FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Se connecter pour vérifier ses messages privés   S’enregistrer   Profil   Connexion 

Mine de rien, une poutre, c'est mou [Céleste]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Extérieur -> Parc de détente
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Classe Coeur
Eve Lewinsky
Inscrit le: 27 Mar 2011
Messages: 56
Espèce: Youkai
Catégorie: Magie
Niveau: Lycée
Classe: Coeur
Sexe: Féminin
Points MS: 100
MessagePosté le: Mar 26 Juin 2012 - 13:16    Sujet du message: Mine de rien, une poutre, c'est mou [Céleste] Répondre en citant

✖ Ah ah !!! Je m’en sortais bien. J’étais contente de moi. Presque une semaine que j’étais là, et je n’avais encore rien fait de violent. Enfin, quatre jours oui. Et alors le week-nd ça compte pas ! Donc ça fait bien presque une semaine. Bref. En même temps, William avait on ne peut plus bien fait de m’avoir collé chez les cœurs. Ils étaient globalement assez sympas et me fichaient quand même globalement la paix. Bon, les trèfles n’étaient pas méchants non plus, j’avais appris que Shinji était trèfle, mais… disons que chez eux, c’était quand même un peu plus calme, et peut-être plus froid. Ou alors c’était juste l’impression que ceux que j’avais vu m’avaient donnés. En tout cas, je maintenais que les carreaux et les piques étaient des rustres. Ou plutôt des crétins et des sauvages comme je l’avais dit à Shinji deux heures après être arrivée à Rakishou. Moi suicidaire ?! Mais non, quelle idée ?! Ah ah… raison de plus que c’était une bonne idée de m’avoir collé chez les cœurs. L’une des premières chose dont j’avais remercié William quand je l’avais eu au téléphone pour la troisième fois le jour de mon arrivée. Surprotecteur, je vous raconte pas. Enfin bref, depuis que j’étais arrivée, je passais le plus clair de mon temps en cours ou à l’abri dans le bâtiment des cœurs. Ou dehors comme maintenant.

En fait, dans l’absolu, je voulais aller au gymnase, mais… comme on était dans une académie militaire, il y avait souvent du monde. Souvent des pseudos mâles alphas, roulants des mécaniques, dont ils n’étaient pas souvent dotés, et qui risqueraient fortement de s’intéresser à moi, que ce soit de façon positive ou négative. Soit parce que j’étais une petite blonde à gros seins, soit parce que j’étais une gymnaste maladroite. Bref, je préférais ne pas y aller, du moins pas encore, et priais pour ne pas tout perdre de ma gymnastique. Alors, comme à ce moment-là, je m’entrainais parfois dans le parc, quand il n’y avait personne. Je m’étais trouvé un coin parfait. A l’écart, avec un sol pas trop dur et un muret plat et pas trop haut. J’avais de quoi travailler mon sol et ma poutre. Après, tant pis pour les barres asymétriques et le cheval. Je n’aimais pas trop le cheval de toute façon. C’était brusque. Et on ne savourait pas beaucoup de sensations là-dessus.

Alors oui, j'ai debout, un pied devant l'autre, sur mon muret à un mètre du sol. Je ne faisais rien de faramineux, je n'étais pas spécialement motivée. Un roue. Enchaînée d'une rondade tiens soyons folle. Puis ce que je préférai, en deuxième position, un petit trot puis enchaîner trois grand jetés. C'était l'intérêt, de ne pas tomber, et j'aimais bien faire des grands jetés. Et pui mon préféré oui, un flip arrière, deuxième flip arrière... et vrille arrière! Oué! Sans tombée! Trop fière de moi je m'élançais en avant pour un flip avant et un salto et paf!!!

- Aaaiiiiiii!!!!!!

Je avais beau ne pas avoir les attributs masculins, tomber à califourchon sur ce fu**ing muret faisait quand même un mal de chien. Je gémis un coup avant de me laisser tomber comme une grosse... par terre. Je restai là, allongée sur le dos, les mains coller sur mon entre-jambes.
- Nom de Dieu ça fait mal...
Je me redressai péniblement sur les fesses en grimaçant et me mise à genoux, avant de dégager une mèche de cheveux de devant mon visage. Ce faisant, je vis une silhouette, puis clairement, je vis un jeune homme que j’avais croisé chez les cœurs. Heureusement que c’était chez les cœurs d’ailleurs. Mais ce fait ne m’empêcha pas de rougir comme une tomate. Je me remis vite debout, ce que m’arracha une grimace de douleur. Et finalement, je retombai par terre. Je m’étais vraiment éclatée sur le coup-là.
-Aïïe…
_________________
Revenir en haut
Publicité


MessagePosté le: Mar 26 Juin 2012 - 13:16    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Extérieur -> Parc de détente Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.