FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Se connecter pour vérifier ses messages privés   S’enregistrer   Profil   Connexion 

[Terminé] [mission E] Quand une gentille expulsion dégénère.

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Extérieur de l'académie -> La falaise - Nebete
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Arthur A. Penther


MessagePosté le: Dim 17 Avr 2011 - 19:12    Sujet du message: [Terminé] [mission E] Quand une gentille expulsion dégénère. Répondre en citant

Alors qu'il pensait aller se distraire après une bonne journée de cours, Arthur avait appris sa convocation. Il se doutait que ce n'était pas pour le punir, mais plutôt pour savoir s'il arrivait à s'insérer dans sa promotion. A dire vrai Arthur ne savait pas s'il devait mentir au principal. Il avait bien croisé deux filles sympathiques, mais ne les avait pas revu depuis. Les autres élèves le négligeait, trouvant en lui plus un boulet qu'autre chose. Faut dire qu'il ne connait pas Oebal et ses coutumes, doit prendre des cours particuliers dans certaines matières pour être à niveau et surtout, parle avec un accent anglophone qui peut vite devenir agaçant. Arthur leur trouvait plein d'excuses même si, au fond, il se disait qu'ils pourraient faire plus d'effort pour l'intégrer. Enfin bref, s'il est convoqué pour ça il ne dira rien. Il se débrouillera avec ses propres moyens pour s'intégrer et ce même si son unique ami sera un professeur de mathématiques ! Il avait pensé à tout cela sur le chemin menant au principal et maintenant qu'il se tenait devant lui à l'écouter blablater il se fit la réflexion qu'il aurait préféré parler de ses problèmes d'insertion.
Arthur se tenait assis bien droit sur sa chaise, ses lunette à grosse monture noire pliée entre ses mains délicatement posées sur ses genoux. Le jeune fils Penther s'était bien habillé aujourd'hui, il portait une chemise blanche légèrement entrouverte avec une cravate noire claire volontairement relâchée. Un pantalon de bonne coupe, dans les mêmes tons que la cravate finissait l'ensemble avec une paire de chaussure de haute facture en cuir noir. Oui, Arthur avait fait attention à son ensemble mais n'est-ce pas la moindre des choses quand on s'appelle Penther ? Quand les journalistes vous observes, quand vos parents misent de grands espoirs en vous ? Arthur aimait la mode, être bien fait de sa personne et aborder  une queue de cheval extrêmement juste dans son air faussement défaite. Tout respirait chez Arthur le luxe et le bien-être. Sauf que monsieur le principal de l'académie venait de tout gâcher. Une mission, il doit faire une mission et pas le temps de se changer ! Son magnifique ensemble va être foutue ainsi que sa soirée. Thank you.

_ Je peux manger un morceau au moins ?
_ Vous n'avez pas encore mangé ?! Il est 20h passé !
_ Non j'étais avec monsieur Henry, pour le soutien en maths, puis j'ai fais mes devoirs...
_ Ah ! Vous êtes un bon élève monsieur Penther ! C'est bien, c'est très bien. Je vais vous faire apporter un sandwich, je ne voudrais pas que vous soyez en retard. Le principal fit sonner son téléphone, parlant un bref instant volaille et salade avant de raccrocher.
_ Vous pouvez m'expliquer la mission ? Et pourquoi moi ?
_ Voyez-vous il y a quelqu'un qui installe chaque nuit une maison avant de la démonter sur la falaise, ce qui est interdit ! J'aurais bien envoyé un de nos employés, mais ils sont tous déjà partie donc, plutôt qu'embêter la police, je vais vous envoyer ainsi qu'un autre lycéen.
_ De nuit ? Ce n'est pas trop dangereux ? Et il est pas un peu tôt....
_ Tatata ! Je n'enverrais jamais un étudiant si c'était dangereux ! Mentit le principal qui avait déjà fait subir des situations extrêmes à plusieurs élèves. Et je préfère que vous partiez maintenant pour arriver avant les vandales. Vous les arrêtez, comprenez leur motivation et vous me les ramenez si possible. Ne vous en faites pas, l'élève qui vous accompagne sera un partenaire idéal ! Il est de type combat donc vous n'aurez aucun mal à augmenter ses talents.
_ Ah oui... Je n'ai pas trop le choix. Bon ben, je vais à la falaise le rejoindre alors...
_ Amusez-vous bien et soyez efficace ! Je suis sûr qu'un fils Penther n'aura aucune difficulté !
Sur ces mots le principal le congédia avec un grand sourire.

Arthur pestait contre le principal, il n'y avait vraiment aucun autre élèves disponible ? Personne ? Bordel, pourquoi ça tombe sur lui ?! Faut croire qu'aujourd'hui il n'a pas assez espéré ne pas faire de mission pour que sa chance le lâche... Et il ne peut même pas se changer ! Le Trèfle ne désobéit pas au principal même si l'envie de prendre la poudre d'escampette était forte. On en sait jamais, le timing paraît très serré... Il finit par arriver sur la falaise, seul. Personne à l'horizon. A priori les squatteurs n'étaient pas encore là, son coéquipier non plus. Il était encore un peu tôt, la nuit commençait juste à arriver, il avait du temps avant que la mission commence, mais il devrait se dépêcher... Ce n'est pas rassurant d'être ici, seul, avec des monstres potentiels dans le coin ! Après ces pensées peureuses Arthur se mit à réfléchir à son mystérieux camarade. Il l'espérait plus sympathique que cette Rika ! Dans le genre gamine égocentrique on ne faisait pas mieux ! Arthur soupira, remit ses lunettes sur son nez et croqua dans son sandwich.

Revenir en haut
Publicité


MessagePosté le: Dim 17 Avr 2011 - 19:12    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Classe Trèfle
Noa Maeda
Inscrit le: 10 Avr 2011
Messages: 186
Espèce: Youkai
Catégorie: Combat
Niveau: Lycée
Classe: Trèfle
Sexe: Masculin
Points MS: 448
MessagePosté le: Lun 18 Avr 2011 - 19:03    Sujet du message: [Terminé] [mission E] Quand une gentille expulsion dégénère. Répondre en citant

Une belle journée se mesurait en plusieurs points. Se lever du bon pied était un premier élément crucial que Noa ne négligeait jamais ; il faut ensuite réussir à ne pas rester trop longtemps sous la douche avant de s'habiller pour être certain de passer une excellente matinée. Ensuite il fallait tenir plusieurs heures de cours même si le prof du jour était une sacrée tête de ... Enfin arrivait le midi où l'on reprenait un peu de substance pour le reste de la journée ; identique à la partie du matin sauf qu'on est moins dans le brouillard. Heureusement pour lui, le Youkai savait dévorer les journées avec brio ! Non content de suivre la marche à suivre moyenne, il inventait la sienne pour passer chaque jour la meilleur des journées. Prendre sa douche très froide ; se rhabiller avant de s'être séché entièrement ; répondre à ce prof si ennuyant et faire exploser les décibels dans son cour morne ! Arrivé à la cafétéria ; commencer une bataille de purée avec les nuls de piques et de carreau, et la transformer en une bataille de couverts pointus quand il n'y avait plus de purée. Quelle classe !

Un petit lot se retrouvait bien entendu à l'infirmerie, ça devait être la principale raison pour laquelle les batailles de couteaux étaient encore interdites, peut-être. Quoi qu'il en soit, Noa avait reçu une convocation tardive après s'être bien occupé de son après midi - c'était vraiment à se demander comment elle pourrait s'en relever dans les 24h habituelle -. Cette convocation qu'on lui avait envoyé sous forme de sms venait du directeur. Ah ? Si c'était pour une punition, le trèfle venait d'apprendre que ce gentil vieux n'appréciait pas qu'on gâche la purée ... ou ses élèves.
Si le youkai joueur en croyait son portable à rétro-éclairage, il était était déjà huit heures passé. Ça, la position du soleil l'aurait mieux dit que l'appareil supra-performant. Comme il relisait ses messages à l'extérieur près du bâtiment Trèfle, Noa portait encore son manteau en imper noir avec son "contrôleur" cache-œil, posé à cet instant sur son orifice droit. Le massage disait "immédiatement", l'élève se mis donc en route. Drôle d'idée n'empêche d'envoyer un truc urgent sur quelque chose qui pouvait être éteint. Punaise !

Depuis son entrée à l'académie, le youkai était passé pas mal de fois dans ce bureau. Parce qu'il n'était pas ange en présence d'élèves ennemis d'un part, mais surtout parce qu'il avait le bon profil pour pas mal de mission. Yup ! Son art du combat valait bien plusieurs magies et un paquet d'arme à lui tout seul. Sans se vanter, il s'en tirait bien avec. En prenant place sur le siège devant le secrétaire du directeur, Noa ne se retînt pas de l'aborder d'emblée en lui demandant la raison de sa convocation.

_ Si vous étiez un peu plus poli, vous diriez bonjour avant toute chose. Pour faire court, on vous a désigné ainsi qu'un autre Lycéen de catégorie magie pour régler un fait divers inoffensif. Chaque nuit depuis près d'un mois, on s'amuse à construire une sorte de maison sur un terrain interdit. Comme elle se fait démonter le jour, il n'y a qu'au créneau horaire présent que l'on peut mettre la main sur la source des problèmes. Vous enquêterez, et ferez en sorte qu'on ne construise plus rien demain.

_ Est-ce qu'on en sait plus que ce que vous venez de me dire ?

_Pas vraiment, nos agents son débordés à causes d'autres mission et du manque de volontaire. Vous rejoindrez Arthur à la falaise où il s'est rendu voilà dix minutes. Je vous ferez copier plusieurs fois la définition du mot "immédiatement" si vous continuez d'accuser des temps de retard. Une dernière question ?

_ Ça ira merci, répondit le youkai se levant pour partir en mission. Mais alors que la porte se refermait derrière lui avec un bruit de verrouillage automatique, le symbole diabolique de la pile barré apparut sur le portable que le trèfle n'avait pas rangé. Bordel.

_ Si ... vous avez une batterie ? Lança-t-il dans le vide du couloir, en observant la pile rayée rendre son dernier clignotement.

Sans toutes les fonction intéressantes de l'appareil, la route vers la falaise fût évidemment deux fois moins longue. Pourquoi est-ce que des gens trouvaient utile de construire leur maison démontable à un endroit comme ça ? Les fous ça existait - ce n'était pas en restant à Rakishou qu'il aurait la preuve du contraire -, mais tant qu'à se payer un trip autant le faire à un endroit où les flics finiraient pas par vous tomber dessus ... A propos de truc qui tombe, qu'est-ce qu'elle prévoyait la météo pour aujourd'hui ? Depuis l'académie le youkai aurait juré que la soirée serait claire, et après un kilomètre le temps se couvrait déjà ? Microclimat pourri autour de la falaise sans doutes ...

La seule la fonction utile du portable de Noa lui manqua. Même si il bousillait complètement la batterie, le rétro-éclairage en mode lampe-torche aurait été bien pratique pour localiser son partenaire dans la pénombre. Qu'est-ce qu'on lui avait dit à son sujet au juste ?

<< Les membres d'un même groupe de mission étant généralement complémentaires, vous ferez équipe avec un élève de catégorie magie ... Maeda, vous m'écoutez ? >>

D'accord, donc en résumé il n'avait même pas son nom. La nature se révéla toutefois miséricordieuse, et en l'espace d'un instant tout fut illuminé. Un éclair de passage, zut ! Maintenant il allait falloir qu'il mette le turbo sur le reste de la mission pour ne pas rentrer trempé. Au moins, cela lui avait permis de distinguer une silhouette sur la falaise obscurcie : celle de son équipier à ne pas s'y tromper ! Il était à deux pas, mais le youkai ne se s'annonça que lorsqu'il fut à proximité directe. Car s'il était arrivé à destination rapidement, le youkai n'était pas moins à la traine. Désolé de lire mes sms en retard !

_ J'aimerais savoir depuis quand on envoi des tandems magie-combat pour jouer les huissiers à Obeal, déclara-t-il arrivé à cinquante centimètre du dos de l'humain ; puis en prenant conscience de la soudaineté de son apparition, c'est bien avec toi qu'on dois démonter une espèce de cabane pour de bon ?
_________________

« Noa Maeda, des Trèfles de corps à corps.
As ... ? »
Revenir en haut
Arthur A. Penther


MessagePosté le: Mar 19 Avr 2011 - 19:17    Sujet du message: [Terminé] [mission E] Quand une gentille expulsion dégénère. Répondre en citant

Bon il se grouille ? Il pourrait se dépêcher ! J'ai pas que ça à faire ! Enfin si... là n'est pas le problème ! Se mettre en retard pour une mission ! J'y crois pas ! Et si j'étais en train d'agoniser ? Si le squatteur m'avait frappé avec une pelle, me laissant là à me vider de mon sang comme un chien errant ? Hein ? Ben je serais mort car il n'est pas là !
Arthur devenait maussade, impatient et de plus en plus effrayé. Il jetait des regards furtifs autour de lui, n'osant pas bouger de peur qu'une créature nocturne ne le remarque et aille le dévorer. On ne sait jamais, ils aiment peut-être les habitants d'Endgor ? A le voir, là tout tremblant, on pourrait le prendre pour un véritable froussard ! Pourtant il n'en est rien, Arthur est souvent en première ligne pour entrer en douce dans la cuisine ou faire le mur, c'est juste que les monstres ce n'est pas son truc. Dès qu'il y a un risque de subir un tête-à-tête avec une créature il panique et se cache. Pourquoi ? . Il ne peut littéralement rien leur faire, même pas un coup de pied. Oui, il ne sait pas combattre à mains nues, même pas une petite bagarre. Arthur est bien trop beau et bien fait de sa personne pour aller se salir dans une salle de sport, voyons ! Il ne peut donc rien, démunit il craint perpétuellement d'en trouver un sur son chemin.

Un éclair zébra le ciel, faisant sursauter l'étudiant qui lâcha un couinement de souris. Il y a des éclairs ! Mais il a fait beau aujourd'hui ! Pourquoi ? Ce n'est pas logique ! Saleté de pays ! Ils ont complètement perturbé le climat ! Si ça se trouve il va pleuvoir... Au moment où il émettait cette idée une voix retentit à côté de lui, suivi de très prêt par une fine pluie. Ah. Ben voilà, il pleut, merveilleux ! Ma chance ne sert à rien ! Littéralement à rien ! Arthur, de plus en plus furieux, se tourna vers la voix en s'apprêtant à l'incendier pour son retard, sa phrase stupide (non non je suis en balade) et de porter tellement la poisse que sa chance innée ne fonctionne plus. Mais quand le grand gaillard tenta de percer à travers la nuit noire son camarade il ne vit rien. Hein ? Avalon sortit son téléphone portable pour l'éclairer, manquant de faire tomber l'emballage de son sandwich et une petite voiture en plastique de sa poche. Il a truc sur le visage et il est habillé en noir. C'est malin. Superbe idée ! Je vais encore mieux te voir comme ça ! Il retient un soupir entre ses dents, lui-même portait un pantalon noir, avant de ranger son téléphone qui pourrait signaler leur présence.
Il devait se l'avouer, et sa voix trahit son soulagement, il était bien content qu'il soit là ! La peur dut à la présence de créature s'évanouit en même que sa colère, il est là ! Mon sauveur ! Il lui en aurait presque fait une tape dans le dos. Je peux me balader, faire la mission, je suis protégé maintenant. No soucis, je le rends surpuissant, docile et hop j'ai la vie sauve !

_ Ils veulent surement être sûr que le squatteur ne reviendra pas. Je m'appelle Arthur Avalon Penther, Trèfle et magie de soutien. En gros je peux augmenter tes capacités physiques, d'où je pense le choix du binôme. Je peux aussi imposer des émotions aux gens. De toute manière je ne pense pas qu'on en arrive là... J'espère qu'il partira de lui-même, histoire qu'on n'est pas à le frapper et lobotomiser.

Il avait beau dire l'idée lui plaisait un peu quand même. Utiliser ses dons étaient extrêmement jouissif pour Arthur, à chaque fois il sentait le pouvoir grandir en lui. A ses débuts la palette d'émotion était extrêmement limitée, mais grâce à la participation de ses amis qui avaient tous voulu gagner en confiance ou autre, il avait vu son don s'ouvrir à des émotions insoupçonnées. Mieux, il envoûtait plus rapidement. Quant à sa capacité d'améliorer les capacités des gens, il peut se vanter de les rendre vraiment puissant ! Les effets secondaires augmentent aussi mais cela il ne le contrôle pas, c'est le récepteur qui s'en charge. Il devrait peut-être le prévenir que s'il se fait « booster » il risque de ne plus contrôler sa nouvelle puissance ? Hm, si besoin il lui dira. Arthur ne précisa pas qu'il pouvait aussi rendre son coéquipier inefficace, ainsi que n'importe quel humain. Pour le coup ce n'est pas vraiment pas utile. Qui plus est ce don est puissant mais lent car comme pour le reste cela ne fonctionne que sur une personne à la fois, s'ils se font attaquer les attaques du camarade seront plus efficaces qu'un discours.

_ Shit de la lumière ! Vient !

Il l'attira derrière une grosse pierre en lui attrapant le bras. En effet au loin on pouvait discerner plusieurs lampes ainsi que tout un tas de personnes. Certaine semblait porter quelque chose mais toutes avaient le visage enfouit sous une longue cape. Flippant. Carrément flippant. Le groupe s'arrêta au milieu de la falaise, fit un cercle autour de quelques personnes qui se mirent à construire un étrange bâtiment qui n'avait rien d'une maison. Un éclair éclata, la pluie s'intensifia, comme si le temps lui-même s'enrageait contre ces intrus. Non, comme s'il participait à leur étrange cérémonie. L'éclair avait révélé une bâtisse d'infortune en planches emboîtables, colonnes creuses... Un truc bizarre qu'Arthur n'aurait su définir... Un mini-temple ? Un feu s'alluma, miracle avec cette pluie ! Attend, y a un magicien ou ils ont pleins de briquet ? La lumière dévoila une femme étrange: petite, son visage était le seul à ne pas être masqué, sa cape s'étendant derrière elle. A sa posture on la devinait vieille, mais l'attention des autres à son égare indiquait un rang élevé. C'est quoi ce délire ? Plus il observait et plus Arthur se disait qu'ils avaient affaire à d'étranges squatteurs. Ils vont faire des sacrifices humains ? Lancer une malédiction sur l'école ? Mais, bordel, qu'est-ce qu'ils foutent ici ?!

_ Y en a une dizaine au moins... On fait quoi ? Ils sont bizarres.... Souffla-t-il avant de penser que le principal les avaient bien dupés.
Revenir en haut
Classe Trèfle
Noa Maeda
Inscrit le: 10 Avr 2011
Messages: 186
Espèce: Youkai
Catégorie: Combat
Niveau: Lycée
Classe: Trèfle
Sexe: Masculin
Points MS: 448
MessagePosté le: Mar 26 Avr 2011 - 18:45    Sujet du message: [Terminé] [mission E] Quand une gentille expulsion dégénère. Répondre en citant

Ouaip, on n'avait pas précisément parlé de squatteurs au trèfle même si c'était à deviner. Il avait pour habitude de faire abstraction de ce genre de suppositions tant qu'il n'avait aucun indice, ce qui lui permettait de ne jamais se faire surprendre par un élément imprévu. C'était plus fréquent de croiser des gens qui pensaient de la façon opposée ; s'allier avec eux formait une harmonie parfaite dans l'art de l'anticipation. Équilibre : le Youkai pourrait disserter de ce mot pendant des heures comme un fanatique frappadingue, mais il avait de quoi. L'équilibre et la compensation de ses forces lors d'un combat était le point le plus important de l'art martial innomé dont il était l'inventeur exclusif ! Trois modes de jeu qui complétaient une vérité universelle, les deux Yin et Yang pouvaient aller se rhabiller face à son trio divin. Et ... quoi ? Ah ! Penser à son art le distrayait vraiment de tout, même de son coéquipier. 

C'était don bien un lycéen en classe magie, anglais aussi non ? Bref. S'il avait juste pu mettre des fringues un peu plus claires pour cette sortie de nuit ça aurait grandement facilité sa localisation, pensa le Youkai en oubliant son imperméable d'ébène. Par contre il n'aurait pas dû sortir en petite chemise, les rhumes ça se choppait très vite en soirée. Rien que d'y penser, cela fît éternuer Noa, et au même instant retentît un éclair. Est-ce que ça voulait dire que Thor lui envoyait des vœux de bon rétablissement ? Woaw, alors peut-être qu'il venait d'avoir un coup de pot : si ça en avait été un autre, genre Hadès, il ne se serait pas manifesté pareil. Yup, il préférait éviter d'avoir des morts sur la conscience à cause d'un simple rhume. 
Hé mais ... N'était-ce pas une sorte de congrès satanique qui se profilait à la lueur fugace des éclairs nocturnes ? Bordel de ... là le trèfle commençait à flipper. Et si un dieu venait vraiment d'envoyer une vague de suicides sacrificiels pour le ... 
Nan, fallait vraiment qu'il mette son imagination sur off des fois. Ces types en noirs devaient être ceux qui construisaient la cabane de nuit, que c'était glauque.

<< Shit de la lumière ! Vient ! >>

Et cette fois elle ne venait pas des éclairs, les trèfles l'avaient remarqué. A une vingtaine de mètres défilaient les types en noir, certains portaient des sortes de chandeliers, mais sous la pluie ? En plus le Youkai ne discernait aucune flamme. Mince, il commençait déjà à perdre le fil de ses interrogation quand toute cette lumière révéla une ... maison.
D’accord, alors si l'administration appelait vraiment ça une maison, sa chambre à lui était une suite de luxe.
Bref ; ensuite pour ce qu'il pouvait en voir ... quatre encapuchonnés se positionnèrent ... devant ce qui devait être l'entrée, c'est ça. Le reste de la troupe avançait en file indienne ; rythmant chacun de ses pas d'un coup de tonnerre dans le ciel. Tout ça était bien trop coordonné pour s'agir d'un coïncidence : il ne savait pas encore comment, mais la décapuchonnée qui défilait en première devait avoir un rôle dans tout ça.

<< Y en a une dizaine au moins... On fait quoi ? Ils sont bizarres... >>

_ 'Sais pas non plus. Il faudrait un fourgon pour tous les arrêter, à supposer qu'on le puisse. T'as vu ce qu'ils font de la fou ... Atchaah !

Là, c'était carrément pas le moment ! Il avait lu quelque part qu'en état de concentration moyen, on se rendait insensible à tout ce qui est "éternuement", "envie de se gratter" ... Que de la connerie ! En écho au boucan qu'il venait de faire, une espèce de flamme carbonisa l'herbe à cinq centimètre du rocher où les deux lycéens se planquaient. Bieen ! C'était genre LE flash qui te faisait réaliser que t'allais peut-être perdre la vie pendant une mission E. Le directeur en aurait presque perdu l'estime de deux élèves ...
Le temps n'était plus à ce genre de de réflexions ; le trèfle de classe combat retira son bandage oculaire pour risquer un coup d'oeil infiniment bref dans la direction des hors-là-loi. La file était rentrée ; seul la haie d'honneur restait dehors, et ce qu'il avait pris pour des chandeliers était des espèces de sceptres. Fin de transmission ! Sans prendre le temps de planifier à outrance, Noa opta pour l'activation de son mode de combat à grande vitesse. Il lâcha au milieu des déflagrations :

- C'est plus simple maintenant : boost ma vue et admire le futur joker à l'oeuvre !

Il était prêt ! plus question de faire machine arrière ni de vérifier si Arthur l'avait bien buffé. Noa enjamba le rocher et s'en servit de lanceur en un seul mouvement ; il planait presque en direction de ses adversaires. Grâce à son art, pas de problème de perception de terrain. Mais des ennemis eux-même ? Pourvue que la magie de l'english en petite chemise soit plus adaptée à sa manœuvre que sa tenue vestimentaire ...

Enfin un petit truc pour de débloquer quelques instants de ma panne d'idée =w=. J'ai oublié de dire qu'à part elle et mes vacances, je n'ai pas trouvé de bonne excuses ...
Part faire quelque chose d'hypocrite :P

_________________

« Noa Maeda, des Trèfles de corps à corps.
As ... ? »
Revenir en haut
Arthur A. Penther


MessagePosté le: Dim 1 Mai 2011 - 13:14    Sujet du message: [Terminé] [mission E] Quand une gentille expulsion dégénère. Répondre en citant

A la base Arthur devait avoir la classe dans son combat T_T désolée pour ce rp moyen ^^'



L'espèce de flamme, ou il ne sait quoi, qui manqua de les carboniser le fit sursauter. On ne va jamais y arriver ! On sera cramé avant d'arriver là-bas ! Son camarade commençait en plus à attraper un rhume, il manquait plus que ça ! Qu'ils aient la grippe ! L'autre Trèfle fit alors un geste rapide qui intrigua Arthur : il enleva ce qui se révélait être un cache-œil avant de le remettre en place. Si certain aurait pu se dire qu'il avait là une drôle de décoration, Arthur comprit que ce « cache-oeil » n'en était certainement pas un (hé ! Sinon pourquoi le mettre en pleine nuit ? Pourquoi cacher un œil qui voit ? ), mais plutôt un contrôleur de force. Il connaissait beaucoup d'hukai et youkai, pour en avoir côtoyé de prêt dans sa famille nombreuse. C'est pratique qu'il en soit un car ils ont une force supérieur à la normale. Bon pas le temps de réfléchir là dessus, le voilà qui s'en va combattre la garde devant la somptueuse demeure.
Il avait encore un peu peur, mais l'attitude confiante de son camarade le rassurait, de même que le fait que leurs ennemis soient de simples humains. Sa réplique tira même un sourire à Arthur qui prit cela comme un défi : futur joker ? Vraiment ? Ne crois pas que je ne vais pas te faire concurrence ! Il se moquait du conflit qu'il ne comprenait pas ou d'être promue, mais pour ce soir il veut bien se dépasser pour ne pas être à la traine. Bon, booster sa vue. S'il n'est pas à moitié animal ce ne sera pas possible, Arthur ne peut pas changer le code génétique de quelqu'un. Quand il augmente la force, cela signifie qu'il rend les muscles plus compactes, plus efficaces. Pour la défense, il solidifie les os. La vue, il faudrait pour cela avoir des yeux de chats ! Si tu es vraiment un Youkai, ou Hukai, cela devrait fonctionner... Debout, Arthur visualisa dans sa tête ce qu'il avait aperçu de la silhouette de son camarade. N'ayant pas son nom il se concentra sur sa voix et son visage pour éviter de lancer le sort sur la mauvaise personne. Ça serait dommage de booster un ennemi, imaginez un peu l'handicap que cela causerait...

_ Tu es nyctalope.

Juste ces mots suffirent à éclairer la nuit noire de Noa. Ce dernier pouvait voir comme en plein jour, la falaise, les ennemis, tout lui apparaissaient clair. Une fois le sort lancé Arthur contourna la « maison » pour voir s'il pouvait observer ce qui se passait à l'intérieur, afin de glaner quelques informations. A mesure qu'il s'approchait il discerna deux silhouettes immobiles, dont les formes se reflétaient grâce à la foudre qui continuait de tomber. Silencieux, les deux hommes ne bougeaient pas d'un pouce. Des gardes pour protéger les arrières ? Bon faut pas trainer ici ! Alors qu'Arthur espérait s'enfuir en douce, les éclats de bruits dû au combat de Noa se firent entendre. Oh non...

_ T'as entendu ?!
_ C'est quoi ?! On y va !
_ Attend là y a quelqu'un ! Et toi ne bouge pas !

Arthur se retourna lentement, comme dans une parodie de film d'action, l'air faussement innocent. Je ne suis qu'un passant qui passe, semble-t-il dire, les mains levées en signe de paix. Les deux hommes le dévisagèrent un instant; celui qui était le plus prêt fit craquer les articulations de sa main, alors que son camarade les faisaient briller d'une lueur verdâtre qui était tout sauf rassurante.

Ok.... Avalon t'es tout seul là, tu vas vite trouver une combine...Sinon t'es bon pour l'infirmerie ou le cimetière.

_ Qu'est-ce-tu veux ?! C'est une cérémonie privée ! Cria celui qui était le plus loin.
_ Rêve pas Sylve! Il est là pour l'interrompre ! Comme son autre pote surement... Je vais le faire taire, tu vas voir...
_ Sylve ! Hurla Arthur avant de calmer sa voix, Sylve. Comme pour Noa il se concentra sur la voix de l'homme, sur ses lueur vertes...Sylve, il est là pour vous trahir ! Votre ami est un traitre !
_ Quoi ? Qu'est-ce-qu'il dit ce con ?
_ Sylve, vous vous sentez trahit, vous êtes en colère ! Vous avez fait confiance à cet homme ! Il veut votre pouvoir ! Il va vous le voler !
_ Que... Non pas possible, Pete ne ferait jamais ça...Je l'apprécie beaucoup.
_ Je vais te buter tu vas voir ! L'homme bondit vers Arthur, son poing serré.
_ Sylve il en veut à votre vie ! Vous êtes en colère contre lui ! Vous êtes en colère contre lui ! Dans une colère intolérable Sylve !
_ PETE !

Le prénommé Sylve fit sortir de terre une racine qui perfora de part en part le buste de Pete. A quelque mètre, même pas, de lui Arthur regardait un peu choqué le corps sans vie de son agresseur. Pas le temps d'y penser ! Il détourna ses yeux de la scène morbide, avala sa salive, avant de prendre deux pierres. Sylve avait déchargé sa colère sur Pete, comme voulu, mais le sentiment restait toujours. Pendant une journée entière l'émotion reste, elle peut être manipulée lors de la création, mais après elle est imprévisible. Qui sait sur qui il va se décharger ! J'ai un peu exagéré je crois, il est trop en colère. Je ne vais pas réussir à le calmer. Allez, Arthur, tu sais ce que tu dois faire. Il fit le vide dans sa tête, Sylve n'était plus un humain, mais un squelette sans âme. Rapidement ses os se vidaient de leur substance. Tous ce qui permet à l'humain de tenir debout, d'endosser les chocs, tombaient en lambeaux.

_ Tes os sont aussi fragile que du verre.

Quelques secondes s'étaient écoulés entre le premier sort et le second. Le Trèfle prononça ces mots qui attirèrent sur lui la colère de Sylve, l'homme tourna la tête vers le gamin qui avait déjà armé son bras et du plus fort qu'il put il lança les deux pierres qu'il venait de ramasser. Aveuglé de colère, Sylve ne résonnait plus. Il repoussa la première pierre d'une main qui se brisa au contact du minerais froid. L'homme hurla de douleur, un long cri qui le remplit de rage. Touché ! Mais la seconde pierre se perdit dans la nature, ben oui il fait nuit que croyez-vous. Arthur en profita pour s'enfuir immédiatement en direction de Noa, se disant seulement maintenant que ce n'était peut-être pas un bon plan. Décidément il était aussi mauvais pour combattre que pour élaborer des stratégies ! Qu'allaient-ils faire maintenant ? Un gars furieux les poursuis, tous les participants à la cérémonie ont entendu le boucan qu'ils ont fait... Cela va être difficile de leur demander poliment pourquoi ils sont ici et s'ils veulent bien gentiment partir.

_ Trèfle ! Dit-il a défaut d'avoir le prénom, J'ai un peu forcé sur la dose ! Il est affaibli, mais pas en état de coopérer !
Revenir en haut
Classe Trèfle
Noa Maeda
Inscrit le: 10 Avr 2011
Messages: 186
Espèce: Youkai
Catégorie: Combat
Niveau: Lycée
Classe: Trèfle
Sexe: Masculin
Points MS: 448
MessagePosté le: Ven 27 Mai 2011 - 21:28    Sujet du message: [Terminé] [mission E] Quand une gentille expulsion dégénère. Répondre en citant

Voyons, est-ce que sa magie avait marcher ? La réponse de une seconde : si le trèfle n'arrivait pas à la survivre, la réponse serait non. Foncer sur l'ennemi lui avait pourtant paru une très bonne idée depuis derrière le rocher, 'fin bon. En parfait Zabuza, le youkai se retrouva entre deux éclaires dans l'angle mort des multiples assaillants. Surprise ! C'est vrai qu'à cette distance, utiliser le chandelier-qui-fait-boum devient dangereux. Qu'est-ce que vous valez au corps-à-corps ?

- Retourne en enfer, tu profanes cette terre sacrée !
- Qu'est-ce que je profane ? Vos tombes ?

Et pourtant l'endroit n'avait pas l'air d'un cimetière, même maintenant qu'il pouvait distinguer les tatouages sous la capuche du troisième type en noir. Tiens, l'amélioration de ses yeux s'était donc bien passée ! il faudrait vraiment qu'il apprenne aussi à faire des tours comme ça, et sans doutes devrait-il aussi remercier Arthur de l'avoir dépanné pour cette fois ... Et bien il pouvait commencer tout de suite, en démolissant les à sa place les quatre capuches encore désorientées de son arrivée.
En temps normal, il serait plutôt irréaliste même pour le trèfle de battre ces individus armés, mais pas cette fois ou il avait plus de ressources qu'un mineur de minecraft ! Le youkai attendit que l'éclair de rage suivant s'abatte sur le temps pour bouger à nouveau : laissant ainsi sur la rétine des fanatiques une image de lui à l'endroit ou il n'était plus. Belle stratégie ! Leurs éclairs à eux fusèrent sur les brins d'herbe, et firent fléchir des genoux leur acolyte le plus proche dans un bref cri de douleur. Ces types était soit déterminés, soit n'avaient pas beaucoup de considération pour les autres membres du cercle, on note ça pour plus tard ? Sûrement pas, le moment n'était pas choisi pour la finesse. Arrivé derrière le moins baraqué d'entre eux, Noa céda avec plaisir à la lâcheté et multiplia des coups précis sur ses points vitaux. Comme prévu, la crevette s'effondra en lâchant son sceptre que le trèfle se dépêcha de subtiliser, en se remettant déjà en mouvement. La nouvelle salve de rayons arriva pourtant bien trop vite au goût du Youkai, qui ne put l'esquiver sans se faire tétaniser le bras droit. Argh une crampe généralisée en cinq fois pire ! En mouvement autours des deux capuche plus celle au sol, il cherchait désespérément à allumer son nouveau jouet. Les deux membres l'aperçurent l'espace d'un flash en train de batailler avec le bâton, et à leur rire amusé, Noa devina qu'il s'y prenait comme un pied.

- Seuls les élus sont investis des pouvoirs de la maîtresse !

Et ni une ni deux, le sceptre de Noa se mis à se comporter bizarrement. Enfin il ne savait pas si c'était vraiment bizarre faute d'expérience, mais un joyau qui scintille méchamment en rouge n'est jamais bon signe. Ou alors ca venait justement démentir les paroles du type en noir ; ça serait la classe d'avoir une arme comme ça en plus de son art. Il avait toujours rêvé d'en avoir une, pas forcement un sceptre qui lance des éclaires mais ça avait ses bons côtés. Mais là il fallait qu'il se décide vite : garder ou lâcher ? Les clignotements du truc se faisaient se plus en plus furieux sans qu'il ne pense à rien. Ah ! C'était vraiment contrôlé par l'ennemi, laisse-le tomber !
Laisser. Rocher à côté des capuches. Idée.
Alors qu'un courant électrique commençait parcourir le trèfle, menaçant de tétaniser aussi sa main gauche (et tout son corps accessoirement), il le lança comme une fléchette, cristal en pointe, sur la pierre dont ils s'étaient rapprochés. Effet immédiat : La foudre qui s'y était concentrée se libéra dans un CRAC de fin du monde, et les encagoulés qui ne se trouvaient qu'à cinq mètres de là furent grillés sur place. Noa, bien plus loin, en ressentît tout avec même les effets avec une grimace. Aux senteurs nocturnes s'ajoutèrent l'odeur de chair brûlée avant même que les corps ne tombent au sol, adieux parfaits inconnus, adieu sceptre supra-puissant. Le youkai serait bien resté ici a admirer le scène du carnage, ne serait-ce que pour se reposer quelques minutes des électrochocs. Malheureusement pour ça il était en mission ; un élève de Rakishou digne de ce nom n'avait pas le droit de s'en désister, et certainement pas un Joker en puissance .(yeah !) Il prit donc au ralentit la direction du manoir au tonnerre, tout en désactivant le mode 2, celui-ci le gênerait plus qu'autre chose si il devait s'aventurer dans l'étrange bâtisse. Le trèfle espérait seulement que son bras se désengourdirait vite, il s'avérait très désagréable de le garder comme un poids mort pendu à son épaule.

Aucune trace d'Arthur, Noa ne pensait pas son un membre de sa classe de fuir, aussi observa-t-il la bâtisse sous tous les angles en cherchant sa trace. Rien à priori, le Youkai fut tenter de réactiver son style n°2 pour placer tout l'extérieur du bâtiment sous son écoute, mais ce ne fut pas nécessaire. Après que plusieurs cris ; de rage et de douleur, finirent de résonner, son compagnon Rappliqua, et il avait l'air d'avoir le diable au trousses. A moins que cela ne soit une armée de démons.

_ Trèfle ! J'ai un peu forcé sur la dose ! Il est affaibli, mais pas en état de coopérer !

Ah oui, alors ce type qui le poursuivait tant de bien que de mal était la source de ses soucis. Réagissant à sa pulsion qui souhaitait une nuit plus calme, Noa se rua sans mode actif aucun derrière le garde enragé pour l'assommer du tranchant de sa main. L'horreur apparue quand il ne rencontra aucune résistance de la par de la nuque qu'il détruisit en un craquement sinistre. Hébété, le youkai laissa la troisième carcasse de la journée tomber au sol en fixant sa main gauche, arme du crime. Mince.

- Affaiblit comme ça, d'accord ... Crotte, j'enchaine les bêtises aujourd'hui.

Il se retourna du côté du lycéen d'un an son ainé, sans réelle envie d'échanger des commentaires maintenant. Evaluant la situation de son regard nocturne, il proposa enfin une suite aux opération.

- Avec celui d'ici, il y a un autre type dont la cape est utilisable. Tu penses à ce que je pense ?

La malédiction frappe mes ancêtres, mais j'ai répondu. Milles pardons pour ce retard d'un mois m-(_ _)-m

_________________

« Noa Maeda, des Trèfles de corps à corps.
As ... ? »
Revenir en haut
Arthur A. Penther


MessagePosté le: Dim 12 Juin 2011 - 14:16    Sujet du message: [Terminé] [mission E] Quand une gentille expulsion dégénère. Répondre en citant

La mort de Sylve fut rapide et douloureuse, ses os se brisèrent sous la paume de son camarade en une magnifique pluie blanche. Sa tête roula sur le sol, ses yeux encore écarquillés de rage semblaient les blâmer pour ce meurtre. Arthur haussa les épaules et prit la cape noir du cadavre sans cérémonie, c'était sa technique favorite pour éliminer les autres et si la plus part du temps les ennemis avaient simplement les jambes en miettes, il y avait eu d'autre dommages collatéraux avant Sylve. Désolé mon gars, mais c'est la vie. Vaguement, pendant qu'il enfilait la cape, Arthur se demanda si contrairement à son ancienne école, ici il allait subir les conséquences de ses actes. Être fils de puissant à des avantages, comme par exemple le principal qui tait vos bourdes en mission car il craint des représailles.... Ca doit marcher comme ça ici aussi, il lui suffira de faire comprendre au principal combien son père aime que son fiston se sente bien. Pas spécialement machiavélique de nature, même plutôt gentillet, Arthur se disait simplement qu'il utilisait une situation naturelle à son avantage, rien de plus : ne pas profiter de son nom, ça ça aurait été idiot !

_ T'inquiète mon père est puissant, on ne te dira rien pour ce mec. De toute façon il était perdu d'avance, je l'avais rendu fou : il aurait fallu l'abattre. Il haussa une nouvelle fois les épaules, parlant de l'homme qui lui avait fait incroyablement peur deux minutes plutôt comme d'un animal malade. Arthur se remet vite de ses émotions et ça se voit. Une fois la cape enfilée, il suivit l'idée judicieuse de son camarade. Avant que que d'autre personnes ne viennent, Arthur entra dans la maison, si j'ose dire. Face à lui une femme opulente, qui devait avoir un peu trop forcé sur la viande, trônait littéralement au milieu de la pièce. Autour d'elle, trois hommes étaient à genoux. Juste devant la femme, à ses pieds, un homme étaient en train... d'égorger un poulet ?! Pauvre bête ! La femme haussa un sourcil, fit taper son baton sur le sol ce qui eu pour effet de déclencher un nouvel élcair à l'extérieur. Au moment précis où la lumière divine se fit, tous les membres émirent un faible cri d'admiration. Un peu à la traine, Arthur fit de même.
Roh bon sang, ce sont des malades. Ils vénèrent cette bonne femme qui a du leur raconter des conneries. Une secte, c'est une secte. Une secte avec de faible moyen pour aller squatter le terrain de l'école.

_ Nous avons éliminer les intrus, ma Dame.

Dit Arthur en se prosternant devant la femme. Elle ne dit rien, mais ses acolytes parlaient pour elle. Tous en symbioses, comme des robots, ils sifflèrent contre Arthur. Ah ok, parler sans autorisation c'est mal. Mais pas assez pour vous faire cramer sur place car ils se remirent à charcuter le poulet en prononçant une litanie. On dirait une prière... Qu'importe, c'est des malades. Bon ils leur suffisait de neutraliser la vieille pour que toutes cette mascarade soit terminer. Mais comment ? S'ils pouvaient prouver à ces hommes qu'elle n'est pas toute puissante... Ils auraient alors finit la mission et pourraient rentrer chez eux... A côté de lui se tenait Noa, Arthur souffla entre ses dents à l'intention de son camarade :

_ Défie-la. Dit que tu veux son autorité, invente un truc. Ils l'aiment tellement qu'ils vont juste te rire au nez, ça peut le faire. Tu es solide comme un roc de toute manière.

Finit Arthur avec un sourire complice.


Je pense qu'on peut finir sur ton post ^^
Revenir en haut
Classe Trèfle
Noa Maeda
Inscrit le: 10 Avr 2011
Messages: 186
Espèce: Youkai
Catégorie: Combat
Niveau: Lycée
Classe: Trèfle
Sexe: Masculin
Points MS: 448
MessagePosté le: Lun 13 Juin 2011 - 23:54    Sujet du message: [Terminé] [mission E] Quand une gentille expulsion dégénère. Répondre en citant

Mmm. On en dira ce qu'on veut plus tard, mais pour son âge Arthur semblait revoir à la baisse la valeur de la vie de leurs adversaires. C'était une bonne attitude à prendre en cas de guerre ; moins on en portait sur la conscience mieux ça valait. De plus ils s'étaient retrouvés en cas de légitime défense, avec ces magiciens qui protégeaient leur château quitte à les tuer ... ou presque. Le dernier qu'ils avaient abattu ne constituait déjà plus une menace, ce qui signifiait qu'ils l'avaient tué par simple commodité. Bah. Dans un sens, ce n'était pas un première dans l'histoire du youkai qui aurait pu, un jour, assassiner de sang froid celui qu'il considérait comme son ami. Un crime abominable dont l'arrivée seule de la police avait empêchée la réalisation. Devait-il aujourd'hui les en remercier ? D'avoir éloigné de lui l'humain dont l'attitude aurait bien mérité la mort ? Si on considérait la vie comme une valeur absolue, oui. Quand aux gardes d'aujourd'hui ce n'était pas un histoire différente : selon la justice il s'agirait de légitime défense, merci aux Penther. Les lycéen devraient se faire eux-même une image de ce qui s'était passé, quitte à ainsi s'en blanchir complètement. En attendant ils avaient du pain sur la planche, les état d'âme étaient un luxe que de simple soldats ne pouvaient pas s'offrir.

Noa se détacha quelques instants de son camarade afin de récupérer son déguisement, en espérant tomber rapidement sur un exemplaire n'étant pas tombé en cendres à la suite de son assaut. La foudre n'avait pas tué net le lycéen ; il en déduit à partir de là l'intensité de la charge électrique reçu. Résultat : elle était bien inférieure à celle de véritables éclairs, il avança même la durée approximative de dé-paralysie de ses membre. Et effectivement, il sentait déjà beaucoup plus son bras comme sa jambe de retour aux côtés de l'autre trèfle. Alors seulement ils pénétrèrent dans le petit château d'éclairs. Pas de longs couloirs vers un cave ou de décoration gotiques outre-mesure comme on aurait pu s'y attendre. En fait la bâtisse méritait son titre de cabane construite en deux seconde : une pièce centrale et c'est tout. centre siégeait la vieille femme décapuchonnée, sur une sorte de grand trône surélevé. Le regard brillant du youkai passa d'elle à sa bande de soumis en cape noire, puis il ne put retenir un sourire. D'accord ça se jouait toujours à quatre contre deux, et ils n'avaient aucune idée du réel pouvoir de leur sorcière. Pourtant arrivé face à ces derniers survivants, dans cette salle fermée, et sans que ces derniers ne les démasquent déguisés sous de simples manteaux : le youkai se sentait en position de force. Cette même force brutale qui préparait en tant que mode de combats ces dernières minutes ! Au fur et à mesure que son énergie vitale passait dans ses muscles, ses iris jaunes fendues de pupilles verticales viraient au rouge vif. Il commençait presque à en trembler, à se rendre incapable de détourner la ridée, nouvelle cible de la mission du regard. Un plan maintenant ? Ah ! Que de superficiel ...

_ Défie-la. Dit que tu veux son autorité, invente un truc. Ils l'aiment tellement qu'ils vont juste te rire au nez, ça peut le faire. Tu es solide comme un roc de toute manière.

Perdant déjà légèrement conscience de lui, une dernière pensée atteint Noa. Puissant grâce à son art, surpuissant grâce à son ami, qu'est-ce qui pouvait vraiment lui résister dans ce monde ? C'était certain. Si un jour il pouvait imiter ne serait-ce qu'un quart des dons qu'Arthur lui allouait en ce moment même, alors cela ferait le lui l'élève le plus fort dans l'académie, sans conteste. Il se savait déjà capable de devenir un Joker avec ses capacités actuelles, alors premier de la classe des Joker ? C'était absolument loin d'être impossible, même maintenant ... Il l'ignorait toujours, mais il y avait en réalité de grandes chances que ses à-priori combinés à sa simple force brute lui coupent la voie de l'ascension. Ça oui, mais ce serait rapidement compensé par son implication dans le Conflit. Oui : avec ses camarades il allait bien s'amuser ! Le youkai rendit un sourire carnassier au trèfle, et c'en fut fini du Noa parfaitement conscient. Que son ami reste ou s'en aille, la suite de l'histoire ne porterait qu'un seul titre

Destruction.

***


La nuit était maintenant bien avancée, mais il ne pleuvait plus c'était déjà ça. Noa avait préféré garder la robe d'ébène de la secte pour marcher le long chemin de l'académie. Cette cape elle-même n'avait rien de fanatique ou quoi que ce soit, sans motif ni inscriptions relative à la religion bizarre de la sorcière des éclairs qu'ils laissaient derrière eux. Elle était même chaude, voir un peu plus que le grand imperméable du youkai, ce qui lui suffisait largement comme raison pour la conserver un petit moment. Des dernières heures il n'avait plus grands souvenirs, sinon qu'arracher les viscères d'une mamie qui continuait de vous menacer de mort sans son bâton magique n'avait rien de très glorieux, même pour un soldat. Son manoir n'était à cet heure plus qu'un tas de bois ; unique relique du repaire d'un groupuscule dont la justice approuverait plus tard l'annihilation comme seul remède possible. Arthur avait repris la route de l'école sans s'attarder autant que Noa devant lui ruine. C'était bien. On a toujours besoin d'un ami avec un coup d'avance sur soi. Réprimant un bâillement, il sorti son portable de sa poche pour vérifier si toutes ses confrontations de l'avaient pas grillé à vie. Quel ne fut pas sa surprise de découvrir les quatre barres de batterie pleine et brillantes comme jamais ! Cette expérience les avaient bien plus remplie qu'elle ne les avaient tués. Saurait-il les imiter, et transformer le sang qu'il avait sur les mains en une nouvelle énergie lui permettant d'avancer plus loin ? Rien de plus certain ! Du moins, s'il arrêtait de douter de lui à tout bout de champ.
_________________

« Noa Maeda, des Trèfles de corps à corps.
As ... ? »
Revenir en haut
Arthur A. Penther


MessagePosté le: Mar 14 Juin 2011 - 12:23    Sujet du message: [Terminé] [mission E] Quand une gentille expulsion dégénère. Répondre en citant

Ce fut un massacre. Arthur n'avait même pas regardé la scène tant son camarade fit preuve d'une barbarie sans nom. Quelle folie ! Noa ne s'était pas contenté de la défier, il l'avait anéantit ! De la vieille femme, de ses acolytes, il ne restait que des corps éventrés et du sang. Beaucoup de sang. Le cœur au bord des lèvres, Arthur regardait avec des yeux écarquillés les restes de la secte. Il les avait véritablement massacré... Comme un monstre, il avait tout détruit. Et lui, trônant au milieu des cadavres, n'avait pas une égratignure. Le principal avait-il prévu ceci ? Savait-il que leur duo allait être révolutionnaire, parfait ? Noa avait la force de résoudre seul cette mission sans difficulté, il lui fallait juste un bouclier, une garantie... Arthur avait servit de bouclier, il lui avait offert ce que nul n'a : un corps si résistant qu'il aurait fallu une montagne de soldats pour le vaincre, et encore. Ils n'avaient aucun plan, ils auraient du se faire laminer, et pourtant les voilà triomphant de la secte ! Ils se complétaient extrêmement bien. Se relevant, remit de ses émotions, Arthur sortit dehors pour respirer l'air frais et non plus l'odeur du sang. Sans un mot pour Noa, il le regarda partir avant de lui emboiter le pas. Il n'avait pas très envie de parler à son nouvel ami, il n'était pas dans son état normal et Arthur ne voulait pas déclencher un combat malgré lui, d'où il sortirait perdant. Il fallait qu'il se repose, il avait utilisé beaucoup de sa force magique cette nuit. Il fallait aussi qu'il réfléchisse à tout ce qui c'était passé, sans compter le rapport au principal.

…. Dans sa chambre, à écrire consciencieusement le rapport de mission, Arthur se remit à penser à l'attitude de Noa. Il n'était plus lui-même, il était un animal quand il avait tué la vieille. Pourquoi ? Que c'était-il passé en lui ? Intrigué, Arthur se demandait si cela arrivait souvent, si le trèfle choisissait cet état d'esprit. Il est puissant, mais dangereux. Y a-t-il moyen de changer ça ? De faire en sorte qu'il soit moins... fou ? Arthur prit un carnet dans sa table de nuit où il nota toutes ses interrogations. A mesure qu'il écrivait il se rendit compte qu'il ne savait toujours pas le prénom du trèfle. Heureusement qu'ils sont dans la même classe, comment il pourrait le retrouver sinon ? Car après cette nuit, Arthur avait décrété qu'ils étaient deux bons copains. Le sang, les massacres, ça rapproche. Il n'avait pas envie de l'ignorer et il connaissait si peu de monde ici qu'il ne voulait laisser filer personne.

Enfin, une fois qu'il eu finit d'écrire le rapport, Arthur alla se coucher pour se réveiller ensuite plutôt que les cours le demandait afin de prendre rendez-vous avec le principal. Il y expliqua alors les circonstances de la mission, la nécessité de tuer et justifia la barbarie de son camarade par l'atmosphère de violence et la légitime défense. « C'était eux ou nous monsieur ! ». Ils n'eurent aucun problème, le principal accepta la version d'Arthur et ce dernier put tranquillement reprendre sa vie d'étudiant.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:37    Sujet du message: [Terminé] [mission E] Quand une gentille expulsion dégénère.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Extérieur de l'académie -> La falaise - Nebete Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.