quelque chose d’éternel et qui ne peut se perdre, il représente ce que des ouvriers peuvent créer pour pouvoir extasier le palais des plus grands.

Une chose qu’il respecte plus que l’alcool et les belles choses. Ce sont les belles femmes ! Durant sa vie d’esclave, il a pu en côtoyer de nombreuses et de diverses nationalités, mais elles avaient chacune à peu près la même chose. Elles lui procuraient un sentiment de réconfort et de chaleur qu’il n’avait jamais connu jusqu’alors. Ce sentiment qu’il avait tenté de retrouver dans les bras de jeunes filles de son âge lors de son arrivée à Murasaki. Malheureusement, il n’avait pas retrouvé ce qu’il cherchait, alors son choix se porte sur des jeunes adolescentes plus grandes que lui. C’est là qu’il comprit que seules les femmes mûres pouvaient lui donner ce qu’il recherchait réellement. Cependant, maintenant qu’il est arrivé à sa 22ème année, il ne pouvait que se tourner vers des adolescentes plus jeunes que lui… Ou alors, peut être s’intéresser aux professeurs de ses adolescentes, qui sait ?

Cependant, il possède une aversion pour les hommes prônant la force brute qui lui vient de sa vie d’esclave. Étant un enfant sur un marché d’esclave, il était souvent dorloter et chouchouter par les femmes esclaves, seulement la plupart des hommes étant enfermés dans la même cage avait pour la plupart des pulsions primaires ayant besoin de s’assouvir, il arrivait parfois que l’un d’entre eux choisissent justement celle qui dorlotait le jeune Ja’far, ce qui lui valait le droit de se faire frapper sans aucune raison apparente, mis à part celle d’être dans les bras de la femme que la brute désirait.

Avec une telle mise en bouche, vous devez vous demandez quel est le tempérament de Ja’far, n’est ce pas ? Et bien sachez qu’il n’est pas quelqu’un d’exubérant, après tout, s’il se faisait trop remarquer lorsqu’il était en présence d’invités, il avait le droit à une correction des plus violentes lorsque les invités étaient partis. D’ailleurs, il n’aime pas vraiment les personnes exubérantes qui veulent se mettre en avant à tout prix. Cela lui donne l’impression d’être de retour dans une cage d’esclaves. C’est pour cela, qu’il préfère réfléchir à la situation et adapter son comportement en conséquence. Quitte à passer d’un comportement charmeur à celui d’une personne voulant en découdre, en quelques minutes, cela ne lui pose pas vraiment de problèmes, puisqu’il a toujours vécu dans l’académie de Murasaki. Jongler entre le charme pour se faire accepter des jeunes filles et les combats contre les prétendants de ces dernières étaient quelques choses de communs auquel il a appris à faire face au fils des années.

Une académie militaire forge forcément des caractères différents entre le moment où on combat et celui où on est en permission. C’est en tout cas le cas, pour notre ex-esclave qui possède un tempérament différent lorsqu’il combat. Quand il entend combat, ce sont des combats où il a sa vie en jeu, si c’est un combat dans la salle de duel, il ne sera aucunement sérieux. Il ne voit pas l’intérêt qu’il a à se fatiguer dans des combats d’entraînements à utiliser des techniques et des méthodes qu’il n’arrivera jamais à reproduire dans un combat réel. Ce qui fait qu’au lieu de miser tout sur ses capacités, il préfère d’avantage faire confiance à ses douze années de formation qu’il a passé à Murasaki pour parfaire son contrôle magique ainsi que ses capacités d’analyse de combats et stratégie. Il a toujours été placé dans la classe des Piques à cause de la nature dangereuse de ses pouvoirs, mais à force de traîner avec des types manipulateur et calculateur, on finit forcément par le devenir soi-même.

Pour ce qui est de sa capacité à créer une stratégie, elle n’est pas mauvaise, mais s’il y a un risque que sa vie soit mise en danger par une mission ou un combat, il évitera la mission ou le combat en question. Il n’aime pas jouer avec la chance et placer sa survie après la réussite de la mission. Après tout, s’il meurt en mission, cette dernière ne sera pas réussie, et l’académie devra trouver quelqu’un d’autres pour pouvoir remplir la mission inachevée…

Enfin cela est seulement quand il n’est pas transformé en Youkai. Quand c’est le cas, il perd tout son côté stratégique. Après tout, il a passé toute son enfance sans contrôleur de puissance, à pouvoir user de sa puissance destructive sur toutes choses qui l’entourait. Malheureusement, une fois arrivé à Murasaki, il a été obligé de porter pendant toute sa scolarité, un contrôleur pour pouvoir rassurer les parents des élèves humains qu’il côtoyait dans la cour de récré. Rien que pour le plaisir d’une majorité, la minorité n’avait d’autre choix que de se taire. En face des autres, ils ne montrent pas qu’il est contre cette utilisation du contrôleur. Cependant, quand il est seul ou que sa vie est en danger, il n’hésite pas à devenir extrêmement vicieux, quitte à utiliser ses coéquipiers de missions pour pouvoir réussir à s’en sortir vivant. Toute la frustration de ne pouvoir se promener librement dans les cours de l’école, on créer en lui, un sentiment de rage qu’il expulse sous forme d’impulsivité.

La dernière facette, mais pas la moindre est celle qui est visible lorsqu’il a trop utilisé de son sang pour combattre ou pour se protéger d’une attaque. Il devient facilement irritable dût à son manque de sang et à son sentiment de faiblesse. Dans ses moments là, s’il n’a pas de poches de sang de secours sur lui, il n’a aucune hésitation à mordre un humain, Hukai ou Youkai pour lui aspirer son sang. Cependant, si vous tentez de lui faire boire autre chose que du sang, il deviendra extrêmement agressif, voir même violent.    



DESCRIPTION PHYSIQUE :
Tout homme d’Egypte ressemble à un autre. Des vêtements traditionnels qui permettent de se promener en plein soleil tout en évitant d’attraper une insolation. Des bijoux ornementaux, des babouches au pied. Seulement, Ja’far n’est pas vraiment comme tous les Égyptiens. Puisqu’il a plus l’apparence d’une frêle jeune femme que celui d’un homme. Mais cela n’est qu’une illusion, puisqu’il y a bien tous les attributs d’un homme sous son pagne. Pagne qui se trouve être recouvert d’une longue toge orientale de couleur beige avec les jointures intérieurs de couleur verte. Ces jointures qui sont ornées de losanges d’un vert plus sombre que le précédent. Pour éviter que son corps dénudé soit révélé à tous, même si cela ne le dérangerait pas plus que cela, il ferme sa toge avec une ceinture de couleur verte.

En parlant de son corps dénudé, toutes les femmes qui ont eu le loisir de partager le lit de sa chambre, on pût voir les innombrables cicatrices recouvrant ses avants bras, ainsi que ses cuisses. La raison de ces cicatrices ? Le fil qu’il utilise pour combattre. La fréquence des frottements a laissé au fil du temps des traces qui indélébiles. Mais cela ne l’empêche pas d’être séduisant malgré cela, après tout, quelques cicatrices sur un homme, valent plus qu’une toison d’ours des cavernes que certains hommes se coltinent. Car en parlant de poil, on pourrait dire de Jaf qu’il est imberbe, puisqu’il n’y a quasiment pas de poils qui poussent sur son corps.

En parlant de poil, abordons le sujet de sa chevelure peu commune, puisque cette dernière est d’une couleur grise. Même si pour certains, il peut paraître blanche, ce n’est qu’une impression donné par le soleil. Et puis, sa chevelure n’est pas souvent visible, puisque la plupart du temps, il porte un couvre chef de couleur verte, portant les armoiries de sa famille. Enfin, quand je dis la plupart du temps, je sous entend quand il est en mission officielle ou bien quand il se déplace la journée. Pour ce qui est du soir, il préfère de loin, laissé sa chevelure volé au gré du vent avec son contrôleur de puissance qui se trouve être un collier de tête, avec une pierre ornementale de couleur rouge, comparable à du sang.

En parlant de choses comparables à d’autres, la couleur des iris du jeune homme est quant à elle, comparable à de l’or en plaque. Cela était une particularité qui le différencie encore de tous les autres égyptiens. Seulement, une chose qui le rapproche d’eux, est la chemise à manche courte en laine qui se trouve en dessus de sa toge et ne permettant pas de pouvoir apercevoir les quelques cicatrices arborant son torse.

Mais me direz-vous, est ce qu’il porte des fois, l’uniforme scolaire de Murasaki ? Bien sûr que oui, mais seulement pour les occasions officielles. Après tout, il fait partit de l’académie depuis sa plus tendre enfance, alors, il a appris à apprécier la facette de cette uniforme.

Comme vous avez pu le remarqué, si vous avez déjà rencontré un Youkai et l’avez vu transformé, disons qu’il y a quelques changements qui ne sont pas vraiment rassurant. Pour ce qui est de Jaf, la transformation lui opère des changements au niveau de la forme de ses iris qui deviennent semblable à ceux d’un serpent. Ses canines s’allongent, ainsi que les ongles de ses doigts qui deviennent de véritables armes de corps à corps aussi solides et tranchantes qu’un katana. Pour ce qui est de son expression, elle devient beaucoup plus virile et aussi plus agressive. Après tout, il retrouve sa puissance scellée, ce qui est toujours grisant pour n’importe quel Youkai.   


HISTOIRE :

I – Prologue..

Le tonnerre gronde au dessus d’une magnifique bâtisse éclairé par à coups, à cause des éclairs zébrant le ciel noir. On peut voir les armoiries d’une famille au dessus de la porte principale, Deux serpents entremêlés. Trois ombres s’enfuyant dans la nuit dépourvue de lune, comme si cette dernière avait décidé de couvrir la fuite des trois voleurs. Des bruits de courses provenant de l’intérieur de la bâtisse. Les pleurs d’une femme, les cris d’un homme. Encore plus de bruits de pas et de courses dans la demeure bourgeoises. Plusieurs ombres sortent à cheval en suivant la piste peu visible laissé par leurs prédécesseurs.

Une baraque en bois près du port. De la lumière s’échappe par la fenêtre, les trois ombres toquent à cette dernière. Le bruit de cette action réveille un bébé qui était endormis dans ses langes. Des bruits de chevaux aux galops ainsi que la lueur de torche se rapprochant, ne rassure pas les trois ombres qui toquent une nouvelle fois à la porte avec plus de véhémence. La porte s’ouvre enfin sur un homme d’une quarantaine d’années. Il regarde les trois ombres cachées dans leurs capuchons noirs et leurs tends une bourse. Il récupère l’enfant et se dirige, après avoir éteint la lumière de sa demeure, vers les barques de pêches. Il monte à bord et commence à ramer en silence pour éviter d’alerter les gardes qui viennent de débarquer sur les quais. Ils sont tellement bruyants et paniqués qu’ils n’entendent pas les cris du nourrisson s’éloignant dans une barque, camouflé par le brouillard épais.

Après de nombreux coups de rames, la barque arrive aux abords d’une caravelle de marchand qui a décidé de jeter l’ancre aux larges. Mais pas n’importe quel marchand. Un bon vieux marchand d’esclave. Après un arrangement entre les deux hommes, l’échange eu lieu et l’enfant disparue avec la caravelle du marchand d’esclave.    


(Ceci est une légende du petit port de Marsa Alam en Égypte, racontant l’enlèvement du fils de la famille bourgeoise contrôlant tout les commerces de la ville, mais pensez-vous que ce ne soit qu’une légende ?)



« Regardez ce jeune enfant, il est à peine âgé de 4 ans, mais il sera une valeur sûr au niveau de ses compétences physiques, après tout, c’est un Youkai ! » Plusieurs murmures et chuchotements, des doigts le désignant. Le petit homme était enchaîné aux mains, aux pieds ainsi qu’au cou. À croire qu’il y avait un moyen que cet enfant de quatre ans ait une volonté de s’enfuir et était un danger pour les clients. Certains intéressés se rapprochaient du marchand et tentaient d’avoir des ristournes. Nous sommes au marché portuaire de Marsa Alam en Égypte.

Pour lui, être enchaîné de cette façon et observer par tant de monde était quelque chose, il avait réussi à s’habituer, après tout, il n’était qu’un orphelin élevé par plusieurs esclaves qui partaient plus vite que lui, ne partaient. Et bien sûr, une femme avec un enfant avait beaucoup moins de chances d’attirer des acheteurs, ce qui avait pour résultat qu’il était vendu à part. Seulement, aucun acheteur ne veut prendre soin d’un enfant de 4 ans, sans aucune éducation et qui coûterait plus chère à former qu’il ne rapporterait. En clair, la vie du jeune homme était de rester un esclave jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de l’adolescence.

La plupart des enfants esclaves sont enfermés la nuit dans les mêmes cages que celles des femmes, sûrement parce qu’une femme aura plus de facilité à prendre soin d’un enfant qui n’est pas le sien qu’un homme de s’occuper d’un enfant tout court. C’est donc aux milieux de femmes de différents horizons, d’âges, de couleurs de peaux, de chevelures, différents qu'il vécu deux ans. La plupart de ses femmes étaient somptueuses, puisque les vieilles femmes sont quasiment invendables, pour des raisons qui vous paraissent évidentes. Quand, une femme s’en allait, elle était remplacée par une autre et ainsi de suite, il avait plus dormit contre la poitrine d’une femme différente que la plupart des hommes les plus volages.

Seulement, un jour, quelque chose qui allait changer la vie du gosse à la chevelure blanche apparut sur le marché. C’était la famille qui contrôlait le coin depuis des décennies, celle qui avait perdu leur fils d’un meutre suite à un kidnapping d’après les informations officielles. Mais des rumeurs à propos de la survie de l'enfant circulaient dans les rues. Depuis cette fameuse nuit, la famille avait eu du mal à se remettre de la perte de cet enfant, mais maintenant, ils vivaient heureux après la naissance de la nouvelle héritière. Leur petite fille, Lina, qui venait d’avoir à peine deux ans. La raison de leurs présences sur ce marché était simple, il était ici, seulement pour trouver un compagnon de jeu à leur unique enfant. Lina, était le nom de cette petite, à peine âgé de deux ans.

C’est donc en passant devant la cage où se trouvait Ja’f que les parents furent étonnés, ils avaient l’impression de voir le visage de leur fils perdu, mais ils savaient que cela ne pouvait être possible, après tout les soldats avaient ramenés un corps dévisagé d’un enfant qui aurait pût être le leurs et personne n’avait cherché à prouver que cet enfant n’était pas celui de la famille bourgeoise. Seulement, cet enfant à la chevelure blanche était exactement ce qu’il recherchait pour pouvoir égayer les journées de Lina. Ils approchèrent donc du marchand qui se courba, posant genoux au sol, comme la plupart des autres personnes sur la place marchande. Seule, la voix du père de famille vînt briser le silence qui s’était instauré après l’arrivé de ces gens. « Combien pour cette enfant ? » Dit-il en désignant le jeune garçon. Les yeux du marchand s’illuminèrent, il savait qu’avec des gens comme eux, ils pouvaient marchander, mais ne devait pas trop abuser, après tout, il n’était pas le seul homme proposant un enfant de 4 ans sur le marché. « Oh, pour vous votre seigneurie, cela ne sera qu’une broutille, mais cette enfant m’a été donné par ma défunte sœur et n’ayant pas les moyens de l’élever, je préfère le confier à une famille qui pourra plus en prendre soin que moi. Vous comprenez ? » Cela était un mensonge, bien sûr. Mais que vous voulez-vous, les marchands d’esclaves ne sont pas des gens vraiment sincères. Sa seigneurie s’approcha un peu plus près du gamin qui ne broncha pas quand l’homme l’examina, après tout, il avait déjà été examiné de nombreuses fois, et il avait compris qu’il valait mieux éviter de broncher dans ces moments là. Pour le moment, il n’était qu’une simple marchandise. « 500 Pièces d’or pour cet enfant.. » Une voix posée et calme, le seigneur savait de quoi, il était question, même s’il se faisait avoir, il n’en avait que faire, une partie de l’argent qu’il investissait allait de toutes façons lui revenir quand ce marchand repartiraient de cette ville. « Cet enfant est un Youkai, voyez-vous, votre Seigneurie, je pense que 1000 Pièces d’or pour un enfant en si bonne santé, ne serait pas du vol.. » Il tentait de jouer maintenant sur la race de l’enfant, car oui, un enfant Youkai, coûtait plus chère qu’un humain adolescent, après tout, les Youkai possédait une force beaucoup plus puissante que celle des humains. « Très bien, nous le prenons.. » Un subalterne du Seigneur se présenta pour conclure la transaction et ainsi prendre l’enfant avec lui.

Une fois, la transaction effectuée et Ja’f auprès de sa Seigneurie toujours avec son collier de chaînes pour éviter qu’il tente de s’échapper, l’homme qui était son nouveau maître, lui posa une question simple.
« Quel est ton nom ?
-Ja’far, mon Seigneur.
-Très bien, maintenant, tu porteras le nom de Ja’far Kiya, tu seras le compagnon de jeu de ma précieuse fille, donc évite de faire des bêtises. J’espère que tu comprends ce que je veux te dire.
-Bien sûr mon Seigneur. »

Le dialogue avait été court et très rapide, après tout, un Seigneur ne perd pas de temps à s’attacher à un esclave qu’il vient juste d’acquérir. La nouvelle acquisition fût placée à la fin du cortège avec les autres acquisitions. Il y avait d’ailleurs, un petit louveteau qui était en train de tenir un bout de bois dans la bouche, relevant son buste pour paraître fier. Il jeta un regard agressif à Jaf qui vînt se placer à côté de lui et qui le regardait avec indifférence. C’était la première rencontre entre le père de Néphé, Bammal et Ja’far.   




C’est par une nuit noire et calme que le drame, qui allait foncièrement changer la vie du jeune garçon à la chevelure grise, arriva. Ce drame fût amorcé quand les pleurs et les cris d’une jeune fille résonnèrent dans les couloirs de l’aile Ouest de la bâtisse bourgeoise des Kiya. Ja’far qui était le compagnon de jeu de mademoiselle était le plus proche des appartements de cette dernière, puisqu’elle l’avait demandé. Quand il perçut les cris et les appelle au secours larmoyant de la jeune fille qu’on lui avait permis de servir, il ne réfléchit pas. Il se précipita dans le couloir et vu trois ombres lui passer sous le nez.

« Qu’est ce que vous faîtes à Lina ?! » Le ton qu’il avait employé se voulait fort et sûr de lui, mais il ne voyait pas qui était ses adversaires et malgré le faîte qu’il soit un Youkai, il n’avait pas d’armes sur lui, il devait essayer de gagner du temps. Les trois ombres se stoppèrent quelques minutes, lorsque l’une d’elle se détacha du groupe et fit signe aux autres de continuer sans lui. Le gamin était frêle, il ne comprenait pas la raison pour laquelle, un adulte était resté pour lui barrer le chemin, il aurait préféré qu’ils s’enfuient et qu’il est une chance de leur reprendre sa maîtresse.

Soudain, sortit de nulle part, une mâchoire puissante se referma sur le mollet de l’homme qui faisait face au youkai. C’était Bammal, le louveteau qui avait été acheté en même temps que Ja’far et qui avait pris plus l’apparence d’un jeune loup que celle d’un louveteau à présent. C’est donc la mâchoire bien enfoncer dans le mollet et sous les cris de douleurs de sa cible que Bammal venait de permettre à celui qu’il considérait comme un égal de pouvoir poursuivre sa route et d’aider ainsi leur maîtresse. Ainsi, il profita de l’intervention du loup pour pouvoir poursuivre les deux ombres qui continuaient leur avancées dans les ailes du manoir sans rencontrer le moindre problème ou le moindre garde, à croire qu’ils connaissaient déjà chaque recoin du bâtiment. Seulement, ils arrivèrent dans un cul de sac qui n’avait pour seule issue qu’une fenêtre donnant sur la mer rouge, mais avant cela, il y avait une chute libre d’une vingtaine de mètres, et la possibilité de se fracasser contre les récifs. En somme, la plus mauvaise des options. Les deux ombres commençaient à s’agiter plus qu’ils ne l’avaient fait auparavant, il ne semblait pas être embêter par le fait qu’ils soient bloqués, mais plus par la présence du jeune garçon.

Alors que ce dernier était encore en train de courir pour réduire la distance entre lui et ceux qu’il poursuit, il sentit soudain la froideur du marbre qui ornait le sol du couloir, puis la douleur apparût à l’endroit où il venait de ressentir cette impression de froid. Ce qui venait de se passer s’était réalisé en quelques secondes. Agacé par la présence du bambin, l’une des deux ombres avait retiré ce qui semblait être un contrôleur de puissance, et avait utilisé sa vitesse et sa puissance pour encastrer le visage de leur poursuivant dans le sol du couloir. La puissance qu’il avait ressentit n’était pas celle d’un humain normale, ni celle d’un Youkai adulte. Il ne pouvait se tromper, après tout, les hommes dans les cellules d’esclaves n’aiment pas beaucoup les marmots, puisqu’ils monopolisent les femmes pendant la nuit. Et disons qu’un homme enfermé depuis longtemps a des besoins qui l’obligent à avoir besoin des femmes pour les assouvir. C’est donc ainsi que le jeune garçon avait reçu un nombre incalculable de correction durant sa jeunesse à cause de son impuissance. Ce qui explique aussi son aversion pour les hommes prônant la force brute, et la force qu’il venait de subir était celle d’un hukai.

Seulement, malgré le faîte qu’il est reçu d’innombrables corrections de différentes personnes, il n’en était pas moins qu’un simple gamin qui encaissait une puissance qui le surpassait. C’est donc, le souffle coupé, qu’il releva la tête pour voir l’ombre qui venait de l’allonger proprement réapparaître au côté de son acolyte. Dans un geste de désespoir, il tendit la main en direction des deux ombres, tandis que Lina tendait elle aussi ses mains dans ses directions, en le suppliant de l’aider. A bout de forces, et surtout à cause de la douleur, il se sentait vacillé, du sang coulait de son front pour se répandre sur les dalles de marbre. Il se sentait faible et impuissant, comme d’habitude, jamais il n’avait pu aider une seule des femmes qui lui avait pourtant tant offert. Il était horriblement faible… Il n’avait même pas assez de force pour aider celle qui lui avait fait découvrir tant de choses sur ce monde, elle était celle qui l’avait libéré de ses chaînes d’esclaves et lui, la seule chose qu’il pouvait lui offrir, de la laisser se faire kidnapper ?! Nan ! Ça n’allait pas se passer comme cela, d’un geste vif, il arracha son collier de tête, la pierre rouge rebondit quelques secondes sur le sol de marbre. Rien ne se passa…

Les deux ombres semblaient ravies du spectacle et s’apprêtaient à partir du manoir quand soudain, l’air ambiant devînt oppressant, au point que ça en était difficile de respirer. Celui qui tenait Lina posa un genou à terre, surpris par ce changement soudain d’atmosphère. La raison de cela ? La perte du contrôleur de puissance de Ja’far, ce qui retenait sa puissance monstrueuse avait été détruit en même temps que ce dernier se faisait encastrer dans le sol. La puissance affluait dans le petit corps encore inerte, il ne s’était toujours pas relevé, mais il se sentait bien. Enfin, c’est l’impression qu’il avait, car en réalité, ce n’était pas du tout ça. Il avait déjà ressenti, une fois, cette sensation, il était en cage avec d’autres femmes et l’une d’elle avait voulu lui retirer son collier de tête, quand elle le fît, l’atmosphère s’était alourdi et commençait à devenir oppressant, une autre des femmes présente attrapa le collier de tête et le replaça à sa place originelle en faisant promettre à Ja’far de ne jamais enlever ce collier, sauf si sa vie en dépendait. C’est ainsi qu’il avait appris que ce collier qui ornait sa tête était son contrôleur de puissance.    



Il perdait totalement le contrôle de son esprit. Plus le temps passait et plus l’impression de plénitude était grand et plus il perdait pied. Dans la réalité, ce n’était pas la plénitude du côté des kidnappeurs, les deux hommes étaient en train de se regarder et semblaient ne pas être prêt à affronter un Youkai complètement éveillé. Surtout que ce dernier avait quelque chose de flippant. Puisque le sang qui coulait préalablement de son front était en train de flotter autour de lui à présent. Et le sourire béat qui était affiché sur le visage du gamin n’était pas des plus rassurants non plus.

L’un des deux hommes tenta un mouvement, la seule chose qu’il parvînt à faire après cette tentative a été de cligné des yeux une fois, puisque dés que le grisée sentit un mouvement, le sang qui virevoltait autour de lui, s’élança en une pointe aiguisée en direction de la cible et transperça le cœur en une fraction de seconde et avec une facilitée déconcertante. Lina avait été donc sauvé, enfin en quelques sortes, elle à présent plus effrayer par son sauveur que par ce qu’allait lui faire les kidnappeurs. Le deuxième homme, le hukai ne semblait pas plus rassurer après avoir vu, le tour de force que venait de produire son adversaire. Après tout, il avait été embauché simplement pour voler une gamine, il n’avait pas prévu de devoir combattre contre un Youkai éveillé, avec en prime des pouvoirs magiques. Soudainement, il commençait à regretter d’avoir accepté ce contrat et tentait de trouver un quelconque moyen de pouvoir échapper à la mort qui était incarnée par Ja’far.

D’une impulsion sur ses membres inférieurs, il parvînt à esquiver une attaque, provenant du corps sans esprit du jeune garçon, et à se trouver dans l’angle mort de ce dernier. L’attaquer ou s’enfuir, il avait l’option entre ses deux solutions, la première semblait être envisageable, mais il savait qu’il avait en face de lui, un monstre qui n’avait plus aucune once d’humanité, s’il se faisait prendre, il n’aurait aucune chance de s’en sortir. Il décida donc que la solution de s’enfuir était celle qui était la plus sûr. Profitant d’être dans l’angle mort, il reprit une impulsion et s’élança en direction de la sortie du couloir. Encore une, il se rapprochait inexorablement de son seul moyen de fuir…

Alors qu’il ne lui restait qu’une simple impulsion à faire, pour s’extirper de la zone d’attaque du bambin, il se croyait déjà sauvé. Grande erreur, à peine le sourire d’être libre commençait à apparaître sur son visage qu’un objet pointu lui traversa le corps à l’horizontale au niveau du coeur comme s’il n’était qu’un simple fétu de paille. Le corps tomba lourdement sur le sol tandis que des gardes accouraient dans cette direction.

Pendant que les renforts rappliquaient, l’esprit du Grisé n’était toujours pas revenu et de ses yeux semblables à ceux d’un serpent cherchant une nouvelle proie, son regard se posa sur le corps apeuré de sa jeune maîtresse, Lina. Les sanglots de l’enfant alternait entre les bruits de courses des soldats et les pas de Ja’far se rapprochant d’elle. La raison qui le poussait à se rapprocher de la jeune princesse ? La survie, il sentait qu’il avait besoin de quelque chose qu’elle possédait, il ne savait pas vraiment quoi, mais ses instincts primaires lui dictaient ce qu’il devait faire.

Il n’était qu’à quelques pas, la pauvre enfant qui lui faisait face n’avait pas eu le temps ou plutôt n’avait pas eu la force de se lever pour pouvoir s’enfuir, et même si elle en avait la force, rien ne lui disait qu’elle pourrait s’en sortir vivant en face du monstre qui lui faisait face, il n’était plus son serviteur, il n’était qu’une bête assoiffé de sang. Elle sanglotait encore, la seule chose qu’elle désirait était que quelqu’un arrive pour la sortir de cette situation. Alors qu’il rapprochait ses crocs du cou de la jeune fille, il se sentit soulever comme une simple brindille par une force le surpassant. Une nouvelle rencontre avec le sol de marbre et de nouveau la sensation d’impuissance qui l’envahissait, sauf que cette fois, il pouvait voir la personne qui le maintenant au sol d’une main tandis que l’autre se préparait à mettre fin à la vie du jeune garçon. Cette personne était bien sûr son maître et père de Lina. Non pas qu’il est eu envie de se rebeller contre son maître, mais son besoin de mordre quelqu’un pour pouvoir boire son sang se faisait de plus en plus fortes, il commença à griffer le propre bras de celui qui l’avait sortis de l’esclavage.

Pour l’homme qu’était son maître, cet acte était le dernier des affronts, il allait mettre fin à la vie de l’impudent serviteur qui avait tenté de mordre sa précieuse et unique fille. Tandis que sa main descendait lentement, les cris d’une femme lui parvinrent aux oreilles, et il se stoppa net, ces cris étaient ceux de sa femme. Elle semblait lui montrer quelque chose de brillant qui se trouvait entre eux. Une pierre ? Et ? Comme si une simple pierre pouvait être une raison de laisser ce sale enfant en vie ! Seulement, il remarqua très vite que ce n’était pas qu’une simple pierre. Il devait mettre ça au clair avant de décider du sort de ce gamin. Il asséna un simple coup de poing dans le ventre pour lui couper la respiration. Chose qui fut aisée puisque le maître avait retiré son contrôleur de force.


Des barreaux… C’est ce qu’il aperçut quand il se réveilla de son long sommeil. Une douleur vînt le ramener à la réalité. Il se rappelait de tous ce qu’il avait fait, la poursuite, le combat et… Des larmes coulèrent le long de ses joues, il avait fait ce qu’aucun esclave n’était permis de faire. Mais ce qui le blessait le plus était le souvenir du visage affolée et couvert de sang de Lina. Il aimerait pouvoir mettre fin à sa vie pour ne pas avoir à subir de nouveau le regard remplit de craintes de sa maîtresse. Si seulement, il n’était pas enchaîné ! Il ne pouvait faire aucun mouvement, son corps placé sur un pilori, il avait les bras attachés ensemble et relié à une chaîne scellé à même le sol. Il savait exactement où il était, dans les cachots du manoir. Et celui où il était, était celui où se trouvaient les pires criminels qui étaient arrêtés en ville. Cela ne l’étonnait pas vraiment, surtout après ce qu’il avait fait.

Soudain, un garde apparût dans l’encablure de la porte. Il portait avec lui, deux pointes et un amas de fils. Il ouvrit la porte et entra à l’intérieur. Ja’far ne comprenait pas ce qui était en train de lui arriver, on le libéra des chaînes qui l’entravait et on lui donna l’espèce d’armes. Il regarda avec interrogation le garde qui lui faisait face.

« Vous êtes libres. Cependant, vous ne pouvez résidez en ce lieu pour le moment, nous allons donc vous emmenez dans un lieu où vous pourrez apprendre à contrôler ce qui vous sert d’armes.»

« Je suis libre ? Qu’est ce que vous voulez dire par là ! J’ai attenté à la vie du Seigneur Kiya et de sa fille ! Je devrais être exécuté pour mon acte ! »

D’un coup, il se retrouva plaqué contre le mur froid et humide du cachot, l’avant bras du garde était plaqué contre sa carotide, il ne touchait plus terre et sa respiration était compliquée. La réaction de cet homme n’était pas logique. Pourquoi un tel énervement pour une simple phrase ? Il ne comprenait pas vraiment cela, mais n’allait pas tarder à comprendre. Un homme se faufila dans la pièce et commença à annoncer la vérité qui se cachait derrière cette décision.

« Il semblerait que vous soyez le fils héritier des Kiya, celui qui a été kidnappé il y a de cela six ans, et vous avez exactement six ans, à ce qu’on dit. De plus l’aveu du marchand d’esclave qui a été attrapé hier soir, alors qu’il tentait de kidnapper Mademoiselle Lina, concorde avec les faits et pour couronner le tout, votre contrôleur de puissance est identique à celui que Monsieur et Madame ont offert à leur fils… En somme, vous êtes l’héritier de l’empire des Kiya. Votre prénom était Ramose, mais comme vous avez passé six ans à être nommé Ja’far, vos parents ont décidé que vous pouviez garder ce dernier pour ne pas être trop désorienté dans votre nouvelle vie. »

A la fin de ces paroles, le garde lâcha la pression sur le cou du gamin qui s’écroula au sol, toussotant pour retrouver sa respiration. L’homme qui avait parlé à l’instant, n’était autre que le grand conseiller de la famille Kiya qui épaulait son maître.

« Mais cela est impossible, le marchand d’esclave m’a toujours dit que sa sœur était ma mère, mais qu’elle ne pouvait pas s’occuper de moi et que mon père était mort peu avant ma naissance. Comment puis-je croire que les personnes qui m’ont acheté en tant qu’esclave puissent être mes parents ?! »

« Cela est tout à fait compréhensible, c’est pour cela que nous avons décidé de vous envoyer dans une académie qui permet aux Youkai Magiciens d’apprendre à contrôler leurs pouvoirs et à avoir une bonne éducation pour que vous vous montriez digne d’être l’héritier de cette famille. Et bien sûr, vous n’avez pas votre mot à dire dans tout cela, après tout, c’est une décision de vos Parents et Maîtres. »

C’est ainsi que le départ pour l’académie de Murasaki fût décidé sans prendre en considération l’état psychologique de Ja’far.





Après avoir passé la plupart de sa vie entre les murs de l'académie, avec des périodes de sorties qu'il utilisait pour retourner dans sa famille. Il termine enfin ses études et reçoit son diplôme. Ne sachant que faire, il décide de retourner auprès de ses proches et entend parler d'un problème avec des monstres qui gênent le commerce de sa ville natale. Il décide donc de s’occuper de ce problème en devenant soldat pour aider à la protection des convois marchands qui vienne et partent de la ville portuaire. Cette entreprise dura environ un an, jusqu’au moment, où il remarqua qu’il n’y avait plus aucune apparition de monstre sur les routes de convois. Il jugea qu’il avait enfin atteint ce qu’il voulait et ne sachant pas vraiment ce qu’il voulait faire d’autre, décida de poursuivre encore ses études après son diplôme dans le cycle universitaire de Murasaki.

The Snake, le surnom qu’il avait acquis durant sa scolarité à cause de sa capacité à transformer ses fils en serpents ainsi que la forme de ses iris lorsqu’il se transformait. Il était enfin de retour pour le meilleur ou pour le pire. Après tout, il avait passé un an à chasser des monstres tous plus différents les uns que les autres et était ressortit encore plus impressionnant que durant son cursus scolaire. Juste avant de partir pour la ville de Vecos, ses parents lui avaient confié un louveteau pour qu’il fasse son éducation. Ce louveteau n’était autre que la progéniture de Bammal qui commençait à se faire vieux après tant d’années. Le petit s’appelait Néphégal et avait la même particularité que son père, c'est-à-dire se promener avec des trucs improbables dans la bouche.

Une fois arrivé au portes de l’académie, le Pique avait osé aller directement chez le directeur pour lui demander de garder Néphégal avec lui, après tout, il avait passé dix huit années dans cette académie à servir ce vieux fou, il pouvait bien lui faire une fleur après tant d’années de services, surtout qu’il revenait de nouveau pour plusieurs années. Un bon investissement pour le vieil hibou qu’était le directeur. C’est donc ainsi que Ja’far eut la permission d’outrepasser les règles qui étaient imposées à tout le monde. Seulement, il allait se passer quelque chose à cause de ce contournement du règlement, la rencontre avec deux personnes qui allaient devenir de précieuses personnes aux yeux du Mage.
C’était une de nuit de pleine lune sans nuage. Ja’far était en train de contempler le ciel étoilé avec un verre de vin à la main. Même si cela n’était pas autorisé, les surveillants évitaient d’approcher trop le grisé de peur que ce dernier ne commence à les charmer ou bien ne tente de jouer avec leur sexualité. Ce qui lui permettait de passer des soirées tranquilles à siroter du bon vin. Le ciel dégagé prouvait toute la splendeur que pouvait offrir le monde aux yeux du descendant des Kiya.

Seulement quelque chose vînt perturber sa tranquillité, les bruits de pattes qu’il commençait à bien connaître. Celle de son louveteau qui venait le rejoindre après être partit prendre quelque chose qui pourrait remplacer le bout de bois qu’il se trimballait depuis deux jours. Il y avait un autre bruit qui n’était pas vraiment prévu, ceux d’une course et d’insultes en tout genre en direction de l’animal qui précédait l’humain. En quelques secondes, Néphé était déjà perché sur les genoux de Ja’far, les bruits de pas semblaient aussi s’être arrêté, le son de la voix entendue précédemment était celui d’un homme, il n’y avait aucun doute là-dessus.

« Excusez moi, mademoiselle, est ce que cet animal vous appartient ? Car il vient de me voler ma Pizza… »[/color]

Le jeune homme manqua d’exploser de rire en entendant de nouveau la voix masculine s’adressant comme s’il était une jeune fille. Mais, il se retînt après tout, cet homme pourrait le distraire pour cette soirée. Pizza ? En baissant les yeux, l’adulte efféminé remarqua la part de Pizza qui disparaissait à vue d’œil dans l’estomac du jeune louveteau d’une couleur peu commune. Jouer ou ne pas jouer avec cette personne. Cela serait probablement amusant de voir son visage déconfit quand il se rendrait compte que le grisé n’était rien d’autre qu’un homme. Mais pour le moment, il ne devait surtout pas répondre à la question du garçon, après tout, s’il parlait, sa voix le trahirait instantanément, et même s’il tentait de modifier sa voix, cela se remarquerait aisément. Il allait donc feindre qu’il était une jeune fille qui avait perdu la parole.

Ses yeux dorés se tournèrent en direction de l’inconnu qui l’avait accosté et il lui décocha un large sourire affectueux tout en mettant sa tête de côté. Posant son verre sur l’herbe à côté de la bouteille, Ja’far força Néphégal à descendre de ses genoux pour pouvoir se lever et ainsi s’approcher de son nouveau jouet du soir. Se rapprochant gracieusement du jeune homme, il se permit de remarquer sa musculature à faire pâlir un athlète de haut niveau. Une simple veste couvrant si peu de partie de son corps ? Un exhibitionniste ? Sûrement, bon pas qu’il soit franchement laid, mais il est de ceux qui sont les plus gênées quand une fille joue avec eux. Et malheureusement pour ce type, il prenait Jaf pour une femme.

Arrivé enfin à un niveau lui permettant de pouvoir s’amuser, le jeune Kiya attrapa la main de son interlocuteur et commença à écrire, les lettres qui formaient les mots pour finalement prendre la forme d’une phrase, au creux de cette main. (Ce qui suit n’est pas dit oralement, mais compris pas Ike en assemblant les lettres.)

« Je ne peux pas parler, je suis muette depuis mon plus jeune âge. Mais ce louveteau est bien le mien et je m’excuse pour le vol de la pizza. Accepteriez-vous, un verre de vin pour me faire pardonnez ? »

Après avoir écris toutes les lettres de ces phrases, Ja’far lança un sourire amical en direction de l’homme qui lui faisait face. Il lâcha la main de ce dernier et se dirigea avec légèreté en direction de l’endroit où il venait de déposer son verre. Il se baissa en pliant ses genoux et ramassa la bouteille. Quand il fût relevé, il se retourna et manqua d’embrasser par inadvertance les lèvres de l’inconnu à la chevelure blanche. Cet enflure avait osé se rapproché quant-il était en train de ramasser la bouteille, et maintenant, il était juste à quelques centimètres de lui, certes, Ja’far aime jouer, mais là, il y avait des limites, et dans la position où il se trouvait, il ne pouvait que amorcer une chute en arrière qui fût retenue par une main « bienveillante » de son vis-à-vis. Il aurait aimé mettre fin à la comédie, mais là, il voulait se venger un peu plus. Il récupéra son équilibre et commença à verser le liquide rosé dans le verre. Une fois ce dernier remplit et reprit la main de son sauveur et y écrivit ceci.

« Merci, pour tout de suite, heureusement que vous étiez là, j’espère que cela ne vous dérange pas de boire dans le même verre que moi ? »

Les traces des lèvres de Ja’far était encore visible sur le verre en cristal que tenait à présent l’homme aux yeux bleus. Ce dernier s’empressa de poser ses lèvres à l’endroit exact où se trouvait la trace. Prévisible, comme réaction. Le descendant des Kiya profita de cette instant, pour délicatement posé ses mains sur l’abdomen musclé de l’idiot. Ce dernier commençait à être aux anges, et plus les mains du grisé se baladait sur son corps, plus il semblait prendre son pied… Il était de mettre fin à cette petite blague.

« Ah au faîte, je suis Ja’far Kiya, membre des Pique et je suis… » Il n’eut pas le temps de terminé sa phrase que déjà il était recouvert du liquide rosé que venait à peine d’ingurgiter son vis-à-vis… Quel manque de délicatesse et de raffinement. Enfin, la blague était terminée, et il avait bien ri, sauf que maintenant, il était tout tâché de rosé.
Soudain, les bruit de pas et le son d’une voix encore une fois masculine appelant après le nom d’Ike parvînt aux oreilles du jeune homme androgyne. Un grand blond avec des lunettes de soleil et une carrure d’homme de main apparut au loin et se rapprochait.

La suite de l’histoire étant dénuée d’intérêt et surtout le faîte qu’Ike tenta lamentablement de se justifier auprès de tout le monde pour avoir draguer un homme, ne manque pas d’être comique, mais peut être lassante. Disons juste le principal, après être arrivé, Luka se présenta et présenta Ike, et ce dernier pour se faire pardonner d’avoir dégradé la toge de Ja’far proposa d’aller en ville pour trouver un teinturier… Idée géniale ! Sauf qu’ils étaient en pleine nuit, et un teinturier ouvert la nuit, ça ne court pas les rues.

C’est donc deux après cette « accident », que nous retrouvons The Snake qui s’est lié d’amitié avec Luka et à fait d’Ike son souffre douleur favoris. Et à eux trois, ils forment le NVK.



MAGIE(S) MAITRISÉE(S) :

1. Fils serpents :
► Ja'far possède le pouvoir de pouvoir insuffler la vie au fil qui est enroulé sur quasiment toutes la surfaces de son corps. Ainsi, il peut totalement contrôlé la vitesse, la puissance, l'angle et la direction des deux pointes qui se trouvent à chaque extérmités du fil. Les marques sur son corps sont en partis dût aux frottements du fil quand il doit atteindre une lointaine cible.
► Il y a une seconde particularité avec ce fil. C'est que Ja'far peut le transformer. L'apparence que prend le fil après cette transformation, est celle de deux serpents constritors qui chassent leurs proies à l'odorat. La zone d'attaque de ces deux reptiles est cependant réduite à cause de leur liaison, puisque à la base, ils sont un seul et même fil.

2. Utilisation du sang :
► Ja'far possède une capacité qui lui a vallu d'être souvent considéré comme un monstre même quand il avait sa forme humaine. La raison de cela est qu'il peut manipuler à volonté son sang. Une entaille, et il peut combattre avec comme le ferait une personne contrôlant l'élément de l'eau. Cependant, il n'a pas besoin de porter sur lui de gourdes de son sang. Il a un contrôle parfait sur ce pouvoir étant celui qu'il a découvert le plus rapidement. Il peut donner différentes formes à son sang et peut le rendre résistant. Il peut aussi lui rendre sa forme liquide une fois qu'il est devenue résistant.
► Une autre particularité du sang de ce drôle de Pique est qu'il peut le faire exploser. Si par exemple son sang, touche le bras de son adversaire. Ja' peut décider de lui rendre sa forme liquide pour qu'il recouvre les vêtements ou la peau de son adversaire, et d'utiliser à n'importe quel moment son pouvoir de faire exploser cette tâche de sang.
► Seul problème, c'est que quand, il a finis d'utiliser ce pouvoir, il a besoin de s'hydrater énormément, quitte à boire le sang de personnes vivantes. Cela fait certes un peu vampire, mais il n'en a que faire. Après tout, une certaine dose de sang contre la vie sauve n'est vraiment pas grand chose.

3. Brouillard :
► La création d'un brouillard total, où la seule façon de se repérer est d'utiliser l'odorat pour pouvoir retrouver son adversaire ( un peu à la Zabuza avec son Kirigakure no Jutsu, si on veut un exemple concret..) Voilà ce qu'est le dernier pouvoir de notre universitaire. C'est un pouvoir qu'il allie souvent à l'utilisation de l'un ou de l'autre de ses pouvoirs. Enfin cela, vous le verrez durant ces combats très sanglant ♥


    
   


NOM : Nelphégal
SEXE : Masculin
ESPÈCE : Loup
CATÉGORIE : Combat
DESCRIPTION : 
Nelphégal est un louveteau d'une dizaine de mois. Il n'a jamais vécu avec d'autres loups, puisqu'il l'égoïsme des maîtres de Jaf, lui a valu d'être retiré à ses parents juste après sa naissance, nourris au lait et élever comme un gentil petit loup domestique. Nelph n'a pas vraiment de capacité de combat à proprement parlé, il n'a pas des crocs impressionnants et il n'a pas la force pour pouvoir faire tomber un adversaire de la taille d'un humain. Il serait tout juste capable de capturer une souris, c'est pour dire !
Pour ce qui est de son comportement, autant dire que le petit Louveteau n'est pas ce qu'on peut appeler un animal de compagnie sage et gracieux. Il est même plutôt l'inverse, préférant les grandes étendues d'herbes, que les innombrables couloirs et escaliers de la demeure de ses acquisiteurs. D'un naturel joueur et espiègle, il n'arrivait pas une seule journée sans que l'animal ne parvienne à briser un vase ou deux. Mais les propriétaires étaient tellement gaga de leur fille unique qu'ils ne pouvaient renvoyer l'animal.
Pour ce qui est de son apparence, Nelphégal possède dans ses gênes ceux d'un loup Alpha, c'est à dire, le chef de la meute, Le big boss quoi ! Donc, il possède une certaine aura imposante, mais au vu de sa taille, il arrive seulement à impressionner les escargots et les limaces qui se promènent dans le Jardin. Même les oiseaux ont plus peur du chat que de lui. Donc, comme je le disais, l'apparence du petit loup est simple, deux couleurs prédominantes. Un bleu marine ornant la plus grande partie du pelage de l'animal, ainsi qu'un gris assez sombre ornant toute la partie ventrale ainsi que les flancs du louveteau. Un genre de crinière d'une couleur bleu proche du cyan donne une petite touche de fantaisie sur le pelage de l'animal. Chose importante aussi, il possède toujours quelque chose dans sa gueule, que ce soit, un bout de bois ou bien un bout d'herbe, ou une trèfle à trois feuilles. (Ouais, il arrive pas à en trouver à quatre feuilles !)


    

   


PRÉNOM : /
AGE : /
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Secret ♥
QUELQUE CHOSE POUR AMÉLIORER LE FORUM ? Plus de Pique ? ♠
AUTRE CHOSE A AJOUTER ? Encore plus de Piques ! ♠

SIGNATURE : Code ok, Theyst.
CACHET DE L'ACADÉMIE :


Dernière édition par Ja'far Kiya le Mer 9 Mai 2012 - 18:27; édité 35 fois
Revenir en haut
Publicité


MessagePosté le: Jeu 19 Avr 2012 - 22:22    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Administrateur
Theyst Ruho
Inscrit le: 22 Fév 2010
Messages: 2 393
Espèce: Humaine
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Joker
Sexe: Féminin
Points MS: 1 018
MessagePosté le: Ven 20 Avr 2012 - 20:58    Sujet du message: Ja'far Kiya ~ Le Tombeur de ses Dames Répondre en citant

Hu, re-bienvenue ! :D

J'ai validé le code et te laisse finir ta fiche. ~
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ja'far Kiya


MessagePosté le: Mer 9 Mai 2012 - 18:28    Sujet du message: Ja'far Kiya ~ Le Tombeur de ses Dames Répondre en citant

Cette fiche.... est officiellement FINIS ! *va se mettre sous perfusion d'eau minérale et de Nutella...*
Revenir en haut
Administrateur
Theyst Ruho
Inscrit le: 22 Fév 2010
Messages: 2 393
Espèce: Humaine
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Joker
Sexe: Féminin
Points MS: 1 018
MessagePosté le: Sam 12 Mai 2012 - 23:35    Sujet du message: Ja'far Kiya ~ Le Tombeur de ses Dames Répondre en citant

Eh bien, trois jours pour valider une fiche... Faut dire que tu m'as donné du fil à retordre ! *PAN* C'est validé en tout cas, très bien écrit et fluide à lire en plus d'une bonne histoire. Bon jeu avec ce perso' ! ♥
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:10    Sujet du message: Ja'far Kiya ~ Le Tombeur de ses Dames

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Administration -> Présentations -> Présentations validées -> Piques Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.