FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Se connecter pour vérifier ses messages privés   S’enregistrer   Profil   Connexion 

[Mission de Rang A]Petit, Petit...?!
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Extérieur de l'académie -> Les plaines - Serla
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Akio Odashima


MessagePosté le: Mar 24 Avr 2012 - 22:35    Sujet du message: [Mission de Rang A]Petit, Petit...?! Répondre en citant

Un poison ? Rapidement ? C’était jouable. Ca prendrait un peu de temps mais Akio avait ce qu’il fallait sous la main. Il possédait un liquide qui, mêlé au sang, pouvait arriver jusqu’au système cardiaque et le paralyser. Ce qui entrainerait inévitablement la mort rapide du griffon. Oui, avec un calcul correct de la masse corporel et de la vitesse de flux sanguin, il pourrait ce débarrasser définitivement de cette bête. Tama lui confia son épée puis retourna affronter le griffon. Akio récupéra dans sa poche certains poisons et les mélangea pour le fixer et le fluidifier. Au bout de deux minutes l’arme était prête à servir. Akio fit un signe à Tama qui vint récupérer son arme. Son coéquipier toucha le griffon au ventre et la bête s’effondra lamentablement. Maintenant ce n’était plus qu’une question de temps. En moins de trente seconde le poison allait atteindre le cœur et le paralyser. C’était terminé, ils avaient gagnés.
 
Akio laissa aller sa tête en arrière, contre le tronc d’arbre. Il fit courir sa main le long de sa jambe et frémit lorsque ses doigts rencontrèrent la brûlure. La blessure suintait, elle était loin d’être superficielle. Et puis il y avait son bras, lourd et ankylosé. La morsure de la bête n’avait pas fait que l’effleurer, le muscle était touché.
« Si tu n’avais pas été aussi lent tu n’aurais eu aucun problème…
− C’est toi qui te battais je te rappelle…
− Heureusement d’ailleurs. Sinon nous serions morts. Toi et moi. »
 
Le garçon leva les yeux au ciel, excédé. Il se dirigea ensuite en clopinant vers le griffon. Il posa deux doigts à la jointure entre le ventre et la patte. Aucune pulsation…il était mort. Akio annonça la bonne nouvelle à Tama puis s’appuya contre la peau rugueuse du monstre. Des points noirs dansaient devant ses yeux. Il les ferma un instant, inspira un bon coup, expira, puis se dirigea vers la moto. C’est dans ces moments là qu’il se félicitait d’être devenu empoisonneur. Il sortit de ses affaires un rouleau de bandages ainsi que deux types de baume et un cachet qu’il avala aussitôt. Il se rendit ensuite auprès de Tama :
 
« Donne-moi tes mains. »
Tama ne bougea pas et Akio lui saisit délicatement les avant bras. Il ouvrit l’une des boites de baume et commença à étaler délicatement la crème sur les mains brulées de son partenaire. Il avait des mains fines de femmes et la douceur de ses gestes permettait de ne pas faire souffrir ses patients. Il commença ensuite à enrouler les mains de son camarde avec les bandages. Les onguents que possédait Akio étaient tous de sa création. Il les avait soigneusement mis au point à partir de plantes, d’animaux et parfois même d’hormones modifiées. Le médicament contre les brûlures était un simple mélange d’herbes apaisantes. Celui contre les plaies était constitué d’hormones animales qui dopaient la production de plaquettes et de globules rouges à l’endroit voulu. Les blessures cicatrisaient trois fois plus vite et ne laissait aucune cicatrice. Ce qui était pratique lorsque l’on s’avérait être un charmant jeune homme.
 
Akio termina les soins sur les mains puis donna deux petits pots à Tama. Un pour les brûlures et un second pour qu’il les passe sur ses plaies.
« Faut que tu les passe deux fois par jour, matin et soir. Vérifie que tes plaies ne soient pas infectées, si c’est le cas vient me voir chez les cœurs. A l’infirmerie ce sont des incapables, ils te feraient mourir à coup sûr »

Le jeune homme passa ensuite à ses propres blessures. Il retira son cache œil et passa un peu de crème sur son œil brulé. Heureusement que ça n’avait pas atteint son œil valide, sinon il aurait été clairement dans la merde. Il soigna ensuite son bras et toucha de nouveau sa jambe. C’était trop sérieux pour être soigné avec une simple crème. Il allait devoir serrer les dents et s’occuper de ça une fois rentré à l’université. En parlant de ça…
 
« Qu’est ce qu’on fait de l’autre cœur ? Va falloir le rapatrier. Et perso je n’aurais jamais la capacité de le porter, ni même de conduire la moto. »
 
Il allait passer pour un faible, et alors ? Il était humain et il l’acceptait parfaitement. Accepter ses faiblesses était une preuve de sagesse. Celui qui connait ses infériorités et capable de mieux les protéger. 
 
« Tu devrais peut-être ramener le gosse avec la moto. Moi je me débrouillerais pour rentrer. Peut-être qu’en proposant un service au dirlo il acceptera de venir me chercher demain dans la journée. »
 
Akio pâlît en pensant à ce qu’il allait devoir proposer en échange de son rapatriement. Le directeur accepterait certainement contre un petit service. Un meurtre discret, une torture, un vol de document top secret… Génial. Vraiment génial.
Revenir en haut
Publicité


MessagePosté le: Mar 24 Avr 2012 - 22:35    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Classe Pique
Tamasaburo Morimasa
Inscrit le: 28 Jan 2012
Messages: 127
Espèce: Youkai
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Masculin
Points MS: 1 946
MessagePosté le: Mer 25 Avr 2012 - 14:32    Sujet du message: [Mission de Rang A]Petit, Petit...?! Répondre en citant

Autant se laisser faire, c’est ce que pensait le Youkai en voyant l’humain en face de lui, en train de lui mettre des baumes et autres soins pour que ses blessures aillent mieux. Il n’avait pas tout écouté, trop occupé à reprendre son souffle et à contenir les grimaces de douleurs qu’il ressentait au niveau de ses blessures. La seule chose qu’il avait notée était qu’il avait encore mal, il devait aller le voir plutôt que d’aller à l’infirmerie. Cela l’arrangeait, puisqu’il avait appris par d’autres piques qu’il y avait une nouvelle infirmière, et qui dit nouvelle, dit aussi qu’il n’a aucune chance de connaître sa race sans y aller, et s’il se présentait à l’infirmerie, il voudrait obligatoirement voir l’étendue de sa blessure. Ce qui impliquait qu’elle aurait essayé de le soigner, seulement, si cette nouvelle infirmière s’avérait être une hukai, il n’en ferait qu’une bouchée, blessé ou pas.

De même, l’idée de pouvoir revoir ce type n’était pas si déplaisante, après tout, il possédait des poisons et des baumes de soins, connaître quelqu’un de sa trempe pouvait être quelque chose d’intéressant pour les futures combats à morts qu’il pourrait avoir à livrer. Cependant, vînt le moment de parler des sujets qui peuvent amener les conflits. Akio demanda ce qu’ils allaient faire du corps du Cœur qui était encore inconscient malgré tout le remue-ménage qui avait eu lieu quelques minutes plutôt.

Personnellement, il n’en avait que faire de ce gamin arrogant qui n’avait pas réussi à tenir la route en face d’un cadavre. Et puis, il faisait partie des Cœurs. Comme si un Pique pouvait se promener tranquillement avec un collégien de chez les Cœurs. Surtout avec la réputation qu’il avait réussi à avoir durant le tournoi de l’académie. Il n’aurait pas fait un seul pas dans l’académie, qu’il aurait eu des ennuis. Hors de question, donc qu’il soit celui qui le ramène. Le problème pour la moto était cependant quelque peu différent, car étant un Youkai. Le Tatoué n’avait jamais eu besoin d’emprunter de véhicule motorisé pour effectuer quelques kilomètres. Donc il n’avait aucune notion de pilotage d’un tel engin. Mais il se gardait bien de le dire à l’universitaire. Et puis, il y avait quelque chose qu’il voulait vérifier.

« Tu n’auras pas besoin de proposer un service au Directeur. Nous avons terminé la mission avec succès, donc je pense qu’il pourrait nous envoyer quelque chose pour nous dépanner, c’est quand même lui qui nous a mit dans cette situation, et je doute que si on le met face à ses responsabilités face à nos blessures et à notre potentiel besoin de rééducation, je pense qu’il sera malin et nous enverra quelque chose pour qu’on puisse rentrer sans avoir à passer plus de temps en dehors du circuit de ses hommes de mains. Tu t’occupe t’appeler l’académie, je doute que je puisse utiliser mes bras pour le moment…»

Car, il comptait bien rester ici ce soir, comme s’il allait laisser un homme aussi intéressant seul, dans un lieu comme celui-ci. Et puis, l’information concernant Ootachi l’intriguait plus que l’envie de retourner dans sa chambre pour s’y reposer. « Par ailleurs, tu pense que la viande de Griffon est comestible ? On pourrait se faire un petit barbecue pour se nourrir pour la soirée, qu’en penses-tu ? » Une goutte perla de son front pour finir sur le sol de la plaine. La journée avait été longue pour le Pique qui commençait à avoir le tournis et à perdre le contrôle de son côté Youkai, il en avait sûrement trop abusé pour aujourd’hui. Il sortit trois fils de laines de couleurs différentes de ses poches et commença à les entrelacer au niveau de sa cheville pour reformer le sceau de puissance. Il prononça un simple mot qui finit de former son contrôleur de puissance « Kagejin ». Il avait retrouvé son apparence faible et inutile, mais il valait mieux qu’il reste comme ça pour soutirer des informations, plutôt qu’il se laisse submerger par ses instincts primaires.

Après que Akio est terminé de passer le coup de fil pour demander de l’aide à l’académie. Tama réussit à se lever en s’aidant de l’arbuste se trouvant derrière lui. Il s’avança, les bras ballant en direction de l’empoisonneur. « Tes onguents sont vraiment puissants, c’est un savoir que tu as appris ici, ou en dehors de l’académie ? » Ceci n’était qu’une feinte qui intéressait quelque peu le Youkai, même si ce dernier se doutait déjà de la réponse. Mais la vraie question qui le taraudait depuis qu’il avait perçu une fois que personne ne pouvait connaître. « D’ailleurs en parlant de savoir, comment se fait-il que tu connaissais à peu près mes armes ainsi que le pouvoir de mon familier ? Personne à l’académie ne l’a encore vu à l’œuvre, tu es le premier et tu as mentionné son pouvoir sans l’avoir vu ou que je n’en t’ai parlé. As-tu quelque chose pour pouvoir m’éclaircir ? »

_________________
Revenir en haut
Akio Odashima


MessagePosté le: Mer 25 Avr 2012 - 15:29    Sujet du message: [Mission de Rang A]Petit, Petit...?! Répondre en citant

Akio téléphona à l’académie pour demander un rapatriement de blessé. On lui répondit qu’un homme allait être envoyé à pied pour prendre la moto et le jeune blessé, mais que Tama et lui-même allaient devoir attendre, les autres rapatrieurs étaient tous occupés. Akio demanda ensuite s’il pouvait parler au directeur, il alla s’isoler un instant pour que son partenaire pique ne l’entende pas. Il expliqua brièvement la situation et demanda à retarder sa mission personnelle. Le directeur connaissait personnellement le père de Akio et Shin. Ils avaient fait leur classe ensemble semblait-il, et ils avaient la fâcheuse tendance de s’allier pour magouiller. C’est la raison pour laquelle Odashima senior n’hésitait pas à prêter son fils pour certaines missions pas très avouables. Akio avait eu dernièrement pour but de récupérer un document détenu par un gang mafieux du sud. Le jeune homme avait rempli sa mission avec brio et lorsque le directeur l’avait fait venir dans son bureau il avait voulu lui remettre le précieux document. Mais il n’avait pas eu le temps d’ouvrir la bouche. Le précieux document était toujours dans ses valises. Et les propriétaires risquaient de venir le récupérer.
« Il faut à tout prix que votre homme les récupère. Sinon ils ne seront pas en sécurité et vous me mettrez en danger, ainsi que mon partenaire. »
Le directeur l’envoya gentiment bouler. Il devait remettre le document en main propre et faire son boulot jusqu’au bout. S’ils se faisaient attaquer ils n’auraient qu’à se défendre… un point c’est tout. Et le vieil homme raccrocha sèchement, laissant un Akio désespéré.
 
Akio revint lentement vers Tama, toujours en clopinant. Il en profita pour répondre à son partenaire qu’il ne préférait pas gouter à la viande d’un griffon mort, il tenait à son estomac. Akio était un soldat, il savait poser des pièges et survivre en pleine nature. Il comptait bien aller installer quelques collets à lapin. Ils auraient de la viande ce soir. Tama récupéra son apparence humaine et la tension dans le corps du jeune Odashima se libéra aussitôt. Il abaissa légèrement sa garde, heureux d’avoir de nouveau un « humain » en face de lui.
 
« J’ai appris tout seul
− Bah voyons… tu racontes encore des cracs mon garçon »
Oui en effet. La réalité c’est qu’il avait appris auprès d’un ami de son père. Un autre assassin d’état plutôt réputé. C’était un moment de sa vie qu’il préférait oublier. Il aimait fabriquer des poisons mais préférait encore créer des onguents. C’était beaucoup moins destructeur. Tout en répondant Akio se dirigea vers ses affaires pour les récupérer. Il ne voulait pas qu’elles partent avec la moto, il y avait trop de choses précieuses à l’intérieur.
 
« D’ailleurs en parlant de savoir, comment se fait-il que tu connaissais à peu près mes armes ainsi que le pouvoir de mon familier ? Personne à l’académie ne l’a encore vu à l’œuvre, tu es le premier et tu as mentionné son pouvoir sans l’avoir vu ou que je n’en t’ai parlé. As-tu quelque chose pour pouvoir m’éclaircir ? »
 
Akio continua de ramasser ses affaires, faisant comme si la question ne l’avait pas ébranlé. Et pourtant à l’intérieur de lui-même il se maudissait d’avoir été aussi imprudent.
« Bravo quelle discrétion ! C’est quoi la prochaine bourde que tu commettras ?
Toi ta gueule ! C’est pas le moment. »
 
« Vraiment ? répondit finalement Akio. Je suppose que je l’ai deviné. J’ai déjà vu un animal un peu de ce genre avant. J’en ai conclus qu’il avait le même type de talent… un coup de chance ».
 
« Bravo, susurra une voix dans sa tête, tu es très crédible. Mensonge parfait. Mais tu devrais prendre des cours tout de même. Il va te croire c’est évident…
T’as pas quelqu’un d’autre à emmerder toi ?
Bah…. Non. Je n’existe que dans ta tête hein. T’es le seul taré que je connaisse. »
 
Akio fixa son partenaire discrètement. Il n’avait pas un instant gobé son bobard, c’était évident. En même temps qui aurait gobé un truc pareil ? Ca n’avait ni queue ni tête. Le garçon soupira et annonça.
 
« Je me suis informé c’est tout. Tu n’as pas à savoir plus. »
Le jeune Odashima baissa les yeux puis commença à rassembler du bois pour le feu. Il entendit un pas au loin, qui fit craquer une branche. Le type de l’académie arrivait enfin…il allait cesser de s’inquiéter pour le garçon qui était inconscient. Ca faisait un poids en moins.
Le jeune homme se redressa donc et se dirigea vers le corps du gamin pour le confier aux bons soins des tarés de l'académie. Mais un mauvais pressentiment agita le corps de l'empoisonneur. Il jeta un regard vers les arbres à l'autre bout. ce n'était pas un homme de l'université. c'était trois types plutôt louches, et qu'il connaissait bien pour les avoir dépouillé. Il y avait un Hukai et deux humain. Une quatrième personne les suivait mais Akio ne vit pas à quelle race il appartenait.
"Et merde !"
Et c'était reparti.
Revenir en haut
Classe Pique
Tamasaburo Morimasa
Inscrit le: 28 Jan 2012
Messages: 127
Espèce: Youkai
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Masculin
Points MS: 1 946
MessagePosté le: Jeu 26 Avr 2012 - 21:09    Sujet du message: [Mission de Rang A]Petit, Petit...?! Répondre en citant

Il ne voulait pas donner de renseignement ? Ce n’était pas grave, Tama se doutait que personne ne pouvait apprendre à faire des onguents de cet acabit, seul. Il fallait d’abord été initié aux bases par quelqu’un, si Akio ne voulait pas en parler, cela n’était pas important, cela avait été juste un moyen de lancer la conversation sur ce qui l’intriguait réellement. Bien sûr, la réponse qu’il reçu de la part du Cœur était tout sauf crédible, il avait vu déjà un animal similaire… Très bien, le Pique savait que cet animal similaire appartenait à Seon, la Joker de l’académie, il serait simple de pouvoir vérifier si cela était vraiment un coup de chance ou bien s’il avait vraiment des informations sur lui.

« Ah… Et à qui appartient cet animal, je serai ravie de pouvoir discuter avec quelqu’un qui possède un familier possédant les mêmes caractéristiques que mon furet… » Cela était bien sûr, un mensonge, mais le blondinet voulait percer le secret qui planait autour de cet homme. « Par ailleurs, tu as aussi mentionné que je possédais des armes de jets, allant même jusqu’à dévoiler que je possédais éventuellement des couteaux… Tu veux aussi me faire croire que cela était dût à la chance ? » De jouer au chat et à la souris, commençait à être ennuyant pour le Youkai, mais il devait faire avec, après tout son vis-à-vis, n’était pas n’importe qui.

Il n’avait pas à en savoir plus ?! Il savait à qui il parlait au moins, il l’avait vu à l’action avec son esprit encore conscient, mais en ce moment, même s’il libérait son sceau, il aurait beaucoup de mal à garder en cage, les pulsions meurtrières de sa race. Même si ce type l’intriguait, l’intrigue pouvait être annihilée par la colère en quelques secondes. Alors qu’il allait se préparer à menacer son coéquipier pour cette mission, il entendit les craquements de branches qui provenaient de derrières eux. Tout en se retournant, il huma l’air ambiant et ce qu’il perçut, lui fit révulser les yeux. Un Hukai, déjà, son sceau commençait à perdre de sa puissance face à la haine qui s’emparait de lui. Il n’était plus le petit académicien qui écoutait les ordres de son ainé, non, maintenant, il était celui qui allait faire comme bon lui semblait. Quitte à mettre fin à la vie d’Akio !

La scène qui suivit dura quelques instants, alors que les hommes se rapprochaient du campement des deux jeunes gens, Tama s’élança d’un bond en direction des intrus. Sa cible n’était pas vraiment les trois hommes, il était surtout concentré sur le Hukai, tellement qu’il n’a pas perçu la présence du dernier homme. En quelques instants, il était déjà sur le Hukai, lui prenant la nuque et l’abaissant rapidement en direction du sol. Un bruit d’impact lourd, de la fumée, tout cela montrait la violence ainsi que la puissance du combat qui allait avoir lieu dans quelques instants. Le jeune Pique avait toujours sa main au dessus du crâne du Hukai qu’il venait de littéralement planter dans le sol. Armant son bras au dessus de sa proie inconsciente, il s’apprêtait à terminé le travail. Mais s’il voulait faire ça, correctement, il devait surveiller les agissements des autres hommes.

Le tatoué releva, donc, son regard pour pouvoir apercevoir les mouvements des deux acolytes, quand soudain, il sentit une pression au niveau de sa gorge, il ne l’avait pas vu venir et sentait que ce n’était pas une force commune, elle était du même niveau voir supérieur à la sienne. Sous la force de pression, l’académicien ferma les yeux et quand il les rouvrit c’est quand il entra en contact avec quelque chose de dur. Il sentait son dos endoloris, du sang coulait lentement de ses bras, il avait sûrement dû rouvrir ses blessures avec sa tentative de coups d’éclats. Il entendait des sons qui provenaient sûrement de l’homme qui était resté en retrait pendant que l’autre était de le maintenir contre le corps inerte du Griffon. Seulement, comment il pouvait s’être fait contrer aussi facilement par quelqu’un… A moins que ! Il tenta de sentir les odeurs environnantes pour découvrir l’odeur de celui qui le tenait, il y parvînt avec beaucoup de mal, mais cependant, maintenant, il savait. L’homme qui lui faisait face était un Youkai tout comme lui, et au vu de sa force, il avait retiré son contrôleur pour pouvoir contrer le blondinet. Il était dans une mauvaise posture, car autour de cette odeur de Youkai, traînait une odeur de vieux sangs, sûrement des victimes précédentes de cet homme. Il semblait que ces personnes ne sont pas arrivées ici par hasard. Cela avait donc quelque chose à voir avec le Cœur.

Soudain, des petits cris parvinrent aux oreilles du jeune homme, ces petits cris, il les connaissait, il les avait entendus de nombreuses fois, mais ceux là, ils les avaient entendus qu’une seule fois, quand Ootachi avait tenté de le sauver lorsqu’il avait été pris en embuscade par d’autres enfants et qu’il n’arrivait pas à se défaire d’eux, car on lui avait interdit de retirer son contrôleur. Il voulait parler, mais la pression sur sa gorge était telle, que même sa respiration commençait à devenir compliquée. Il savait que son furet allait intervenir pour l’aider quand il serait à une distance suffisante pour pouvoir utiliser son flash. Les petits cris de son animal se rapprochaient, intérieurement, Tama était en train de lui dire de ne pas se rapprocher davantage, mais il ne pouvait pas l’exprimer à haute voix.

Quand soudain, une lumière brève apparut à ses yeux, la technique d’Ootachi venait d’être utilisé, la pression sur son cou était devenue quasiment inexistante, il était temps de contre attaquer, armant son bras gauche, il décocha un coup de coude qui alla frapper son adversaire directement au visage, qui surpris, vacilla et tomba au sol. Récupérant son souffle, le Pique se dirigea en direction de son furet, le récupéra et s’en alla aux côtés de l’Universitaire. « Je suppose qu’ils sont là pour toi, non ? Il serait…. » Une quinte de toux vint interrompre ses paroles. « Peut être temps de faire des confessions.. » Sa respiration était saccadée et interrompue par moments de quinte de toux. Il était à nouveaux sous sa forme Youkai, mais il se sentait de plus en plus partir pour laisser simplement ses instincts primaires en action. Si son camarade voulait faire quelque chose de pointu, il fallait le faire rapidement, car Tamasaburo ne tiendrait plus longtemps. Les gouttes de sang commençaient à perler abondamment sur le sol. Cela était mauvais, mais d’un côté, il espérait avoir réussi à blesser gravement le Hukai qui ne semblait toujours pas s’être relevé.

_________________
Revenir en haut
Akio Odashima


MessagePosté le: Jeu 26 Avr 2012 - 23:08    Sujet du message: [Mission de Rang A]Petit, Petit...?! Répondre en citant

C’était bien eux, les hommes à qui il avait dérobé le document. Comment l’avaient-ils retrouvé si vite ? Akio avait retiré toute trace permettant de le suivre, il avait même enveloppé les dossiers dans un sac empêchant les sorts de localisation de fonctionner. Le garçon fronça les sourcils, étonné. Oh puis merde, il s’en foutait de savoir comment ils étaient remontés jusqu’à lui. Le fait est qu’ils étaient là, prêts à en découdre. Et qu’Akio ne pouvait pas se permettre de les laisser récupérer leurs papiers. C’était une mission d’état après tout, et des vies étaient en jeu.
« On va avoir du mal à s’en sortir cette fois. Et regarde ce garçon qui fonce sur ce Hukai sans même réfléchir… »
Oui, son « autre lui » n’avait pas tort, ils allaient avoir beaucoup de mal à gérer la situation. Contrairement à Tamasaburo, Akio était resté en retrait. Dans son esprit calme il tentait de maitriser la situation. Les humains, il en faisait son affaire… Le Hukai, apparemment son partenaire s’en chargeait… enfin ça c’est ce que pensait le jeune homme avant que ne débarque ce type, le Yukai.
« Merde ! » pensa Akio en se mordant la lèvre. C’était un exterminateur. Un tueur embauché par certains groupes pour faire le sale boulot. C’était souvent des tueurs méthodiques, des assassins efficaces.
« Bordel mais c’est quoi ces papiers ! souffla l’autre dans sa tête.
Je n’en ai aucune idée. »
 
Du coté du combat, Tamasaburo venait de se faire agresser par le Yukai. Akio serra les dents et se contraint au calme. C’était cruel mais il ne devait pas agir. Il lui fallait un plan, et beaucoup de mémoire. Il tentait de se remémorer les enseignements de son père. Il passa dans sa tête la liste des exterminateurs Yukai… Bien, il pensait avoir le nom de leur adversaire. C’était un type arme, utilisateur de deux pistolets et d’un couteau de boucher. Rapide, efficace, réputé pour sa vive intelligence et son amour de la torture.
« On est dans la merde !
Je sais. Tu m’aides ?
Pas vraiment le choix. »
Akio avait un plan. Il devait d’abord tenter sa chance et éliminer les humains. Il n’aimait pas tuer mais il n’avait plus le choix… Le jeune homme sentit la froideur implacable de son double envahir son esprit. La seconde partie de son âme appartenait à un tueur. C’était la partie de sa personnalité que son père avait créé par inadvertance. Celui qui aimait tuer, celui que le sang et la douleur n’effrayait pas, celui qu’Akio essayait désespérément de brider mais dont il avait, désormais, lamentablement besoin.
 
Son partenaire lui demandait s’ils étaient là pour lui. Il ne répondit pas. C’était le second Akio qui menait la barque, et lui ne s’enquiquinait pas avec des mots en trop. Son regard était fixé sur sa cible, les deux humains. Il fit apparaître sa dague et la plaça bien en main.
« Peut être temps de faire des confessions..
− Plus tard. » Lâcha-t-il froidement, les dents serrées. Avant il fallait survivre, et ça allait être difficile… Akio comptait une nouvelle fois sur son camarade Yukai. Seul un Yukai pouvait battre un Yukai. Le cœur pouvait seulement déblayer le terrain, et affaiblir l’adversaire.
« Catégorie arme. Deux pistolets, un couteau de boucher. Retiens toi encore une minute puis attaque »
C’était la seule éloquence qu’il s’était permise avant de s’élancer comme une flèche vers le groupe d’humain. Le Yukai n’était pas encore remis de l’attaque du furet, c’était maintenant qu’il fallait tenter le coup. La partie habituelle de la personnalité d’Akio était complètement endormie au fond de lui-même. Elle savait très bien qu’elle risquait de gêner. Le plus puissant d’eux deux c’était le second Akio, il était d’ailleurs en train de le démontrer.
 
Il était rapidement arrivé au niveau du premier humain. D’un coup de coutelas précis il avait tranché la carotide de sa victime qui s’était effondré au sol sans rien comprendre. Son partenaire mafieux avait tenté de le venger mais n’avait pas eu plus de chance. D’un nouveau coup circulaire Akio lui avait ouvert une plaie béante au niveau des yeux, puis avait tranché proprement sa gorge découverte. Les deux humains étaient morts. Bon débarras. Il ne restait plus que le Hukai et le Yukai… Le plus difficile.
 
Akio sentit quelque chose le percuter, et sa colonne vertébrale en fut ébranlée. Ce ne pouvait pas être le Hukai, il était encore à terre. Vivant, mais inconscient. Ne restait donc plus que le Yukai. Akio tomba en avant mais se rattrapa tant bien que mal, les mains en avant, les poignets souples, il fit une pirouette qui lui permit de retomber sur ses jambes, prêt à contre attaquer.
 
« Il se bat plus ton copain ? » Demanda le Yukai avec mépris. Akio ne prit pas la peine de répondre. Il se lança sur son adversaire. De la folie ? Oui, complètement. Mais avec un peu de finesse il pouvait gagner, il avait déjà affronté pire. Et puis pour être honnête il comptait faire seulement la moitié du travail…
Akio plia sa cheville droite, gaina ses jambe puis sauta souplement, il effectua un salto avant tout en faisant apparaître son katana. Il lança une attaque horizontale que son adversaire esquiva sans trop de difficulté. Il s’était déplacé à gauche. Parfait… D’un geste fluide Akio lança l’aiguille qu’il avait à la main. La petite arme se planta dans le sol/ le Yukai avait esquivé, ils e trouvait désormais dans le dos du cœur… Qu’elle rapidité… Trop rapide, et Akio, blessé, était bien trop lent. Une main longue et puissante se referma sur sa nuque et l’immobilisa à terre. La pression dans les doigts de son ennemi était juste suffisante pour empêcher à l’universitaire de se dégager. Le Yukai ne devait pas le tuer, il devait certainement obtenir des informations… par la torture s’il le fallait.
« T’es un Odashima toi hein ? Je savais pas que l’autre con avait un fils… »
Akio fut un instant surpris. Comment savait-il cela ? Des informations avaient-elles filtrées ? Il ressemblait à son père mais tout de même… quelque chose clochait.
« Je vais te faire souffrir petit… »
60…
60 secondes.
Akio se permit à léger sourire. Sur la main du Yukai ennemi courrait une petite éraflure à peine visible. Une trace de griffure. Faite juste au moment de l’attaque. Une blessure qui ne faisait mine de rien mais qui contenait un puissant hallucinogène. Il était temps pour Tamasaburo de rentrer en piste.
Revenir en haut
Classe Pique
Tamasaburo Morimasa
Inscrit le: 28 Jan 2012
Messages: 127
Espèce: Youkai
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Masculin
Points MS: 1 946
MessagePosté le: Lun 7 Mai 2012 - 14:58    Sujet du message: [Mission de Rang A]Petit, Petit...?! Répondre en citant

Encore une fois, son coéquipier refusait de lui donner des informations qu’il était en droit de savoir, après tout, il risquait sa vie lui aussi ! Certes, il s’était impliqué de lui-même en attaquant le Hukai, mais sur le moment, il n’avait pas réfléchi aux conséquences, après tout, il avait le pire de ses ennemis en face de lui. Comme si réfléchir aux conséquences de son acte était sa priorité.

De plus, Akio semblait posséder des informations sur les caractéristiques de l’adversaire. Cela voulait dire qu’il se connaissait et au ton qu’il employait, ce n’était pas un type à invité pour un restaurant entre amis. Le Cœur lui demanda d’attendre une minute et d’ensuite attaquer. Très bien, ce laps de temps lui permettrait de pouvoir se préparer pour son enchaînement favori : La Triple Attaque.

Seulement, l’état de ces bras était tellement déplorable qu’il ne pourrait pas les utiliser dans son enchaînement. Mais ce détail n’était pas une chose qui allait arrêter le Youkai, il était ici pour s’en sortir et protéger le maximum de personnes à l’académie. Il venait de terrasser un Griffon, ce n’était sûrement pas un Youkai adulte qui allait lui poser des soucis pour accomplir ses ambitions.

1 minute…
Il était enfin temps de passer à l’action, ce qui suivit ne dura qu’une dizaine de secondes car la précision n’était pas vraiment ce qui importait dans cet enchaînement, ce qui était primordial dans cet assaut était le fait qu’il y est trois possibilités de blesser l’adversaire. C’est donc ainsi qu’il fit apparaître son arc et une flèche devant lui. La synchronisation était une chose qui était essentiel à présent, puisqu’il devait attraper la corde et le bout de la flèche avec sa mâchoire, pour pouvoir bander l’arc. En même temps, il s’était placé en équilibre sur une jambe et avec son autre jambe, bandait l’arc pour pouvoir tirer. En quelques secondes, il trouva sa cible et ouvrit sa bouche pour relâcher la pression accumulée.

Dés que la flèche fût décochée, il fit disparaître son arc pour le remplacer par le katana à doubles lames qui apparut devant le Pique, qui d’un coup de pied circulaire frappa le kashira de son arme pour le propulser rapidement en direction de son adversaire. La seconde attaque venait d’être mené avec succès, il était temps de passé à la dernière préparation et de passer au corps à corps. En une fraction de seconde, un couteau de lancer apparut dans les airs. Couteau qu’il attrapa d’un coup de tête entre ses dents. Une impulsion et il se trouvait déjà à mi chemin entre son point de départ et l’emplacement de sa cible.

La flèche avait déjà été esquivée par l’homme qui avait lâché par la même occasion l’universitaire. Le Katana avait réussi à faire deux belles entailles au niveau de la cuisse de l’adulte. La blessure était peu profonde, mais le poison qui avait terrassé le griffon était encore imbibé sur les lames de l’arme, ce qui pourrait être très bon pour les deux jeunes académiciens. Pour ce qui est du dernier assaut, il n’eut pas lieu, car le comportement de son opposant était tout sauf rassurant, car le Youkai avait sortir son arme et semblait combattre contre quelque chose d’invisible…

Encore un coup vicieux du Cœur, fut la pensée qui traversa l’esprit du jeune Pique qui décida de changer de cible. Il se propulsa donc aux côtés du Hukai qui était encore inconscient et faisant apparaître son arme de manière verticale au dessus du cœur du corps inerte, d’un coup de pied verticale, il planta l’arme en plein dans l’organe vitale de l’homme. Il était à présent temps de regarder ce qui se passait en direction de l’homme au couteau de boucher qui n’arrêtait pas de faire des gestes permettant la propagation rapide du poison dans le corps de l’homme. Il n’y avait pas à dire, les poisons de cette universitaire étaient vraiment dangereux. Ce type était vraiment quelqu’un qu’il fallait surveiller avec attention, surtout qu’il avait des informations confidentielles sur lui. Une menace qui ne plaisait pas tant que ça au blondinet.



Je te laisse terminer la vie de notre adversaire ? Pour ce qui est des illusions, je ne savais pas quel genre, donc je te laisse les décrire à la limite.. Et désolé pour la longueur, mais je me suis arrêter en plein milieux parce que j'avais des douleurs dans le dos à cause de la chaise T.T

_________________
Revenir en haut
Akio Odashima


MessagePosté le: Dim 13 Mai 2012 - 21:31    Sujet du message: [Mission de Rang A]Petit, Petit...?! Répondre en citant

Un sourire parfaitement malsain tordit les doux traits d’Akio. Il s’était relevé, un élan douloureux avait traversé tout son corps, le faisant trembler. La colonne vertébrale était touchée, le Yukai n’y était pas allé de main morte. Sans son partenaire, et ses précieux poisons, il se serait retrouvé dans une situation délicate…
 
Akio serra les dents et se dirigea tranquillement vers le Youkai. C’était toujours la seconde personnalité qui était aux commandes, et elle ne comptait pas s’arrêter là. D’un violent coup de pied Akio envoya valser son adversaire à terre. Le Youkai se roula dans la poussière avant de placer ses deux mains au dessus de sa tête pour se protéger de son ennemi invisible. Akio sortit de sa botte deux gros couteaux qu’il planta dans les mains de l’ennemi. Il fit ensuite apparaître son coutelas habituel, enfourcha le Youkai et plaça la lame sous son cou.
 
« Si tu veux que cette chose arrête de te poursuivre, il va falloir être coopératif, soit un bon garçon et dit moi s’il y a d’autres types à notre poursuite, combien ils sont et votre but »
 
Le Yukai garda les yeux grands ouverts, fixés sur le visage d’Akio, voyant une horreur qu’il était seul à pouvoir observer. La peur est le meilleur des sérums de vérité. Or Akio était un maître de la peur.
 
« Il y a deux autres Yukai que le boss a engagé, il veut son document. Libérez-moi ! Vous êtes des monstres.
Allons allons ! Ce n’est pas très gentil mon jeune ami… il faudrait t’apprendre la politesse. Mais allons bon, je suis quelqu’un de bien non ? Je vais te libérer. »
 
Akio sourit de nouveau avant de glisser sa lame sous l’œil du Yukai et de le lui arracher. Il fit de même avec le second globe oculaire puis se releva, le fixant d’un air froid.
 
« Voilà qui est fait. Tu dis merci ? »
Il tendit l’oreille mais n’entendit rien d’autre que les cris hystériques de son adversaire. Enfin bon, voilà qui était fait. Il se dirigea vers Tama d’une démarche mal assuré. Son corps avait peine à bouger, le coup du Yukai lui avait sévèrement amoché la colonne. Ca plus le griffon ça commençait à faire beaucoup. Il fixa son camarade pique, soupira puis le remercia pour son aide.
 
« Désolé de t’avoir mêlé à ça. Je pense que tu souffres autant que moi, mais on doit dégager vite fait d’ici. On devrait pouvoir atteindre l’académie avant la deuxième vague… Une fois en chemin je te promets de répondre à tes questions, du moins si c’est dans mes cordes. Ca te va ? »
 
Akio reprenait petit à petit ses esprits et réintégrait son corps. Il se sentait mal de laisser ainsi son ennemi, blessé, et seul, mais après tout il était un assassin avant tout. Les remords et la culpabilité auraient leur place plus tard. Pour le moment ils devaient évacuer. Mais que faire de la moto et du petit cœur ?.... Et puis merde, de toute façon le gars de l’université viendrait le chercher. Il connaissait sa localisation, maintenant c’était chacun pour soi.
Akio s’éloigna en clopinant, prenant la direction de l’académie. Marcher était difficile, excessivement, mais souffrir était toujours mieux que mourir. Et puis il avait le document, désormais soigneusement caché sur son corps, il ne risquait rien ici.
 
« Si tu as des questions à poser c’est le moment… je ne suis pas certain de ne pas perdre connaissance avant d’arriver, profite de ma conscience. »
Revenir en haut
Classe Pique
Tamasaburo Morimasa
Inscrit le: 28 Jan 2012
Messages: 127
Espèce: Youkai
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Masculin
Points MS: 1 946
MessagePosté le: Dim 27 Mai 2012 - 02:38    Sujet du message: [Mission de Rang A]Petit, Petit...?! Répondre en citant

Qu’importe ce que faisait son camarade de mission. Il avait fait ce qu’il avait à faire et cela était plus que suffisant pour lui. Surtout que la douleur commençait à lui donner des vertiges et que la fièvre dût à la chaleur qui sévissait sur la plaine était insupportable. Il sentait que sa vision se troublait, il fallait qu’il rentre rapidement avant de s’évanouir en cet endroit qui n’allait pas rester calme aussi longtemps, surtout avec l’odeur se dégageant depuis une vingtaine de minutes de la carcasse du Griffon. Les charognards n’allaient pas tarder à apparaître pour faire leurs sales besognes.

Reposant son regard sur son coéquipier, il aperçut le Youkai qu’il venait de blesser en très piteux état. Le blondinet commençait à regretter le fait d’avoir blessé un membre de sa race, en se rappelant que s’il ne l’avait pas fait, il serait sûrement étendu sur le sol en train d’agoniser. Le cœur arriva difficilement jusqu’au tatoué, apparemment, les coups qu’il avait reçu durant l’affrontement contre l’assassin. Il adressa la parole au Pique en lui parlant de souffrir autant que lui, et de réussir à atteindre l’académie avant la deuxième vague. Quelle deuxième vague ? Enfin, il promettait de répondre aux questions du jeune homme sur le chemin du retour ce qui calma quelques peu l’esprit de Tama qui avait manqué de s’énerver contre le borgne.

Tandis qu’il se dirigerait tous les deux en direction de l’académie, aucune pensée pour le cœur qu’ils laissaient derrière eux n’apparut sur le visage du Pique, après tout, il n’avait jamais apprécié les Cœurs et encore moins maintenant, au vu de l’inutilité de l’un et de la dangerosité de l’autre, mais maintenant, il avait des cartes en mains qui lui permettait d’avoir enfin des réponses aux questions qui le taraudait depuis quelques temps. Mais est ce que Akio répondrait sincèrement à toutes les questions ou tenterait-il de protéger son secret sur toutes les informations qu’ils possédaient sur les autres… ? Tamasaburo ne pouvait deviner une telle chose, il devait essayer, il n’avait rien à perdre, si ce n’est des forces et de la salive.

« Qui étaient ses hommes ? Ils en avaient visiblement après toi, et semblait parler d’un document, je suppose que tu le possède en ce moment sur toi, non ? Qu’est ce qui est si important qui demande l’utilisation de trois Youkai et un Hukai pour pouvoir t’abattre à moins que ce que tu m’as montré à l’instant, n’es pas ton vrai niveau ? » Même s’il ne pensait pas que le jeune universitaire aurait pris le risque de mourir pour cacher son niveau aux yeux d’un lycéen, il ne pouvait savoir toute l’étendue de ses capacités à cause de la trop grande panoplie de poison qu’il pouvait créer et surtout qu’il pouvait mettre sur ses armes de combats. Le descendant des Morimasa avait tellement de questions qu’il ne savait plus vraiment par laquelle, il devait poursuivre son investigation.

« Les informations que tu possède sur moi… Elles vont jusqu’à qu’elle point ? Car même si tu me dis que je n’ai pas à en savoir plus, tu en sais assez sur moi pour m’être nuisible. Donc j’aimerais savoir d’où proviens ta source d’informations, car je recherche quelque chose. » Il avait fait exprès de ne pas dévoiler la nature des informations qu’il recherchait pour une simple et bonne raison, il ne pouvait pas faire confiance à un homme qui en savait plus sur lui qu’il n’en savait sur ce dernier.

Il avait finis son interrogatoire, même s’il n’avait pas toute la vérité, il savait qu’il pourrait avoir un semblant de révélation. Puisque son vis-à-vis n’était pas en état pour réfléchir correctement et inventer des histoires crédibles, la preuve était qu’avant d’être blessé, il avait toujours évité de répondre aux questions. Mais maintenant que la fatigue et la douleur la taraudait, il allait forcément dévoiler des éléments de réponses qui intéressait le blondinet. Alors que sa douleur se faisait de plus en plus forte, il perdit pendant quelques secondes le contrôle de son corps et se retrouva face contre terre, les bras tendus recouvert de sang. Des gouttelettes de transpirations perlaient de son visage jusqu’au sol. Il n’était vraiment pas en état de continuer un voyage jusqu’à l’académie, mais s’il ne le faisait pas. Il allait sûrement y passer, alors qu’il essayait de se remotiver lui-même, il sentit que quelque chose grimpait le long de son corps en direction de sa tête. Un ennemi ? Alors qu’il tournait son visage pour apercevoir ce qu’il considérait comme une menace, il tomba nez à nez avec son furet, qui avait choisi ce moment pour montrer sur maître et ainsi éviter de se fatiguer sur le voyage du retour qui s’annonçait difficile. Ils reprirent alors la route tout les deux, entendant au loin, les cris de douleurs du Youkai agonisant. Tandis que déjà, certains charognards volants apparaissaient dans le ciel, prêt à fondre sur la viande du Griffon offerte en pâture.

_________________
Revenir en haut
Akio Odashima


MessagePosté le: Dim 27 Mai 2012 - 17:14    Sujet du message: [Mission de Rang A]Petit, Petit...?! Répondre en citant

Son camarade pique avait suivi ses conseils et commencé l’interrogatoire sans tarder. Akio commença à se dire qu’il s’était mis dans une situation difficile. S’ils n’avaient pas été en situation de danger il aurait certainement fait comme d’habitude, genre « je ne sais rien sur toi, je ne t’ai jamais rencontré ». Mais dans la précipitation il avait fait un faux pas, un seul faux pas qui lui rendait la vie beaucoup plus difficile. Surtout qu’il ne pouvait pas se permettre un mensonge. Son corps exténué et son mental, qui l’était plus encore, ne suivraient pas le mouvement et le trahiraient. Ne restait plus qu’une seule solution : dire la vérité.

« Ou me laisser m’occuper de ça. »
Susurra une voix doucereuse au fond de sa tête. Akio n’avait même plus la force de le repousser. Ce qui n’était pas très bon signe. D’une simple pression mentale son double pouvait s’emparer de son corps sans qu’il soit là pour le retenir.
« Je ne ferais pas de bêtise… je réglerai le problème en douceur… avec un bon vieux mensonge d’assassin, il ne verra rien passer. Et puis ton corps est trop mal en point, tu n’arriveras jamais à l’académie. Moi j’ai encore des forces, je ferais bouger ta carcasse. »
Akio s’appuya un instant à un arbre pour reprendre son souffle. Ou du moins faire semblant. Il ferma les yeux, soupira, et finit par conclure que son « autre lui-même » était le seul être capable de le ramener entier à la maison. Il sentit quelqu’un sourire au fond de son âme. L’autre jubilait, ravi de faire son apparition deux fois de suite. Akio sentit son esprit s’embrumer et s’écarter. Lorsqu’il se redressa la douleur avait disparu, il se tapissait bien tranquillement au fond de lui-même.

« Avant de venir t’aider j’ai été envoyé en mission pour l’académie, commença finalement le Double d’une voix plus calme, reposée. Ces types sont des yakusas, je devais leur voler un document contenant les noms de leurs clients et de leurs partenaires commerciaux. Le directeur compte bien remettre ce papier à la justice pour faire tomber les chefs du groupe. »
Pour l’instant il disait la vérité. Cette partie là de l’histoire n’avait pas besoin d’être cachée. En donnant une information correcte l’autre type avalerait plus facile la deuxième pilule : le bon gros mensonge sur la connaissance de son dossier.
« Je suis issu d’une grande famille d’assassins et de voleur. Le directeur a considéré que j’étais le mieux placé pour ce type de mission. Les tueurs que nous avons vus ont été envoyés par les yakusas. C’est vrai que je ne t’ai pas montré l’étendu de mes capacités…En réalité j’ai déjà utilisé la plupart de mes poisons et même si tu ne le vois pas mon épaule droite n’est pas en très bonne état, je n’ai pas pu utiliser mon arme principale. Si tu n’avais pas été là ma famille pleurerait certainement l’un des siens à l’heure qu’il est. »

Dans ce qu’il disait tout n’était que calcul. L’intégralité de ces informations étaient vrais, bien sûr, mais l’apparition de sa famille dans la discussion n’était pas un hasard. Premièrement il donnait des renseignements sur lui-même, rétablissant ainsi l’équilibre entre lui et son compagnon. Deuxièmement il avouait lui reconnaitre une dette, ce qui infléchirait peut-être les pensés de son camarade à son égard. Il essayait de lui faire croire qu’ils étaient maintenant sur un pied d’égalité. Maintenant il était temps d’attaquer le mensonge.

« Je ne sais pas grand-chose sur toi, en réalité. Seulement ton nom, ton prénom, ta classe, tes armes et ton animal. Je me suis documenté sur toutes les personnes de cette académie, pas seulement sur toi. Bien sûr je ne me permettrais pas de fouiller dans votre intimité, je veux simplement savoir quel type d’arme, ou de magie vous utilisez tous, histoire de ne pas être pris au dépourvu si l’un de vous m’attaquait. »

Là il ne disait pas tout à fait la vérité. Sans mentir non plus. Il était désormais temps d’apporter la petite touche finale qui le sortirait définitivement d’affaire et lui éviterait toute nouvelle question indiscrète… Io (car c’est bien le nom du double de ce jeune homme) fit courir sa main gauche vers sa poche intérieur, d’où il tira un petit papier rectangulaire cartonné. Sur la carte s’étalait, en caractères gras, l’adresse d’un site web. Il tendit le morceau de papier à son partenaire qui eut beaucoup de mal à le récupérer. Il était donc si mal en point ?

« C’est un site qui gagne à n’être pas connu, donc évite d’en parler à trop de gens. Tu peux tout trouver là-dessus, moyennant finance. Tu pourras certainement demander l’information dont tu as besoin. Du moins si tu arrives à la payer ».

Ce que Io évitait soigneusement de dire c’est que ce site appartenait à Akio. Il l’avait lancé avec son meilleur ami, un hacker de génie, lui aussi universitaire. Le jeune homme répugnait à vendre des informations de la sorte mais il n’avait pas le choix. Cela faisait longtemps qu’il n’était plus libre de faire ce qu’il voulait.

« Voilà…je pense que nous sommes quittes maintenant. »
Alors que le garçon finissait sa phrase, un bip léger, quoiqu’insistant, résonna dans sa poche. Toujours avec sa main gauche il récupéra l’objet qui émettait ce bruit : un portable. Quoi d’autre ? Il décrocha et une voix sèche lui asséna :
« Où êtes-vous passez tous les deux ? »
Akio signala leur position en essayant d’être le plus précis possible. Lorsque la discussion fut terminée il se tourna vers son camarade et annonça, presque guilleret :

« On ne bouge plus. Ils se sont enfin décidés à venir nous chercher. Le calvaire est terminé. »
Il entendit la voix d’Akio, au fond de lui, soupirer d’aise.




Voilà. Je te laisse terminer, ou continuer si tu le veux, même si ça m’étonnerait vu la longueur de ce rp et l’état de nos personnages. Et si J’af veut rencontrer Akio, ce serait avec plaisir (petit appel lancé discretos…ou pas) XD ... Enfin quand tu seras moins débordé bien sûr
Revenir en haut
Classe Pique
Tamasaburo Morimasa
Inscrit le: 28 Jan 2012
Messages: 127
Espèce: Youkai
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Masculin
Points MS: 1 946
MessagePosté le: Mar 26 Juin 2012 - 16:19    Sujet du message: [Mission de Rang A]Petit, Petit...?! Répondre en citant

Voilà enfin le moment des révélations. Tout ce qui intriguait Tama allait enfin être révélé au grand jour. La première nouvelle qui filtra était sur la provenance des hommes qui les avaient attaqués. Des Yakuza ? Cela n’aurait pas du étonné le Pique que le directeur envoient des académiciens sur des missions pouvant lui rapporter gros, après tout, ce vieux schnock était cupide et tordu. 
    
La deuxième info qui filtra de la bouche du Cœur concernait sa famille. Une famille d’assassin et de voleur ? Rien que ça. Il y a vraiment de tout et n’importe quoi dans cette académie. Le point qui intrigua Tamasaburo était surtout le faîte qu’il n’est pas utilisé la totalité de sa puissance à cause d’une blessure. Certes, cela pouvait paraître crédible, mais alors pourquoi ne pas être rentré directement à l’académie pour remettre les papiers au directeur et ainsi s’éviter d’avoir à affronter des assassins à la solde des Yakuzas ?
    
La troisième information était sur ce qu’il savait sur le jeune Morimasa. Des informations lambda qui étaient visible sur n’importe quel dossier de professeur, pas de quoi s’alarmer en somme.  Akio mit soudain sa main dans sa poche et en ressortir un papier cartonné où il semblait y avoir des choses d’écrites dessus. Alors qu’il s’approchait pour la récupérer, la vision du Youkai se troubla ce qui manqua de le faire s’effondrer au sol. Il réussit à tenir debout, mais son état de faiblesse devait être visible aux yeux du Cœur qui semblait quant à lui avoir repris du poil de la bête pour quelqu’un de blesser. Mais l’esprit de l’académicien n’était pas en état pour pouvoir faire le rapprochement entre les deux choses, il prit le papier et le mit dans ses poches. 

Il y eut un complément d’information concernant ce bout de carton qui s’avérait être un site où se trouvait les informations que possédaient Akio et qui moyennant finance, pouvait apprendre ce que voulait la personne. « Ne t’inquiète pas, je ne cherche qu’un seul type d’informations sur les membres de cette académie. Je n’aurai donc aucune utilité à en parler à d’autres personnes. » 
    
Enfin, il y avait surtout une personne à qui, il ne parlerait jamais de ce site. Seon Wang, cette femme manipulatrice pourrait tirer avantage de cette source d’information et mettre fin à leur entente. Ce qui n’était pas pour arranger le Youkai qui s’était promis de protéger les autres Youkai de cette académie. 
    
Alors que l’échange semblait terminer, un bip léger provenant du Cœur retentit dans la plaine silencieuse. Cela ne pouvait être qu’un coup de téléphone. Il entendit son coéquipier du moment en train de donner leur position, il semblait que la cavalerie s’était enfin décidée à bouger pour venir les chercher avant qu’ils ne se fassent massacrer par de nouveaux assassins. Une fois la conversation terminée, Akio s’adressa à Tama pour lui dire que leur calvaire était terminé. Dans l’esprit du Pique, le calvaire ne faisait en réalité que commencer, car avec les blessures qu’il se traînait, il n’allait plus pouvoir participer à de missions avant quelques temps. Et plus de missions, disait qu’il devait remettre à plus tard, sa recherche d’information sur les races des autres académiciens, même si son odorat lui permettrait d’en déceler quelques uns, il ne pouvait pas tous les repérer de cette façon.
    
Il se posa contre un arbre desséché de la plaine et attendit que le transport arrive pour les ramener à l’académie. La mission avait été un franc succès, même si les blessures étaient conséquentes et bien présentes. Tama jeta un dernier regard en direction du Cœur, même s’il avait beaucoup parlé, il n’en restait pas moins quelqu’un que le Pique allait devoir surveiller voir éliminer, si la situation l’obligeait.    

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:48    Sujet du message: [Mission de Rang A]Petit, Petit...?!

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Extérieur de l'académie -> Les plaines - Serla Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.