FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Se connecter pour vérifier ses messages privés   S’enregistrer   Profil   Connexion 

Coincée dans le couloir...[Hana Kuroi]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Bâtiment Trèfle -> Dortoirs -> Dortoir des filles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Classe Trèfle
Tiléa Atély
Inscrit le: 13 Mar 2013
Messages: 9
Espèce: Hukai
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Trèfle
Sexe: Féminin
Points MS: 43
MessagePosté le: Ven 29 Mar 2013 - 23:16    Sujet du message: Coincée dans le couloir...[Hana Kuroi] Répondre en citant

Un son désagréable raisonnait dans la chambre, c'était comme un piaillement étrange qui se faisait de plus en plus fort. Ce cri horripilant qui ne voulait pas se taire avait presque réussi à réveiller Tiléa. La jeune fille ne s'était pas encore avouée vaincue et elle tentait de ce raccrocher aux bras de Morphée de toutes ses forces. Elle était recroquevillée sous sa couette, son oreiller collé sur sa tête en guise de boules quies, ses yeux fermement clos, elle essayait d'ignorer le bruit pour se rendormir. Mais, se fut en vain... Son précieux cycle de sommeille venait d'être rompu par un hurlement des plus infâme. Elle n'arrivait pas à l'identifier. Dormir était pour Tiléa un acte sacré qui ne devait être interrompu que pour une excellente raison. Hors, même si elle était complètement dans le cirage, elle savait que ne n'était pas l'alarme incendie qui s'était déclenchée. Ni même un des réveils de ses camarades de chambres, elle savait identifier leurs sonneries, de plus ils avaient déjà tous sonnés il n'y avait pas si longtemps que ça...Enfin...Si on était encore le matin du moins. Tiléa, dès qu'elle était dans son lit, perdait la notion du temps et bien souvent lorsqu'elle pensait s'être allongée que pour cinq petites minutes, il s'était en réalité écoulée dix ou bien vingt des minutes. Rien d'humain ou qui en avait la forme sous contrôle, ne pouvait crier de la sorte. Un oiseau dehors songea-telle ? Mutant le piaf alors...Puis quel genre d'oiseau pouvait piailler des Tutute tutute tutue sans s'arrêter et surtout en augmentant le volume. Il allait finir par imploser la pauvre bestiole s'il continuait. En tout cas, il avait réussi à donner mal aux crâne à Tiléa.

A contre coeur, elle du se résoudre a quitter la douce chaleur de sa couette, Morphèe ne voulait plus d'elle et ce son commençait réellement à lui taper sur les nerfs. La jeune fille avait un compte a réglé cette créateur démoniaque ! D'un geste brusque elle jeta sa couette et son oreiller par terre, puis elle se roula en boule tout en frissonnant parce qu'elle avait froid. Son courage pour se lever avait subitement disparu. . . Elle ouvrit un oeil, la chambre était baignée par la lumière du jour, cela ne pouvait dire qu'une chose, le soleil était levé lui contrairement à cette flemmarde qui n'arrivait même pas a garder un oeil ouvert. Elle soupira et fit un effort pour se redresser, elle s'assit en tailleur au milieu de son lit. Elle bâilla et ouvrit enfin ses deux yeux en même temps. Pendant une longue minute, elle fixa le mur qui se trouvait juste en face d'elle, le temps que ses yeux s'habitue à la lumière. Dès qu'elle put enfin les garder ouverts, elle constata qu'elle était seule dans la chambre, ce qui n'était pas plus étrange que ça. Ses camarades n'étaient pas d'aussi grosses dormeuses qu'elle. Ce n'était pas la première fois qu'elle se réveillait au milieu de l'après-midi toute seule dans la chambre. D'ailleurs, quelle heure était-il ? Elle tourna la tête vers sa petite table de chevet et resta complètement ahurie devant ce qu'elle vit.

Sur la table se trouvait un réveil, il changeait de couleur, tout les...1,2,3... 5 secondes compta Tiléa, fascinée par ce curieux objet multicolore, elle en oublia presque que le son horrible qui s'en dégageait. C'était un cadeau sa soeur Line, elle lui avait offert il y avait quelques jours, avant de partir de l'académie. Tiléa l'avait complètement oublié que la veille avant de se coucher, elle avait essayé de le régler pour....Pour... Pourquoi déjà avait-elle besoin d'un réveil ? Elle se pencha pour le saisir et une fois entre ses mains elle le tourna dans tous les sens pour chercher comment l'arrêter. Elle ne trouva aucun bouton, elle tapa doucement dessus, ce qui eut pour effet d'accélérer le rythme du changement des couleurs. Tiléa se mit alors à paniquer, on aurait dit qu'elle tenait une bombe entre ses mains et qu'elle allait bientôt exploser. En état de stress, elle se décida de faire ce qu'elle se faisait toujours, elle attrapa un petit bloc-note et en tourna rapidement les pages, elle s'arrêta sur la liste "Que faire quand un bidule sonne sans s'arrêter". Elle fit glisser son index sur une liste d'instructions qu'elle avait elle-même noté dedans, jusqu'à lire la seule phrase qui n'était pas écrite de sa main, elle reconnut l'écriture de sa grande soeur, elle avait inscrit en majuscule "Retire les piles ! Abrutie!" Elle soupira soulagé et se remit à tourner son réveil dans tous les sens à la recherche de la petite trappe ou était placée les piles, elle la trouva...Lutta une bonne minute pour la retirer et batailla de la même manière pour enlever les piles. 

Le calme était revenu, Tiléa profita du silence, elle s'allongea sur le dos en fermant ses yeux. Le silence c'était le...Elle tendit l'oreille, quelque chose sonner encore. Dans le doute elle regarde son réveil, ce n'était pas lui. Soudain elle reconnut la sonnerie de son téléphone portable. Le bruit était un peu étouffé, elle l'avait laissé dans son sac, d'un bond elle se leva de son lit et d'un pas nonchalant elle se dirigea vers sa besace et fouilla dedans pour en sortir son téléphone. C'était un message de sa grande soeur qui lui disait "Magne-toi t'es à la bourre ! " En retard pour ? Tiléa força les sourcils perplexe et chercha ce qu'elle avait à faire aujourd'hui ? Un rendez-vous ? Avec Qui ? La chambre était vide, si elle était vide, cela voulait dire que les filles étaient parties...Parties toutes ensemble pour...les cours !


"Haaaa !! J'suis en retard !!"

Tiléa prit une grande inspiration, pour pouvoir garder son calme. Elle jeta son téléphone sur son lit et elle se précipita vers sa commode. Elle y prit dedans les premiers vêtements qui étaient à porter de main et les enfilèrent sans y faire attention. Elle secoua sa tête et passa ses doigts dans ses cheveux pour les mettre en place. Une fois prête, elle attrapa son sac et sortir de la chambre en courant. Elle claqua la porte pour être sûr qu'elle fut correctement fermée et la verrouilla à clé. Elle avait à peine fait un pas dans le couloir qu'elle se rendit compte qu'elle avait oublié une chose importante : Regarder son emploi du temps. Et aussi qu'elle n'avait pas la moindre idée du jour et de l'heure qu'il était. Elle fit demi-tour rapidement, tout en cherchant la clé de la chambre son sac, si elle se dépêchait elle pouvait encore être à l'heure, elle l'espérait très fort du moins. Elle mit sa clé dans la serrure et lorsqu'elle voulut la tourner pour déverrouillé la porte, elle entendit un bruit étrange. Ce coup-ci, ce n'était un sonnerie, mais le bruit d'un objet métallique qui venait de se briser en deux. Elle eut un petit rire nerveux, ça ne pouvait pas être ça, se disait-elle, elle se savait malchanceuse, mais pas à ce point. Lentement elle baissa ses yeux vers sa main et constata qu'effectivement elle avait ben et bien la poisse.

Dans sa hâte, elle avait mal mis la clé dans la serrure et comme elle avait tourné comme une bourrine, la clé s'était cassé en deux. Une moitié était restée dans sa main et l'autre dans la serrure. Dépitée, elle se frappa la tête contre la porte. Elle chercha son téléphone dans son sac, avant de se souvenir qu'il était sur son lit... Elle ne pouvait pas appeler sa soeur pour avoir un conseil. Elle se retourna et se laissa tomber assise sur le sol. Elle poussa un cri d'effroi en voyant ses chaussettes, elle n'avait rien contre l'idée de les porter dépareillé, mais uniquement si elles étaient accordées entre elles. La c'était hideux comme association de couleur, elle avait enfilé à sa jambe gauche une chaussette montant jusqu'aux genoux orange vif avec des motifs en forme de toile d'araignée noire, tant dit que sur sa jambe droite elle avait mis une chaussette montant a mi-cuisse rayé noir et rose flashy... Tiléa alla de surprise en surprise, dans sa précipitation pour sortir de sa chambre, elle avait oublié de mettre des chaussures. Elle avait également enfilé la jupe verte de son uniforme, plutôt que l'habituelle jupe de couleur rouge. Et pour achever le tout un sweat aux manches trop longues bleues et noires. Elle avait horriblement honte.
Tiléa était désemparée, elle ramena ses jambes contre son buste, les entourèrent de ses bras et posa sa tête sur genoux. Elle réfléchissait à une solution pour se sortir de là. Elle se consola légèrement en se disait, qu'au moins il n'y avait personne dans le couloir pour la voir...



Je suis désolée pour ce pavé et du temps que j'ai mis pour l'écrire surtout. Euh...J'ai l'habitude d'écrire beaucoup sur mes premiers postes, mais ensuite je me calme un peu. J'avoue pour que ce celui-ci j'étais très inspirée. xD Prend ton temps pour me répondre, je ne suis pas pressée. ^^
Revenir en haut
Publicité


MessagePosté le: Ven 29 Mar 2013 - 23:16    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Classe Trèfle
Hana Kuroi
Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 39
Espèce: Humain
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Trèfle w/
Points MS: 85
MessagePosté le: Mar 23 Avr 2013 - 14:47    Sujet du message: Coincée dans le couloir...[Hana Kuroi] Répondre en citant

J'étais debout depuis le levé du soleil et je ne savais quoi faire. Les cours commençaient à peine à 8 heures et il est actuellement 5 heures 30. Je retournai dans ma chambre pour aller prendre un livre, je m'arrêtai devant la porte en passant que j'avais déjà tous lu. Je me dirigeai alors vers la bibliothèque de l'académie, je pris donc mon temps pour choisir mon livre, puisque j'avais plusieurs heures devant moi. Le point positif était que le monde dans la grande salle était réduit au nombre de 0 en ne me comptant pas et ceux de la maintenance.


Pour cette journée, j'avais opté de me laisser les cheveux détachés et un ruban rouge. Pour cette fois, je n'avais pas mis l'uniforme de l'académie et je mis un autre uniforme. Mon préféré (cf. Avatar) , et ce qui voulait tout dire. Il disait que je n'irai pas en cours. Oui, je m'étais levée tôt, je parlais de cours alors que j'y allais pas. Je n'étais pas d'humeur à suivre les cours bien que je ne les suis pas vraiment. Enfin, ce n'est pas ma présence qui changerait quelque chose au cours. Et puis, ce n'est pas parce que je vais rater un jour de cours que je ne comprendrais rien au cours suivant. Cette facilité d'apprendre était un atout vraiment pratique. Ce qui me fit penser au passé mais je ne m'attarda pas sur ça, je n'avais pas envie de penser à tous ces moments tristes et déchirants.


Je repris mes pensées et cherchai toujours mon livre, j'étais dans le rayon des documentaires et précisement celui de la magie. J'aimais lire ce genre de livre effectivement et cela n'est pas donné à tout le monde. Mais je n'aime pas vraiment les livres romantiques... Pourquoi? Allez savoir, me disant que cela n'est pas vraiment possible. Certains sont bien trop rose, cela m'ennuie. Et vous me direz les livres dramatiques? Non.. Peut-être parce que je m'identifie? Peut-être trop et bien facilement. Je n'ai pas besoin de livre pour me rappeler des actes que j'ai fait et pour regretter encore plus ce que j'ai fait. Je ne suis pas une fille qui sont dans ces livres roses... Je m’identifierai bien dans la peau de celui qui trahirait sa belle si encore il la trahirait.. Enfin bon, voila un livre intéressent. Je le pris en main et feuilletai l'intérieur. Langue étrange.. Je n'ai pas encore vu une telle langue ancienne. Eh bien, c'est le bon moment pour apprendre. Je cherchai un autre livre à lire qui m'aiderai à le décrypter cette nouvelle langue à mes yeux. Trouvé. C'est super, je vais pouvoir me plonger dans des textes inconnus et des sceaux fantastiques. Ce qui est l'équivalent de tout la journée de cours. Je me rendis vers le comptoir pour enregistrer le fait que j'allais emprunté ces deux livres. Elle me demanda si deux semaines me suffirait comme c'est la durée pré-enregistrée. Je lui répondai dans un ton neutre que c'était plus que suffisant.


Je repartis avec mes livres sous la main. Il était à présent 6 heures, je n'avais tué que 30 minutes de mon temps, je soufflai. Je réfléchis à l'endroit où j'allais me poser pour lire. Je décida d'aller près du bâtiment des Trèfles et de lire sur l'herbe, et peu importe comment on me regarde cela m'importe. Je n'ai point besoin de l'avis extérieur des autres pour moi, je n'ai besoin que de moi, que de mon avis. C'en est ainsi. J'arrivai devant le bâtiment  cherchant un coin de soleil, bien que faible pour le début de la matinée. J'aperçus un faible rayon de lumière se déposer sur l'herbe et un arbre. Je m'y rendis lentement. Je m'y assois de façon à qu'on ne voit pas mes sous-vêtements. J'ouvris le premier livre qui me permettait d'en apprendre plus et déposai l'autre sur mes genoux. 


Les premiers élèves sortaient des bâtiments vers 7 heures, moi je n'y prêtai aucune attention. J'étais plongée dans mon étude, tellement concentré que même si un combat se passait près de moi, je n'y ferai point attention. Une chose me tira de mon songe.. Mon ventre. Je fermai mon livre après avoir mis mon marque-page et regarda où j'en étais. Je m'étais arrêtée au niveau du milieu du livre même débordant vers la deuxième moitié du livre. J'étais plus que satisfaite de ma trouvaille. Je me relevai et pris mes livres dans les mains, je me dirigeai vers la cafétéria  En mangeant tranquillement, j'avais bien plus que le temps. Je me levai pour aller débarrasser. 


Une fois seule dans les couleurs et qu'a peu près tous les élèves étaient en cours, je dévalais les couloirs lentement. Une fois à l'extérieur de la cafétéria, je me dirigeai vers le parc à détente. Une fois arrivée, je me mis sur un banc et continuai mon travail. Je m'arrêta après 2 heures de lecture car j'avais terminé de lire mon premier bouquin. Pour prendre de l'air frai car en restant sur place à ne rien faire, je suis pareille à un morceau de viande sur le grill.


Je me faufilai dans les couloirs du bâtiment Trèfle, je respirai de l'air frai. J'avançais doucement et entendus du vacarme venant d'un peu plus loin. Je trouvai une jeune fille affalée sur le sol, avec une mine triste et désespérée .. Et surtout habillée étrangement devant une porte qui devait être sa chambre. Je m'arrêtai devant elle et la regardais simplement sans lui adresser le moindre mot.. Puisque je ne le ferai jamais.





Eh bien je pourrai dire la même chose pour moi ^^ La différence entre mon premier post et les autres est considérable x) J'espère que tu parles parce que Hana ne risque pas de parler mais si tu sais pas comment faire, je peux trouver quelque chose ^^ Enfin je ne sais pas si je te donne beaucoup de travail :/ Alors désolée et encore désolée d'avoir oublié......... Prends ton temps pour répondre, tu le peux x)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:08    Sujet du message: Coincée dans le couloir...[Hana Kuroi]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Bâtiment Trèfle -> Dortoirs -> Dortoir des filles Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.