FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Se connecter pour vérifier ses messages privés   S’enregistrer   Profil   Connexion 

Sir Fuyuki Von Haiko

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Administration -> Présentations -> Présentations validées -> Carreaux
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Classe Carreau
Fuyuki H. Lawford
Inscrit le: 21 Avr 2012
Messages: 131
Espèce: Humain
Catégorie: Magie
Niveau: Lycée
Classe: Carreaux
Sexe: Masculin
Points MS: 661
MessagePosté le: Ven 21 Sep 2012 - 21:48    Sujet du message: Sir Fuyuki Von Haiko Répondre en citant





NOM : Von Haiko (modification du pseudo demandée)
PRÉNOM : Fuyuki
AGE : 18 ans (cursus universitaire : Psychologie)
SEXE : Masculin
ESPÈCE : Humain
CLASSE : Carreau
CATÉGORIE : Magie

DESCRIPTION CARACTÉRIELLE :

Fuyuki est quelqu'un de complexe, bien plus complexe que la plupart des gens. Il sait changer de personnalité comme de chemise, ce qui réduit fortement les chances de le cerner. Par ailleurs, surprendre les gens est sa spécialité. Adepte de la rhétorique, il est très instruit, sur bien des sujets. Il est spécialisé dans la manipulation, les fourberies et pièges en tout genres. Bien des gens le trouverons exécrable, mais certaines personnes sont capables de percer cette armure autour de son cœur.
Dans ces rares cas, Fuyuki se lie avec la personne ayant réussi ce tour de force. Pour lui, l’intellect prime autant que la puissance, que l'on parle de magie ou de puissance physique. D'ailleurs, il a comprit qu'il était dans son intérêt de continuer à s'entraîner physique, mais dans une moindre mesure.
Désormais, Fuyuki adore le froid. Se balader en tenue légère dans la neige ne lui pose aucun problèmes, au contraire, il se complaît dans le froid, fort heureusement pour lui, sa magie refroidit automatiquement l’atmosphère là ou il se trouve. La seule chose qu'il n'aime pas froid, c'est le thé. Rien ne vaut un bon thé bien chaud. Fuyuki est encore plus calé en thé qu’auparavant. Sa récente fortune lui permet de goûter des thés rares et d'une qualité exceptionnelle.
Aujourd'hui juge noir de l'empire, sa loyauté à l'empereur est inébranlable. De même qu'il prend très à cœur son travail de juge. A Rakishou, il ne peut se permettre de juger gratuitement dans les environs, mais lorsqu'il reçoit une demande de jugement, il s'absente le temps de régler l'histoire.
Ces principes et sa loyauté sont masquées par une fausse insubordination et des actes apparemment contre ses ordres. Pour lui, ce n'est pas la manière, mais ce sont les résultats qui comptent. Ses quelques supérieurs en prennent compte.
Pour finir, contrairement a ce que pensent les gens, Fuyuki est très consciencieux dans ses études.






DESCRIPTION PHYSIQUE :

Le physique de Fuyuki n'est pas très rassurant. Après tout, un homme aux cheveux blancs, accompagnés d'un œil rouge, cela ne met pas en confiance. Pour couronner le tout, sa température corporelle est proche de 0, cela dépend des moments, mais jamais en dessous s'il n'utilise pas ses pouvoirs. De ce fait, il ne peut manger d'aliments chauds (pour quelqu'un de normal). Mais le summum de l'étrange est son œil gauche, iris bleu ciel sans pupille, dans laquelle trônent deux X brillants entrelacés. De quoi mettre mal à l'aise n'importe qui.
Très agile, et plutôt endurant, ce qui pèche chez Fuyuki est sa force. S'étant concentré sur ses pouvoirs, il a perdu le peu de force qu'il avait acquis en maniant les armes. Mais il est toujours capable de quelques prouesses acrobatiques dont lui seul a le secret. Il a totalement conservé sa grâce avec laquelle il se déplace.
Question tenu vestimentaire, Fuyuki n'a que très peu changé. Il porte un long manteau noir, avec une pièce de tissus blanche enveloppant ses épaules. Il possède une montre à gousset, gravée des armoiries des Von Haiko. Il ne sort jamais sans son carnet et son stylo à plume. Mais le plus grand changement chez Fuyuki est l'apparition d'une paire de lunettes dont il se sert pour lire. En effet, sa vue lui permet de voir certains détails de très loin, mais la contraction du cristallin est empêchée par sa faible température corporelle, il ne peut donc pas bien voir ce qui est très près.
Il prend un malin plaisir à dissimuler toutes sortes d'objets sur lui et jouer les magiciens, c'est le cas de ces lunettes ou de son calepin par exemple.
Sa canne rapière est désormais bien au chaud dans le manoir Von Haiko, il se déplace sans cannes désormais.
Aujourd'hui, Fuyuki n'est plus réellement humain. S'il est majoritairement animal, il est désormais en partie végétal, bien que cela ne se voit pas aux premiers abords. Il sécrète un poison qui lui est propre et son antidote (voir pouvoirs). Son sang est parcouru de reflets bleus. Fuyuki ne peut souffrir d'hypothermie.
De plus Fuyuki ne vieillit plus, mais il reste aussi vulnérable que n'importe qui à la mort, excepté par vieillesse ou par hypothermie.


HISTOIRE :




Il était le fils de deux humains parfaitement normaux. Il vivait dans une petite maison au centre d'une grande métropole. Il n'avais pas encore développé de signe étranges, il était un petit garçon normal, souriant, joyeux. Mais à l'âge de quatre ans, un incendie ravagea sa maison et prit la vie de ses parents. Lui se réveilla à l’hôpital, ayant survécu de justesse mais les poumons gravement atteints. Les séquelles de cet accident resterons toute sa vie. Il fut placé dans un orphelinat mais il fut rapidement adopté par un jeune couple de scientifiques.
Il s'avéra que ces deux humains effectuaient en fait des recherches sur la magie. Il fut ainsi leur "cobaye" pendant des années. Au début cela ne le dérangeait pas, il n'avait pas de contacts avec l'extérieur, ses parents adoptifs lui faisaient office de professeurs. Toutes les expériences étaient présenté comme un jeu, ou comme un cours. Il apprit progressivement à maîtriser ses pouvoirs. Mais à l'âge de treize ans, il se rendit compte de tout ce qui s'était passé. Son petit monde s'écroula, ce qui nous mène tout droit à l’événement le marquant de la vie de ses parents adoptifs. Il se rendit dans leur chambre un soir et exigea des explications. Il usa de son pouvoir de lecture d’esprit pour leur faire comprendre que cela ne servait à rien de lui cacher quoi que ce soit. La résistance des parents commença à l'agacer et ils se retrouvèrent pris dans la glace. Après un instant de panique il lui expliquèrent. C'était eux qui se cachaient derrière l'incendie de sa maison, tout était calculé. Il s'en moquait, mais au moins sa vérité avait été révélée. Juste avant quitter la chambre, il sorti un mini-micro de sa poche et les prévint que s'ils tentaient quoi que ce soit, il donnerait ces enregistrements à la police.
Depuis les expériences avaient cessés, mais il restait chez eux, tel un parasite. Puis deux ans plus tard, pour son anniversaire, ses "parents" lui apprirent qu'ils l'avaient inscrit dans une école spécial pour ses études de lycée. Il s'y opposa d'abord formellement, puis il se rendit compte que cela ne pourrait que l'ouvrir sur de nouveaux horizons. Il décida de venir dans cette école. Ces deux dernières années sont celles qui l'ont changé et qui lui ont donné ce caractère si étrange.


Si cette histoire vous donne une impression de déjà vu, c'est normal, c'est la même. Rien ne peut changer le passé. Mais en revanche, on peu décider soi même de son futur.




C'était par un bel après-midi que la nouvelle tomba, brisant le petit monde que Fuyuki avait mit en place durant ses quelques semaines depuis l'inscription à l'école. Ses parents adoptifs ont décidés de le retirer de cette école. Pour Fuyuki c'était inadmissible, il avait réussi à se faire à une nouvelle vie alors retourner à l'ancienne était une idée absurde. Il ne pouvait cependant rien y faire, et il le savait. Et cela l'énervait encore plus. Pour rentrer chez lui il devrait prendre le train. Il aimait bien le train, alors cela rendrait le voyage supportable. Il fit ses bagages en vitesse et quitta l'établissement, non sans un pincement au cœur. Il ne prévint personne de son départ, mis a part l'administration cela va de soi. Ses parents adoptifs avaient probablement quelque chose en tête pour avoir tout arrêté aussi vite.
Il monta dans le train et s'installa à sa place. Comble du bonheur il n'y avait presque personne. Simplement un homme, probablement d'affaire, et une femme avec un enfant. Fuyuki passa un bon moment à partager des bonbons avec lui et à jouer. Mais il fini par s'en lasser et délaissa le bambin pour s’adonner à la contemplation du paysage qui défilait à toute allure. Il fini même par s'assoupir.
Le train arriva finalement à destination, Fuyuki failli rester dans le wagon mais le bambin qui l'avait distrait une partie du voyage eu la charité de le réveiller. Après avoir saluer la mère et son fils, Fuyuki descendit du wagon. Sa famille n'habitait pas très loin de la gare, aussi devait-il faire le chemin à pieds. Il marchait lentement, comme à son habitude, mais il du presser le pas sous la pression d'un ciel menaçant. Il se moquait du temps qu'il faisait mais il n'avait pas du tout envie de tremper ses affaires. Il arriva devant sa maison, enfin, l'endroit ou il passerait ses nuits pour une durée indéterminée. Il rentra sans faire de bruits, il était seul, la maison était déserte. Quoi de plus normal, ses parents adoptifs devaient travailler. Il alla dans sa chambre et commença à lire un livre qu'il avait commencé avant de rentrer dans l'école.
Si ses parents adoptifs étaient rentrés, il ne s'en était pas aperçu. Il ne sorti de son livre que lorsque ses parents l’appelèrent pour manger. Il était rare pour lui de manger avec eux, et le moment était bien choisi. Il descendit et prit place à table. Le début du repas se déroula sans bruits, jusqu'à ce que Fuyuki brise le silence.


Pourquoi m'avoir enlevé de l'école ?
-C'est dans ton intérêt, tu n'es pas du genre à être docile alors nous avons finalement pensés que cette école n'était pas appropriée.
-C'est seulement pour cela ? Eh bien vous perdez votre temps, je ne souhaite pas changer d'école.
-Mais ce n'est pas toi qui choisi.


Quelque chose clochait dans cette discussion, ses parents adoptifs avaient peur de sa magie, comment pouvaient-ils lui tenir tête ? Il se passait quelque chose, quelque chose de très mauvais pour Fuyuki. La température chuta brusquement dans la pièce et son père adoptif pâlit.


Puis-je savoir d’où viens ce subit regain d'assurance ?
-Nous avons simplement décidés, ta mère et moi, de ne plus te laisser faire ta loi ici.
-Oh ? C'est très louable de votre part, mais un point me gêne... Osez encore prétendre avoir un quelconque lien de sang avec moi... Et vous verrez vraiment de quoi je suis capable.
-J'en doute.


Cette réplique désarçonna totalement Fuyuki. Il commençait à avoir des sueurs froides lui aussi. Il passa sa main dans ses cheveux et découvrit son œil gauche. Il sentit une piqûre au niveau du cou, il se leva vivement, renversant sa chaise et fit face à un homme, celui qu'il avait vu dans le train. Il avisa une autre assiette sur la table. 3 personnes, quatre assiettes, il aurait du le voir venir. C'est avec un sourire de déception qu'il s'écroula, sombrant dans un profond sommeil.


Je suis un idiot







Ce ne fut pas la souffrance intense au niveau de l’œil gauche qui le réveilla, ce fut un choc qui secoua tout son corps, jusqu'au plus profond de son âme. Il ouvrit les yeux, incapable de tout mouvements. Il ne voyait pas grand choses, aveuglé par une lumière provenant du plafond, étourdi comme s'il avait prit un coup dur la tête. C'est tout jute s'il entendait ce que disait les quelques personnes présentes, dont il ne discernait que la silhouette.


Je vous avez dis que le choc le réveillerait !
Peu importe, il ne représente plus aucune menace à présent.


Lui ? Une menace, il ne put que sourire interieurement. Une silhouette s'approcha, et lui murmura à l'oreille.


Réveillé ? Tu fanfaronne moins on dirait. Normal, c'en est fini de tes petits tours de magie.


Il frissona, il connaissait cette voix par cœur, mais pas avec un ton aussi glacial. Sa mère adoptive. La silhouette s'éloigna, faisant un signe aux autres.


Emmenez le dans sa nouvelle chambre, qu'il ai le temps de se faire des camarades. Ah j'oubliait, Fuyuki ? Nous avons été contraints de t'enlever ton œil gauche, alors ne touche pas aux bandelettes.


Son œil gauche ? Alors c'était cela l'origine de cette douleur. Il fut soulevé avec ménagement, il y eu même un de ses porteurs qui exprima la pitié qu'il ressentait à un autre. Apparemment Fuyuki était en bien triste état. Il fut déposé dans une vaste salle peu éclairée, il y avait d'autres personnes de son âge. Il n'eut même pas le temps de glaner quelques détails supplémentaires qu'il sombra dans l'inconscience.
Il ne refit surface que quelques heures plus tard. La douleur à l’œil était calmée, il était serein. Il s'assit et utilisa le mur comme dossier. Il posa sa main sur les bandelettes, comme pour s'assurer que tout ceci n'était pas un rêve. Il y avait d'autres personnes dans la pièce, fille ou garçons, tous avaient a peu près le même âge. L'un d'eux vint immédiatement le voir, pour lui demander s'il allait bien.


Oui... Enfin, à peu de choses près. Qu'est-ce que c'est que ça?


Il désigna un étrange cercle sur sa poitrine. Il sentait quelque chose d'étrange.


Hum... C'est un sceau, ils on apposé ce sceau récement. Il va progressivement se remplir.
Se remplir ? … Et que va-t-il se passer ensuite?
Euh... Ta magie va être détruite...


Cette information fit lever un sourcil à Fuyuki. Détruire sa magie ? Impensable. Et où était-il ? Cette question restait au second plan. C'était donc ça cette étrange sensation... L'impression d'être rongé... C'était désagréable. Il s’allongea, face au mur, le message était clair : Laissez moi tranquille Qu'allait-il faire sans ses pouvoirs ? Sans cela il n'était rien, pas moyen de retourner à l'école sans ça, surtout vu sa faible condition physique... Et son œil.
Il resta un bon moment à tergiverser. Mais il finit par se lever, et faire le tour de la pièce. L'une des personnes l'interpella.


Tu fais quoi?
Je cherche un moyen de sortir, il m'ont prit mes affaires et laissé avec ces haillons, hors de question de rester ici.
Et tu va sortir comment gros malin?
Hum... Question fort pertinente ! Ce sceau, il va détruire mes pouvoirs ? Alors il me reste du temps.


Il s'approcha et trouva enfin ce qu'il cherchait : Une porte. Il disparut, laissant une légère aura bleue. Les détenus ouvrirent de grands yeux, la porte s'ouvrit, et Fuyuki leur lança un grand sourire Auquel il ajouta un signe de la main.


Vous venez?


Restant un court instant interloqués, ses compagnons d'infortune le suivirent. Il marchèrent dans les couloirs, guidés par un garçon a peine plus âgé que Fuyuki. Ce dernier lui demanda des informations sur ce qui se passait ici. Apparemment il avait vraiment poussé le bouchon trop loin. Ses parents adoptifs l'avaient emmenés dans cet endroit qui s'avérait être un centre de recherches génétiques sur la magie. Un centre clandestin bien entendu, et il semblait être géré par ses parents... Que d'ennuis en perspective. Le garçon les guida jusqu'à une salle remplie d'armes en tout genres. Si chacune des personnes ici présentes choisirent rapidement une arme, Fuyuki lui resta coi. Il n'avait jamais tenu d'armes de sa vie. Il fini par choisir ce qui ressemblait à de grands bracelets bleus, pressé par le temps. Celui qui avait prit les choses en main l'aida à les mettre.


Qu'est-ce?
Des lames rétractables, essais des sortir pour voir.


Fuyuki n’eut même pas à faire de gestes, les lames semblèrent répondre à son appel. Deux éclats bleus mortels. Il les aimait déjà.


Et maintenant?
On sort à n'importe quel prix.


N'importe quel prix ? Cela fit frémir Fuyuki, il n'avait jamais combattu dans de telles circonstances. Il jeta un coup d’œil à la marque, elle était remplie au quart. Il pouvait compter sur sa magie pour le couvrir. Il prit une profonde inspiration et s'engagea dans le couloir à la suite des autres.






Les détenus s'étaient engagés dans le couloir, le garçon qui avait renseigné Fuyuki sur ses armes s'avéra être un bon chef de bande, et un habitué du combat. Au premier détour, le groupe croisa un garde qui fut immédiatement décapité. Fuyuki eut un haut-le-cœur. Jamais, pas même à Rakishou, il n'avait assisté à une telle scène. Cependant, cette désagréable sensation disparu bien vite, Fuyuki allait devoir se montrer au moins aussi fort qu'a l'accoutumé, si ce n'est plus. Ils ne croisèrent pas grand monde, en fait, le centre de recherche semblait désert. Le jeune chef décida de faire une pause. Fuyuki se serait presque cru dans un jeu vidéo. Il employa la pause pour se rapprocher du jeune chef. Il s'assit à ses côtés et lui tendit la main.

Tu es vraiment taillés pour le rôle de chef, et tu sais te battre en plus ! Je m'appelle Fuyuki Haiko. Enchanté.
Moi c'est Tyler, Tyler Knight. Je viens d’Angleterre.
Eh bien Tyler, il semblerait que nous devions tous nous reposer sur toi, personne ici ne semble avoir une véritable expérience du combat.
Je vois ça, mais tu peux toujours aider avec ta magie non , Que sais-tu faire ?
Je suis un magicien de glace.
Tu vois ! Tu peux être utile. Tu n'as pas besoin d'utiliser ton arme pour le moment. Ou en est ta marque ?

Fuyuki ouvrit sa chemise de détenu, pour dévoiler une marque a demi apparue. Il lui semblait que le rythme s'accélérait. Il se demandait si tout se passerait bien, une fois que la marque aurait disparu.

Je vois... Il te reste encore un peu de temps. Mais méfie-toi, la progression s’accélère quand tu utilise ta magie.
Tu en connais un rayon dis moi ! Tu as aussi cette marque sur toi ?
Non... en fait, personne à part toi ne possède cette marque. Nous sommes des enfants non magiques, mais de parents qui eux le sont. C'est tout.
Alors comment connais-tu cette marque ?
Hum... Je me suis fais un ami ici, il était comme toi, mais n'avait pas les pouvoirs adéquats pour nous aider à fuir.
Qu'est-il advenu de lui ? Demanda Fuyuki, la voix tremblante, redoutant la réponse.
Il... est mort. Lorsque le sceau eu finit sa progression sur sa poitrine, il a perdu connaissance. Lorsqu'il s'est réveillé, il est devenu fou et s'est jeté sur les gardes. Il à été abattu.

Fuyuki ne répondit même pas. Peut-être que sa vie ne serait pas aussi longue que ce qu'il avait espéré. Il resta un moment silencieux, ruminant ses sombres pensées, puis il fut tiré de cette état par Tyler. Il s'était levé.

Bon, on ne peut pas se permettre de rester ici plus longtemps, il faut que nous trouvions la sortie.

Sur ce point, Fuyuki était on ne peut plus d'accord. S'il allait devenir fou ou mourir, alors autant laisser une marque dans le cœur de ces jeunes gens. Il se leva à son tour, et le curieux cortège reparti. C'est arrivant à lourde porte d'acier que les choses se corsèrent. Il fallait un code, ou une carte, bref, quelque chose pour passer. La chance leur sourit, à sa façon. La porte s'ouvrit d'elle même, laissant apparaître deux gardes armés : la relève. Tyler fut le plus rapide et sauta sur le premier. Fuyuki lui, attaqua le second. Un pieu de glace apparut et s'enfonça dans son épaule avec un bruit mat. le sang commença à couler. Le soldat essaya immédiatement de riposter, mais Fuyuki s'était téléporté juste sous son nez. Il sorti ses lames de poignet, et essaya d'aggraver sa blessure à l'épaule. C'était sans compter les réflexes du soldat, ajouté à la glace que Fuyuki rependait au sol. Le soldat essaya d'éviter la lame bleue, glissa sur la glace, et se retrouva égorgé, la lame lui ayant perforé le cou de par et d'autre. Il s'effondra. Fuyuki fit un pas en arrière, et regarda sa lame. il avait tué ? Prit la vie ? Cela faisait de lui un monstre, rien d'autre. Non... Il avait fait ça pour se sauver, pour sauver ses... Compagnons, même s'il ne les connaissait pas... Il avait fait cela... Pour punir ces ignobles personnes.
Il reprit ses esprit alors que Tyler avait achevé sa lutte contre l'autre soldat, lui ôtant la vie d'une façon assez semblable. Ils n'échangèrent pas un mot, et poursuivirent leur route.
Ils enchainèrent les rencontres... Le sang s'accumulait de plus en plus sur les mains de Fuyuki. Mais il n'en avait cure, tout ce qui lui importait était de sortir ici, de sortir de cet enfer. Ils déboulèrent dans ce qui semblait être une salle de contrôle. Tyler se jeta presque sur ce qui ressemblait à un plan.

Nous sommes tout proches de la sortie ! Juste au bout de ce couloir !

Il désignait une porte. Le petit groupe s'y engouffra et s'engagea dans le couloir.

A Gauche !

La gauche était la seule solution, étant donné le cul de sac à quelques mètres sur la droite. mais Fuyuki s'arrêta, comme s'il avait perdu son chemin, les yeux rivés à droite. Sur une simple porte de bois,, ornée d'une plaque. sur cette plaque était écrit : "Haiko". Le nom de Fuyuki, le nom de sa famille. Il n'avait jamais prit le nom de ses parents adoptifs, il avait choisi de conserver le nom d'Haiko. Alors que faisait son nom de famille sur cette porte ? Quelqu'un l'empoigna par le bras, il fut ainsi trainé de force vers la sortie. Il retrouva ses esprits devant la grande double porte d'acier. Et cette fois-ci, personne pour ouvrir.

Ressaisi-toi Fuyuki !

Il ne répondit pas, un acte valait toutes les paroles. Il posa sa main sur la porte qui commença à se geler, progressivement. La pièce sombra dans un froid polaire. après une concentration de quelques minutes, la porte explosa en une ribambelle de cristaux. Le groupe s'engouffra enfin dehors.
Ils se trouvaient en pleine montagne. En contrebas, Fuyuki voyait sa ville natale. Hors de question d'y retourner pour le moment. Si les autres partirent dans sa direction, lui choisi de prendre l'autre. Mais il ne fut pas le seul. Tyler était de la partie.

Ou vas-tu aller ?
Mon grand père habite dans les montagnes, je vis chez lui. Et ... Oh ! Fuyuki ! Ton sceau !

La chemise de Fuyuki était resté ouverte, dévoilant une marque achevé. il y eu une lueur rouge, et Fuyuki sombra dans l'inconscience, priant pour ne pas finir fou.







Il se réveilla dans une chambre, sur un futon. Il cligna des yeux plusieurs fois avant d'y voir clair, puis il se redressa. Il ne savait ou il était, ce qui s'était passé. Tout était flou. Quelqu'un entra dans la chambre. Fuyuki ne le reconnu pas immédiatement, il s'agissait de Tyler.

Tu es réveillé ! Tant mieux.
Que s'est il passé ? Où sommes nous ?
Ne t'inquiète pas, on est chez moi. Quant à ce qu'il s'est passé...La marque à détruit ta magie, cela n'aurait pas du se faire aussi vite. C'est surement à cause de toute l'énergie que tu as déployé pour briser la porte. Mon grand père t'as soigné, et tes poumons aussi. On ne savait pas si cela avait été fait par les gens là-bas. C'est un combattant, mais soigneur à ses heures.

Fuyuki leva sa main et essaya de générer une petite quantités de glace, mais rien ne vint. Il baissa la tête.

Je vois... Le bon côté de la chose c'est que je ne suis pas devenu fou.
Oui, c'est un bon début. Dis... que vas-tu faire à présent.
Je ne sais pas... J'étais dans une école militaire, Rakishou... Mais à présent je n'ai plus rien à y faire, sans mes pouvoirs je ne suis rien là-bas. Quant à ma famille, il est hors de question que je retourne les voir, ce serait me jeter dans la gueule du loup.
D'accords... Donc tu ne sais pas ? Si tu n'as rien de mieux à faire tu peux rester ici, mon grand père est un maître du combat, armé ou non. Il pourrait t'apprendre les bases non ? Vu que tu m'as aidé à sortir de cet enfer, je pense qu'il n'y aura pas de problèmes.
Hum... Ou est ton grand père ?
Tu ne va pas y aller maintenant ?! tu viens d'émerger. Tu viens de dormir un jour entier tu sais ?
Je n'ai pas de temps à perdre.

Tout en parlant Fuyuki s'était levé. Il chancela légèrement, mais il n'avais pas que ça à faire, aussi suivit-il Tyler dans la maison. Une fort jolie maison en passant, de style japonais traditionnel. L’atmosphère était paisible. Tyler le mena jusqu’à un pièce sans meubles, pas même un tableau accroché au mur ou un vase ouvragé dans un coin. Rien, juste les tatamis recouvrant le sol et les murs. Au milieu de la pièce était assis un homme d'un âge assez avancé. Malgré ses cheveux blancs et quelques rides, cet homme là était bien battis, comme si l'âge l'avait épargné. Il dégageait une aura qui imposait le respect. Il parla d'une voix rude, mais bienveillante.

Tu t'es enfin réveille, Fuyuki c'est ça ? Je te remercie d'avoir aidé Tyler à sortir de cet endroit. Je savais qui était responsable de son enlèvement, mai j’ignorai où ces rats se terraient. Nous te sommes tous deux redevables.
grand-père, Il aimerait que tu lui apprenne à se battre.
A se battre ? Je n'y vois pas d’inconvenants. Mais avec quoi veux-tu te battre ? Il y a tout un arsenal derrière, si tu veux, je peux t'apprendre à manier l'une de ces armes, et t'en faire cadeau. Qu'en dis-tu ?
Je vous en remercie d'avance. Mais puis-je vous demander une faveur ? J'aimerai aussi apprendre à me battre avec les lames que j'ai dérobé là-bas.
Oh ! Celles dont tu m'as parlé Tyler ? Eh bien c'est d'accord. Mais d'abords, il va falloir que tu te choisisse une arme, et que tu te repose.
Très bien. Comment dois-je vous appeler ?
Eh bien, puisque je vais t'enseigner, appelle moi Maître.

Pour Fuyuki, appeler quelqu'un maître n'était pas chose aisée, mais il allait devoir prendre sur lui s'il voulait apprendre à sa débrouiller sans ses pouvoirs. Aussi ferait-il profil bas. Qui sais ? peut-être que cette expérience lui enseignerait l'humilité ? Guidé par son... maître, il rentra dans une vaste salle, remplie d'armes du sol au plafond. Fuyuki écarquilla les yeux.

Ceci, constitue le totalité des armes que j'ai accumulé en tant que combattant. Choisi-en une.

Fuyuki resta un moment dans la salle, à regarder toutes les armes les unes après les autres. Il fini par choisir une épée courte, entièrement noire. Il la montra à son... Maître.

Très bon choix, mais elle va avec... Ceci.

Son maître prit une autre épée, à côté de la place ou Fuyuki l'avait trouvé, une épée toute blanche, semblable à celle qu'il tenait dans sa main. Fuyuki la récupéra. Ensuite, il suivit son maître jusque dans la salle précédente.

Bon, fais ce que tu veux aujourd'hui, mais à partir de demain, c'est entraînement intensif. Pour les DEUX.






Deux mois se sont écoulés. En plein centre ville, une sombre silhouette encapuchonnée joue avec la lumière des lampadaires. il est 23h.
Fuyuki pénètre pour la première fois depuis un bon moment dans cette maison ou il avait passé une grande partie de sa vie. Il ne fit pas un bruit. Ou pouvaient-ils bien être à 23 h ? Surement couchés ou dans le salon. Il se rendit dans le salon, et en effet, ils étaient ici, en pleine parti d’échec. Son père fit un bond en le voyant, et courut vers un tiroir, il n'eut pas le temps, Fuyuki était déjà sur la route.

Eh bien, cela faisait un moment que nous ne nous étions pas vu. Je vous dérange peut-être ? J'en suis navré, mais je ne fais que passer.
Que fais-tu ici ?
Eh bien c'est évident non ? Je viens ici pour vous remercier de votre traitement, dans le laboratoire.
Hum, la vengeance donc ? Quel dommage, que peux-tu faire sans tes pouvoirs ?

Sur ces mots, son père se jeta sur lui. Sa cage thoracique fut percée de part en part par une lame aussi noire que la nuit. Il s'écroula, Haletant. Fuyuki retira son épée du corps de son père adoptif. Le visage fermé. Sa mère essaya de s'enfuir, mais une lame blanche traversa la pièce, pour se figer dans son dos. Fuyuki alla lentement la récupérer. Aucune des deux victimes ne pouvait bouger. Fuyuki s'assit à l'endroit ou se tenait son père, devant l'échiquier.

Eh bien, on dirait que les rôles se sont inversés. Les chasseurs deviennent le proie, et le chassé devient prédateur. Intéressant n'est-ce pas ? Mon plan de vengeance est bien peu élaboré, je compte sur la chance pour m'en sortir à l'avenir. Mais qu'il est bon de châtier les responsables de mon malheur passé.

Tout en parlant, Fuyuki avait posé un objet rond sur l'échiquier. Il prit ensuite le roi blanc et le laissa tomber au sol. Il l'écrasa d'un coup de talon.

Échec et mat. Je doute que nous ayons l'occasion de nous revoir, alors, adieu.

Il sorti de la maison, sifflotant. il avait a peine fait quelques mètres qu'il sorti une sorte de détonateur et appuya sur le bouton. Une vive lumière commença à s'élever par la fenêtre de la maison. Lueur orange, croissante, jurant avec l'obscurité de la rue. Un ivrogne passa, et s'en alla en s'écriant : AU FEU ! Mais qui l'écouterait ? Sa démarche, son accent, tout servait à le discréditer. Fuyuki disparut dans la nuit.

Il s'était reposé sur la chance, et avait bien fait. Ses parents adoptifs n'ayant laissés de testament, et leur descendance directe étant inexistante, Fuyuki Hérita de tous leurs biens. Et il savait précisément quoi faire pour l'instant. il se réinscrivit à Rakishou, ou il fut de nouveau accepté, chez les carreaux une fois encore.

Cette fois-ci c'est pour de bon, plus rien ne peut me freiner à présent



Mais ça, l'avenir nous le dira.










1


Quelle journée, Fuyuki avait croulé sous les travaux, et était donc resté dans la bibliothèque toute la journée. Il l'ignorait encore, mais toutes les conditions étaient réunies pour que sa vie se retrouve une nouvelle fois chamboulée de fond en combles.
Le déclencheur de toute l'histoire, fut la bousculade entre Fuyuki et deux petit garçons, aux cheveux rouges. Leur ressemblance était frappante, mais Fuyuki nota rapidement deux trois différences. L'un des deux s'excusa platement, avec un langage très recherché pour son âge.


Nous sommes désolés, a dire vrai nous sommes pressés.
Hm, pas de mal, si j'avais fais plus attention, il n'y aurait pas eu de collision.


Les deux bambins passèrent leur chemin, et quelques secondes plus tard, un professeur passa en trombe, et manqua de renverser de nouveau Fuyuki, mais cette fois-ci, il fit un pas de côté, et regarda l'adulte poursuivre sa course folle.


Eh bien... Quel cirque.


Curieux, il décida de retrouver les deux enfants, s'ils étaient poursuivis, alors ils allaient sûrement essayer de semer leur poursuivant, dans ce cas, ils n'allaient pas continuer a courir en ligne droite... et sûrement pas rester dans une pièce comme la bibliothèque, pour peu que le professeur soit acharné, alors ils finiraient par se faire prendre. Fuyuki décida de les attendre devant la grande porte de la bibliothèque. Il s'assit dans un coin. Peu de temps après, les deux enfants étaient déjà de retour, marchant tranquillement cette fois. Fuyuki, tapis dans un coin, s'éclaircit la gorge


Hum, Qu'avez vous fait pour attiser la colère de ce monsieur à ce point ?


Après un instant de stupeur, l'un des deux répondit avec un grand sourire.


Cheshire a testé sa bombe a eau !
… C'est tout ? Eh bien.... C'est assez inintéressant tout compte fait.
Je suis tout à fait d'accord, mais je n'ai pas eu le temps de retenir Cheshire, intervint l'autre enfant.
Vous feriez mieux de vous excuser, ou de vous dénoncer, sinon, les ennuis empireront.
Par contre, c'est précisément ça qui est intéressant, échapper aux ennuis.


Cette phrase piqua Fuyuki au vif, il était rare de trouver des personnes sur la même longueur d'onde que lui. Il sourit, et passa devant les deux garnements.


Suivez moi, allons discuter dans un endroit plus calme.


Il les guida jusque dans sa chambre, impeccablement rangée. Il leur servit une tasse de thé, et s'en prépara une aussi. Après avoir trempé ses lèvres dans sa propre tasse, il la reposa dans sa soucoupe et reprit la parole.


Il est rare pour moi de croiser des personnes dont le mode de pensée équivaut au mien. Je m'appelle Fuyuki Haiko, enchanté.


A l'annonce de son nom, Fuyuki nota un léger changement dans l'attitude du plus mature. Il ferma les yeux et reprit une gorgée de thé, feignant de n'avoir rien remarqué. Ces deux enfants attisaient de plus en plus sa curiosité, en particulier celui aux yeux violets, qui semblait très intelligent.


Je suis Orpheus Vi Crossfield, et voici Cheshire Vi Crossfield. Nous sommes jumeaux.
Je vois ça, et pourtant les différences psychologiques sont importantes, n'est-ce pas là tout le charme de la génétique ?
En effet.


Tous les trois finirent leur tasse de thé en silence. Rapidement, les deux enfants prirent congés. Fuyuki resta seul dans sa chambre à se poser quelques questions sur ces deux enfants, mettant au premier plan l'étrange attitude du plus mature. Il aurait ses réponses, mais décida de reprendre une tasse de thé.





2


Une semaine plus tard, Fuyuki avait presque oublié l'incident, après tout, il n'avait pas revu les enfants depuis. Comme à son habitude, Fuyuki était assit a sa fenêtre, les jambes dans le vide, buvant une tasse de thé gorgées par gorgées tout en contemplant le coucher du soleil. Il sentit un léger coup de vent, il reposa sa tasse scruta les environs, méfiant de ce vent aux apparences peu naturel. Une voix s'éleva derrière lui, glaciale, mais dénuée d'animosité.


Haiko Fuyuki ?

Immédiatement, les lames de Fuyuki firent leur apparitions, et il se mit en garde. Avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit, son interlocuteur était déjà dans son dos, il lui fit une clef de bras sans que Fuyuki ne puisse faire quoi que ce soit.


Je ne vous veux aucun mal, vous allez simplement me suivre, il faut que nous parlions.


Fuyuki put se libérer. Grâce à son agilité qui faisait sa réputation, Il fila littéralement entre les doigts de son opposant, et fit une pirouette pour atteindre l'autre côté de la chambre. Cet homme ne venait pas de l'école, Fuyuki ne connaissait personne d'aussi puissant, même un professeur aurait du mal face à cet homme. Ce fut le dernier constat du Fuyuki avant de perdre connaissance. Il ressentit une vive douleur à la nuque, et s'effondra.


Il se réveilla dans un salon bien aménagé, et très.... anglais. Fuyuki se redressa en se massant le cou. Il avait été assommé par un simple coup... quel déshonneur. Il fit le tour de la pièce, sans parvenir à trouver d'issue, normal. En revanche, il avisa un servie à thé sur la table, et tout le matériel nécessaire à la préparation du thé. Il ne se fit pas prier, une bonne tasse de thé l'aiderait a retrouver totalement ses esprits. Il prit tout de même soin de vérifier la qualité du thé, et l'absence de poisons ou autres. Même s'il ne pouvait être certain que le thé ne soit pas dangereux, il ne voyait nullement l’intérêt que pouvaient avoir les ravisseurs pour sa mort. Il s'installa dans le salon, et commença à savourer sa tasse. Le service à thé était prêt à l'usage, il n'avait pas été posé là par hasard. Ses ravisseurs en savaient plus sur lui que ce qu'il avait imaginé. Étant donné l'existence discrète de Fuyuki, il était peu probable qu'il s'agisse d'un rapt isolé, mais d'une organisation. Avait-il causé du tord à une grande organisation ? Peut-être bien, il se souvint de ses parents adoptifs.... peut-être avait-il sous-estimé leur réseau.
Une porte s'ouvrit, et un bel homme aux cheveux gris se présenta à Fuyuki. Ce dernier fut estomaqué par la prestance de cet homme.


Vous êtes déjà réveillé.... Je vous prie d'excuser la rudesse de l'homme qui vous a amené ici. Je suis Alister Di Valentyne, chevalier personnel de l'empereur d'Elder.
… Elder ? Donc nous sommes... à Elder ?
C'est exact, plus précisément à la capitale.
Mais... pourquoi m'emmener dans ce pays ? Moi, un simple inconnu.
… à la demande de l'empereur. Vous comprendrez plus tard. Mais avant, êtes vous bien le fils d'Alicia Von Haiko et Damon Von Haiko ?
Hm.... Cela fait bien longtemps que je n'ai pas entendu ces noms. Je suis le fil d'Alicia Haiko et Damon Haiko, tout simplement. Troublante coïncidence sans doutes.


Fuyuki n'y croyait pas une seule seconde, une telle coïncidence ne peut avoir lieu. Alister se permit de se servir lui même une tasse de thé, et s'assit en face de Fuyuki. Il porta la tasse à ses lèvres avant de poursuivre.


Vous êtes doué pour la préparation du thé monsieur Haiko.
… Merci.
Voici les photographies d'Alicia et Damon Von Haiko. Cela correspond-t-il avec vos données ?


Fuyuki prit les photos et les regarda longuement... il allait devoir se résoudre à accepter la vérité quelle qu'elle soit. Il jeta les photos sur la table.


En effet... Vous dites que leur vrai nom est Von Haiko ? Une marque de noblesse à Elder non ?
Vous êtes bien informé, je n'en attendais pas moins de leur enfant.
… dites m'en plus sur eux s'il vous plaît, après tout, c'est sûrement pour cela que vous êtes ici non ?
… très bien, Alicia Von Haiko et Damon Von Haiko étaient les précédents Juges noirs d'Elder. Mais ils sont partit il y a une vingtaine d'années, et nous avons perdu leurs traces.
Juge noir ?
Les juges sont chargés de juger leurs cibles attribuées par Elder, et de les laisser vivre ou les éliminer. Les juges noirs sont peu nombreux, et dirigés directement par l'empereur. Ils ont le droit de juger selon leur désir, et surtout de juger d'autres juges ou même les chevaliers.
Je vois...
vous vous doutez bien que je ne vous ai pas fais venir ici pour rien. Voici ma proposition : Actuellement, l'empire n'a plus de juge noir de la famille Von Haiko. Je vous propose donc de reprendre le flambeau de vos parents. Bien sur, au début vous ferez plus office d'épouvantail, mais nuls doutes que vous pourrez un jour restaurer l'honneur de votre famille.


Alister sortit de nulle part un dossier sur Fuyuki. Il le parcourut tout en poursuivant.


Malgré les apparences vous êtes quelqu'un de fidèle. Votre absence de sens de la justice est compensé par une haine furieuse contre les puissants qui abusent de leur pouvoirs, vous leur rendez la pareille, peu importent les moyens.
… Je n'imaginais pas que l'on avait mené une enquête sur moi.
Quoi qu'il en soit, qu'en pensez vous ? Vous recevrez une formation de magie, et avec un peu de chance vous pourrez acquérir un pouvoir surpassant ceux de vos parents.
C'est une proposition alléchante, mais un aspect me dérange.


Fuyuki déboutonna sa chemise et dévoila sa marque. Alister saisit immédiatement de quoi il s'agissait. Il resta un instant silencieux, laissant Fuyuki remettre sa chemise en état, avant de faire une dernière tentative.


Il existe toujours une solution. Votre statut vous apporterais des avantages non négligeables, et surtout des solutions pour ce sceau. Mais nous ne ferons rien si vous refusez, et nous vous reconduiront dans votre école.
J'aurais des ennuis si j'y retournais comme une fleur.
J'ai pris soin de prendre les dispositions nécessaires avec votre école. Officiellement, vous terminerez vos études de lycée ici.
Je vois... vous êtes doués.
Je me dois de répondre aux attentes de l'empereur. Si vous acceptez, signez ici je vous prie.
… Après tout, pourquoi pas ?


Fuyuki prit la plume qu'on lui tendait et signa le contrat, non sans en lire les clauses. Mais il s'agissait plus d'une simple formalité.


Ne t'avais-je pas dis qu'il accepterait Alister ?
En effet votre majesté.


Les deux bambins aux cheveux rouges entrèrent dans la pièce, le plus malin avait le sourire aux lèvres. Fuyuki s'était, pour la première fois, fait doublé. Par un avorton qui plus est. Mais il dut reconnaître l'intelligence du garçon. De plus, il semblait être l'empereur. Ce dernier lui tendit la main, main que Fuyuki serra sans rechigner.


Bienvenue à Elder, Fuyuki Von Haiko.
C'est un plaisir majesté.





3


On montra à Fuyuki ses quartiers temporaires, le temps que la maison familiale Von Haiko soit remise en état. Il n'avait pas vraiment envie de vivre dedans, mais il avait finit par céder. Après tout, pourquoi refuser un manoir ? À proximité du palais impérial qui plus est. Au moins, Fuyuki avait un endroit rien qu'à lui. De plus, Alister se chargerait du recrutement des domestiques. C'était l'avantage d'un juge, son logement, ses domestiques, tout était donné par l'empire. Sans parler du « salaire ». Fuyuki avait l'impression d'être devenu un « superfonctionnaire ». Il soupira. Il n'était plus habitué à un tel luxe depuis l'assassinat de sa famille adoptive.


Sir Von Haiko, l'empereur souhaite vous voir.


Fuyuki suivit sans rien dire le domestique venu le chercher. Il avait beau s'adapter à toutes les situations, il n'était vraiment pas à l'aise dans ce milieu, et ne le serait sûrement pas avant quelques mois. Il arriva dans le même salon ou il s'était éveillé. Orpheus l'y attendait.


Alors ? Tes quartiers te plaisent ?
Ma foi... Mais j'ai une question.
Je t'en prie.
Pourquoi un tel traitement ? D'un certain point de vue, je ne suis qu'un étranger ici.
C'est plutôt simple. Pour commencer, la famille Von Haiko a toujours été proche de la famille impériale. Ensuite, tu as vraiment le potentiel pour devenir un excellent juge noir.
Hm.
Bien, nous allons sans attendre essayer de contrer les effets de ton sceau. Suis-moi.


Orpheus guida Fuyuki à travers le palais. Fuyuki admira les diverses décorations, peintures et sculptures réparties un peu partout dans le palais. Après tout, même si Elder était peu connu, de par sa discrétion, il n'en restait pas moins un empire puissant et influant. Ils finirent par arriver dans une salle peu éclairée, aux allures de laboratoires. Fuyuki eut un frisson, il détestait ce genre d'endroit, ce qui était bien normal au vu de son passé. Il essaya de paraître cynique, un sourire narquois remplaça son air blasé.


Et ? Vous allez me disséquer ? Vous ne trouverez rien de bien intéressant vous savez.
Nous allons faire mieux. Nous allons essayer de te rendre ta magie.
Tient donc.... J'aimerai bien savoir comment.
Le sceau sur ta poitrine, il n'a pas détruit tes pouvoirs, il les absorbes.
Alors.... vous allez essayer de le surcharger ?
Exactement, sous cette ville se trouve un minerai unique au monde, un minerai dégageant de la puissance magique. Nous allons t'en greffer un peu, cela devrait suffire à briser le sceau, ou même mieux : le retourner à ton avantage.
Hum... Je vois. Très bien, je vous laisse faire.
Prenez place je vous prie. Nous devons vous prévenir que vous ne serez pas anesthésié, afin d'éviter tout soucis.


Fuyuki ne répondit pas au médecin. Il avait déjà fait son choix. Il s'allongea sur la table d'opération. Les choses sérieuses allaient commencer. On l'attacha à la table, plus que solidement, il lui était impossible de faire le moindre mouvement. De plus, on lui ôta les bandages qui masquaient son orbite vide. Fuyuki eu tout juste de temps d'apercevoir un œil dans un bocal avant de sombrer dans la souffrance.
Il n'aurait pu dire combien de temps durait son calvaire. Des heures ? Des jours ? Des semaines ? Dans cet abyme sans fond il ne lui restait que la souffrance. Cela avait commencé par une vive douleur au niveau de l’œil gauche, puis cette dernière avait fini par se rependre dans tous son corps. Finalement, cela se mua en un froid tout aussi agressif. Fuyuki avait l'impression que son cœur n'envoyait non plus du sang, mais de l'azote liquide dans son corps. Alors qu'il croyait que tout était fini, la sensation de froid reflua subitement. Fuyuki resta de longues minutes dans un état de semi-sommeil avant de reprendre sortir de l'état second dans lequel l'opération l'avait plongé. Lorsqu'il rouvrit les yeux, il avait l'impression d'avoir dormi pendant des heures, alors que tout cela n'avait duré qu'une demi heure. Il était toujours attaché, et il n'y avait plus personne dans la pièce. Il faisait froid, mais cela ne dérangeait pas Fuyuki. Il remarqua une fine couche de glace sur toute la pièce. Les médecins, Orpheus et Alister firent leur entrée. Ce dernier tenait un plateau avec une tasse de thé.


Hm, j'ai du louper un épisode, pourquoi étais-je seul ?
Eh bien, nous n'avions pas envisagé les effets de la surcharge magique sur les environs, après la... « greffe » nous avons du quitter la salle rapidement, la température chutait à une vitesse incroyable.


On le détacha. Fuyuki prit la tasse de thé qui lui était destinée. Manifestement il avait retrouvé sa puissante magie de glace d'autrefois. Mais était-ce une bonne chose ? L'avenir lui dirait. Il se rendit soudainement compte qu'il voyait des deux yeux. Il sourit


Je peux savoir quelles modifications vous m'avez apporté ?
Nous vous avons implanté... un œil.
Un œil ?
C'est cela, composé de votre ADN et de minerais. Dès qu'il fut mis en place, il est entré en ... « résonance » avec le reste de votre corps. Pour résumé... Votre ADN est la même que celle de votre œil à présent.
Intéressant... J'ai hâte de constater l'évolution des choses.


Il fut reconduit dans ses quartiers. Il resta un moment perdu dans ses pensées, avant de s'endormir sur son fauteuil, fatigué comme s'il avait courut un marathon.







4







Il fallu une semaine pour rendre le manoir des Von Haiko à nouveau habitable. Heureusement, de par les matériaux atypiques utilisés pour sa construction, il avait très bien passé les années sans entretient. À présent, restaient dans la demeure les quelques domestiques de Fuyuki, juste le nombre pour entretenir comme il fallait le manoir. C'est du moins ce que lui avait dit Orpheus. Fuyuki fut emmené par Alister jusqu'à ce qui serait sa nouvelle demeure. Fuyuki eut le souffle coupé en voyant ce qui l'attendait.
Son regard se fixa sur le portail. Entièrement blanc, il semblait fait de glaces, tout comme les grilles entourant la propriété. Au centre de cette œuvre d'art étaient entrelacés deux X, formant l'emblème des Haiko. Mais ce qui choqua le plus Fuyuki fut l'allure du manoir. Un véritable manoir anglais comme on en faisait au XVIII ème siècle, et pas des moindres. Fuyuki ne pouvait espérer meilleur cadre de vie.
En compagnie d'Alister, Fuyuki pénétra dans le manoir, immédiatement, deux majordomes firent leur apparition, saluant celui qui serait leur nouveau maître. Il n'aimait pas ça, mais verrais cela plus tard, mieux valait régler ses affaires avec Alister et l'empereur. Ils allèrent dans un salon, ou le thé fut servit, excellemment soit dit en passant. Fuyuki pouvait bien accorder ça au personnel. Alister alluma un ordinateur portable relié à un écran sur le mur du petit salon. Une images représentant le même motif présent sur le portail de la propriété.


Entrons sans tarder dans le vif du sujet. Vous connaissez ce signe ?
J'ai eu le temps de faire quelques recherches dans la bibliothèque impériale, c'est l'emblème des Von Haiko. XX ? Qu'est ce que cela signifie ?
En réalité, c'est un chiffre romain.
… 20 ?
C'est cela. Pour comprendre ce symbole, il vous faut d'abord des précisions sur les juges noirs.
Allez y, je vous écoute.
Eh bien... Il y a au total 21 familles de juge noirs, avec un leader par famille.
Pourquoi 21 ?
Les familles sont représentées par chacun des arcanes du tarot. Le fou est inexistant.
Pourquoi ce choix ?
Plutôt qu'un choix... C'est un héritage qui remonte plus loin que la création de notre empire.
Donc... Ma famille est symbolisée par ?
L'arcane XX : le jugement dernier.
Oh, pas mal. Y a-t-il un lien hiérarchique entre les familles ?
Seule la puissance prime, actuellement, la famille Von Haiko est la dernière, ce qui est normal. Mais après quelques semaines, vous pourrez redorer votre blason.
Cela ne m’intéresse pas, parlez moi plutôt de cette histoire de pouvoirs familiaux ?
Chaque famille possède un pouvoir relatif à son arcane. Grâce à ce que l'on pourrait appeler un rituel.
… Vous savez donc ce que je vais demander.
Vous semblez pressés.
Je suis curieux.
… Après tout... suivez moi.


Alister se leva, Fuyuki finit en vitesse sa tasse de thé et le suivit. Alister le guida au détours des couloirs, pour finir par déboucher dans une vaste salle souterraine, au centre de laquelle se trouvait une gigantesque statue d'ange. Alister resta en dehors de la pièce, dans le couloir.


Je vous laisse ici. C'est une question de principes, je vous attendrais dans le salon.


Fuyuki n'ajouta rien, totalement captivé par la statue. Légèrement translucide, elle semblait faite de verre. Tous les détails étaient si réalistes que si l'ange n'avait pas une taille faisant 4 fois celle de Fuyuki. Des rais de lumière en provenance de la voûte éclairaient les ailes, dispersant sur les murs une multitude de rayons colorés. Lorsque Fuyuki s'approcha, il se rendit compte que la statue était faite de glace, instinctivement. Pas à pas, Fuyuki se rapprochait de la statue, sentant sa froideur, que Fuyuki ressentait comme une douce fraîcheur. Lorsqu'il posa la main sur la statue, il y eu un léger bruissement au niveau des ailes. Les rayons de lumière se pointèrent un à un sur Fuyuki, plus précisément sur son œil gauche. Il écarta les mèches de cheveux rabattues devant ce dernier, et l'ouvrit, dévoilant son œil flambant neuf. Il y eu une vive lumière dans la pièce, et Fuyuki sombra dans l'inconscience, bercé par un doux froid ancestral.







5







Fuyuki se réveilla dans l'état ou il s'était endormis, debout. Il retrouva progressivement ses esprits et nota deux choses. La première était que son œil gauche était encore plus froid que son corps, pourtant refroidit. La seconde était une faim déraisonnable, Fuyuki avait probablement passé bien plus de temps qu'il ne l'avait envisagé dans cette pièce. Les rayons de lumière avaient retrouvés leurs aspects initiaux. Il quitta la pièce, et se dirigea vers le salon, ou il eut la surprise de retrouver Alister. Ce dernier lisait un livre, et manifestement en arrivait à la fin. Il remarqua Fuyuki et posa son livre.


Eh bien... je n'aurais jamais pensé que cela prendrais autant de temps.
… J'avoue ne pas avoir vu le temps passer.
Je ne vais pas vous demander ce qui c'est passé, cela relève du secret de votre famille. En revanche, je peux remarquer une différence notable.
Oh ? Et quelle est cette différence ?
Ceci est une photo de vous après votre opération, et voici un miroir.


Fuyuki prit la photo. Le seul constat qu'il put faire, était que son nouvel œil n'allait pas forcément avec l'autre. Sans pupille, il lui permettait tout de même de percevoir la lumière. Un disque bleu ciel remplaçait son iris, lac bleu dans une plaine blanche. Fuyuki délaissa la photo au profit du miroir. Il ne nota aucune différence. Après une petite minute de réflexion, il prit un air sérieux. Après toutes ces années, il avait acquit le réflexe de fermer son œil gauche en toutes circonstances. Lorsqu'il l'ouvrit, la différence lui sauta aux yeux. Le disque bleu de son œil contenait maintenant l'emblème des Von Haiko, les deux X, tous deux entrecroisés, bleus, légèrement lumineux. Fuyuki reposa le miroir.


Je vois... je fais bel et bien parti des Von Haiko on dirait.
Plus encore, vous êtes désormais à sa tête, toutes mes félicitations, sir Von Haiko.
Reste à voir ce dont je suis capable.
A ce sujet, je m'occuperais moi même de votre instruction.
Est-ce un honneur ?
Beaucoup de gens le pensent, et en rêvent. Pour ma part, je fais ça parce que je connaissais bien votre père et votre mère, je suis donc en quelques sortes un ami de la famille.
Oh... alors ce sera avec plaisir.


Alister lui tendit la main, main que Fuyuki sera sans la moindre hésitation. Les semaines qui suivirent furent rudes pour Fuyuki, mais Alister était un excellent pédagogue. Fuyuki avait une nouvelle fois eu une chance incroyable en matière de maîtres. Si Alister ne possédait pas les mêmes pouvoirs que Fuyuki, il savait avec exactitude comment Fuyuki devait apprendre à les utiliser. Ce dernier put pleinement profiter de l'enseignement d'Alister.
Après cet entraînement intensif, la famille Fuyuki fut placée au 13ème rang des juges noirs, un peu trop éloigné de la 21ème place (la plus élevée) à son goût, mais il savait précisément ou parfaire ses techniques de combat. Un endroit qu'il connaissait plus que bien.
C'est ainsi que Fuyuki réintégra pour la seconde fois l'école de Rakishou. Une classe au dessus cette fois. Après tout, il avait terminé ses études de lycée à Elder.



ARME(S) / MAGIE(S) / CATÉGORIE(S) DE COMBAT MAITRISÉE(S) :
  • Roncier hivernal : Le corps de Fuyuki est à moitié devenue végétal. C'est une sorte de fusion entre l'animal et le végétal. Il peut faire pousser très rapidement des ronciers parsemés de roses. Il existe deux types de ronciers. Le premier type de roncier est assez fort, et impressionnant, ses épines sont grosses et peuvent déchiqueter. Ce type de ronces peut pousser sur n'importe quel matière végétal ou inerte. Outre le fait que ces ronciers sont à une température inférieure à 0, ils n'ont véritablement pas d'autres propriétés. Le second type est bien plus dangereux. Fins et parsemés de fines épines. Ils peuvent couper proprement. Un peu partout sur les ronces poussent des roses blanches. Ces ronces-ci sont très résistantes, et ne peuvent être coupées par une simple lame. De plus, ces ronces sont parcourue par un poison secrété par le corps de Fuyuki. Ce poison rafraîchit la température corporelle des végétaux ou animaux, ralentissant leurs mouvements. A moyenne dose, ce poison cause des douleurs un peu partout dans le corps. A forte dose, ce poison cause la mort par hypothermie. Ces ronciers là ne peuvent pousser qu'a partir du corps de Fuyuki. Sans véritablement sortir de sous sa peau, ces ronciers font partie intégrante de son corps.
    NB : Le corps de Fuyuki sécrète aussi un antidote à son propre poison. Aussi il n'est pas affecté.
  • Sculptures de glaces explosives : Fuyuki crée des sculptures plus ou moins grandes, une fois terminées elles s'animent et sont sous son contrôle. Une fois animées, elles prennent les couleurs que Fuyuki leur a destiné. Ces sculptures peuvent exploser, plus ou moins violemment en fonction de leurs charge et de leurs tailles, dégageant ainsi une vague de froid très puissante (aux alentours de -10° C). Fuyuki n'est pas immunisé à ces explosions, il est simplement insensible au froid dégagée par ces dernières.
  • Arcane XX : Le jugement dernier. Lors de l'activation de ce pouvoir, Fuyuki obtient des ailes de glace (3 à 4 mètres d'envergure) qui ne font réellement pas partie de son corps. Ces ailes sont composées de plumes de glaces elle même composées de cristaux de glace. Sa voix est alors accompagnée d'échos métalliques. Elle peut être aussi glaciale que la glace de Fuyuki ou être rassurante, chaleureuse. Il peut alors créer et manipuler des petits cristaux de glace malléables, il peut donc leur donner la forme qu'il veut, ou les assembler selon son désir. Lorsque ce pouvoir est actif il incarne l'ange du jugement.






( A compléter si vous avez déjà une idée, mais vous ne pourrez pas l'avoir avant d'avoir rempli les conditions. )

NOM :
SEXE :
ESPÈCE :
CATÉGORIE : { Monture, Combat, Magie }
DESCRIPTION : { lien avec votre personnage ; ce qu'il est capable de faire... ; pas de lignes minimum }








PRÉNOM :
AGE :
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ?
QUELQUE CHOSE POUR AMÉLIORER LE FORUM ?
AUTRE CHOSE A AJOUTER ?

SIGNATURE : ok by Drewy
CACHET DE L'ACADÉMIE : [ ne pas remplir. ]
_________________
Revenir en haut
Publicité


MessagePosté le: Ven 21 Sep 2012 - 21:48    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Administrateur
Theyst Ruho
Inscrit le: 22 Fév 2010
Messages: 2 393
Espèce: Humaine
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Joker
Sexe: Féminin
Points MS: 1 018
MessagePosté le: Dim 20 Jan 2013 - 14:47    Sujet du message: Sir Fuyuki Von Haiko Répondre en citant

Nouveau Fuyuki accepté ! Ça a pris du temps, mais voilà. x) Bon rp avec ce nouveau-lui !
_________________
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Classe Carreau
Fuyuki H. Lawford
Inscrit le: 21 Avr 2012
Messages: 131
Espèce: Humain
Catégorie: Magie
Niveau: Lycée
Classe: Carreaux
Sexe: Masculin
Points MS: 661
MessagePosté le: Dim 20 Jan 2013 - 23:38    Sujet du message: Sir Fuyuki Von Haiko Répondre en citant

Yoooooooooouuuuuuuuuupi  \o/
Merci ^^
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:08    Sujet du message: Sir Fuyuki Von Haiko

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Administration -> Présentations -> Présentations validées -> Carreaux Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.