FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Se connecter pour vérifier ses messages privés   S’enregistrer   Profil   Connexion 

Cours de Sport des Piques
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Extérieur -> Terrain de sport
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Xigua Chui


MessagePosté le: Jeu 27 Jan 2011 - 00:11    Sujet du message: Cours de Sport des Piques Répondre en citant

Préparatifs pour la mission vengeance blanche-glacial quasiment achevé mon Commandant ! . . . Mission annulé ! Mission annulée !! Nous sommes attaqués !! arrggh…

Sur le coup, Xigua ne comprit rien, tout c’était passé tellement vite. Une voix féminine lui criait dessus, pourquoi s’égosillait-elle d’ailleurs ? Cela n’avait pas de sens, au moins d’avoir percé a jour le plan snippage de boules de neige de Xi, mais c’était impossible, personne ne faisait attention a Xigua d’habitude, elle était tellement énervante a jouer les gamines que les autres Piques qui la connaissaient un peu préféraient l’ignorer. Ce devait être autre choses, pas le temps d’y réfléchir, une vive douleur à la joue la plaque au sol. Elle avait levé la tête pour voir qui se permettait de lui hurler dessus, mais xigua eut juste le temps de voir que du noir. Du noir parce que la balle en forme de chat était de cette couleur et que par pur réflexe, d’auto défense inutile, elle avait fermé ses yeux.

La violence du choc lui fit basculer sur le côté, elle tomba dans la neige froide se recroquevillant a moitié, immédiatement elle plaqua une main sur sa joue douloureuse. Elle ouvrit un œil et vit son assaillant, enfin le dos de celle-ci, cheveux rose pâle . . . attend juste un petit instant que la chevelure verte se remette de ton attaque et tu t’en mordras les doigts. Analysant ce qu’elle pouvait comprendre de la situation, autrement dit, peu de choses, a faire des boules de neiges dans son coin, elle n’avait rien suivit de ce qu’il s’était passé. Il était clair pour Xigua qu’elle avait servi de défouloir, c’était un geste purement gratuit et sans fondement. . . Après, elle n’avait pas besoin d'en comprendre d’avantage.

Xi se redressa a genoux et attrapant au passage le chat-balle, qu’elle sera fort contre elle dans ses bras. Puis Lentement elle se releva, elle ne souriait plus ce qui était rare chez elle, on pouvait lire clairement dans ses yeux qu’elle était très énerver. Elle fixa le dos de son agresseur rageusement. Xigua était du genre ruminer sa vengeance, elle ne voulait pas avoir d’ennuis avec la direction, c’était pour cela que les missions étaient parfaites pour le meurtre, une balle dans le dos et le monstre se chargeait de faire disparaitre les preuves. . . mais c’était un cours de sport. . . En y regardant de plus près, plus vraiment, vu le chaos qui y régnait, ce pouvait même plus être qualifié de champ de batail. Un ring de catch ? Non, ce genre de spectacle était très organisé. Qu’importe de trouver un nom a tout ce bazar, il était temps pour Xigua d’agir.

Elle lâcha d’une main le chat ballon, le tenant toujours fermement serré contre elle de l'autre. De sa main libre, elle imita un pistolet avec son pouce et son index en formant un "L", qu’elle fit remonter doucement jusqu'au niveau de son œil droit, elle ferma le gauche, visa le dos de chevelure rose pâle et PAN ! Tira une balle fictive. Hors de l’académie, Xigua n’aurait pas hésité une seule seconde pour sortir son revolver, bon elle ne l’aurait abattu froidement de dos, elle aurait joué a la roulette russe avec elle. En trichant un peu. . . comme en chargeant cinq balle dans le barillet au lieu d’une seule.

Mais, elle ne le pouvait pas, alors elle devait agir autrement. A premier vu, la jeune fille avait eut son lot de menace, une de plus dans ne la dérangerait surement pas et puis. Elle savait exactement comme elle devait réagir. Xigua ferma ses yeux en prenant une grande inspiration et tout en expirant, elle se tapota trois fois du bout de son index sa tempe. Pouf ! Visage en colère envolé. Se fut le retour de la souriante et guillerette Xigua. Elle sautillant jusqu'à la jeune fille qui lui avait jeter cette pauvre balle-chat en pleine face, lorsque soudainement elle passa a côté d’une jeune fille aux cheveux blanc. . . Cette adorable boule noire a oreilles de chat la dérangé dans l’accomplissement de sa vengeance. Xigua lança la balle vers la fille a chevelure couleur neige, comme si c’était une passe dans un match de basketball a une coéquipière et se remit a avancer.

Une fois arrivé dans le dos de Miss je-me-défoule-sur-les-innocents, Xigua lui sauta dessus en passant ses bras autour de son cou, non pas pour l’étrangler mais pour lui faire un gros câlin. Elle rigola deux petites secondes, avant de prendre un visage dénoué de toutes émotions, qu’elle enfouit pour le cacher aux autres dans les cheveux long de la jeune fille, et Xi lui murmura a l’oreille


" Recommence encore une fois de t’en prendre a moi sans raison, et le jour ou tu sentiras une curieuse douleur dans ton dos, la réponse à la question que tu poseras a ce moment la se sera : Une balle de revolver pile entre tes omoplates. Et le dernier visage que tu verras sera le mien amusé de te voir agoniser."

Xigua ajouta un peu plus fort, sur un ton amusé, redevenant peu a peu la jeune fille joviale qu'elle paraissait être.

"En attendant, je te pardonne et je t’offre un. . . "

Elle cria ses derniers mots en éclatant joyeusement de rire.

"CALIN Gratuit !!! "

Xigua serra contre elle la jeune fille pour lui faire un autre câlin. C’était comme si rien ne c'était passer, comme si elle n’avait jamais menacé de la tuer ni même s'était prise une balle en plein tête. Xigua souriait, c’était un sourire franc et innocent, celui d’une gamine qui s’amuser beaucoup, sans aucune arrière pensée. . .
Revenir en haut
Publicité


MessagePosté le: Jeu 27 Jan 2011 - 00:11    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Classe Pique
Ayama Akyama
Inscrit le: 15 Déc 2010
Messages: 267
Espèce: Youkai
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Féminin
Points MS: 352
MessagePosté le: Jeu 27 Jan 2011 - 18:20    Sujet du message: Cours de Sport des Piques Répondre en citant

C'était confirmé à présent : ils avaient perdu la tête. Son premier réflexe, avait été de se précipiter sur la blessée, apparemment elle avait été la seule à y penser. Puis elle avait pris conscience de ce qui c’était passé. L’albinos avait pris par le col « cheveux rose » et blessé la rouquine. Maintenant, le blondinet parlait à la sorcière et  tignasse verte faisait un CÂLIN à la sorcière ! Elle les avait envouté ou quoi ? En plus « tignasse verte » était passé la comme ça en sautillant et avait passé la balle à Ayama genre « tiens un biscuit ».  Elle envoya celle-ci sur le prof, qui avait l’air complètement désespéré. Bref, pour le moment, la rouquine elle, elle saignait. Beaucoup. Et en plus elle semblait ne pas supporter le sang. Pour Ayama, ça allait, la sang elle l’avait déjà vu et fait couler. Elle s’agenouilla à côté de la blessée et entreprit d’enlever les deux T-shirt en trop qu’elle avait sur elle. Il entravait ses mouvements et seraient plus utiles à autre chose. Maintenant, elle était en débardeur à genoux dans la neige avec du sang plein les mains. Woua, génial le cours de sport, tout le monde se tapait, et elle c’était la gentille infirmière ! Gentille hein, ils allaient voir, c’est elle qui frappait maintenant. A côté d’elle, la rouquine semblait traumatisée.  La gifler ? Non. L’emmener loin du sang ? Oui, et après la gifler. Elle souleva la rouquine de quelque mètre – ça allait, celle-ci était petite et légère – et entreprit de nettoyer le sang qu’elle avait sur le visage avec ses T-shirts qui ressemblait maintenant à de vulgaire chiffon plein de sang.  La neige ne ressemblait plus à rien, maintenant elle était toute piétiné et coloré d’un rouge carmin par endroit. " Clac ! ". Non, ce n’était pas les tendons de l’albinos responsable de se désastre, Ayama l’aurait voulu, mais ce n’était pas ça. C'était juste cette foutu pince qui venait d'exploser. Maintenant ses cheveux retombaient sur la poitrine de " tignasse rousse ". Elle sentit un truc froid dans son dos et fit un truc complètement stupide : Se passer la mains dans les cheveux.                                                            
" Mais Ouuiii, Ayama vas y teint tous les cheveux en rouge pendant que tu y es, c'est très intelligent ce que tu viens de faire là !" lança-t-elle.   
                   
                     

Premier signe de folie : se lancer des réflexions ironiques à voix haute pendant que quelqu'un pisse le sang à côté de vous. Elle avait pas l'air de se calmer celle là. faut dire que une entaille de la sorte ça devait pas faire du bien non plus. Elle calma tant bien que mal la jeune fille et se promis de faire quelque chose pour lui retirer cette phobie du sang qui devait lui pourrir la vie. La rouquine c'était assise mais continuait de trembler son bras blessé pendant lamentablement. Mais Ayama ne tremblait plus. Son sang bouillonnait. Pourquoi cet idiot c'en était pris à la rouquine. Il était là dans son coin genre " faut pas me chauffer, foutez moi la paix ".

  

Mais oui tu l'auras la paix mon vieux... une fois que je t'aurais défoncé. 

Laissant la rouquine à son triste sort, elle tamponna violemment l'albinos plus loin. Et pis une deuxième fois puisqu'il avait pas l'air d'avoir très mal. Bon elle s'était un peu emporté, mais elle avais ses raisons ! Primo, ils commençaient tous à la chauffer avec leurs bagarres stupides. Ensuite, la rouquine avait fait un crise juste parce que monsieur était en boule et puis maintenant elle allait devoir nettoyer ses cheveux plein de sang alors qu'elle l'avait fait hier et qu'ils étaient sacrement dur à laver et qu'elle n' avait pas envie de le faire. Elle essaya de ne pas faire paraître la douleur de son épaule sur son visage et dit :

" Tu as vu ce que t'as fait ? Juste parce que la sorcière t'embête tu blesses quelqu'un ? Tu maitrises pas tes excès de violence, faut que t'aille te faire soigner. "

Bon OK. Elle venait de le frapper sans réfléchir. C'était bien elle ça. Mais Il y avait du progrès, croyez le ou non. Elle ne l'avait pas découpé en morceau... Ce qui était bien étrange.
Tout à coup les rouages de son cerveau se mirent en route... Si personne n'avait pas essayé de lui tenir tête c'était peut être parce que il était dangereux ? Faut dire tout le monde devait être dangereux ici. Mais bon elle avait peut-être fait une erreur là. Tant pis.


_________________


Minimoi \o/ Merci Theyst ♥


Dernière édition par Ayama Akyama le Ven 28 Jan 2011 - 20:29; édité 1 fois
Revenir en haut
Classe Joker
Seon Wang
Inscrit le: 12 Oct 2010
Messages: 887
Espèce: Humaine
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Joker
Sexe: Féminin
Points MS: 631
MessagePosté le: Jeu 27 Jan 2011 - 23:38    Sujet du message: Cours de Sport des Piques Répondre en citant

« Vas-y, essaye pour voir »

Vas y continue. Vas y prend ton air glacial, celui qui fait peur au monde, celui où tu n'as plus rien d'humain. Plus une once d'humanité. Ça me plait, ce regard glacial, cette promesse que si j'approche ta frangine je me fais briser la nuque. Je m'accroche comme une larve à la vie, et pour quoi ? Pour souffrir chaque jours un peu plus ! Paf ! Plus de famille ! Paf ! Plus d'amis. Paf! Plus de repère! Une nouvelle école, de nouveaux contacts et toujours plus de désillusion. Ahahaha! J'en ris de désespoir. Mais regardez moi! J'ai cru une personne dans ce bahut, une seule personne que j'ai vu plusieurs fois et avec plaisir les dernières fois, enfin malgré quelque surprises. Et cette personne s'est moquée de moi, elle a rit dans mon dos se jouant de moi. Kazu... Sinysta.... Elles sont surement pareils non? Edgar s'est joué de moi, pourquoi pas tous ? Allez! Faites une grande comédie et jouez vous de la pauvre Seon Wang! Allez ! J'aimerais me foutre en l'air Alexandre. SBAM ! Un coup dans la tête et les retrouver tous! Mais je suis tellement faible, tellement c*nne que je crois que j'aurais le droit au bonheur. Tu vois, y a une petite voix dans ma tête qui me dit: « Hé! Wang! Un jour tu seras danseuse, un jour tu donneras du rêve aux gens ». Ce désir, cet avenir que j'ai tant désiré, je ne l'ai pas oublié. J'y crois encore... Et puis je me dis parfois que cela ne sert à rien d'être toujours triste, qu'il faut que je rebondisse. Hein, qu'il faut que je rebondisse? Mais quand je trouve une planche sur laquelle m'accrocher quelqu'un vient me marcher sur les doigts, et je tombe....tombe... Je remonte toujours la grande échelle, espérant naïvement... Alors, toi qui me hais tant, vas y essaye, élimine moi. Mais je te promet que malgré tout le dégout que j'éprouve pour moi-même ce ne sera pas partie aisé. Je vais te rendre la tâche très difficile et peut importe ce que tu as vécu autrefois, ce n'est rien à côté de ce que je te réserve. Je ne vais pas me laisser faire aussi facilement. Je ne peux pas te sentir Delacroix. Depuis le début je ne peux pas te voir. Tu m'as blessé par deux fois, tu as une certaine emprise sur moi, un talent unique pour me rappeler combien ma vie est pourrie. Mais depuis que je sais que tu as une sœur... Tu n'es pas seul Alexandre. Tu n'es pas seul !
Orgueil. Envie. Miroir.

« Tu n'es pas seul. T'as envie de voir la véritable solitude ? »

Elle s'attendait à être lancée au loin mais non, il y eu un rebondissement. Le chevalier Saint refit surface dans la sombre personnalité de Edgar. Ah! Tu veux me protéger des griffes du grand méchant loup ? Je peux me débrouiller seule, merci bien, monsieur l'hypocrite. Je t'envoie des roustes digne d'un monstre assoiffé de sang et v'là que tu me sors le coup du mec protecteur? Ben quoi tu culpabilises après ce qu'on a vécu? Elle a beau râler il avait bien compris sa réaction. Pas la peine d'être un psychologue pour comprendre, je ne vais pas m'étonner pour si peu. En tout cas Chevalier Saint renvoya Alexandre loin d'elle et ramena par son attitude Seon à une colère froide pleinement dirigé contre lui. Tu vas faire quoi maintenant ? Il la surprit en l'obligeant à reculer jusqu'au mur. Coincée par sa carrure impressionnante et le mur, elle n'avait pas d'autre choix que l'entendre déballer des propos qu'elle ne voulait pas du tout écouter. Mais faites le taire ! Elle du l'écouter, pas vraiment le choix. Bien trop grand pour qu'elle saute par dessus sans élan, trop proche pour qu'elle se faufile quelque part et trop costaud pour qu'elle le pousse. Tais toi tu veux ! Il l'agaçait car il a raison, oui je devrais être calme et tranquille. No problem c'est qu'un jeu. Sauf que rien n'est un jeu chez moi, naturellement je n'aime pas perdre. J'ai toujours eu cet esprit de compétition, en même temps on ne gagne pas des concours en n'aimant pas se dépasser. Mais là ce n'est pas ça … Je voulais me détendre, oublier, et sérieux ton attitude ne prête pas au monde des bisounours. Je m'amusais avant ton numéro, monsieur le beau parleur. Tu veux une explication ? Des excuses ? Tu te prend pour qui pour m'en demander ? Enfin si cela te fait plaisir monsieur le Chevalier...Et parce que Seon n'avait jamais rechigné à se confier, parce qu'elle en a aussi un peu besoin et pour le faire se sentir mal, gêné, elle lui répondit avec force mais sans hausser la voix, sans hurler, avec une sincérité emmêlée où il n'aurait aucun mal à comprendre le fond du problème:

« Un jeu ? Tu appelles ça un jeu ? T'as vu la force que t'as mit ?! L'acharnement ? Je n'appelle pas ça jouer Edgar. Jouer pour moi c'est pas éviter vos attaques de bourrin, se faire prendre et trouver un nouveau chat un peu moins psychopathe que vous deux. Ce n'est pas courir partout pour être le dernier vivant. Je me suis sentie … enfin t'avais dit qu'on oubliait tout et... oui j'ai pas aimé! Oh et puis ne fait pas ta mijaurée comme si j'allais vraiment agresser sa sœur ! C'est de la provocation Ed, tu sais ce truc qu'on fait quand on veut blesser les gens. Oui je sais c'est mal, trèèès mal. Mais qu'est-ce-que j'en ai à faire? Je suis venue ici pour me détendre, oublier mes problèmes et je récolte quoi ? Une balle de bœuf dans la tête avec une multitude de boules de neige. Super. Merci. De ta part en plus! Tu veux la vérité ? MA vérité ? J'vais te la dire! Aujourd'hui j'ai 18 ans, je suis majeure et je suis censée être super heureuse. Faire la fête tout ça. Sauf que mes potes sont restés à mon ancien bahut. Et tu sais quoi ? Ce soir j'hérite de la conséquente fortune Wang car mes parents sont morts avec ma sœur pendant les grandes vacances! Superbe non ? J'ai rien auquel me retenir Ed, rien. Je ne sais rien faire de mes dix doigts à part combattre et danser, mais même ça je ne peux plus. Alors s'il te plait, tes discours sur la philanthropie de chacun et ton mea culpa tu te les gardes. Soit pas hypocrite tu veux je suis sûre que tu me balance tout ça juste pour te déculpabiliser. Je veux juste qu'on me foute la paix, qu'on me laisse pourrir la vie de chacun histoire que j'oublie un peu mes problèmes en leur en créant. Oui oui c'est méchant et ça va pas m'aider dans la vie, mais bon si ça peut m'éviter de m'enfermer une nouvelle fois dans la solitude ça me gène pas. Je sais très bien que je suis un être pathétique, pitoyable, pas la peine de me le rappeler ! »

Elle ne bougea pas, le regardant droit dans les yeux comme pour le narguer de lui répondre. Vas y. Sort moi le long discours habituel, celui que l'on m'a sortie par centaine: « Mais Seon ça ne sert à rien d'agir ainsi », « t'es bien trop sensible ma fille! » ou encore « calme toi, un jour, tu verras, la douleur sera partie ». Allez je les attend tes paroles maintes fois dites, redites, mâchés et recrachés. Elle n'avait eu aucune difficulté à lui faire savoir ses faiblesses, la raison profonde de son excessive réaction. A exposer au grand jour son dégoût d'elle même et le pessimisme qui l'habite. Seon n'a jamais été secrète, au contraire, elle dit ce qu'elle éprouve pour mieux faire sortir la douleur, la joie. Pour faire partager, et en l'occurrence, le faire se sentir mal. Jusqu'à présent elle n'avait dévoilé que sa haine vis-à-vis d'Alexandre, fallait bien qu'elle montre autre chose un jour. Elle ne pensait quand même pas qu'elle lui répondrait avec autant de hargne, de colère, de souffrance aussi. Les mots avaient coulés, lancée elle ne s'arrêtait plus. Tu veux TOUT savoir ? Et bien je vais te servir ! Ainsi tu seras bien écœuré et tu tiendras loin de moi. C'est là qu'elle entendit le gémissement de Sinysta. Elle a quoi celle là ? Ah elle gémit car elle est blessée. Le prof qui s'y met, le monde qu'y s'emballe. Seon observe et comprend que la demoiselle a peur de son propre sang, qu'il l'a panique. Ah.

« Tiens tu vois là Sinysta à peur de son propre sang. Je pensais devenir proche d'elle, elle m'a proposé de l'aide contre Alexandre et j'ai dit oui. Sauf qu'à quoi me sert une fille effrayée par du sang ? Une fille qui en plus a dévoilé son point faible à la classe entière, classe qui ira répéter cette scène dans l'établissement. Donc je n'ai plus besoin d'elle. En outre elle va certainement haïr Alexandre suffisamment pour que j'ai plus besoin de la pousser à le faire. Tu as pitié de moi n'est-ce-pas ? Que je sois aussi calculatrice dans mes relations, que je cherche à tout contrôler pour souffrir au minimum. Tu sais il y a différentes sortes de personnes: ceux qui cache leurs souffrances, ceux qui vivent avec sans difficulté et ceux qui butent dessus. J'ai essayé la première catégorie mais ça me réussit pas. Ma colère contre le monstre qui les a... tués, contre moi de ne pas avoir été là, contre les autres qui sont le relief de ce que je suis ou doit être... J'ai conscience de ce que je suis, de ma faiblesse. Après ma rencontre avec Alexandre j'ai brouillé du noir non stop... puis je l'ai retrouvé et tu as vu comment ça a finit. Le dirlo me parle de thérapie, d'objectif, mais bon...je doute de l'utilité de tout ça, même notre avenir ici est un cul-de-sac: quoi qu'on fasse il y aura toujours des monstres qui peupleront nos chemins, qui terroriseront nos familles. On ne fait que survive, reporter une échéance. On s'accroche à des petites choses pour croire qu'on est heureux, moi, je m'accroche aux gens bien. A ceux qui part de menus détails me font oublier qu'il y a deux minutes je ressassait le passé. Y a eu Kazu qui a vu mon côté sombre mais qui sans arrière pensée me côtoie avec un sourire chaleureux. Y a eu toi, qui m'a simplement dit que c'est bon, on oublie la bagarre nocturne. Y avait toi, maintenant tu es dans le même panier qu'Alexandre: bon sur lequel ce défouler. »

Sa voix devenait de plus en plus calme, moins d'exclamations, moins de regards noirs. Ses yeux bleus ne renvoyaient plus rien, un immense abime vide avait remplacé la douleur noire. Pessimisme, peur de la solitude, envie de ceux qui ont tout pour être heureux, besoin d'oublier la réalité à travers la violence, à travers l'illusion, mettre une pression sur les épaules de ceux qu'elle apprécie, jouer avec les humains comme le destin a joué avec elle et malgré tout espérer. Espérer être heureuse, espérer réaliser son rêve. Il a du voir tout ça dans ses yeux bleus qui le fusillaient de répéter tout ça. De commenter ses dires. Elle détourna le regard et passa sa main droite, qui n'avait pas bougé pendant toute sa tirade, sur son front pour rejeter en arrière ses cheveux humides. D'une voix faible, un peu gamine aussi, elle murmura: « J'suis sûre que t'as agit ainsi car tu sais déjà tout ça » avant de reprendre plus fortement, ses yeux braqués sur les siens:

« Maintenant tu me laisses, sinon ... »

Pas le temps de finir qu'une chose lui sauta dessus. Mais elle débarque d'où celle là ? Vous en avez pas marre de me courir après ? Elle me veut quoi ?! La réponse fut rapide: c'est la gamine qu'elle avait shooté quelques minutes plutôt. Ah. Elle aussi veut ma mort mais elle a l'amabilité de me prévenir, trop aimable à elle. Bon sang Seon rappelle toi de ne plus jamais sortir de tes gonds ça t'apporte que des ennuies...Elle regarda la Pique verdâtre sans joie, ne profitant absolument pas du câlin. Soyons réaliste, Seon ne va s'emballer, heureuse de profiter d'un câlin après une menace de mort. Une balle ? Une balle dans le dos? Métaphore ou elle peut invoquer des révolvers? La guimauve, comme certain l'appelle, attrapa les poignet de la fille au cheveux vert. Ses pouces se mirent à caresser la peau de la jeune fille et c'est avec une voix à la fois douce et emprunte de menace qu'elle répondit:

« Jolies poignets...tu y tiens? »

Ses mains brillèrent quelque secondes, suffisamment pour faire comprendre qu'elle pouvait faire quelque chose qui n'améliorerait pas la qualité des mains de la fille aux cheveux vert. Seon ignorait si elle savait qu'elle n'avait que quatre lames pour se défendre. Juste des lames, contre un révolver on a vu mieux comme défense. Mais si l'autre l'ignore elle peut lui faire croire qu'une balle c'est rien pour elle...Rien de tout.

« Menace moi encore une fois et ces délicats poignets n'existeront plus. Mais ne t'inquiète pas, pour aujourd'hui je te pardonne. Pour preuve je vais te dire un secret: accroche toi bien. »

Finit-elle avec un sourire détestable. Un de ces sourires où un passant voit la bonté, la gentillesse, mais le concerné n'y voit qu'une menace. Bon sang, elle devrait être heureuse que je n'ai fait que lui lancer une balle. Orgueilleuse celle là, aime pas être prise en traître. C'est quoi son nom? Je le saurais bien assez vite, la journée n'est pas finit. Bon c'est pas tout ça mais ça commence à être oppressant ici. Entre Edgar qui me bloque contre un mur, géant au dessus de moi et cette chose sur mes épaules, je ne peux plus respirer! L'avantage dans la situation était la carrure de Cheveux Verts: mince et pas très grande. Seon referma sa prise sur ses poignets, fermement elle se courba pour faire tomber la tête la première la fille au sol. Cette dernière se vit basculer vers Edgar, Seon la lâcha au moment opportun pour ne pas se faire mal à elle même. Edgar avait soit dû l'éviter ou la rattraper, mais il n'avait pu tenir sa position. Sans attendre son reste la sorcière se mit sur le côté.

« Excuse moi mais tu devenais lourde, ne te plains pas je t'avais prévenu. Bon j'en étais où moi? Ah oui Edgar ! Tout ce que je t'ai dit, ma grande confidence, ça ne change rien à ce que je suis. Ce n'est pas parce que je t'avoue mes grands traumatismes que d'un coup je vais me dire « oh mais oui dit donc je suis sacrément pas bien dans ma tête! Faut que je change! Merci Edgar de m'avoir fait réaliser mon erreur! » Non ça ne va pas ce passer ainsi car peut importe combien je dirais ma vérité, les problèmes resteront. Donc maintenant, tu me fous la paix. Toi cheveux verts pareil, et je te laisse aussi en paix. Bon ce sur ce je pense vous avoir assez vu! »

Finit-elle en partant vers la sortie du terrain, pas envie de rester avec lui, pas envie qu'il m'attrape encore et qu'il me sorte un laïus déjà entendu. Pas envie mais le destin est capricieux. Même s'il te laisse partir qui te dit que demain tu ne le croiseras pas?

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Modérateur
Alexandre Delacroix
Inscrit le: 19 Aoû 2010
Messages: 977
Espèce: Hukai
Catégorie: Combat
Niveau: Lycée
Classe: As
Sexe: Féminin
Points MS: 579
MessagePosté le: Sam 29 Jan 2011 - 17:04    Sujet du message: Cours de Sport des Piques Répondre en citant

Trop absorbé par cette colère froide et sourde qui lui prenait les tripes, Alexandre n'avait même pas senti l'emprise d'Edgar, d'ailleurs il n'avait même pas fait attention à lui. Et de même, il ne se rendit même pas compte qu'il venait de projeter la rouquine contre un arbre et que cette dernière se mit à saigner. Mains dans les poches il partit au fond du terrain, balaya du pied le bitume couvert de neige blanche et s'assit contre la grille pour étendre ses jambes et attendre la fin du cours. Non il ne jouerait plus à ce débile chat ballon. L'autre tarée de Seon lui avait passé toute envie de s'amuser maintenant et le chaos qu'il avait plus ou moins engendré lui déplaisait. Et le pire c'était que sa menace ne semblait pas avoir du tout calmé la furie car de loin il la voyait s'égosiller contre Ed'. Ces deux-là semblaient proches depuis la soirée d'Halloween... Il ne voyait pas comme le crâmé pouvait supporter une fille aussi chiante que Seon, toujours en train de râler et de chercher les ennuis à droite, à gauche. Fin bon... Il supposait que certains mecs aimaient se faire victimiser à longueur de journée. Au moins il ne devait jamais s'ennuyer.
Rah et plus il pensait plus ça l'énervait. S'efforçant de contenir la rage qui bouillait en lui, il leva alors la tête et ferma les yeux, adossant sa nuque contre le métal de la palissade contre laquelle il s'était posé. Le froid lui fit du bien, anesthésiant son esprit qui s'était enflammé. Ses sens se paralysèrent dans la froideur de l'air et bientôt son corps entier ne fut plus qu'occupé à lutter contre la température qui glaçait chacun de ses muscles. Et il vida son esprit, ravalant la rage qu'avait réveillée Seon en évoquant sa sœur et ne prêtant plus aucune attention au monde qui l'entourait.
Puis un bruit, proche. Sploch, sploch. Trop proche. On marchait vers lui. Bah... Qui ça pouvait bien être ? Quoiqu'il en soit ça le gonflait. Il n'avait pas envie de parler, pas envie de se battre. Alors il n'ouvrit pas les yeux et fit comme s'il n'avait rien entendu, se préparant à ignorer la personne. Sûrement le prof qui venait l'engueulait... Quoique non... Au son des pas, il devinait que c'était une personne moins lourde qui s'avançait vers lui. Ed' ? Non, il avait l'air trop remonté contre lui et il devait probablement essuyer la colère de Seon à sa place. Alors qui ?
Tiens... Il s'attendait à ce qu'on lui parle avant qu'on ne le frappe. Sentant une pression contre son torse, il ouvrit alors les yeux, tombant nez à nez avec la petite albinos. Il ne bougea pas et posa son regard sur les petits bras de la gamine. Est-ce qu'elle avait vraiment essayé de me frapper celle-là ? Est-ce qu'elle croyait vraiment pouvoir lui faire du mal avec ces 40 kilos toute mouillée ? Ou plutôt, elle avait pas peur de se faire cogner celle-là ? Elle tient si peu à la vie ou quoi ? Et puis vlam, voilà qu'elle lui donne un deuxième coup, sauf que celui-là il le sentit. Le poing de l'adolescente s'enfonça dans le ventre de l'Hukai qui en eut le souffle coupé. Mais elle est pire que Seon celle-là ! Qu'est-ce qu'elle me veut ?

- Tu as vu ce que t'as fait ? Juste parce que la sorcière t'embête tu blesses quelqu'un ? Tu maitrises pas tes excès de violence, faut que t'aille te faire soigner.


Hein ? Quoi ? La sorcière ? Ah Seon... Chouette qualification. Mais c'est qui le quelqu'un ? Évacuant la douleur en quelques secondes, il pencha machinalement la tête, cherchant la rouquine qu'il avait bousculé et la vit en sanglot et en sang sous un arbre. Wow, c'est moi qui ai fait ça ? Soupir. Il n'avait pas voulu a blesser, seulement l'effrayer assez pour qu'elle reste à une distance respectable de lui, pour que tout le monde comprenne qu'il était de mauvais poil. Il fallait croire qu'il devrait faire plus attention à ces gestes... Enfin au moins, ça devrait lui passer l'envie à cette prétendue alliée de Seon, de venir lui marcher sur les pieds.
Donc qu'est-ce que c'était ce petit bout de femme qui lui hurlait dessus ? Se prenait-elle pour une justicière ? Ou peut-être était-ce une amie... Une amie à la langue bien pendue... Ou tout simplement inconsciente ?
Blasé, il reporta son attention sur la gamine, la détaillant de haut en bas. Elle avait de la force dans ses petits poings quand elle voulait la miss. Mais pas autant qu'Alexandre qui bondit soudainement sur ses jambes et lui saisit les épaules pour la plaquer contre la grille, la bousculant avec une violence contenue, assez pour qu'elle ait mal mais trop peu pour qu'elle soit blessée. Puis ses mains glissèrent sur les bras blancs de l'adolescente, les saisissant avec assez de poigne pour l'immobiliser.
Malgré son regard qui était resté impénétrable et froid, il ne savait quoi faire. Tout en la dévisageant d'un air mauvais, il réfléchit rapidement à ce qu'il pourrait lui faire. La cogner ? Non, ça le fatiguait. Déjà se taper une fille qui venait lui faire la morale ça lui foutait les nerfs en rogne, mais lui qui n'avait aucune envie de bouger, ça le fatiguerait encore plus s'il devait se battre. En plus il venait déjà d'écorcher une mioche, il ne voulait pas en abimer une autre dans la même journée. Il voulait simplement lui foutre une sacré trouille pour qu'elle déguerpisse sans demander son reste, mais bien entendu il se doutait que les choses ne seraient pas aussi simples. Elle avait l'air d'une dur à cuire.
Et puis il y avait quelque chose chez cette élève qui lui plaisait. Cette gamine n'était pas comme les autres... C'était la seule dans le tas qui avait osé le défier. Il devait avouer qu'il appréciait son hardiesse même si en l'occurrence ça le faisait bien suer qu'on vienne lui chercher des noises dans un moment pareil. Mais dès l'instant où elle avait lancé une pierre en direction de Seon, elle avait capté son attention. Et c'était bizarre de l'avouer, mais Alexandre n'avait vraiment, mais vraiment pas envie de lui faire du mal. C'était ridicule pour un caïd de son espèce d'avoir un peu de sympathie pour lycéenne dont il ne connaissait même pas le nom mais elle lui rappelait sa sœur. Elles avaient les mêmes yeux, ces mêmes longs cheveux blancs comme la neige et ce même teint de poupée. Et pourtant, leurs caractères respectifs semblaient totalement opposés. Mirage était une enfant qu'il considérait comme douce, peureuse et surtout incapable de lever la main sur qui que ce soit. Alors que celle-là, il la voyait très bien foncer dans le tas, tête baissée, sans réfléchir. Mais aussi infime qu'était leur ressemblance, le simple fait d'avoir fait le rapprochement avait dissuadé toute volonté de lui nuire.
Elle avait de la chance l'albinos. Si elle n'avait pas eu le même regard couleur rubis que sa soeur, il lui aurait probablement explosé la tête rien que pour lui faire comprendre qu'on ne plaisantait pas avec lui et surtout qu'on ne faisait pas mine de s'en prendre à sa personne sans espérer se prendre une bonne raclée en retour. Mais, contre toute attente, il la lâcha et se recula avant de passer ses mains dans ses poches et de lui lancer d'une voix monotone en grommelant :

- Tu devrais apprendre à cogner avant de t'en prendre à plus fort que toi.

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Classe Pique
Edgar Tamashī
Inscrit le: 06 Nov 2010
Messages: 227
Espèce: Hukai
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Féminin
Points MS: 50
MessagePosté le: Dim 6 Fév 2011 - 23:21    Sujet du message: Cours de Sport des Piques Répondre en citant

Pendant toute sa tirade à moitié terminée, Edgar avait eu l'impression que Seon se bouchait les oreilles. Enfin, au moins intérieurement, parce qu'extérieurement, elle essayait plutôt de se libérer de son emprise. Ce n'était pas vraiment l'effet recherché, mais il savait que Seon allait mal le prendre. Il aurait voulu lui parler d'une voix calme et douce, mais il n'avait réussi qu'à ressembler à un père de famille un peu lourd. Ce n'était pas par culpabilité qu'il était venu lui parler, non, parce qu'il attribuait ce qu'ils avaient vécu ensemble à l'unique responsabilité e la gerbille d'Alexandre. Mais alors pourquoi avoir voulu tenter de la raisonner ? ... Peut-être pour essayer de lui faire ouvrir les yeux sur le monde dans lequel il vivait ? Sur sa manière d'agir ? Mais secoue-toi, Seon ! Tout calculer ne te rendra pas heureuse, cela ne fera que te rendre plus malheureuse encore ! Planifier tes relations ne fera que te décevoir. Tu n'aimes pas être déçue par ceux que tu considères comme des marionnettes ? Pourtant, tu sais bien que tu les aimes, ces gens, alors pourquoi ne pas renoncer à la manipuler, ou même simplement à réaliser que tu y tiens ? Tant que tu ne l'admettras pas, même pour toi, tu ne pourras qu'être malheureuse. Parce que tout le monde ne rentre pas dans l'idéal pré-fabriqué que tu te fais des élèves, ou même des personnes en général. Si tu considères que tout n'est qu'une immense compétition, que tu dois à tout prix remporter, tu n'arriveras à rien ... Pour Edgar, lui envoyer le chat-ballon n'avait pas constitué une traîtrise, il avait juste perpétué le jeu en désignant un nouveau chat. Bien sûr, il n'avait pas considéré tous les aspects psycho-physiologiques qu'auraient pu engendrer son tir, en suivant bien sûr le degré de rotation convexe inversée de l'esprit de Seon et en prenant compte de la densité au millimètre carré du voile noir qui se dressait devant ses yeux - et Dieu sait qu'elle devait être élevée, cette densité ... Grossière erreur. Il avait été loin de se douter qu'un acte aussi anodin aurait pu engendrer tant de complexifications dans l'esprit de Seon. Il était comme un politique ayant commis une quelconque maladresse qui ne semblait pas en être une, pris au piège dans une tempête médiatique qu'il était loin d'avoir souhaitée.

« Je pensais vraiment ce que je t'ai dit, à la soirée de Halloween. Je voulais vraiment repartir sur de nouvelles bases. Mais apparemment, ton esprit est trop difficile à pénétrer pour moi, et je suis désolé d'avoir fait quelque chose qui ne te plaît pas. Je n'ai jamais voulu te blesser ... Ce n'est pas en essayer de tout contrôler, d'avoir des relations parfaites avec les autres, du moins, comme tu l'entends, que tu te sentiras bien ... Cela ne fera que te faire souffrir, car les autres ne pourront que te décevoir, comme il me semble que je viens de faire. Mais je sais que te dire que je suis désolé n'y changera rien ... »

Malgré tout, Edgar était extrêmement troublé. D'une part, parce qu'une personne qui se confie ainsi, sans retenue, c'était peu courant. Il pensait que Seon n'était pas du genre à extérioriser, plus à ruminer sa sombre vengeance dans son coin jusqu'à son éclatement. Mais elle venait de lui prouver le contraire, en lui crachant à la figure qu'il n'était qu'un enfoiré, qu'un sale traître, avant même de lui avoir fait savoir qu'elle tenait à lui. D'autre part, elle lui avait fait savoir que, malgré ses airs de dangereuse manipulatrice, elle avait un cœur et que le "retournement de veste" l'avait fait souffrir. Il avait été loin de se douter qu'il était plus qu'une personne à éviter pour elle, et ses déclarations le troublaient au plus haut point. D'autant plus qu'il ne savait où ils en étaient, après la soirée d'Halloween. Edgar ne savait plus vraiment quoi penser. En tous cas, il se sentait terriblement mal d'avoir fait réagir Seon ainsi. D'avoir tranché net les liens hésitants qui s'étaient tissés entre eux. Elle avait dû le sentir, car elle remuait encore un peu le couteau dans la plaie. Son esprit hurlait "C'est bon, je suis désolé, pas la peine de continuer ! Je sais que tu m'en veux, et alors ? Je n'y peux plus rien, maintenant !", mais Edgar restait statufié. Les battements de son coeur étaient désordonnés, et son emprise sur Seon se ramollissait. Il avait le regard perdu, ne sachant à quel saint se fier, qui de Seon ou le mur regarder. Il n'avait pas souhaité ça ... Lui qui cherchait des relations simples, le voilà qui se retrouvait avec une histoire de fausse-traîtrise-compliquée sur le dos.

« Seon, pourtant, je n'ai pas changé ... Pourquoi ne comprends-tu pas que je ne l'ai pas fait exprès, que je ne voulais pas te blesser ? Pourquoi ne veux-tu pas comprendre ?! Ne me mets pas dans le même panier qu'Alexandre. Contrairement à lui, je n'ai pas cherché à te faire souffrir, en exploitant tes faiblesses. Tu viens de me dire ce que tu pensais vraiment, mais je ne vais pas en profiter pour te rendre malheureuse. Je n'ai pas cherché à te faire du mal ! Comment un simple lancer de balle a-t-il pu te mener à la conclusion que j'étais un traître de la pire espèce ? Écoute, Seon, je ne sais franchement plus quoi te dire pour te convaincre que ... que ... »

... je tiens à toi ? La fin de la phrase ne sortit jamais de la bouche d'Edgar. Il ne savait lui-même pas vraiment ce qu'il voulait dire. Et puis, avait-il vraiment envie de le dire ? ... Non, c'était déplacé, et il n'était même pas sûr de ce qu'il pensait. Seon avait jeté une bombe atomique dans son cerveau, qui essayait, avec une immense gêne toutefois, de recouvrer ses pensées.

Edgar avait déjà tué, bien sûr. Mais rendre quelqu'un malheureux, savoir qu'on a mis une personne dans cet état, était bien plus difficile à supporter ... Quand on est mort, on ne pense plus, on n'a plus de sentiments. Mais quand on est vivant, être triste était bien plus dur à supporter ... Il ne pouvait pas accepter d'avoir rendu quelqu'un souffrant moralement. Il préférait encore tuer que rendre malheureux, parce que la tristesse est un fléau qui ne devrait pas avoir sa place sur terre ... Par ses paroles, et par son attitude, elle avait fait terriblement culpabiliser Edgar. Il se sentait terriblement mal, bien lus que si cela eût été quelqu'un d'autre ... Il avait comme le désir inconscient de régler cette affaire au plus vite, de l'oublier et que tout redevienne comme avant. Mais c'était impossible, bien sûr. En plus, son corps refusait de bouger. Il aurait pu continuer à parler, encore, mais il savait que cela n'avait plus d'effet sur Seon ... Elle semblait décidée à lui mener la guerre autant qu'à Alexandre. Compagnons de galère ? ... Mais l'air de Seon changea brusquement du tout au tout. A présent, elle semblait pessimiste, comme déprimée. Il pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert ... Elle se reconnaissait encore une once d'espoir, faible, mais bien existante, comme la timide flamme d'un foyer qui ne veut pas prendre. Elle savait qu'elle voulait être heureuse. Après tout, c'était normal. Il l'entendit murmurer quelque chose qui ressemblait à un timide « Je sais que tu sais ça, mais tu ne veux pas le dire ». Instinctivement, il leva légèrement sa main droite, comme pour essuyer sur son visage une larme invisible. Mais il stoppa net son geste, à mi-chemin entre lui et le visage de Seon, et la laissa retomber le long de son corps. Elle aurait pu mal l'interpréter, une fois de plus. Il valait peut-être mieux ne pas faire encore empirer sa situation ...

Une fille aux cheveux verts tira Edgar de ses réflexions si intenses qu'elles lui donnaient mal à la tête, en sautant brusquement sur Seon. Hey, petite, je crois que le moment est plutôt mal choisi, là, elle est vénère Seon, si tu pouvais revenir te venger après ... Elle glissa quelques mots à l'oreille de Seon, qu'Edgar ne put entendre mais pouvait deviner venimeux d'après son attitude franchement déstabilisante. Mais pour l'heure, elle semblait plutôt décidée à faire un grooos câlin à la jeune fille aux cheveux roses, et Edgar s'éloigna un peu, de peur de la réaction de sa camarade Pique. Alors qu'Edgar lui laissait un champ d'action un peu plus large, Seon menaça la fillette. Puis ... elle la jeta sur Edgar.
Dans un premier temps de surprise, il ne réagit pas. Mais quand il vit que la tignasse verte allait heurter le sol, il se jeta à terre pour la rattraper avant qu'elle ne se fasse une commotion - ou autre chose de son souhaitable ... De la neige glaciale plein son débardeur, il se releva, la fille aux cheveux verts dans les bras.


« Ça va, tu n'as rien ? demanda-t-il en la reposant sur ses deux pieds. Je ne sais pas ce qui lui a pris ... »

Bien sûr que si, il savait. Soudain pris d'une vague de nostalgie, Edgar redevint amorphe. Il lui apparut clairement que, maintenant, il n'avait plus rien à faire ici. Seon l'avait laissé, désemparé, au milieu d'une masse de Pique désordonnée et bruyante, et la seule chose à laquelle il aspirait maintenant, c'était au calme. Il devait réfléchir. Sur lui, sur Seon, sur tout. Elle ne lui avait pas laissé assez de temps pour qu'il dévoile le fond de sa pensée. Il ne la connaissait pas lui-même, d'ailleurs. Il ne savait pas pourquoi la rupture avec Seon l'avait autant mis à mal, ni pourquoi il souhaitait particulièrement la revoir pour lui parler à nouveau. C'était ... weird.

Il ne séchait pas vraiment le cours, il était quand même venu. Mais ses bonnes notes et son dossier sans tâches joueraient en sa faveur, il en était certain. Il invoquerait sûrement une maladie fantaisiste pour s'en sortir. Edgar se dirigea vers le bâtiment Pique, un doute cuisant enfoui en lui.

_________________
"Je suis Edgar Tamashī, de la catégorie Armes et de la classe Pique, en dernière année de lycée. Passe ta route, je ne t'apporterai rien"

Revenir en haut
MSN
Sinysta M. Tromy


MessagePosté le: Dim 6 Mar 2011 - 06:05    Sujet du message: Cours de Sport des Piques Répondre en citant

Son bras la brûlait... Ça faisait tellement mal.. Et puis tout ce rouge, ce sang, son sang... Comment était-ce arrivé ? Ah, oui... L'autre l'avait poussée contre un arbre... Et elle avait saigné... Beaucoup trop pour une simple égratignure... Son bras devait être déboîté, au moins... Ce n'était pas si grave au fond, non vraiment.... Une simple blessure parmi d'autres très nombreuses... Oui, ce n'était vraiment rien...

Elle perdait le contrôle d'elle-même, elle en avait bien conscience, mais plus la douleur s'évaporait, plus elle comprenait ce qu'il se passait et plus elle arrivait à décrypter le comportement des autres. Elle sortait lentement mais sûrement de sa demi-transe, plus déprimée que jamais. Putain de faiblesse. Complètement en colère contre elle-même, se redressant péniblement, elle sécha ses dernières larmes d'un revers de main rageur. Puis, elle fit une action pour le moins déconcertante, peut-être même choquante, voire complètement folle. Pour remettre son épaule à sa place, elle avait violemment frappé cette dernière contre l'arbre, s'arrachant ainsi un gémissant de douleur assez bruyant.

Enlevant la manche de son pull maculée de sang, elle prit aussi l'autre et se fit un bandage sommaire, en tout cas suffisant pour cacher sa peau mutilée. Prenant un peu de neige toujours bien blanche pour nettoyer le reste de son bras, elle ne prit garde aux autres qu'une seule fois sa besogne finie. Considérant Seon avec dégoût, ayant deviné le jugement qu'avait porté cette dernière à son encontre lors de son débordement, elle regarda ensuite Edgar avec pitié. Le pauvre, ainsi pris dans les filets de Miss guimauve, il n'allait pas s'en libérer de sitôt. Puis vînt Alexandre, lui, elle le regarda avec un mélange de respect et de provocation,  quelque chose du genre "tu m'as bien eue, mais ce n'est pas assez pour te débarrasser de moi". Après ceci, elle fixa l'autre albinos avec reconnaissance, elle avait pris soin d'elle après tout, elle avait fait le nécessaire pour que la crise ne dure pas trop longtemps. Par la suite, elle regarda un instant Xigua, visage neutre, voire un peu méprisant. Cette gamine croyait pouvoir effrayer les autres en dévoilant sa face sombre ? Mais quelle blague ! Et enfin, elle accrocha les yeux du professeur. Il y avait de la haine, beaucoup de haine, et du mépris ainsi que du dégoût. Ce gros bonhomme n'avait pas bougé d'un pouce lors de sa crise ! Mais quelle raclure de fond de chiottes !

Après cette irrespectueuse, mais oh combien soulageante, pensée, elle partit voir la grande perche blanche, comprendre ici Alexandre. Elle le fixa avec un léger sourire, mi-moqueur et mi-sincère, elle l'aimait bien, il était amusant... Ce qu'elle ne manqua pas de faire remarquer à voix haute tout en lâchant un petit rire froid. Elle reprit sa contemplation de la "racaille", se trouvant bien malgré elle intriguée fasse à un tel personnage.

Comment pouvait-il avoir une gerbille flasheuse sans l'avoir tuée dans la minute ?
Revenir en haut
Modérateur
Alexandre Delacroix
Inscrit le: 19 Aoû 2010
Messages: 977
Espèce: Hukai
Catégorie: Combat
Niveau: Lycée
Classe: As
Sexe: Féminin
Points MS: 579
MessagePosté le: Jeu 14 Avr 2011 - 11:12    Sujet du message: Cours de Sport des Piques Répondre en citant

L'espace d'un instant, son attention se tourna vers les deux qui gueulaient plus loin. Edgar et Seon... La distance qui les séparait était trop importante pour qu'il put saisir ne serait-ce que quelques brides de leur conversation, mais au vu de leurs expressions, elle ne devait pas être des plus joyeuses. Tant mieux, tant mieux, si les deux se disputaient violemment et qu'ils devenaient en froid, ça ne serait que plus facile pour lui de se défendre des attaques de cette vipère aux cheveux roses. Sans son Prince Charmant, elle perdait un potentiel « gros bras » non négligeable quand même.
Sur cette pensée, il rebaissa la tête vers la petite aux cheveux blancs comme neige -enfin blancs comme neige, c'était relatif comme comparaison parce que la neige était sale et brunâtre et ses cheveux étaient couverts de rouge- qui n'avait pas bougé d'un pouce. Soit il l'avait terrorisée, soit elle ne trouvait rien à redire, bien que les deux soient tout à faits possibles.
À quelques mètres plus loin, la rouquine qu'il avait blessé se mit à rire en le fixant d'un air mauvais. Qu'est-ce qu'elle a celle-là encore ? Ohlà, elle a vraiment du se cogner très fort la tête. Elle en cherche encore ?
Conscient de ce qu'il risquait à répondre à une telle provocation, le Pique ne bougea pas d'un pouce, conservant son air stoïque. Il vit Seon, puis Edgar quitter le terrain. Et pourquoi pas moi ? C'est pas comme si ce cours était utile et en plus, lui qui était le roi du mur, c'était pas comme si ça étonnerait les gens. Et puis, maintenant que la partie était terminée, que plus personne ne jouait et que tout le monde s'était mis dessus, les choses n'étaient plus intéressantes. L'Hukai haussa donc les épaules, posa une main légère sur la tête de la première gamine aux yeux rubis comme un signe d'au revoir puis sans un mot se retourna vers la sortie du terrain. Contournant en prenant bien soin d'ignorer royalement la rouquine qui cherchait à s'en prendre deux de plus dans la figure, il quitta le terrain sans même entendre les cris du professeur qui venait de comprendre que le nombre de sa troupe d'élèves valides ou présents commençait à rétrécir à une vitesse alarmante.

Post ringard pour dire que je finis.

_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:42    Sujet du message: Cours de Sport des Piques

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Extérieur -> Terrain de sport Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.