FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Se connecter pour vérifier ses messages privés   S’enregistrer   Profil   Connexion 

Ça s'écrit P.R.I.N.C.E !

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Extérieur
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sunao Koseki


MessagePosté le: Mar 17 Avr 2012 - 15:31    Sujet du message: Ça s'écrit P.R.I.N.C.E ! Répondre en citant

Le temps était lourd en ce dimanche : il avait fait chaud toute la journée et le ciel était menaçant. La plupart des élèves avaient déjà pris pleine possession de leur quartiers, ils étaient arrivés en masse il y a quelques semaines. En parlant d'élève, un gamin de moins de dix ans déboula soudain du parc. Il fut bientôt suivi d'une petite fille, à peine plus jeune, en pleurs. Le chenapan lui avait volé sa sucette !

Une musique retentit progressivement. Une musique un peu... décalée... qui semblait tout droit sortie des séries américaines ! (j'ai pas trouvé mieux)

"Toi là-bas ! Te rends-tu compte de la gravité de tes actes ?!"

Les gamins s'arrêtèrent pour chercher la source de la voix, jeune, mais autoritaire. Il ne cherchèrent pas bien longtemps. Une silhouette en contre-jour se trouvait perché sur une fontaine, à quelques mètres. Au passage, le garçon avait dû galérer pour se hisser là...

Mais cette pensée ne traversa même pas l'espère des deux gamins. Ils avaient arrêté de courir et de pleurer pour fixer le nouveau-venu, comme hypnotisés.

"L’honnêteté n’est pas un habit des dimanches, mais un vêtement de tous les jours. L'important c'est de continuer à regarder dans nos coeur ce qui bon ou mauvais."

Le soleil baissa à l'horizon et on pouvait voir un jeune adolescent vêtu d'un grand manteau de couleur orange vive, tâché par la poussière du voyage. Il pointa le doigt vers le gamin en faute.

"OUI C'EST A TOI QUE JE PARLE ! Mais ne t'inquiète pas, la justice est clémente dans le repenti. A partir de maintenant, je serai ton guide vers les chemins de la vertus et de la vérité !"

La scène était vraiment irréaliste. L'adolescent dégageait quelque chose de... de...

"Tomoe ! Daisuke ! Je vous cherche depuis des heures ! Venez dire au revoir à votre frère et ensuite on rentre à la maison !"

"...Eh attendez je... AAAAAAAAAAAAAAH!!!"

L'interruption sembla déstabiliser le garçon au look extravagant, à la fois mentalement et physiquement. L'aura de présence se dissipa tout seul alors qu'il se casse la figure de la fontaine où il se trouvait en équilibre. Il tomba la tête la première dans l'eau où il émettait maintenant des "glouglous" sonores en gesticulant.

"Et qu'est-ce que je vous ai répété des centaines de fois ? On ne parle aux gens bizarres !" fit-elle en s'éloignant vers les dortoirs.


Glouglouglou...

Revenir en haut
Publicité


MessagePosté le: Mar 17 Avr 2012 - 15:31    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Azai Shinji


MessagePosté le: Lun 30 Avr 2012 - 23:04    Sujet du message: Ça s'écrit P.R.I.N.C.E ! Répondre en citant

Je souhaiterais participer. Je peux ?


« Oui Maman, inutile de t’inquiéter : tout va très bien. […] Bien sûr que oui, je fais attention ! Mais entre nous, tu crois vraiment que j’aurais pu réussir les tests d’entrée si je n’étais pas capable de me débrouiller ? […] Non… Non, je ne te critique pas : je dis juste que tu t’inquiètes trop. […] Oui, au revoir Maman. Et embrasse Papa pour moi, tu veux ? »

La conversation était tout ce qu’il y avait de plus banale : une simple discussion entre une mère et son fils, rien de plus. Cependant, cette conversation téléphonique ne manquait pas d’attirer les regards des curieux. Pourquoi ce genre d’intérêt ? Les raisons pouvaient être multiples. Peut-être était-ce parce qu’avoir une mère poule quand on était membre d’une prestigieuse académie militaire, ça pouvait faire sourire. Ou peut-être était-ce simplement parce que le fils en question tenait cette discussion en plein milieu d’un couloir rempli d’autres étudiants. Tout en parlant, il marchait à un rythme soutenu, ce qui, vu l’encombrement des lieux, se révélait assez dangereux et promettait un carambolage plus ou moins joyeux. Mais le jeune homme semblait faire preuve d’une excellente dextérité : à chaque fois qu’il manquait de rentrer dans l’un de ses camarades, il réussissait à l’esquiver au dernier moment, ne faisant que le frôler. Un exploit d’autant plus remarquable qu’il ne semblait même pas regarder devant lui. Sauf que c’était de Shinji qu’il s’agissait ! Et que dans son cas, regarder où que ce soit se révélait être assez problématique.
Il termina sa conversation à peu près à l’instant où il arriva au niveau de la sortie du bâtiment. Dans l’immédiat, il ne désirait rien de plus qu’un peu d’air frais : il venait de passer plusieurs heures à relire ses cours de la semaine. Et pour être tout à fait honnête, il en avait plus qu’assez. Car ce qu’il faut savoir, c’est qu’il mettait en moyenne deux fois plus de temps à relire ses notes qu’un élève normal. Il faut dire que lire en braille était un peu plus lent que lire normalement. On disait qu’avec la pratique, on pouvait retrouver une vitesse de lecture normale, mais Shinji n’en était pas encore à ce niveau. Voilà pourquoi il devait rester le nez dans ses notes pendant que les autres se la coulait douce. La réussite demande bien des sacrifices !

Sauf qu’en arrivant dehors, il eut à la mauvaise surprise de tomber sur un spectacle auditif du plus mauvais goût. Outre la musique douteuse et le discours sorti tout droit du manuel du bon samaritain, la chute (dans les deux sens du terme) de l’histoire prêtait plus à la pitié qu’au rire. Shinji n’avait pas vu ce qu’il s’était passé, mais rien qu’à l’entendre, il se sentait mal d’avoir assisté à une scène aussi gênante. D’après le bruit d’éclaboussure, on se doutait de l’endroit où tout cela s’était terminé. Il n’y avait qu’une seule fontaine suffisamment proche pour pouvoir produire ce genre de son. Et puis, si ça ne suffisait pas, l’individu avait bien assez braillé pour que quiconque puisse se faire une idée de l’endroit où il était.
En général, Shinji n’était pas d’une nature particulièrement altruiste. Mais dans le cas présent, il se sentait obligé d’aller voir si tout se passait bien pour notre baigneur involontaire. Il faut dire que de très bavard, il était devenu muet comme une carpe. Shinji était bien incapable de dire s’il était en train de se noyer ou s’il était tout simplement trop gêné par sa prestation pour dire quoi que ce soit. Toujours est-il qu’il avança en direction de la fontaine. Et au fur et à mesure qu’il approchait, les bruits de gargouillements plus ou moins réguliers le rassurèrent sur l’état de santé de notre piètre show-man. Sans porter le moindre regard à l’inconnu, il lui tendit une main et lui parla d’une voix où se mélangeait beaucoup de pitié et un zeste d’agacement.


« Tu ferais mieux de sortir de là : ce n’est hygiénique ni pour toi, ni pour cette malheureuse fontaine. »
Revenir en haut
Sunao Koseki


MessagePosté le: Dim 6 Mai 2012 - 16:17    Sujet du message: Ça s'écrit P.R.I.N.C.E ! Répondre en citant

Désolé encore de pas avoir vu le message ! Je posterai beaucoup plus vite à partir de maintenant... =)


Le visage dans l'eau, le garçon aux cheveux orange leva approximativement son pouce, l'air de dire "tout va bien, c'est normal". Après quelques bulles, il leva finalement sa tête pour détailla le nouveau-venu. Un type qui se tenait là, le regard dans l'autre direction et sa main tendue.

"Haha, je suis bien ici, je faisais justement une enquête sur la propreté de l'environnement aqueux de l'établissement..." fit-il de manière pas du tout convaincante.

Alors qu'il se relevait difficilement, grâce à une main charitable, le jeune homme affichait une grimace d'inconfort et ses oreilles se colorèrent en rouge. Il semblait maintenant trépigner sur le sol, une jambe après l'autre, comme s'il avait une envie pressante d'aller aux toilettes.

"En fait, ce n'est pas du tout ce que je faisais et je me suis vautré de manière complètement ridicule." articula-t'il finalement à toute vitesse, à la limite du compréhensible.

"Ah zut !" s'écria-t'il, comme s'il se sentait coupable d'avoir dit la vérité. Il passa rapidement à autre chose.

"Je m'appelle Sunao ! Sunao Koseki. Mes carte de visite sont... euh... en cours de livraison."

Sans se préoccuper du fait qu'il soit trempé, il fouilla dans les poches de son manteau long pour en sortir un stylo et un papier mouillé. En quelques secondes, il avait écrit son nom et son numéro de téléphone, suivi d'un cœur. Il tendit sa carte improvisée dont l'encre commençait à dégorger, au nouveau-venu. C'est à ce moment qu'il remarqua les yeux de celui-ci. Il s'arrêta, la main tendue dans l'air, comme fasciné par leur intensité.

"Tes yeux sont si... si... euh... Tu as des chiens husky dans ta famille ?" bredouilla-t'il, naïvement.
Revenir en haut
Azai Shinji


MessagePosté le: Dim 6 Mai 2012 - 17:12    Sujet du message: Ça s'écrit P.R.I.N.C.E ! Répondre en citant

Ça allait être très long. Passe encore le fait qu’il y eut une bonne minute de battement avant que l’inconnu ne donne une réponse à Shinji. On pouvait également fermer les yeux sur le fait qu’il tente tant bien que mal de dissimuler ce qui l’avait amené dans une situation aussi embarrassante, et ce même s’il avouait la vérité l’instant qui suivait. Non… Ce qui semblait vraiment clocher avec ce gars, c’est qu’il semblait avoir envie d’en faire des tonnes, sans pour autant sembler prétentieux. En gros, le genre d’individu qui faisait parler de lui sans même le faire exprès.
Mais bon, dans une académie comme celle où ils se trouvaient, il fallait s’attendre à des personnalités  originales et parfois un peu dérangés. En faisant des efforts, on pouvait se persuader que c’est ce qui faisait le charme du lieu. Sans faire le moindre commentaire sur les tentatives de justification du baigneur, Shinji l’aida à sortir de la fontaine en prenant soin de ne pas s’y faire entraîner : le bougre semblait en effet du genre costaud ! Était-ce parce qu’il avait le profil type de l’hyperactif ou parce que Shinji était du genre non-sportif ? La réponse était à coup sûr une combinaison des deux.

Ni une ni deux, et sans même s’inquièter de son état un tantinet humide, il décida de se présenter. Sunao (puisque c’est comme ça qu’il semblait s’appeler) était même prêt à remettra sa carte à Shinji. Une carte ? Vraiment ? Tu es à l’académie, coco ! Et à moins d’être le fils d’un riche magnat ou d’un diplomate, c’était difficile de voir à quoi une carte de visite pourrait bien te servir.
Mais une fois de plus, Shinji fit comme si de rien n’était. Il faudrait bien qu’il s’y fasse : Rakishou était un monde complètement à part et ceux qui y habitaient étaient passablement dérangés. Shinji lui-même devait probablement être un beau spécimen. Bref, plutôt que de s’étendre dans cette réflexion qui finirait de toute façon dans une impasse, Shinji se présenta à son tour.


« Moi, c’est Shinji. Et ce n’est pas grave pour les cartes, parce que… »

Non, autant oublier la moindre explication. D’après les bruits qu’il faisait, Sunao semblait chercher quelque chose. Le bruit de papier sur lequel on griffonnait donna à Shinji une idée de ce qu’il voulait faire. Le Trèfle poussa un soupir, croisa les bras et attendit que Sunao ait terminé son petit numéro. De toute façon, Shinji n’avait pas la prétention d’imaginer pouvoir l’interrompre. Lorsqu’il eut terminé, il voulut probablement donner à Shinji ce bout de papier sur lequel se trouvaient vraisemblablement ses coordonnées, mais il s’arrêta net. La raison n’était pas trop difficile à deviner.

« Tes yeux sont si… Si… Heu… Tu as des chiens husky dans ta famille ? »

Ah… Ouais… Quand même ! Il devait y avait mille et une façons de se rattraper dans ce genre de situation, mais celle-là, personne n’aurait osé l’imaginer. Sur le coup, Shinji ne répondit rien et tendit la main pour récupérer le papier humide. Il tâtonna un peu et fut contraint de s’y reprendre à deux fois avant de trouver l’endroit exact, mais ses doigts finirent par se refermer sur la note de Sunao. Avec son autre main, il prit son téléphone et navigua jusqu’à la fonction appareil photo. Il n’avait plus besoin de regarder les menus pour savoir où aller. Il photographia ensuite la note et alla cette fois-ci utiliser un programme qu’il avait intégré à son portable : il s’agissait d’un logiciel de reconnaissance d’image. Celui-ci analysa la photographie et récita d’une voie robotique le numéro de Sunao. Shinji n’eut besoin de ne l’écouter qu’une seule fois pour le retenir.
Alors qu’il était en train de l’enregistrer, il répondit à Sunao.


« Je vais peut-être t’apprendre quelque chose, mais complimenter les yeux de quelqu’un, c’est une technique de drague qui ne marche plus depuis au moins un demi-siècle. De plus, j’ignore si mon apparence suggère le contraire, mais je peux t’assurer que mon arbre généalogique ne comprend aucun membre canin depuis au moins cinq générations. Je ne vais pas l’affirmer, mais je pense que c’est également le cas pour les générations précédentes.  »

Shinji lui rendit alors le papier encore bien imbibé, puisque celui-ci ne lui était désormais d’aucune utilité. Il prit le temps de replacer son portable dans une poche de sa veste, puis tourna son regard dans la direction approximative où il croyait que Sunao se trouvait.

« Blague mise à part, tu étais en train de faire quoi ? »
Revenir en haut
Sunao Koseki


MessagePosté le: Ven 18 Mai 2012 - 22:20    Sujet du message: Ça s'écrit P.R.I.N.C.E ! Répondre en citant

HRP = Ouais bah j'ai pas réussi à tenir mes engagements. J'ai pensé à partir parce que j'avais pas le temps de poster mais au final, je me suis dit que j'avais quand envie de jouer. Donc je préfère ne pas promettre la rapidité de posts.^^ Désolé de le comprendre que maintenant !


Durant toute la réponse de son interlocuteur, Sunao n'avait eu de cesse à fixer les yeux de Shinji avec une expression d'éblouissement total. Oui, il n'avait pas l'air de faire dans la demi-mesure de toute façon.

« Ca doit être rudement pratique pendant les dîners de famille ! » balbutia-t'il avant d'être interrompu.

Une technique de drague ? Le jeune garçon colla sa main sur sa bouche en signe de surprise, comme s'il n'avait jamais pu penser à ça.

« Oh Shinji ! Grand ténébreux, fit-il, comme s'ils se connaissaient depuis toujours. Absolument tout ce que je dis vient du fond du cœur ! »

« Ce que je faisais ? »


Le garçon prit une pose impériale, même s'il savait que le nouveau-venu ne verrait pas la différence.

« Il y a tant d'injustices dans ce monde, commença-t'il d'un air théâtral. Tant de choses à améliorer. Tant de chose à comprendre. Aujourd'hui, certains pourront dire que j'ai perdu mon temps. Que ce gamin ne valait pas la peine de lui faire la morale. Qu'un vaurien reste un vaurien. Que le vol est un crime ! Mais moi j'ai cru en lui, tu vois. Et je crois en chacun de nous ! »

Mine de rien, la musique avait recommencé et Sunao commençait à augmenter le son progressivement, un doigt sur le volume de son mini-magnétophone.

« Comme je crois en toi, Shinji !» Fit-il se rapprochant de lui, avec les yeux plein de pseudo-larmes d'émotion.

« Peut-être que c'est vrai, que ce garçon ne souviendra jamais de mes paroles pleines de bon sens. Mais moi je crois que cette leçon restera gravé dans sa mémoire et qu'un jour, il comprendra. Et ce jour, ma mission aura été accomplie. J'aurais service à la société. J'aurais agi pour le plus grand bien ! »

Il avait presque crié sa dernière phrase, sous le coup des sentiments. Malheureusement, il n'y avait plus personne dans le parc. C'était l'heure où les élèves rentraient à l'internat ou mangeaient leur dîner. Le manque de public n'avait pas l'air d'arrêter Sunao, malgré le ridicule de la situation. Il semblait pouvoir l'ignorer sans problème. Si le ridicule tuait, le jeune homme serait sans doute le premier à le savoir !


HRP = En fait, vu que ton perso est aveugle, ça serait rigolo que le pouvoir « d'hypervisibilité » ne marche pas sur lui. Enfin, c'est comme tu veux.^^
Revenir en haut
Azai Shinji


MessagePosté le: Dim 20 Mai 2012 - 13:58    Sujet du message: Ça s'écrit P.R.I.N.C.E ! Répondre en citant

Relax ! Le temps de réponse n'est pas un problème. Entre le manque de temps, de motivation et d'inspiration, il peut se passer plein de chose qui peuvent retarder une réponse. Je ne le sais que trop bien ! Alors pas d’inquiétude : en ce qui me concerne, je préfère une réponse de qualité à une réponse rapidement postée.




Vous connaissez ces instants où on ne désire rien d’autre que de se liquéfier et de disparaître ? Effacer son existence d’un seul coup, oublier l’endroit où l’on se trouvait et se qui venait de s’y passer ? Faire comme si rien n’était jamais arrivé ? Et bien, plus la discussion se prolongeait, plus ce sentiment gonflait en Shinji. Ce n’était pas que la compagnie était désagréable où qu’il soit en train d’éprouver une forme de dégout ou de mépris, mais son interlocuteur avait quelque chose qui causait une certaine gêne chez le Trèfle. La raison n’était pas trop difficile à comprendre : Sunao semblait être tout le contraire de ce que Shinji avait toujours été ! Il attirait l’attention, faisait parler de lui et semblait avoir une manie de s’occuper des affaires d’autrui.
Shinji avait toujours vécu avec une optique radicalement opposé, alors ce n’était pas étonnant qu’il ait du mal à se faire à ce genre de compagnie. Mais malgré tout, il décida de prendre sur lui. Pour la bienséance d’abord, et ensuite parce qu’il n’y avait nul autre responsable que lui-même pour cette situation. Après tout, c’était lui qui avait initié le dialogue, à la base. Ça lui apprendra…
 
En tout cas, depuis les quelques minutes que les deux jeunes gens venait de passer ensemble, Shinji avait d’ores et déjà apprit une chose essentielle sur Sunao : une fois qu’il était parti, il ne s’arrêtait pas. Son dernier discours avait beau l’avoir entraîné droit dans la fontaine, il avait décidé d’en refaire un autre, avec la même musique et la même grandiloquence. C’était navrant… Mais comme il n’y avait pas grand-chose à faire pour l’empêcher de parler, Shinji le laissa continuer.
L’accompagnement musical était un véritable supplice pour les oreilles et le discours avait cette particularité de ne pas vouloir s’imprimer dans la mémoire du jeune homme. En résumé, ce fut un moment passablement ennuyeux ! Puis, lorsque Sunao eut enfin terminé sa longue litanie, Shinji daigna lever la tête du livre en braille qu’il avait commencé à feuilleter depuis le début du discours.

 
« Mmmmh ? Ca y est ? Tu as terminé ? »
 
Shinji accepta enfin d'accorder un peu d’intérêt à Sunao. Même s’il était impossible de le lire dans son regard, on pouvait deviner sur le visage du jeune homme une certaine lassitude. Après tout, cette histoire ne le regardait pas et il n’avait aucune obligation envers Sunao. Pourtant, ce dernier lui faisait de la peine. Il prit quelques secondes pour pester intérieurement contre cette décision qu’il avait prise de venir en aide à un inconnu, puis reprit son expression habituelle. Il s’approcha un peu et fit signe  à Sunao de faire de même. Puisqu’il entendait dorénavant la respiration de son interlocuteur de manière très précise, il était évident que les deux se trouvaient à présent à moins de trente centimètres l’un de l’autre.
La main de Shinji se leva lentement et le tranchant de celle-ci retomba sur le crâne de Sunao. Le coup n’avait pas la moindre force, mais cela suffirait probablement à faire passer le message. Il répéta le coup une ou deux fois avant de daigner fournir une explication à sa malheureuse victime qui ne comprenait probablement plus ce qui se passait.

 
« Arrête d’embêter les enfants de cette manière. Je n’ai pas vu tout la scène, mais je doute qu’il s’agisse d’un crime qui mérite un tel plaidoyer. Je te rassure, il se souviendra de toi, mais probablement pas pour les bonnes raisons. Au pire, il t’a pris pour un dingue qu’il ne fallait surtout pas écouter, au mieux il veut recommencer juste pour revoir ton numéro avec la fontaine. »
 
L’objectif de Shinji n’était pas de le faire culpabiliser, mais la simple idée que Sunao puisse recommencer ce genre de truc dès que les deux jeunes gens repartiraient chacun de leur côté lui posait un problème de conscience. Maintenant qu’il s’était impliqué là-dedans, il ne pouvait pas vraiment de permettre de fermer les yeux (si tant est que cette expression ait le moindre sens dans son cas). Voilà pourquoi il avait prit un air légèrement réprobateur.

 
« De la diplomatie et de la retenue ! C’est si difficile ? »
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:58    Sujet du message: Ça s'écrit P.R.I.N.C.E !

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Extérieur Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.