FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Se connecter pour vérifier ses messages privés   S’enregistrer   Profil   Connexion 

[Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants.

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Extérieur de l'académie -> La ville - Vecos
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Personnel de l'académie
Relia Geraldine
Inscrit le: 16 Fév 2011
Messages: 115
Espèce: Humaine
Catégorie: Magie
Classe: Personnel de l'académie - Professeur.
Sexe: Féminin
Points MS: 111
MessagePosté le: Sam 26 Fév 2011 - 15:15    Sujet du message: [Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants. Répondre en citant

    Ce matin, le soleil se levait de bonne humeur et les nuages s’étaient écartés pour lui laisser la place, trop timides de se montrer face à cette lueur blanchâtre qui contrastait joliment avec le bleu du ciel. Belle journée en perspective. Pourtant, ce n’était qu’une impression.

    Dans une petite académie pour enfants dans la ville de Vecos, tout semblait être normal, rien ne sortait de l’ordinaire : les enfants jouaient et les adultes s’occupaient d’eux. On se disait que rien ne pouvait venir gâcher cette tranquillité et ce quotidien. Mais on entendit soudainement un bruit étrange venant de l’arrière de l’école. Quelques professeurs étaient donc allés sur les lieux, mais ils tombèrent sur des terroristes armés de fusils et de pistolets. Étant donné la situation, les adultes ne pouvaient pas se permettre de mettre l’académie en danger et décidaient d’obéir aux instructions que les inconnus donnaient. Les enfants étaient tous réunis dans le gymnase surveillés par trois professeurs et deux des terroristes. Personne ne connaissait la motivation de ces personnes venues de nulle part et tout semblait être sous leur contrôle. Mais un des adultes avait réussi à échapper de leur surveillance pour aller chercher du secours étant donné que les employés n’avaient pas le droit de contacter qui que ce soit. Ce rescapé savait où se diriger pour demander de l’aide : à Rakishou.


    **


    « Merci pour la lecture. Nous avons donc un paragraphe qui explique l’utilisation de la magie en général. Qui peut expliquer ce que ce passage signifie concrètement ? interrogea une jeune femme aux courts cheveux bruns, portant des habits noirs à motifs dorés. C’est vrai que ce n’est pas facile à expliquer, mais il faut essayer un minimum ! Je vais interroger quelqu'un au hasard... »

    Alors que chaque élève était en train de prier pour ne pas se faire interroger, la porte de la salle de classe s’ouvrit violemment, donnant le regard sur un surveillant essoufflé. Il essaya néanmoins de reprendre son souffle et de bien articuler chaque mot qu’il prononcera au professeur en face de lui. Bien évidemment, il ne dit rien à haute voix. Lorsque la jeune femme entendit ce qu’il avait à dire, son visage, à la base enjoué, montra un air grave et sérieux.

    « Je comprends. Avertissez le directeur, j’arrive. Dit-elle en direction du surveillant avant de s’adresser à la classe. Désolée les enfants, une urgence. Vous avez donc quartier libre pendant ce temps. Et pas de gaffe ou vous aurez à faire à moi à mon retour ! » avertit la brune avec un ton plutôt joyeux.

    Arrivée dans le bureau du directeur, la jeune femme écouta attentivement tous les détails de la mission. Et apparemment, elle devait prendre en compte d’une autre chose importante.

    « Mais enfin monsieur, c’est plutôt risqué… »

    Le principal de l’académie le savait, mais c’était soit cela, soit autre chose. Et puis il avait pas mal d’arguments : pas beaucoup de terroristes – environ six -, un terrain grand pour bouger, des professeurs encore présents, des enfants qui ne bougeront pas… Bref, une mission spéciale.

    « C’est d’accord, Relia ?
    - Bien compris, répondit ladite Relia, occupant actuellement le poste de professeur de magie. Je vais aller chercher l’élève sur le champ. Devrons-nous partir tout de suite après ?
    - Oui, c’est urgent. Tu as même le droit de déployer tes meilleures capacités. Déclara le directeur.
    - Merci, mais ça ira. Enfin, je verrais bien sur place ! Sur ce, je commence la mission ! » finit-elle par dire en saluant le principal d’un geste militaire avant de courir cherche une étudiante.

    Relia passa quelques classes, mais ne trouvait toujours pas le bon. Décidément, il y en avait des classes de Pique, mais toujours pas celle qu’elle cherchait. Son supérieur aurait quand même pu lui dire la salle exacte ! Mais la jeune femme n’allait pas se plaindre dans un moment pareil, elle devait faire vite.
    Lorsqu’elle ouvrit la cinquième porte depuis tout à l’heure, elle fut soulagée : l’élève demandée était là, dans sa salle en train de suivre les cours. Elle était désolée pour le professeur et pour cette étudiante, mais Relia ne pouvait pas tellement continuer sur la lancée en balançant des politesses.

    « Désolée, je passe te piquer une de tes élèves ! Je demande Seon Wang. Et pour tes affaires, tu peux les confier à quelqu’un ou au prof, on n’a pas beaucoup de temps devant nous. »

    Relia savait que cette manière était un peu brusque, mais au vu de la situation, qui prendrait le temps d’aller dans le dortoir de l’élève pour poser ses affaires, puis sortir de l’académie et enfin arriver sur les lieux ? Impossible de penser à tout cela.
    Lorsque la Pique la rejoignit, Relia salua l'autre adulte avant de sortir de l’académie. La brune expliqua en détail la mission à Seon sur le chemin pour ne pas perdre de temps.

    « Un groupe de six terroristes a pris une académie pour enfants en otage. On ne sait pas ce qu’ils veulent ni ce qu’ils veulent faire, mais on nous a confié la mission de les arrêter. Les adultes ne sont pas assez nombreux là-bas alors ils ne peuvent pas faire grand-chose, surtout que la plupart d’entre eux doivent protéger les petits restants. Un grand nombre d'enfants à été évacué, mais les restants doivent être morts de peur. Et c'est là qu'on intervient ! On doit non seulement arrêter les terroristes, mais aussi rassurer les enfants. »

    Puis, après un quart d’heure de marche environ, elles arrivèrent devant l’école. Il n’y avait personne qui gardait l’entrée, sûrement pour ne pas attirer l’attention. En revanche, il y avait des enfants et des adultes sur le trottoir. Ils ne pouvaient pas demander de l'aide car ils étaient surveillés et n'avaient pas le droit de bouger non plus.

    « T’es prête ? » questionna la brune avec un sourire.


    [ Pfiou, désolée c'est un peu long comme intro. ^^" Et j'espère que ça te convient, sinon je change ! ]

_________________
Revenir en haut
Publicité


MessagePosté le: Sam 26 Fév 2011 - 15:15    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Classe Joker
Seon Wang
Inscrit le: 12 Oct 2010
Messages: 887
Espèce: Humaine
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Joker
Sexe: Féminin
Points MS: 631
MessagePosté le: Dim 27 Fév 2011 - 18:50    Sujet du message: [Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants. Répondre en citant

[non c'est parfait ! \o/]

Il est chez les As ! Il est parti ! Ô joie ! Je ne vais plus voir sa sale tête chaque fois que j’irais en cours ou entrerait dans le dortoir ! JE vais devenir la reine des Piques !
Ceci est la réaction spontanée de Seon Wang quand elle avait appris la mutation de son très cher ennemi, sur le coup ça lui a fait plaisir mais maintenant elle se rend compte des effets pervers de sa disparition. La jeune fille n’a plus aucun défouloir, elle s’ennuie, ne sait pas qui embêter, rumine dans son coin et résultat se met à penser aux choses qu’elle veut oublier. Pour une fois il ne s’agit pas de son passé ou d’un plan pour bousiller l’existence d’Alexandre (idée exclue vu son statut actuel), non il s’agit de sa relation avec Tamashi. Ses mots lors du cours de sport l’ont marqué, elle ne cesse d’y penser et une question revient en boucle : il pense quoi ? Il est comment au fond ? Quoi qu’elle fasse ou dise il reste là, stoïque, comme un arbre face à la tempête. Insaisissable et fort. Pour répondre à l’énigme Edgar Seon passe maintenant ses heures de cours lancinantes et ennuyeuses à l’observer en coin, puis à détourner rapidement le regard craignant qu’il ne se fasse des films. Voilà la nouvelle existence de Wang et elle n’est guère palpitante. Aujourd’hui elle s’est levée le pas trainant, elle a enfilé une robe blanche courte (au-dessus des genoux) par-dessus lequel elle a mis un de ces gilets masculins sans manche rendu à la mode chez les femmes. Une paire de collant couleur chair pour ne pas avoir froid, ses cuissardes qui devrait être changées bientôt et enfin son long manteau pour vaincre le temps hivernal, malgré le soleil radieux, avant de retrouver la douce chaleur de la salle de classe. Je suis en train de me transformer en robot, faut que je règle ce soucis avec l’autre Chevalier. Faut que je voie Alexandre… ou Sinysta… Ou l’autre folle à la chevelure verte… N’importe quoi, n’importe qui mais occupez moi.

_ Et donc vous obtenez un total de 520. Vous avez tous compris ?

La porte s’ouvre en fracas, une femme que Seon reconnut comme étant une professeure interrompit le cours l’air grave. Hm ? Intriguée Seon le fut encore plus quand elle la manda de la suivre ! Moi ? Mais j’ai fait quoi de mal ? La demoiselle ne fit cependant aucun commentaire en suivant l’enseignante si ce n’est pousser son sac de cours encore plus contre le mur pour faire comprendre que qui qu’onques y touche aura affaire à elle, et ses camarades ont très bien compris qu’il faut éviter de se frotter à l’étudiante. C’est donc le sac et le manteau derrière qu’elle écouta le compte rendu. Concentrée elle écoutait avec application tout en emmagasinant les informations. Six terroristes armés, enfants dans le gymnase, passants surveillés par le système de caméras de surveillance ou alors y a des terroristes infiltrés. Avant qu’elles n’arrivent Seon se permit de clarifier quelque point, non pas qu’elle n’ait pas compris les objectifs mais parce que une telle mission implique de lourdes responsabilités, il ne faut aucune bavure sinon ce sont les enfants qui vont en payer les conséquences. Il faut un plan précis, réglé à la seconde prêt.

_ Tous les terroristes sont dans le gymnase ou sont-ils un peu éparpillé ? C’est un système de caméra qui surveille chaque mouvement ou des indics ? Qu’elles sont vos capacités utiles pour la mission ? Vu qu’on doit la faire ensemble je préfère éviter les surprises afin d’être sûre à 100% de la réussite du sauvetage. Je possède deux armes de jets et deux au corps à corps.

Elle ne s’embarrasse pas du protocole, des « madame », « excusez-moi pour mes questions ». Pas le temps pour ça, il faut agir. Seon ne se posa pas la question qui est pourtant évidente : pourquoi moi ? Pourquoi le directeur m’envoie là-bas ? Ça aussi, pas le temps pour les divagations. Son très rapide débit de parole lui permit de finir avant la fin du quart d’heure de marche. Face à elle, le bâtiment silencieux, prit en otage. Il est ennuyeux qu’elles ne savent pas en détail la position des terroristes mais Seon se doutait qu’il devait y en avoir dans le bureau pour tout superviser, dans les couloirs un ou deux pour patrouiller et le reste dans le gymnase, c’est souvent comme ça que ça marche non ? Espérons que l’enseignante en sache plus qu’elle n’en a dit. Le plus important c’est le nombre auprès des enfants elle pense envoyer ses anneaux désarmés les agresseurs : elle les sait assez rapide pour ne pas se faire repérer sauf qu’elle n’en a que deux. Son cerveau tournait à cent à l’heure, aucune panique ne la gagnait : entièrement concentré sur les évènements son esprit fonctionnait comme une immense entreprise où les causes et conséquences s’affichent pour permettre d’envisager toutes les probabilités. C’est bon, je vois comment les désarmer que ce soit ceux du gymnase ou les autres, idem pour un susceptible système de surveillance électrique, et les mettre hors d’état de nuire sans les tuer, il ne faut pas que cette fois je les élimine : ça choquerait les enfants. Epargnons leur ça, et puis faut que la police puisse les interroger ensuite. D’ailleurs autre information à prendre en compte, il y a peut-être des terroristes mages.

_ Prête, comment voulez-vous que l’on se déploie ? Ayez confiance, je pense être à même de gérer les différents cas de figure.

Oui déployer, elle s’imaginait mal rester avec l’enseignante car cela réduirait leur champs d’action si les terroristes ne sont pas tous réunit. C’est un coup à être prise en guet append. De la même façon Seon demandait à l'enseignante comment elle voulait organiser l'assaut, Seon lui disait pouvoir gérer - sous entendant qu'elle avait réfléchit à des solutions - mais elle avait aussi conscience que la professeur est sa supérieur hiérarchique et qu'elle a plus d'expérience qu'elle en la matière. Ses conseil et son expérience leur seront utile pour réussir. Pour le coup, Seon ne cherche absolument pas à impressionner l'enseignante ou le directeur, elle veut sauver les otages, leur redonner le sourire et mettre sous les verrous les terroristes. Point.

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Personnel de l'académie
Relia Geraldine
Inscrit le: 16 Fév 2011
Messages: 115
Espèce: Humaine
Catégorie: Magie
Classe: Personnel de l'académie - Professeur.
Sexe: Féminin
Points MS: 111
MessagePosté le: Lun 28 Fév 2011 - 17:59    Sujet du message: [Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants. Répondre en citant

    L’étudiante que le directeur lui avait confié semblait déjà entre dans le bain du combat contre les terroristes. C’était un bon point déjà. Le professeur de magie garda cette idée dans la tête et écouta ce qu’elle avait à dire sur la situation. Elle était aussi très bien organisée et voulait bien comprendre avant de faire la moindre erreur. Un autre point.

    « Ils sont tous éparpillés. Selon les dernières nouvelles, il y en aura deux dès qu’on va faire notre entrée, puis un qui doit être dans la salle de surveillance de l’académie et les trois autres dans le gymnase. Il y a une caméra juste à l’entrée, c’est pour ça que ces gens ne bougent pas. Affirma-t-elle avec le sourire avant de continuer. Mes capacités utiles ? Hum… Je peux voler, utiliser ma magie de lumière à faible degré. Il ne faudrait pas que je détruise l’académie, ce serait bête, haha. » Laissa-t-elle échapper en se frottant la nuque.

    Il n’y avait rien de drôle dans ce genre de situation, mais l’adulte ne put s’empêcher de laisser un rire lui échapper. Après tout, il fallait se détendre un peu avant les missions pour mieux se sentir ! Enfin, c’était son point de vue, elle n’allait pas l’imposer à tout le monde. La brune arrêta de plaisanter et continua les explications et la discussion sur ce qu’elles allaient faire. Un peu de sérieux ne ferait pas de mal, mais elle aimait bien rire, même quand il fallait se battre contre des personnes dangereuses ou sauver des enfants. C’était dans sa nature.

    « T’es plutôt bien armée, c’est cool pour cette mission ! Au fait, tu m’as dit que tu ne veux pas être surprise à la vue de mes capacités ? Hum… Soit sûre que tu ne verras que des attaques magiques à distance. Je ne sais faire que ça, tu verras ! »

    Il fallait à présent agir, les otages ne supporteraient peut-être pas une minute de plus à l’intérieur. Après ce que la Pique lui venait de demander, l’adulte se demandait quel serait l’endroit le plus approprié pour l’évaluer puisque le vieil homme l’avait laissé choisir. D’un côté, Relia n’avait pas envie de l’envoyer mourir, ces malfrats étaient vraiment dangereux et tiraient sur tout ce qui bougeait ! Après réflexion, elle connaissait la tactique parfaite. Enfin, ce qu’elle pensait être parfait, elle n’en était pas sûre d’elle, mais cela ne ferait qu’augmenter le nombre d’observations dans le cas où la mission tournerait mal.

    « Je pense avoir trouvé. Je te laisse te charger des gardes à l’entrée, ils sont deux. Ça ira ? Pendant ce temps, je m’envolerai dans la salle de surveillance, je connais bien cette académie. Je ne sais pas où se trouve le chef de cette bande, mais il sera soit en haut, soit dans le gymnase. Ensuite, quand chacune de nous aura terminé son boulot, je reviens par la cour de l’académie, juste à l’entrée donc. Comme cela, on ira ensemble à cette grande salle. Et l'académie a une structure assez similaire à la notre, mais en plus petit, donc tu ne devrais pas te perdre. »

    Puis elle rajouta quelques explications ou conseils. Même si l’élève semblait être prudente, il valait mieux prendre des précautions, sait-on jamais. Relia lui indiqua que les gardes seraient armés de pistolets surtout, et que les terroristes dans le gymnase auront probablement des fusils et des revolvers pour tirer sur n’importe qui à leur portée. Elle lui dit donc qu’il fallait privilégier ses armes de jet que le reste, mais ne pas baisser sa garde au cas où ils auraient réussi à se procurer des dagues et autres couteaux dans le même genre. Comme cela lui gênait un peu de la laisser seule contre deux personnes, l’adulte lui indique une dernière information : ne pas prendre de risques. Si jamais elle avait de sérieux problèmes, elle devra reculer et s’enfuir. Enfin, cela l’étonnerait car aucun élève ne l’avait écouté quand elle disait ça. Pourtant, elle avait toujours été sérieuse dans ses propos. Mais ce n’était qu’une question de fierté et d’honneur, Relia le savait.

    « Enfin, c’est comme tu veux, je sais qu’en général, ce n’est pas le conseil à donner… Mais c’est juste au cas où ! »

    La cadette des Geraldine jeta un dernier coup d’œil aux alentours avant de s’adresser à nouveau à la Pique.

    « Si t’as tout bien compris, on y va ! »


    [Tu peux commencer l'assaut de suite sauf si Seon a besoin d'explications. ^^ En plus j'ai l'impression de m'être embrouillée dans les explications. xD]

_________________
Revenir en haut
Classe Joker
Seon Wang
Inscrit le: 12 Oct 2010
Messages: 887
Espèce: Humaine
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Joker
Sexe: Féminin
Points MS: 631
MessagePosté le: Mar 1 Mar 2011 - 12:39    Sujet du message: [Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants. Répondre en citant

J'imagine depuis le début l'académie entourée par un mur et un portail j'espère que c'est juste sinon je modifie ^^ et pour le reste j'espère aussi que cela ne fait pas trop "gros bill", pareil si je dois modifier dit le moi ^^


Elle, elle ne rigole pas. Ce n'est pas que Seon soit dénuée d'humour mais en mission elle est concentrée, précise et ne laisse aucune place à la frivolité. A dire vrai elle a bien réussi à émettre des blagues lors de mission mais c'était uniquement celles qui impliquent un massacre de monstres, là elle trouve très plaisant de faire de l'humour noir visant à provoquer les créatures. Mais pour le coup, elle n'a pas d'humour et c'est un visage sans sourire, même pas une veine tentative, qui répondit à l'enseignante. Pas besoin de me détendre, je suis détendue. Il peut paraître étonnant à qui ne connait pas la demoiselle de voir combien elle gère bien la pression mais quand on sait qui elle est, ce qu'elle a traversé, il s'agit d'une évidence. Dès l'enfance elle a été plongé dans la plus impitoyable des compétions: celle des danseuses classiques. Puis après un relâchement où elle ne faisait rien au collège, elle a subit un électrochoc grâce à un enseignant qui lui fit comprendre l'utilité, l'importance, des missions. Eux aux moins ils essayent, ils protègent quelque chose. Ces mots sont gravés en elle, depuis ce jour elle n'a fait que s'entrainer d'avantage pour pouvoir empêcher que certains souffrent, puis maintenant, pour empêcher d'autre drame comme celui qui a frappé sa famille. Oui, j'ai l'habitude de la pression alors inutile que je fasse de l'humour. Mais vos blagues sont amusantes, comme celle sur l'explosion de l'établissement, oui ça serait ennuyeux que tout s'enflamme.

Elle écouta en silence les explications de la professeur. Bien deux derrière la porte d'entrée, bien caché à l'abri des passants inquisiteurs. Avec des armes à feux donc risque de balles perdues pour elle. Caméra à l'entrée donc dès qu'elle va entrer on la verra, si elle est prompte possibilité de la neutraliser mais de toute manière si elles sont bien coordonnées l'enseignante aura géré la situation avant que ceux du gymnase soit aux courants. Trois dans le gymnase avec enfants, elles peuvent gérer aussi mais toujours risque de balles sur enfants ou professeurs. La rouquine fit une pause pour enregistrer les capacités de l'enseignante qu'elle reconnut comme très utile par un signe de tête. Les attaques de distances sont à privilégier face à des armes à feux, et le vol va leur donner un net avantage. Seon résuma son intérêt et sa reconnaissance des pouvoirs de la jeune femme par:

_ Pratique et efficace.

Le plan lui plut ainsi que son rôle qui lui parut logique. En effet vu qu'elle peut voler autant en profiter pour éliminer la tête surveillante rapidement. Après avoir confirmé avoir tout compris et approuvé l'idée d'une telle stratégie, Seon se demanda comment approcher l'académie. Dès qu'elle va s'avancer ils vont la repérer. Si elle marche sur le trottoir ils vont la prendre pour une passante, c'est un avantage de ne pas porter l'uniforme de Rakishou finalement. L'ennuie c'est que si elle s'approche trop ils vont la mitrailler dès qu'elle va entrer... comment faire ? Comme tout à l'heure son cerveau carbura jusqu'à trouver une solution qui lui apparut comme adapté à ses capacités et à la situation.

_ Bien je vois, bonne stratégie. Faites aussi attention à vous dans ce cas.

Ce fut son seul sourire (enfin si on peut appeler cela un sourire, c'était plus une marque de compréhension qu'autre chose). Seon n'avait absolument pas l'intention de rebrousser chemin non pas par fierté – elle a bien reconnu la supériorité d'Alexandre face à elle et cesser les affrontements directes – mais parce qu'elle se voit mal fuir la queue entre les jambes alors que des innocents sont en dangers. Sa vie à peu de valeur aux yeux de l'adolescente, la leur par contre est précieuse. Alors elle va se donner à fond et réussir, car le doit.

Avant de se lancer Seon s'attacha les cheveux en un chignon serré puis elle se cacha du mieux qu'elle put ses mains gantés en se félicitant de les avoir toujours sur elle, une fois chose faite elle fit apparaître en silence mais aussi avec une jolie et agaçante clarté, deux armes. Faudrait voir avec la nouvelle infirmière si elle ne peut pas lui donner un truc qui modifierait l'invocation. Les deux anneaux, qu'elle prit dans une seule main, sont pour le moment ses seuls armes car si elle fait apparaître ceux des chausses elle risque d'éliminer les deux hommes, par habitude. Bien. Maintenant la suite, elle s'appliqua à repérer la caméra de surveillance, si elle est dirigée sur le trottoir elle doit être visible depuis l'extérieur... Ah là ! A gauche du portail, sur le mur.

_ Partez en même temps que moi je vais détourner leur attention, vous allez pouvoir vous envolez sans risquer d'être mitrailler.

Allez, souffle, respire. Un pas pour partir, une pause pour prendre des petits cailloux. C'est partie.

Première chose: détourner l'attention des gardes d'elle-même pour ne pas se prendre de balles.

L'anneau droit s'envola en arc de cercle en silence à une vitesse telle qu'il ne put être suivit à l'oeil nu, il s'encastra dans la camera qui grilla sur place. La scène n'avait pas été finit qu' immédiatement après un autre passait au dessus du mur. Une nano seconde de silence, juste le temps de les faire disparaître puis réapparaitre. La scène se reproduit une seconde fois, à croire qu'elle ne sait décidément pas viser. Sauf que pendant tout ce temps la rouquine s'était envolée en courant silencieusement vers l'autre coté du portail. Quand les anneaux réapparurent dans sa main qui ne contient pas de cailloux elle les relança dans la même direction (pour la seconde fois donc) afin de faire une diversion, faisant croire que l'attaque vient de là. Juste au pied du mur, sans cesser de courir, elle lança violemment un anneau sur le mur gauche pour faire croire à quelqu'un qui l'escalade. Au cas où, pour donner plus de crédibilité au plan. Pendant ce temps elle sauta sur le mur coté droit et se raccrocha en haut du mur, sur lequel elle appuya sa paume gauche comme s'il s'agissait d'une poutre tout en se protégeant le visage de l'anneau droit revenue dans sa main à cailloux au cas où on lui tirerait dessus immédiatement. Elle passa le mur en passant ses jambes par dessus, sur le côté afin d'être le moins exposée possible. Les hommes la repérèrent, évidement, mais elle avait réussi à monter sur le mur et est en train d'entamer la descente. La diversion lui avait donné quelque secondes précieuses.

Les fusils se tournent vers elle. Une seconde. L'anneau disparaît dans la lumière alors qu'elle envoie les cailloux sur le visage des gardes. Une très faible diversion qui lui permit de sauter au sol pour mieux envoyer l'anneau revenu sur un fusil qui fut rendu inefficace par la lame qui se planta dedans. L'autre homme réagit immédiatement en tirant un coup de feu dans sa direction. Prompte à réagir elle se baissa sans cesser sa course, attrapa l'homme désarmé qu'elle lança devant elle, vers son collègue. Sa morale de ne pas traumatiser les enfants par ce qu'elle avait elle même vu et la certitude qu'ils étaient plus utiles vivants que morts, l' handicapait. Pour le coup elle lui aurait bien tranché les artères au lieu de chercher à l'assommer.

Elle lança un second anneau qui fut évité par le garde armé mais ce n'est pas grave, elle a obtenu ce qu'elle voulait. L'homme qu'elle avait poussé tituba légèrement puis cessa, se situant à une distance d'environ deux bras de son collègue. Seon qui ne c'était pas arrêté une minute sauta sur l'homme avant qu'il ne sorte une potentielle arme et fit une prise qu'elle affectionne car des plus efficaces: elle bondit suffisamment pour pouvoir attraper les épaules de l'homme désarmé mais pas assez pour être en l'air, tel un oiseau, cible du fusil. Juste la hauteur qu'il faut pour passer par dessus lui en diagonale, de biais. Elle prit un risque, il est vrai, mais elle connaissait sa vitesse qui handicaperait l'autre homme, qui ne pouvait pas tirer sans tuer en même temps son camarade. Elle attrapa fortement les épaules de l'homme tout en envoyant sa jambe droite dans ses tibias pour le faire basculer, détendu, elle put l'envoyer valdinguer par dessus son épaule à elle, vers le collègue armé.
Elle ne peut rien faire contre une arme à feu si ce n'était profiter d'un effet de surprise pour en briser au moins une. Par contre se servir de l'ennemi comme bouclier humain, c'est une possibilité tout à fait envisageable. L'homme finit sa course au sol, semi-assommé par le choc, son collègue reculant d'un pas pour l'éviter. Seon fit apparaître à ce moment là ses armes aux pieds, au cas où, sans quitter ses anneaux. Elle avait suivit le corps pour attraper la main de l'homme qui tenait l'arme, un coup partit en l'air avant que Wang lui entaillent les doigts d'un coup d'anneau gauche pour qu'il lâche l'arme. L'homme ne cria pas mais il sortit rapidement de sa main libre un couteau corse de sa poche de derrière qu'il déplia avec une rapidité qui trahissait une habitude, avec son couteau il essaya de poignarder la jeune fille en s'élançant vers son flanc gauche. Seon se glissa contre la main qu'elle tenait toujours, vers l'extérieur, et suivit le bras, évitant ainsi le coup de couteau. Elle lâcha la main au dernier moment quand elle envoya un coup de pied , le dessus de son pied, dans la nuque de l'homme, chose rendu possible car elle se courba juste ce qu'il faut en arrière au moment de l'impact. L'homme eu un sursaut mais le coup n'était pas assez puissant pour le neutraliser, sans compter que son collègue risquait de se réveiller. Wang poursuivit en le poussant du plat du pied avant de reculer d'un bond, s'élancer en prenant appui sur ses deux mains au sol et envoyer ses deux jambes collées l'une contre l'autre, dans la nuque de l'homme qui suffoqua sous le coup. Qui a dit que le karaté et la capoeira ne se marie pas ? L'adolescente finit le combat en effectuant une pression du plat du pied sur la tranchée des deux hommes pour les faire s'évanouir complètement. Les cours de physique ça sert toujours. Bon ben ça c'est fait. La demoiselle prit l'arme encore valide pour menacer les deux gars au cas où ils se réveilleraient et attendit patiemment que sa compatriote ai terminé et la rejoigne, étant donnée qu'elle n'avait pas bougé de l'entrée. Ce n'est qu'à ce moment qu'elle se permit de penser que le directeur aurait du leur passer une grenade endormante et un fumigène, ça aurait été tellement plus rapide (bien qu'elle n'ait pas été lente). Il doit aimer ce compliquer la vie. L'adolescente cessa le cours de ses pensées sur ce point là, sans se douter une seconde que le directeur la juge sur le déroulement de sa mission.  

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Personnel de l'académie
Relia Geraldine
Inscrit le: 16 Fév 2011
Messages: 115
Espèce: Humaine
Catégorie: Magie
Classe: Personnel de l'académie - Professeur.
Sexe: Féminin
Points MS: 111
MessagePosté le: Mer 2 Mar 2011 - 14:17    Sujet du message: [Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants. Répondre en citant

    Depuis le début, c’était la première fois que la jeune fille lui avait sourit. Ce n’était pas un miracle ou quoi que ce soit, c’était juste étonnant. L’adulte pensait qu’elle était plutôt du genre enfermée et directe ou quelque chose comme ça. Mais elle avait changé d’avis et se disait que finalement, elle pourrait bien s’entendre avec elle.

    « Oui, et toi, soit prudente. T’inquiète pas si je suis mitraillée, c'est pas pour moi que tu dois te faire du soucis ! »

    C’était sur un ton plutôt enjoué qu’elle avait dit cela. Elle savait que Seon ne rirait pas ou ne rentrerait pas dans son jeu, mais elle voulait quand même essayer.

    Après quelques secondes de silence, l’étudiante s’était lancée et avait commencé l’opération. Elle se débrouillait plutôt bien et savait parfaitement coordonner ses mouvements avec la situation. Le professeur de magie ne ressentit pas une once d’inquiétude pour cette jeune fille, débrouillarde comme elle était, elle n’aurait aucun problème. Relia s’envola vers les cieux pour atteindre la salle qui les gênerait au cours de leur mission après avoir balancé un « A toute à l’heure ! ».

    C’était parti, ce n’était plus vraiment le moment pour rigoler et faire comme si ces gens étaient bons à rien. La cadette des Geraldine s’approcha doucement de la fenêtre de la pièce recherchée et y jeta un discret coup d’œil : un homme était en train de surveiller toutes les caméras et s’était aperçus que quelque chose clochait à un certain endroit. Il se leva brusquement pour aller chercher le micro lié au gymnase, le front en sueur et la gorge nouée. Relia profita du fait qu’il lui montrait son dos pour débarquer en lançant une magie de lumière de base : Misteltein. Des petites boules de lumière étaient apparues et avaient sauvagement brisé les vitres, ce qui fit sursauter le terroriste. Ce dernier se retourna pour voir ce qui avait causé cette casse et tomba nez à nez avec une jeune femme. L’enseignante avait décidé de l’affronter en face à face pour ne pas perdre trop d’énergie à utiliser de la magie en lévitant. Elle venait de s’en servir une fois, il fallait en garder pour plus tard au cas où.

    « Salut ! Désolée, mais j’ai pas le choix. Fais une bonne sieste ! »

    Relia ne lui laissa pas le temps de prendre son pistolet pour riposter : elle réutilisa à nouveau la même magie pour le déstabiliser, voire le blesser un peu au bras droit. Mais comme il n’était pas encore évanouie et risquait probablement de vouloir contacter son patron, l’adulte prit la chaise sur lequel il était assis quelques minutes plutôt et le porta au visage de l’homme pour le frapper assez violemment, mais pas au point de le tuer. Il fut assommé sur le coup, mais ce n’était pas assez, il se réveillerait peut-être deux minutes après vu la faible puissance qu’elle y avait mise pour ne pas devenir une meurtrière. Elle décida donc d’aller cherche une corde ou ce qui pourrait faire office d’un long fil résistant. Fouillant le placard près de la salle, elle y trouva son bonheur et attacha soigneusement « sa victime » avant de s’envoler en prenant d’autres cordes avec elle, ce serait utile. Elle arriva au-dessus de l’entrée et aperçut avec plaisir que Seon avait déjà terminé son boulot. L’adulte ne vit pas cette scène sans esquisser un sourire bien évidemment. Puis, elle se posa doucement à terre pour tendre une des cordes à l’élève et s’agenouilla pour ligoter l’autre bandit.
    Lorsque ce fut chose faite, Relia se releva et commenta le travail de la jeune fille par un « Bien joué ! » avant de jeter un regard au bâtiment qui contenait le gymnase, c’est-à-dire celui en face d’elles.

    « A partir de là, on doit aller vers ce bâtiment là-bas, affirma-t-elle en le pointa du doigt. Ensuite, on devra descendre quelques escaliers pour arriver devant les portes du gymnase. Après… On défonce les portes ! Si on essaie de les ouvrir calmement, ils nous découvriront, alors autant faire une attaque surprise et les attaquer en premier. Je te laisserai la première offensive vu que je me chargerai de détruire la porte pour aller plus vite. »

    Elle fit une pause et reprit avec un ton un peu plus sérieux.

    « Après, il faudra aller très vite et désarmer les terroristes avant qu’ils n’aient le temps de prendre des enfants comme bouclier ou quoi que ce soit. C’est donc là que nos attaques à distance vont nous servir. C’est ok ? »

    Sur ces mots, l’adulte décida d’y aller directement avec l’élève de Pique. Même si cette dernière pouvait être contre ce plan, il n'y avait pas d'autres moyens : le gymnase a été construit au sous-sol pour ne pas faire de bruit lors des cours de sport et déranger les autres salles de classe. Si elles devaient chercher une autre solution, cela prendrait trop de temps et ce serait pratiquement impossible de trouver mieux, à part de casser le plafond du gymnase...
    Dévalant les escaliers après avoir parcouru toute la cour de l’académie, la porte se tenait droit devant elles au bout d’un moment. Relia se mit face à elle pendant qu’elle demandait à Seon de se mettre à l’abri. Puis, en se concentrant, la brune fit apparaitre cinq points lumineux qui s’abattirent rapidement sur la grande porte tout en prenant la forme de rayons blancs sur le trajet. Sous ces coups, l’obstacle fut détruit sous un fracas assourdissant. Il ne restait plus que le plus dur à faire.

    « A toi Seon ! »


    [ Ton post est parfait ! =D
    Je suis allée directement au gymnase, donc si ça va trop vite ou s'il y a un problème, je change. ^^ Comme Seon doit passer à l'action, tu peux faire bouger les terroristes et... Imaginer des situations ? Histoire de mettre du piment. *o* ]

_________________
Revenir en haut
Classe Joker
Seon Wang
Inscrit le: 12 Oct 2010
Messages: 887
Espèce: Humaine
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Joker
Sexe: Féminin
Points MS: 631
MessagePosté le: Jeu 3 Mar 2011 - 18:13    Sujet du message: [Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants. Répondre en citant

Je ne savais pas trop quoi mettre comme piment. J'ai pensé à un terroriste mage mais je me suis dit que ça fait un peu trop x.men pour le coup xD /sbam/ Donc j'en ai fait agir un qui met en péril la mission, je me suis arrêtée avant que Seon n'intervienne mais si tu veux je peux continuer ^^


Les gardes attachés Seon se permit de casser le revolver et cacher le couteau suisse qu’elle avait replié au cas où quelqu’un avait envie d’utiliser les deux armes. L’étudiante écouta ensuite le plan de l’enseignante dont elle n’avait toujours pas demandé le prénom, espérons qu’elle y pense à la fin de la mission car ce sera plus pratique que la désigner éternellement par « la femme avec qui j’ai fait une mission ». Le plan lui plut même si elle n’avait pas eu son mot à dire, cela ne la choqua pas étant donné le statut supérieur du professeur. Le gymnase est donc en sous-sol, original ! Elle n’avait encore jamais vu ça ! Une fois arrivée devant la porte elle savait ce qu’elle avait à faire, enfaite, elle n’avait pas énormément de possibilité si ce n’est profiter de la poussière de la porte explosant et de l’effet de surprise pour envoyer ses deux anneaux qu’elle avait fait apparaitre dans chacune de ses mains. Elle savait qu'elle avait peu de chance d'éviter au moins un coup de feu mais elle avait une petite idée de la manière dont elle allait empêcher les otages d'être blessés.
Seon se mit en position, armant ses bras pour pouvoir tirer dès que sa comparse aura fait sa part du travail pour faire la sienne.

Ils ont perdu le cours du temps, leur chef leur a dit d’attendre alors c’est ce qu’ils font. L’air menaçant, figés. Droits comme des i et les revolvers qui font trembler de peur les otages pointé face à eux. Ils attendent que la porte s’ouvre et que la prise d’otage paye. L’un d’entre eux, le plus jeune, se sent mieux quelque chose lui dit qu’ils vont réussir leur coup. Depuis le temps quelqu’un aurait dû intervenir non ? Oui cette fois on va écouter leur revendication, ils vont réussir là où d’autres ont échoué. Pourtant la porte ne s’ouvrit pas : elle explosa ! Volant en éclat sous des jets de lumières éclairant une poussière grise, les deux battants du gymnase traversèrent le cours de sport. Les enfants ne purent retenir des cris effrayés alors que les enseignants resserraient leur emprise sur eux, les protégeant de leur corps.

_ QUI VA LA ?

Hurla le plus vieux, celui qui dirige ce petit groupe depuis qu’on les as assigné aux otages. Personne ne répondit mais deux ombres noirs traversèrent la poussière, tranchant avec la lumière. Avant qu’ils n’aient compris un anneau de métal se planta dans le revolver du plus jeune. Le gamin, car aux yeux de ses comparses ce n’est encore qu’un gamin, put voir le métal délicatement ciselés, travaillés. Il crut reconnaitre une mésange et un arrangement floral. On dirait un bijou pensa-t-il, un bijou pour une femme délicate. Le second anneau s’enfonça dans le revolver du troisième homme qui voulut le retirer d’un geste ferme. Mauvaise idée car le tranchant du métal lui découpa la main, son sang s’infiltrant dans les délicates fleurs qui ornent la pièce d’orfèvrerie. Puis le sang, les fleurs et l'oiseau disparurent aussi vite qu'ils étaient apparut pour réapparaitre dans l'arme du chef, l'homme recula d'un bond surpris par la violence de l'impact et le bruit de l'arme se brisant net dans sa main. Il ne l'avait pas vu venir par contre il avait très bien repéré l'autre ombre, plus grosse que les autres, surement le possesseur de ces deux armes. Il ne l'avait pas vu les deux anneaux revenir car il l'avait observé, assez pour comprendre que cette fine silhouette vive et gracile n'est pas un homme mais une femme, une jeune femme. Ils ont appelés du renfort, l'académie du coin ? Comment s'appelle -t-elle déjà ? Ah oui, Rakishou. Un ramassis de monstres au pouvoir défiant l'imagination, elle, elle doit contrôler ces deux bijoux. Super soldat, super élève, ou pas, cela ne change rien: le métal ne peut vaincre le feu. Il jeta au loin son revolver devenu inutile pour en sortir un autre de la poche intérieur de son blouson.

_ Bougez-vous ! Marc y a surement quelqu'un d'autre qui a fait péter cette porte ! Sort moi ton poignard bordel et surveille les lieux ! Kyo vient là on va s'occuper de cette garce !

La garce comme il l'appelle, il la voit courir à une vitesse rendu possible par sa taille moyenne et son petit gabarit, elle ne doit pas avoir une grande force physique pensa-t-il. Allez jolie gazelle approche que je te fasse payer ton audace… Elle changea de capte d’un coup, stoppant net sa course pour la reprendre dans l’autre sens lui faisant gâcher encore une balle. Les enfants sont morts de peur il y a trop de bruit, beaucoup de bruit. Les enseignants se disent qu'elle est folle, chacun peut voir qu'elle tourne autour des preneurs d'otages pour les obliger à tirer sur elle faisant s'encastrer dans le mur de bétons chaque balles. Aucune dirigé contre les otages et le mur de pierre, de bétons, réceptionnant les balles se transforme petit à petit en gruyère. Kyo, le jeune, ne sait pas où se positionner et elle l'a très bien vu: il est le plus faible des trois. Derrière Marc observe mais ne voit rien, pas encore.
Plus de balles, faut changer le barillet. Une seconde. Deux. Trois.
Elle est proche de lui, trop proche. Elle s'élance et d'un coup d'avant bras droit frappe la main tenant le revolver. Hyun lâcha les balles sur le sol pour attraper l'étudiante au bras gauche.

_ Je la tiens ! Ne bouge pas Kyo ! Je m'occupe d'elle....

Elle tira un grand coup vers le bas son bras emprisonné sans pour autant réussir à se détacher mais ce n'était pas l'objectif: elle sait qu'elle ne peut pas se défaire aussi facilement. Mais en poussant vers le bas elle se servit de la poussée pour envoyer sa jambe droite dans le flanc gauche de l'homme. Une fois, deux fois, trois fois. Il finit par desserrer sa prise pour empêcher cette foutue jambe de revenir. Le bras dégagé mais le pied attrapé, tu es trop faible petite. Aucune force physique, tu dois attaquer plusieurs fois pour réussir à vaincre quelqu'un, des armes de jets c'est bien mais cela ne suffit pas. Que vas-tu faire ? Il hurla de douleur, une souffrance fulgurante traversa sa main puis tout son corps. Bêtement il regardait sa main ensanglantée qui tenait le pied de la jeune fille qui tenait étonnement bien d'avoir la jambe en l'air. A travers le dos de sa main il pouvait discerner un pique gris qui sortait du talon de la cuissarde. Quoi ? Tes armes de jets ne sont qu'une parade, un écran de fumée... L'adolescente profita de sa confusion pour retirer d'un coup son pied en lui arrachant par la même occasion un autre cri. Sale... Il n'eut pas le temps de finir qu'elle lui envoya un coup de pied retourné, suivit d'un deuxième qui le mit sur le tapis.

_ Hyun !
_ Bouge pas ! Je me la fais ! Elle est à moi !


Elle le regarde avec un mépris profond, visible. Il sent qu'il la dégoute et qu'elle aimerait lui ôter la vie, juste pour que lui, cette pourriture qu'elle voit, disparaisse. Je vais me la finir... Il surmonta la douleur de sa main à moitié arrachée pour se relever mais c'était trop tard, elle fit apparaître un anneau dans sa main ce qui le ralenti, il commençait à se méfier de ces petites choses.

Tap Tap Tap

Des pas précipités approchaient, Hyun attendait qu'elle les entendent, qu'elle se retourne pour voir qui c'était... Quand son collègue Marc fut assez prêt (il était revenu en entendant son chef hurler) il se releva d'un bon pour l'empoigner à deux. Idiot comme stratégie. Comme si un coup de poignard pouvait me faire du mal. Elle se baissa en faisant le grand écart, ses jambes glissaient sur le sol puis elle se coucha sur le ventre tout en ramenant ses anneaux dans ses mains, sans s'arrêter elle entreprit de couper leur tendons proprement sans effusion de sang en balançant son buste d'un coté et de l'autre. Quatre coupures propres, chirurgicales, qui trahissaient une habitude. Ils s'étaient attendus à ce qu'elle saute, se baisse, recule mais pas à ce qu'elle soit collée au sol. Personne ne peut se fondre ainsi, pas dans un combat. Comment toucher ce qui est si bas qu'on ne l'effleure pas avec une main ? Comment prendre le temps d'armer son couteau pour la poignarder quand l'autre fait un écart si rapide que vos jambes vous ont lâchés avant même que vous ne compreniez ? Ils s'écroulèrent, elle n'eut qu'a lui arracher des mains d'un geste vif le couteau. Il est où le dernier ? Le petit inutile qui n'a qu'un cadavre de revolver ?

Là. Je te vois.

Soudainement elle comprit pourquoi il l'avait recruté. Pourquoi ce jeune homme qui à quoi ? Vingt-cinq ans à tout casser est dans cette équipe. Il avait peur mais son visage fermé indiquait sa résolution, j'irais jusque au bout semblait-il lui dire. Elle comprit en même temps que lui ce qui lui traversa l'esprit, l'étudiante bondit en avant mais trop tard, il avait attrapé un enfant par le bras.

_ Ne bouge pas ! Sinon je lui fais du mal !! Que personne ne bouge et tout se passera bien !!

Il n'a aucune arme, il agit par désespoir. Il sent que c'est la fin, que depuis le début le calme de l'établissement n'était qu'une illusion. Leurs camarades ont du être mit hors circuit par cette jeune femme, peut être même y en a t-il d'autre ? C'est finit, l'entreprise a échoué mais il ne put l'accepter. Il ne sait pas quoi faire de ce môme mais il doit trouver une solution, il ne peut pas baisser les bras ! Pas être aller si loin ! S'il lâche le gosse c'est la prison qui l'attend ! Et ça, il ne peut pas l'accepter.
Seon s'essuya son front perlé de sueur, sa robe est gluante mais elle n'a pas encore décroché. Ce jeune terroriste relance le combat. Sauf que contrairement à jusqu'à maintenant ce n'est pas de violence dont on a besoin, ce n'est pas d'une solution expéditive qui empêchera deux fous de tirer sur des innocents. Non c'est de rapidité et diplomatie dont elle a besoin. Les deux autres sont hors courses et Seon sait que si jamais ils arrivaient à se relever elles auraient tôt fait de les mettre au pas. Son attention peut donc être concentrée sur celui prénommé Kyo et les otages. Bon sang je ne suis pas une diplomate. Ses yeux bleus tombèrent sur les enfants à qui elle fit un léger sourire de confiance, comme pour dire: ça va aller. La demoiselle n'est pas à proprement parlé proche des enfants, elle les appelles tous «nain de jardin » ou « mecton » mais elle n'est pas non plus du genre à vouloir les exterminer juste parce qu'ils ne savent qu' hurler.
L'adolescente fit disparaître ses quatre armes en signe de paix pour Kyo, elle savait que de toute manière si ça dégénère elle peut les utiliser si vite qu'il n'aura le temps que de voir la lumière d'invocation. Allez. C'est partie pour la négociation. Seon jeta un coup d'oeil à la porte, se doutant que sa collègue du jour n'allait pas laisser cet homme s'en tirer si facilement. Elle avait peut-être même une botte secrète ?

_ Regarde, j'ai fais disparaître mes armes. Je ne te ferais aucun mal.
_ Ne bouge pas !!!
_ Je n'en ai pas l'intention mais tu comptes faire quoi avec cet enfant ? Il n'a rien à voir là dedans...
_ Et alors ?! Je vous le rend si vous me laissez sortir d'ici sain et sauf ! Je vous le rend à la sortie !
_ Tu sais très bien que dès que tu auras mit un pied hors de cette école la police va te tomber dessus, tu le sais aussi bien que moi.
_ Alors tu viendras avec moi comme ça il me laisserons partir !
_ Kyo, je voudrais savoir pourquoi tu t'enfonces. Tu le sais qu'ils ne te laisserons pas en paix mais moi je peux t'offrir une garantie. Laisse cet enfant retrouver ses camarades, sans que l'on t'y oblige. De ton plein gré laisse le partir. Si tu fais ça, si tu montres ta bonne volonté, je pourrais intervenir en ta faveur mais pas dans le cas contraire. Tu n'as encore rien fait de mal Kyo. Tu es jeune, je peux leur dire qu'ils t'ont obligé à les suivre, qu'ils t'ont menacé. Tu n'as pas tiré, tu ne m'as pas agressé: tu as agis sur le coup de l'émotion, par désespoir. Laisse le partir et je te promet de te protéger face aux procureurs.
_ Tu mens !!
_ Tu as le choix, me croire ou risquer la prison à vie en sortant de cette pièce. Cet enfant n'a rien à voir là dedans... laisse le.
_ ….
_ Tu n'es pas quelqu'un de mauvais, j'en suis sûre. Allez, laisse le partir et suit moi... S'il te plait Kyo.


Il laissa l'enfant retrouver ses amis, il ne demanda pas son reste. La petite tête brune courut se blottir contre un enseignant qui lui ouvrit les bras pour le rassurer. C'est bon, c'est finit entendit-on l'adulte murmurer. Le terroriste s'approcha de l'adolescente qui le remit à l'enseignante, elle savait qu'il n'allait plus chercher à s'enfuir. Il lui fait confiance cet idiot. N'allez pas croire que Seon n'a que des qualités, que cette femme est un soldat parfait. Oh que non. Elle a été entrainé pour réagir à n'importe quelle situation, elle aime la stratégie et les combats. Intelligence et violence se marie à merveille dans son esprit mais là, les mots qu'elle a dit sont des tissus de mensonges. Elle ne sait pas parlementer, dire ce qu'il faut au bon moment elle ne sait pas. Alors elle a bluffé. Le bluff c'est savoir mentir non ? Et ça, elle le fait très bien. Elle a juste répété ce qui se dit tout le temps dans n'importe quelle série télévisé policière. Si fait, regardez un film avec une prise d'otage et vous y retrouverez les mêmes dialogues. Et vu que Seon passe ses nuits ou journées à regarder des films les dialogues lui sont revenus sans difficulté. La demoiselle n'a fait que jouer un rôle, mentir est une seconde nature chez elle, ce n'est pas très dur. Suffit de cacher son trouble et son coeur qui bat à cent à l'heure. Maintenant qu'il est hors d'état de nuire elle sentit la pression s'évacuer d'un coup, l'envie de s'effondrer sur le sol la prit mais elle tenu bon. Quelque minutes encore... juste quelque minute... Depuis le début de la mission c'est la seule fois où elle a vraiment eu peur. Il l'a cru... il l'a cru... C'est un miracle ou je mens mieux que je ne le pensais ? Elle croisa le regard de l'homme et compris qu'il croyait vraiment en elle, qu'elle allait le protéger face à la justice. Il rêve. C'est un criminel, il n'aura aucun soutien de ma part. Jamais. Ceux qui font du tord à autrui doivent payer et ce peut importe la façon dont cela se passe. Vas-y rêve que je tienne ma promesse si cela peut t'aider mais je n'en ai pas l'intention, tu ne le mérites pas.

Elle se détourna de lui sans un mot si ce n'est dire à sa collègue qu'elle le lui confie. Elle ne sait pas à qui le donner donc autant le refiler à sa supérieur non ? Au loin les deux autres sont toujours immobilisés, priant pour l'arrivée d'une ambulance. Seon se rendit auprès des otages et avec eux souffla un peu. Elle était vraiment heureuse qu'ils soient tous sain et sauf, oui vraiment. Vous êtes libre maintenant.

_ Désolée pour tout le bruit mais maintenant c'est bon, vous êtes libéré.
_ Merci pour tout, à toi et à ton amie.
_ Ce n'est pas mon amie c'est ma prof... et heu oui c'est normal. Les enfants vont bien ? Personne n'est blessé ?
_ Non c'est bon. Ils ont bien mérités de ce reposer après tout ça...
_ Diiiit comment t'as fait ça ?!
_ Ouiii t'es armes elles viennent d'où ?!
_ On les a bien eu !!
_ Heuu... vous ne devriez pas vous reposer et allez prendre un chocolat chaud ?


Elle regardait avec un franc étonnement les quatre gamins qui s'était regroupés autour d'elle malgré les protestations du professeur avec qui elle parlait. Ils ne paraissaient pas du tout bouleversé par les évènements contrairement à leurs autres camarades qui regardaient encore autour d'eux avec crainte. Certains enfants se remettent vite des choses... Seon pour le coup ne savait pas du tout comment réagir, vous m'étouffez les moucherons ! Mais heuuu laissez moi ! Elle pensait qu'ils allaient lui lancer des pierres, avoir les tympans explosé ou pire mais pas que quatre d'entre eux s'enorgueillissent du sauvetage et veulent en savoir plus sur son combat ! Le gamin prit en otage s'approcha d'elle et croisa les bras. Elle regarda ce petit bonhomme rondouillard aux cheveux bruns ébouriffés la regarder de haut et lui dire sur un ton boudeur:

_ J'aurais très bien pu m'en sortir tout seul !
_ Heu d'accord... désolée d'être intervenue...
_ Ils ne vont pas revenir hein ? Dit une petite voix provenant d'une fillette rousse.
_ Non c'est bon, on les as arrêté aucun risque qu'ils s'en prennent à vous une nouvelle fois. Tu peux allez te reposer ou faire ce qui te plait.
_ C'est vrai de vrai ?
_ Ouip, tu n'as plus rien à craindre.


L'adolescente tourna la tête vers l'enseignante et pour une fois ce n'est pas avec assurance mais maladresse et un sourire un peu paniquée par tant d'enfants autour d'elle qu'elle lui dit:

_ Madame je crois qu'ils vont bien.

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Personnel de l'académie
Relia Geraldine
Inscrit le: 16 Fév 2011
Messages: 115
Espèce: Humaine
Catégorie: Magie
Classe: Personnel de l'académie - Professeur.
Sexe: Féminin
Points MS: 111
MessagePosté le: Dim 6 Mar 2011 - 16:04    Sujet du message: [Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants. Répondre en citant

    Juste après la phrase de l’adulte, l’étudiante était passée à l’action et se débrouillait parfaitement bien. Elle n’avait même pas besoin d’aide pour contrer les attaques de ces terroristes, même s’ils étaient en surnombre comparé à la jeune fille. Relia n’avait pas bougé depuis que l’assaut avait commencé. Le directeur lui avait dit de la laisser faire un maximum de boulot, c’était ce qu’elle faisait. Habituellement, l’enseignante n’aime pas obéir aux ordres que le vieil homme lui donne car elle trouvait cela complètement absurde et, par moments, inhumain. Mais cette fois-ci, c’était différent, donc il n’y avait aucun problème, même si Relia s’en voulait un peu de lui laisser faire tout le sale travail.

    Lorsqu’elle sortit de ses pensées, elle vit une jeune fille debout, devant un jeune homme gardant un enfant auprès de lui pour se protéger. L’adulte comptait intervenir pour ce cas-là, mais Seon s’était débrouillée à merveilles. Elle était vraiment quelqu’un d’incroyable. La dernière fois que Relia avait évalué un élève à peu près de la même manière, il devait être aidé malgré le fait qu’il utilisait de la magie offensive et défensive. L’enseignante comprit alors pourquoi est-ce que le vieux lui avait confié cette adolescente. Au final, quand elle vit que les enfants ne craignaient plus rien, Relia arriva dans le gymnase et s’occupa d’attacher les mains du jeune terroriste. Il croyait que des « militaires » d’une académie allaient le protéger face à la loi pour ensuite se prendre des problèmes à leur tour ? Certainement pas. Le directeur aurait pété un câble et l’académie aurait dû fermer ses portes, il y avait trop de témoins pour le protéger. De toute façon, il fallait avoir l’envie de le protéger, or ce n’était le cas de personne.

    « Dommage pour toi, mon grand. » Balança l’adulte en nouant fermement le peu de corde qu’il lui restait. Le concerné ne fit rien, c’était une bonne chose.

    Puis elle le laissa aux côtés des hommes évanouis par terre et s’empressa d’aller voir l’état des enfants, mais lorsqu’elle entendu « ce n’est pas mon amie c’est ma prof », elle trouvait cela très gênant. Mais puisqu’ils semblaient être tous en forme, on pouvait dire que la mission était accomplie ! Relia s’approcha du groupe et vit que la Pique était mal à l’aise avec tous ces petits visages qui l’entourait.

    « Madame je crois qu’ils vont bien.
    - Haha, oui, tu as raison ! Et ils t’aiment bien aussi. En tout cas, mission accomplie, tu as fait du bon travail ! » Affirma-t-elle en gardant le sourire.

    Maintenant qu’il n’y avait plus de danger, l’atmosphère avait changé et était beaucoup plus agréable. La police arriva quelques minutes après et embarqua tous les terroristes sans exception. Le jeune homme qui voulait être protégé avait protesté et voulait que Seon l’aide, mais Relia répondit à sa place.

    « Écoute, t’es un terroriste, peu importe les raisons qui t’ont poussé à faire ça, tu n’avais pas à le faire pour ne pas bousiller ta vie, un point c’est tout. Maintenant, si tu veux te plaindre, il faut s’adresser à ton esprit tordu et non aux personnes que tu vois dans cette salle. »

    Oui, c’était sec, direct et froid. Mais il le fallait bien. Il aurait tout le temps d’y réfléchir lorsqu’il sera en prison, mais il fallait juste espérer qu’il ne s’en prenne pas à Rakishou une fois libéré. Enfin, s’il s’en souvient.

    « Bon, il est temps de rentrer ! Tout le monde va bien et le reste, on vous le confie. Déclara-t-elle en s’adressant aux professeurs.
    - Oui. Merci pour tout, nous n’oublierons jamais ce geste que votre académie a fait pour nous. »

    L’enseignante tourna les talons après avoir dit au revoir aux enfants qui la connaissaient puisqu’elle venait souvent ici pour donner un coup de main lorsque les membres du personnel étaient débordés ou avaient besoin de quelqu’un qui aille sur le toit pour vérifier quelque chose. Relia ne voulait pas tarder le départ et sortit de l’académie tout en prévenant Seon, bien évidemment. Sur le chemin, il n’y avait pas de discussion. L’adulte voulait réserver tout ça pour plus tard.

    En rentrant à l’académie, l’adulte se dirigea droit vers le bureau du directeur et demanda à l’étudiante de la suivre, pour un soi-disant rapport détaillé qu’elles devaient faire ensemble. Une fois devant le vieil homme, Relia lui fit le rapport.

    « La mission fut un succès. Nous avons neutralisé les terroristes sans les tuer et les enfants ainsi que les adultes de l’académie vont parfaitement bien. L’intervention de Seon Wang était remarquable. Elle se débrouillait très bien sans moi et sait penser très rapidement.
    - Bien, merci Relia, et Seon aussi ! Je pense que c’est bon, elle a toutes les qualités nécessaires… Dit-il en regardant fixement la feuille qu’il tenait à la main. Seon Wang, je t’ai envoyée en mission avec Relia pour évaluer tes performances. Maintenant que je sais ce que valent tes capacités, j’ai besoin de m’entretenir avec toi et la p’tite Geraldine va t’expliquer quelques points.
    - Hum… Monsieur, le mot « p’tite » n’était pas nécessaire ! Insista-t-elle avec désespoir. Bon… C’est un peu subite de te demander de rester pour un entretien avec le directeur, mais c’est juste pour des formalités, t’inquiète pas ! »

    Après cela, l’enseignante prit des feuilles pour les tendre au directeur. Il y avait déjà des questions écrites dessus, histoire de gagner du temps. Le vieil homme commença son interrogatoire et écoutait ensuite attentivement les réponses de son interlocutrice.

    « Bien, je commence. Alors… Dis-moi, qu’as-tu ressentis lors de cette mission ? Etais-tu stressée, effrayée, joyeuse… ? »
    Il lui laissa le temps de répondre avant d’en poser une autre.

    « Que penses-tu de l’académie en général et de son personnel ? Et des élèves ?
    - N'hésite pas, soit franche ! On n'est pas là pour te punir si tu dis la vérité ! »

    « Est-ce que le conflit entre les As et les Joker t’intéresse, ou t’en moques-tu ?
    - Il est important de le savoir pour nous. On ne sait jamais ce qui peut arriver entre les élèves. »

    « Et pour la dernière question... Sais-tu protéger un secret ?
    - Ne t'inquiètes pas, c'est juste pour savoir quels sont les élèves sur qui on peut avoir confiance pendant des missions. » Rassura Relia. Elle savait que ce genre de question était étrange et qu'il ne fallait pas que l'interrogé ait des doutes ou autres concernant le motif réel de l'interview.



    [Voilà, j'ai fait comme prévu : toutes les questions d'affilées. =o]

_________________
Revenir en haut
Classe Joker
Seon Wang
Inscrit le: 12 Oct 2010
Messages: 887
Espèce: Humaine
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Joker
Sexe: Féminin
Points MS: 631
MessagePosté le: Dim 6 Mar 2011 - 19:01    Sujet du message: [Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants. Répondre en citant

C'est plus rapide \o/ par contre tu as plus de lecture ^^'

J'ai modifié la dernière réponse car je l'avais mal lu T_T j'allais lu "garder" au lieu de "protéger" ^^'



Le terroriste fut donné aux policiers sans douceur, Seon regarda de loin la scène s'étonnant un peu que celle qui faisait des blagues en début de mission puisse montrer autant de froideur. Bah j'm'en fous finit-elle par penser en se retournant vers les enfants auquel elle dit au revoir. Enfin elle va pouvoir souffler ! Un bain ! Elle a besoin d'un bain ! Tout en faisant des petits signes de la main aux bambins avec un maladroit sourire elle suivit l'enseignante hors de l'école. Attend elle vient de me dire quoi là ? Paperasse ? Directeur ? Oh non... Docilement, bien que râlant mentalement, Seon suivit l'enseignante car elle sentait que plus vite elle obéirait et plus vite elle obtiendrait un bain. Je pues la transpiration, mon chignon est défait et elle veut que je fasse un rapport. Y en a qui sont motivé. Une fois installée dans le bureau du principal l'adolescente apprit que l'enseignante s'appelait Relia Geraldine et qu'elle avait été évalué pendant toute la mission. Pardon ? L'information la tira complètement de sa mauvaise humeur naissante liée à la paperasse. Quoi ? Seon s'appuya sur les accoudoirs de son siège mais ne finit pas son geste de se lever pour retomber mollement dans le siège. Il ne blague pas, j'ai vraiment été noté pendant toute la mission.

_ Évaluer mes performances ? Vous vous foutez de moi ? Mais.... Mais on ne joue pas avec la vie des gens ! On fait le maximum pour les sauver, on ne se dit pas « oh tiens si j'évaluais Seon ! ». Et si ils avaient eu une bombe ? Ou un mage qui annule les pouvoirs magiques ? On aurait fait quoi ?! Là sérieux je piges pas.... vous avez mit l'autre école en danger, les enfants et les professeurs, juste pour m'évaluer. J'espère que vous aviez un plan B.

Elle était éberluée, pas hors d'elle, non éberluée qu'il ai eu l'idée de profiter d'une prise d'otage pour lui faire passer ce qui est à ses yeux un simple contrôle. Cet homme n'a rien d'un principal ! C'est un psychopathe qui se fait passer pour un directeur ! Faut le virer il met en danger l'école avec ses conneries ! C'est un malade faut le soigner pensa-t-elle avant de défaire son chignon, laissant ses cheveux poisseux retomber sur ses épaules en désordre. Mieux vaut que je me défoule sur eux que sur lui. Je ne devrais pas lui faire un procès pour mise en danger d'autrui ? Seon la ferme se dit-elle à elle même en entendant l'enseignante lui parler.

_ Dire que je pensais que vous, vous aviez du bon sens. En faite vous êtes aussi bizarre que lui. Enfin désolée mais ça m'a surprise d'apprendre que vous aviez eu cette idée. Je veux bien vous répondre, y a pas de soucis. Allez-y.

Elle avait regardé Relia avec le même air stupéfait qu'elle avait affiché pour le principal. Sachant qu'elle n'avait pas le choix et que de toute façon sa parole avait certainement peu de valeur face à celle du principal Seon se força à se calmer et à se concentrer sur les questions. C'est un principal il est censé savoir ce qu'il fait se dit-elle pour se rassurer avant de passer à la suite. Elle répondit avec sincérité car elle ne voyait pas l'intérêt de se valoriser face à ce vieil homme bizarroïde et à cette enseignante kamikaze, ce sont de simples questions non ? Son débit de parole était plus calme et moins familier que quand elle s'exprime naturellement, ce qui montrait qu'elle cherchait à employer les mots justes.

_ Concentrée, j'étais concentrée. Quand j'ai eu toutes les clefs en mains pour saisir de quoi il retourne j'ai cherché la solution qui me paraissait le plus adapté à mes capacités et situation – madame Geraldine m'ayant demandé de m'occuper des deux gardes puis des preneurs d'otages. Pendant les combats j'étais toujours aussi concentrée afin de pouvoir réagir à toutes réactions de la part de mes adversaires. J'étais calme, ni enjouée, ni effrayée: juste calme et réactive. J'avoue avoir eu un peu peur pour l'enfant que le dernier terroriste a prit en otage, je suis habituée à réfléchir à des stratégies ou à combattre mais pas à parlementer. J'ai bluffé pour être franche, je suis passionnée par le cinéma donc j'ai utilisé des dialogues de prise d'otage entendus. Je savais que au pire je pouvais sauver l'enfant par la force mais je voulais éviter d'en arriver là, mieux valait que ça se passe en douceur.

La première question ne l'avait pas vraiment surprise, après tout on parlait de la mission non ? La seconde par contre... que pense-t-elle de Rakishou ? C'est quoi cette question ? Il veut que je dise quoi ? C'est très vague ! Elle ne savait pas quoi lui dire, il voulait qu'elle lui parle de la qualité du dortoir ? De ses camarades ? Et il l'a vu assez souvent pour savoir qu'elle n'est pas une élève modèle.

_ En membre du personnel je ne connais que vous, mes enseignants, une infirmière et les surveillants. Je ne peux pas dire que j'en sois proche, enfin comme tous les élèves quoi. Vous faites bien votre travail (même si je commence à en douter pensa-t-elle) je n'ai rien à redire là dessus. Pour les élèves j'en connais pas mal car je ne suis pas farouche mais pas de relation approfondie si c'est ce que vous voulez savoir. Je déteste Alexandre, ça vous le savez aussi. Mais je comprend qu'il soit chez les As, je ne suis pas jalouse. Ce mec à du talent, c'est le reste qui ne suit pas. Hm. J'aime bien Kazu, des Trèfles, elle est gentille. J'apprécie Edgar mais j'ignore pourquoi et après... Ah si ! Je connais un coeur... Hikari voilà ! Ça beau être un collégien je l'aime bien, il est marrant. Après pour ce qui est du reste je les connais peu, j'ai un peu sympathisé avec Sinysta mais c'est tout. Les autres Piques sont étranges et agressifs mais je pense qu'on les tous dans cette classe. Ce qui n'a pas l'air d'être le cas chez les autres d'après ce que j'ai pu voir. Pour le reste de l'académie je trouve qu'elle est bien faite. J'aime beaucoup le parc et la proximité avec la ville même s'il nous faut une autorisation pour y aller. Y a de la verdure c'est agréable. Ah! J'adore vos soirées aussi, vous avez d'excellentes idées pour rendre la vie étudiante moins monotone et rapprocher ainsi les gens. Ça crée une ambiance propice aux rencontres si je puis dire, ce qui évite que chacun soit seul dans son coin. Hm... Je n'aime pas les cours exceptés ceux qui concerne les missions. C'est là en faite pour moi l'intérêt de l'académie. Protéger les autres. Ça ne changera pas le monde mais au moins on empêche des drames d'arriver, ce n'est pas une question d'orgueil mais de nécessité. Faut bien que nos dons soient rentabilisés, servent. Je ne pourrais pas dire que je suis fière de servir à la protection d'autrui, c'est plus un devoir. Mais ce n'est pas un fardeau non plus. Enfin je pense que vous voyez ce que je veux dire. Vous voyez ce que je veux dire ?

Elle n'était pas allée un peu trop en profondeur ? Arf elle ne voyait pas quoi dire d'autre ! Le service à la cantine est suffisant ? J'aime beaucoup la couleur des murs de ma chambre ? Mais pourquoi il me pose cette question ? Il veut remplir une fiche pour améliorer son établissement ? Bref passons à la suite.

_ Je n'y participe pas. En faite je trouves même stupide de la part des autres étudiants de s'y mêler, vous savez: prendre un partie et s'enfermer dans cette querelle qui ne les concerne en rien. Si on déteste vraiment quelqu'un c'est pour une raison personnelle mais on ne va pas décréter qu'on n'aime pas quelqu'un juste parce que l'élite a décidé qu'il fallait le détester. Pour le coup les petites classes me font l'image de moutons. Après pour les As s'en prenant aux Jokers ils doivent avoir leur raisons mais d'après ce que je sais cela fait un moment que le conflit dur et ils n'ont toujours pas « vaincu » les Jokers. Ils devraient se remettre en question ou changer de stratégie offensive.

Comme je le fais finit-elle par pensée. Quand elle avait compris que son ennemi était meilleur qu'elle elle avait réfléchit à d'autre façon de le battre, acceptant sa faiblesse pour mieux s'améliorer et à long terme le battre comme il se doit. De la même façon qu'elle se bat toujours au maximum dans ses missions et s'entraine constamment afin de protéger les autres. En faite Seon se donne toujours à fond pour se qui lui tient à cœur, que ce soit dans la haine, dans le devoir ou dans une passion. N'hésitant pas à remettre en question son savoir pour s'améliorer. Les As devraient faire de même. Sa façon de penser se ressentait dans sa réponse au sujet du conflit, une légère trace de mépris vis-à-vis de ceux qu'elle qualifie de mouton et des As transperçait. Du dédain aussi.

_Garder ou protéger ? Pour "garder" un secret ça dépend quel secret, certain doivent être dit et d'autre non. Un peu comme quand quelqu'un est maltraité, son ami doit le dire même si c'est un secret. J'adore me confier aux autres mais je sais faire la part des choses, sur ce qui doit être dit et ce qui ne doit pas l'être. De toute façon je ne parle que de moi, jamais des affaires des autres. Pour le côté "protéger" le secret je pense que oui je suis à même d'en protéger un. Si ce dernier le doit bien entendu. J'ai l'habitude d'observer autour de moi, de prendre l'apparence qu'il faut et d'anticiper les évènements: protéger quelque chose est dans mes cordes. Je peux être quelqu'un de confiance si c'est ce que vous voulez savoir.

Elle se tut ne sachant pas quoi ajouter et regarda légèrement intriguée l'enseignante et le directeur. Ca titille ma curiosité toutes vos questions... En entendant qu'ils lui répondent elle se refit le cours de ses réponses dans sa tête et ce qu'elle y vit ne lui plut pas spécialement. A dire vrai l'ensemble de ses réponses n'étaient pas flatteuses en y repensant. Elle avait voulu répondre sincèrement et maintenant qu'elle y réfléchissait elle se disait qu'elle devait avoir l'air d'une étrange étudiante qui n'a cité comme personne proche qu'un ennemi pour qui elle a du respect, un mec qu'elle veut avoir dans ses contacts sans raisons et de vagues connaissances dont un collégien. Sans compter qu'elle avait spontanément (presque) insulté le directeur en apprenant les coulisses de sa mission et fait comprendre qu'elle trouvait les As stupide. J'aurais du mentir. Le mensonge m'aurait donné une meilleure image de moi-même... Elle sentait que l'interrogatoire n'était pas qu'une fiche de renseignement ou alors ils ont vraiment des fiches particulières mais c'était trop tard, les dés sont jetés. La demoiselle renoua ses cheveux en queue de cheval et se reprit, attendant la suite. Oui les dés sont jetés, je verrais bien.

 
 

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Personnel de l'académie
Relia Geraldine
Inscrit le: 16 Fév 2011
Messages: 115
Espèce: Humaine
Catégorie: Magie
Classe: Personnel de l'académie - Professeur.
Sexe: Féminin
Points MS: 111
MessagePosté le: Lun 7 Mar 2011 - 17:33    Sujet du message: [Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants. Répondre en citant

    [ Pas de soucis ! ^^ Par contre de mon côté, c'est très court. xD ]


    Sa réaction était tout à fait compréhensible, Relia ne voulait pas se fâcher parce qu’elle avait pratiquement insulté le directeur. D’un côté, ça lui faisait du bine à elle aussi alors Seon avait fait d’une pierre deux coups sans le savoir. L’adulte avait souri lorsqu’elle l’avait traité de bizarre, et quand son tour fut arrivé, cela ne lui ôta pas le sourire.

    « Désolée Seon. En fait, c’était pour voir si, dans de vrais cas, tu savais gérer les choses. Et si ça avait dégénéré, j’aurai fait quelque chose au lieu de te regarder te battre contre ces terroristes. Sois sans craintes, on contrôlait la situation. »

    Ensuite, le directeur lui posait des questions et l’étudiante y répondait, rien de plus simple que cela. Quand elle parlait, elle semblait être honnête, mais l’enseignante était légèrement méfiante, sachant pertinemment qu’elle savait mentir à la perfection. Le vieil homme lui avait dit « Oui, bien sûr » lorsque la Pique lui demandait si son cerveau avait compris ses paroles. En même temps, Relia n’aurait pas été surprise s’il n’avait pas compris quoique ce soit, vu son âge et ses cheveux blancs. Enfin, elle ne montrait rien, mais elle avait bien envie de tout déballer en disant : « elle a raison, ce n’est pas ce genre de tests qui vont marcher ! » Si à chaque fois l’élève réagissait comme cela, ce n’était pas gagné.

    Après la fin des questions-réponses, le principal de Rakishou commença à être pensif. Il savait déjà ce que pensait le professeur de magie, mais en ce qui le concernait, il n’était pas sûr de savoir ce qu’il allait dire. Il regardait les papiers sur son bureau, jeta quelques coups d’œil à l’élève avant de finalement se tourner vers l’enseignante pour lui demander conseil tout en essayant de ne pas faire parvenir de mots dans les oreilles de Seon. Il lui demandait si c’était raisonnable, car il doutait d’elle : disait-elle la vérité ? Et si elle avait découvert ce qui se cachait derrière cet interrogatoire, elle avait peut-être dit des choses favorables à son acceptation. Et tout ce qui s’y rattachait était bon à demander, mais la mage soupira et prit la parole sans baisser le ton.

    « Ne vous inquiétez pas monsieur ! Je l’ai vue à l’action et elle a répondu clairement à vos questions, que voulez-vous de plus ? Que je le dise à votre place peut-être ?
    - Non c’est bon, je le fais, c’est moi le directeur ! Ces temps-ci, tu ne deviendrais pas de plus en plus arrogante par hasard ?
    -
    - Bref… Désolée Seon, essaie de ne pas penser à ce qu’il vient de se passer d’accord ? Revenons à nos moutons… En fait, tout ça a un but particulier, celui de te demander quelque chose : accepterais-tu d’aller dans une classe d’élite ? Je pense notamment à la classe Joker. »

    Le vieil homme laissa le temps à l’étudiante de réfléchir pendant qu’il se posait pleins de questions sur le comportement de son personnel. Il était vrai qu’en plus de Relia, Edmond était étrange, mais la jeune femme était plus suspecte que l’autre professeur. Le principal savait que l’enseignant était quelqu’un de fiable, mais l’enseignante… Finalement, il arrêta de philosopher sur la question et s’occupa de Seon.

    « Alors qu’en dis-tu ? Acceptes-tu ou préfères-tu attendre un peu avant de décider ? »



    [ J'en ai profité pour glisser la relation tendue entre Relia et le directeur, j'avais prévu ça depuis quelques temps déjà. Ça ne te dérange pas ? ^^" ]

_________________
Revenir en haut
Classe Joker
Seon Wang
Inscrit le: 12 Oct 2010
Messages: 887
Espèce: Humaine
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Joker
Sexe: Féminin
Points MS: 631
MessagePosté le: Lun 7 Mar 2011 - 23:43    Sujet du message: [Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants. Répondre en citant

[pas du tout au contraire ça met du piment ^^]

Pour une fois qu'elle était honnête on doutait d'elle ! Heureusement que Seon ignorait les doutes du directeur à son sujet sinon elle s'en serait offusquée. La demoiselle les regardait comploter dans leur coin avec l'air désintéressée, un peu comme si soudainement le mobilier de la pièce lui apparaissait d'une grande richesse instructive et méritait une observation soignée. Sauf qu'en faite elle était dévorée de curiosité. Ils disent quoi ? J'ai encore raconté un truc qu'il faut pas ? Quand le ton remonta et qu'elle put entendre les propos de Relia Seon eu un léger sursaut tant elle avait fait un effort vain de concentration pour les entendre. La demoiselle regarda l'enseignante avec un léger sourire en coin amusé, et ben elle a du bagout. C'est vraiment une prof ? Ordinairement les enseignants sont droits, bien serviables, un peu comme des chiens pour leurs maitres. En tout cas c'était la vision très simpliste de l'adolescente pour le corps enseignant. Elle, elle est impertinente et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Amusante. Seon se demanda pour le coup qu'elle matière elle enseignait, avec un peu de chance elle l'aura un jour. Ça lui changerait de son prof de maths là... Hm bref cessons ces élucubrations car le directeur s'intéresse à elle.

Et quel intérêt ! Il lui proposa comme on offre une tasse de thé d'entrer chez les Jokers ! Comme ça ! Elle fait une mission, des questions et paf elle reçoit cette offre ?! C'est...c'est géant ! Un large sourire s'afficha sur le visage de l'adolescente, ses yeux prirent le plis en riant aussi. On ne pouvait pas lui reprocher de masquer son enthousiasme. C'est avec une voix qui ne masqua pas son ravissement qu'elle répondit:

_ Non pas la peine de réfléchir je suis partante !

Si elle l'avait pu elle aurait prit un crayon et signé un contrat dans la seconde. Recevoir cette promotion (car à ses yeux s'en est une ) c'est faire partie de l'élite ! C'est ses talents qui sont reconnus ! C'est avoir accès aux missions les plus dangereuses, donc celle qui sont les plus importantes ! C'est la consécration ! Accessoirement, au fond d'elle, elle soupira de soulagement qu'on ne lui ai pas proposé les As. Une demi-année dans la classe de l'autre fou furieux c'est bien suffisant, pas la peine qu'elle y retourne ! Oh ! Elle ne verra donc plus tous ces barges de Piques ! Enfin si mais elle leur sera supérieur maintenant... Son orgueil faiblard reçut un regain d'énergie en repensant à tout ce que ce nouveau statut impliquait. Sur toutes les belles choses que la nouvelle classe lui offrait c'était à chaque fois la reconnaissance de ses talents et les missions à la clef qui primaient.
Sans en comprendre la raison elle ressentit un petit pincement à l'idée de ne plus croiser Edgar. Ça va être moins marrant sans lui... non ça va être mieux ! Je suis aussi débarrassée de lui ! Sans vraiment croire à ce qu'elle pensait elle se força cependant à croire que moins voir Tamashi lui sera bénéfique. Étant chez les Jokers je vais être occupée, enfin surement. Donc j'aurais moins le temps de me torturer l'esprit à son sujet, oui, c'est une bonne chose que je le vois moins pensa-t-elle fortement pour faire entrer l'idée dans son crâne. C'est beau, elle se ment même à elle-même.

Elle pensa ensuite à une seconde chose: elle va se faire lyncher par les Carreaux et Piques. Amusée par l'idée elle réalisa qu'elle entrait dans ce que les amateurs de la dispute As contre Jokers considéreraient comme une haute trahison. Ben oui les Piques sont censés soutenir les As. Amusant. Très amusant même. Je vais garder mon image de Sorcière pour un long moment on dirait. Pour finir elle se dit que maintenant elle allait pouvoir jouer sur le même terrain qu'Alexandre. Pour le coup l'image qui lui est venu spontanément est celle de deux rivaux dans un vieux film. Quoi qu'ils fassent ils se retrouvent toujours face à face. Le calme commença à envahir l'adolescente, recouvrant petit à petit son euphorie et c'est avec un regard encore amusé et un peu pétillant que Seon se demanda si le directeur se rendait compte de se qu'il faisait en la mettant dans la classe adverse à celui qu'elle déteste le plus.

_ Merci beaucoup pour cette proposition, monsieur et vous aussi !

Elle fit un large sourire à l'enseignante qui venait d'être élevée au statut de professeur préféré de toute l'académie (et même des écoles alentours). Redevenu plus calme elle attendit la suite des évènements sans se douter que la suite allait changer beaucoup de chose pour elle.  

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Personnel de l'académie
Relia Geraldine
Inscrit le: 16 Fév 2011
Messages: 115
Espèce: Humaine
Catégorie: Magie
Classe: Personnel de l'académie - Professeur.
Sexe: Féminin
Points MS: 111
MessagePosté le: Mar 8 Mar 2011 - 20:56    Sujet du message: [Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants. Répondre en citant

    Apparemment, l’élève ne semblait pas du tout vouloir réfléchir. Le directeur sourit à ce comportement car cela lui avait fait rappeler l’autre élève de Pique passé chez les As. Mais d’après les réponses de l’adolescente, ils n’étaient pas en très bon terme, il n’allait donc pas lui faire un supplice en lui faisant écouter tout ce qu’il avait à dire sur Alexandre. La Pique semblait être aux anges et remercia les deux adultes. Le grand sourire adressé à Relia ne lui échappa pas et elle lui sourit à son tour accompagné d’un clin d’œil, tout ceci dans le dos du vieil homme bien entendu. Celui-ci jeta un coup d’œil aux papiers et demanda à Relia de faire ce que font d’habitude les examinateurs.

    « Bon… Voilà Seon, ce sont les papiers qui montrent que tu es Joker. Il suffit de signer en bas. Profites-en pour vérifier un peu le reste, on ne sait jamais ! Dit-elle avant de murmurer quelques paroles pour que le barbu n’entende pas. Si tu le trouves louche ou que tu l’aimes pas, tu sais à qui t’adresser maintenant ! » Termina l’adulte avec un sourire avant de reprendre un peu de sérieux. Car non, impossible pour elle d’être sérieuse à cent pour cent si ce n’était pas une situation grave ou désespérante.

    Après lui avoir donné les instructions, elle lui passa la feuille et un stylo avec. Pendant qu’elle regardait, l’enseignante lui expliquait en gros ce qu’elle avait gagné à être entrée chez les Jokers.

    « En tant que Joker, tu affronteras seulement les As pendant les cours de duel. Les cours se dérouleront comme d’habitude. Tu as aussi le droit de prendre des missions plus dangereuses et qui requièrent d’excellentes capacités. Hum… Ah, et tu ne peux plus aller dans le bâtiment des Pique, tu peux juste allez dans celui des Joker. Enfin, je suppose que tu sais déjà tout ça ! » Finit-elle accompagné par un petit rire discret.

    Puis elle prit la feuille une fois qu’elle était signée, vérifia à son tour les informations – parce que le directeur n’est pas tout jeune et il aurait pu faire des fautes – et le donna finalement au vieux crouton. Nouvelle appellation que Relia avait choisi, elle l’aimait bien d’ailleurs, mais n’oserait jamais le dire en face du concerné car elle risquait de se faire renvoyer et c’était exactement ce qu’elle ne voulait pas. Si elle était ici, le problème de ce directeur en était l’une des raisons. Ce dernier passa rapidement un coup d’œil au niveau de la signature et un sourire se dessina sur ses lèvres.

    « Bien ! T’es officiellement Joker maintenant ! Et donc il y a une chose que tu dois savoir en tant que Joker... L'académie possède un secret qui n'est révélé qu'aux Joker et non aux As : celui de l'Améthyste. C'est une pierre précieuse qui permet aux contrôleurs de force de fonctionner, sans quoi, ces objets ne marcheraient pas correctement. Les Joker sont là pour protéger cette pierre et ce secret, ils ne doivent rien révéler à personne. Informa-t-il sur un ton sérieux. Je compte donc sur ta discrétion à ce sujet, car il ne faut pas attirer l'attention des autres classes avec ça puisqu'ils ne le savent pas... Bon, si t’as des questions à poser dans l’immédiat, vas-y. Si tu n’en as pas, tu peux y aller ! »

    La cadette des Geraldine aurait bien voulu continuer à parler à cette nouvelle Joker, mais elle préférait le faire sans qu'une certaine personne soit là. Elle se disait qu'elle pourrait toujours la croiser ailleurs, ce n'était pas un problème.


    [Post court, désolée. ._.
    Bref, ce sera le dernier post pour Relia si Seon n'a pas besoin de savoir autre chose. ^^
    EDIT : modifié !]

_________________
Revenir en haut
Classe Joker
Seon Wang
Inscrit le: 12 Oct 2010
Messages: 887
Espèce: Humaine
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Joker
Sexe: Féminin
Points MS: 631
MessagePosté le: Mer 9 Mar 2011 - 14:14    Sujet du message: [Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants. Répondre en citant

Seon se retient de pouffer de rire quand elle entendit les propos de l'enseignante (la joie la rendait un peu niaise il faut l'avouer) et elle lui souffla un « je prend note » avant de se concentrer sur les papiers et les informations données. L'ensemble lui paraissait logique et elle le savait déjà, tous étudiants qui s'intéresse à l'école peut savoir où se situe le dortoir des Jokers ainsi que ces derniers ont les meilleurs missions et cours avec les As. Mais il n'était en effet pas inutile de le lui préciser car elle aurait bien été capable de retourner chez les Piques juste par habitude ! Elle fit oui de la tête pour confirmer déjà être au courant puis entreprit de lire les documents du directeur. Bien, oui née le 20 décembre... Seon Seungli Wang... quand elle vit la mention « professions des parents » rayée elle sentit un pincement au cœur qu'elle voulut en vain étouffer. Trop tard. La pensée que ses parents auraient été fier de voir que leur fille accomplit quelque chose lui traversa l'esprit, lui sapant sa bonne humeur sans que les autres le remarque. Il n'est pas utile qu'elle montre maintenant une faiblesse, en faite c'est exactement le genre de moment où ses démons ne doivent pas sortir. Une fois les feuilles lus elle signa en bas de page comme il se doit et repoussa le document vers le directeur avec un sourire redevenu à une taille plus standard.

Elle s'attendait à se qu'il lui annonce qu'elle pouvait partir s'installer dans sa nouvelle chambre et faire plus ample connaissance avec ses nouveaux camarades qu'elle connaissait de réputation. Mais non l'atmosphère devient soudainement plus lourd et surtout plus sérieuse. Il lui raconta une histoire vraie, un secret comme jamais elle n'en avait entendu. C'était si abracadabrante qu'elle en aurait douté si cela ne sortait pas de la bouche sérieuse du directeur. L'enseignante ne cillant pas Seon comprit que se qu'elle venait d'entendre était une vérité dont elle n'avait jamais soupçonnée l'existence. Et comment l'aurait-elle pu ? Les contrôleurs de forces... il lui fallut un long moment avant qu'elle se rappelle ce que c'était. Ah oui. Un professeur lui avait parlé de cela en cours de technologie pour illustrer les avancer technologique de leur ère. Elle avait appelé ensuite son père pour savoir ce qu'était un Hukai ou Youkai et quand il lui avait expliqué qu'il s'agissait respectivement d'hybride et d'une autre forme d'intelligence à apparence de créature elle lui avait demandé si il en avait vu. Il avait dit que non à sa connaissance puis elle s'était dit que c'était peut-être qu'un mythe et avait oublié toute cette histoire.... Mais comment avait-elle pu oublié quelque chose d'aussi important ! Mais là n'est pas la question, reste concentrée. L'améthyste... magnifique nom pensa-t-elle avant de se dire qu'en effet vu son importance elle devait être plus que protégée !

_ Ne vous en faites pas, elle sera en sécurité et personne ne se doutera de son existence.

Le ton sérieux et son air résolu indiquaient à ses interlocuteurs qu'elle ne blaguait pas avec la question. Seon prit ensuite congé du directeur et de l'enseignante avec politesse avec l'espoir de retrouver Relia dans un cours.

Dans son esprit son nouveau devoir faisait son cours de chemin... Il lui ont donné une mission, un devoir. On jugé qu'elle était à même de la remplir. Elle ira jusqu'au bout, oui elle sait que l'établissement se sert d'elle pour protéger ce cristal mais si c'est pour un bien plus grand elle accepte ce sort avec fierté. Elle l'avait oublié mais il y a bien pire existence que la sienne... comment a-t-elle pu oublié ça ? Peut-être parce que je ne pense qu'à moi... Hukais, Youkais... cela doit être une malédiction de naitre ainsi. Cela doit être effrayant de se lier aux autres en sachant que certains pourrait rejeter cette nature non humaine. D'avoir la crainte perpétuelle qu'un jour le contrôleur ne fasse plus effet . J'ai pitié d'eux. La demoiselle passa sa main dans sa masse de cheveux devenu lourde avec la transpiration en se faisant la réflexion qu'il était amusant qu'elle, l'être le plus égoïste, menteur et pitoyable qu'elle connaisse soit chargée de protéger en secret d'autre personne qui ne sauront jamais que l'affreuse Sorcière fait preuve de générosité. Ce n'est pas comme si elle avait le choix. Faux, j'ai le choix. Je pourrais tout révéler, profiter du cristal en ma faveur... mais non, c'est nul et ça m'apporterait rien. Allez je vais faire ma petite rédemption à travers cette mission... un peu comme une raison de vivre. C'est ce qui me manquait... Elle leva les yeux au plafond, ne voyant pas le béton mais un ciel bleu. Vous voyez, je vais faire quelque chose de bien. Et puis l'idée qu'on puisse mettre en danger la population en dérobant le cristal lui fit grincer ses entrailles. L'idée que pour son profit ont risque la vie de centaines de personnes... toute l'école... Je ne suis pas un modèle de vertu mais y a des limites. Le premier qui l'approche de prêt ou de loin je le bute pensa-t-elle on ne peut plus sérieusement. Elle se demanda ensuite si elle avait côtoyé des Hukais ou Youkais depuis son entrer dans l'académie. Rapidement elle rechercha qui pouvait porter un contrôleur mais très vite elle se rendit compte que maintenant les hommes comme les femmes portent des bijoux donc autant chercher une aiguille dans une motte de foin. Si elle savait l'ironie de la situation elle aurait grincer des dents. Seon vient de se promettre de protéger ce cristal pour préserver la vie tranquille des Hukais et Youkais alors qu'elle s'est aussi jurée d'anéantir toute trace d'Alexandre de la planète... Si elle savait que quelque part elle protège celui qu'elle veut voir mort... c'est assez risible.

Une fois tous les couloirs traversés et ses affaires de classe récupérées à la vie scolaire la demoiselle se rendit dans son ancienne chambre pour récupérer ses bagages, faire ses cartons et tout installés chez les Jokers. Allez stop y penser, on ne sait jamais, si on cerne mes pensées... Amusée par sa propre paranoïa Wang se mit à chantonner une chanson à la mode en rangeant.

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:17    Sujet du message: [Terminé] [Mission A] Terroristes et enfants.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Extérieur de l'académie -> La ville - Vecos Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.