FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Se connecter pour vérifier ses messages privés   S’enregistrer   Profil   Connexion 

Comme un air de folie...(p.v J'af)

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Extérieur -> Parc de détente
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Classe Pique
Shin Odashima
Inscrit le: 02 Déc 2011
Messages: 138
Espèce: Humain
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Masculin
Points MS: 432
MessagePosté le: Ven 18 Mai 2012 - 17:41    Sujet du message: Comme un air de folie...(p.v J'af) Répondre en citant

Assis sur une branche d’arbre pas très épaisse, Shin était occupé à fumer pour évacuer son stress. Que la branche n’ait pas encore cédée sous son poids l’agaçait quelque peu. Non pas qu’il avait le désir ardent de se retrouver le cul par terre après une chute de quatre bons mètres, mais disons que cette particularité de la branche n’apaisait pas son égo. Oui il était petit, oui il n’était pas très lourd, et cette grmmmlbbblmmll de branche n’était pas obligé de le lui rappeler.

Vous l’aurez compris, le temps mental du jeune homme était à l’orage. En ce moment il enchainait les jours sans, et son pied gauche avait la fâcheuse tendance à se lever en premier. Foutu pied gauche va ! Pouvait pas être un peu moins égoïste ? Etre grognon ça va cinq minutes, râler en permanence ça devient vite saoulant.

« Gyyyyyah ! Il est là ! »

Mon Dieu mais qu’était-ce ? Shin fit soudain un faux mouvement et oh ! Miracle ! Finalement la branche craqua. Oui bon, tout bien pesé il aurait préféré qu’elle reste en place. Autant pour son égo, mieux valait râler un bon coup que de finir avec un charmant bleu au cul. D’ailleurs c’était étonnant qu’il ne se soit pas fait plus mal en tombant. Le jeune homme posa les yeux au sol et remarqua la demoiselle qui lui avait servi de matelas… Tout s’éclairait maintenant. Restait à savoir ce qu’elle faisait là.

Shin se releva et la jeune fille en fit de même. Elle resta un instant sans voix, peut-être encore abrutie par le choc, et soudain elle éclata, mélange de sanglot et de colère :

« Tu me l’a fait perdre de vue… bouhouhou »
Et elle partit en courant. Laissant un Shin parfaitement stupéfait, se demandant sérieusement s’il était passé dans la quatrième dimension. C’était une nuit fort étrange. D’habitude le parc était un lieu calme, où il aimait bien venir méditer. Et voilà qu’une furie apparaissait comme par miracle.
Le jeune pique jeta un coup d’œil alentour, repérant plusieurs petites grappes de furies en délire, qui courraient d’un coin à l’autre du parc, grimpaient aux arbres et dépliaient une longue vue.

« Mais c’est quoi ce bordel… » se demanda-t-il à haute voix. Et tandis même qu’il se posait la question, un groupe de jeune fille se mit à courir vers lui en hurlant. Elles se rapprochérent, puis ralentir, s’approchèrent encore, et finalement l’une d’elle déclara :

« On s’est plantée les filles, c’est pas lui. Il est trop petit.
− Puis il est brun en plus…
− Mais c’est vrai que dans le noir, c’est pas toujours facile de bien voir hein… »

Elles s’éloignèrent ensuite en discutant, sans faire plus attention à Shin, parfaitement stupéfait, et une nouvelle fois blessé dans son égo… Oui vraiment, il se demandait ce qu’il pouvait bien se passer dans le parc cette nuit…
_________________
Revenir en haut
Publicité


MessagePosté le: Ven 18 Mai 2012 - 17:41    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ja'far Kiya


MessagePosté le: Ven 18 Mai 2012 - 19:18    Sujet du message: Comme un air de folie...(p.v J'af) Répondre en citant

Il avait la respiration haletante, la sueur de son corps commençait à détremper sur son yukata. Ce dernier était d’ailleurs débraillé à plusieurs endroits à cause des assauts incessants de ses opposants. Ils étaient une bonne dizaine à être à ses trousses et il ne savait vraiment pas comment se débarrassé d’eux. Pour une fois, qu’il avait eu envie de se promener seul, le soir, cela n’avait pas loupé, en quelques secondes, il avait été encerclé par un grand nombre d’opposant, enfin plus qu’il ne pouvait contenir avec sa seule force. Même Néphé qui d’habitude toujours brave était inquiet pour sa propre survie. Car après tout, les adversaires de ce soir étaient des fans en furies !
Et pas n’importe lesquelles ! Naon, les pires des pires, celles qui sont capables de gravir des montagnes, plonger dans les abysses rien qu’en ayant l’espoir de pouvoir frôler l’espoir de voir le corps dénudé de leurs idoles. J’ai nommé les stalkers ! Y’as pas à dire, elles y mettent de la volonté, sont plus équipés que l’armée et surtout ont une endurance à toutes épreuves. En somme, la survie du jeune grisé était franchement sur le déclin.

Alors qu’il se trouvait relativement bien caché dans l’ombre d’un bâtiment et derrière un buisson assez touffu pour ne pas le trahir, il remarqua un jeune homme plutôt bel homme, avec une chevelure brune. Un corps fin et élancé, aucune chance de trouver la catégorie à laquelle, il appartenait à vue d’œil. M’enfin, cela n’était pas un problème, car cette personne pourrait bien lui sauver la peau qui était à une valeur encore jamais atteinte. Et les acheteuses étaient prêtes à tout pour mettre la main sur son pauvre corps androgyne. Seulement, pour cela, il devait faire diversion et la seule option qui se présentait à lui, était de sacrifier durant quelques secondes son fidèle compagnon, Néphé, le bébé louveteau !

D’un coup d’œil, les deux compagnons avaient compris ce que chacun attendait de l’autre. Certes, pour le maître, cela était difficile de sacrifier comme cela son animal, mais pour l’animal, c’était un honneur de pouvoir aider son possesseur, enfin en toute logique, cela devrait être ce que chaque animal pense, mais ce n’était pas le cas du bébé louveteau qui ne trouva rien de mieux à faire que de s’enfuir en direction du jeune homme précédemment décrit. L’apparition de l’animal de compagnie de leur idole ne dupa pas les jeunes adolescentes qui commencèrent à entourer le lieu d’où venait de partir, Néphé. Ce sale traître ! Comment avait-il osé faire ça à son maître adoré qui lui achetait de la nourriture tous les jours ! Il venait de sacrifier son bienfaiteur pour sa propre survie, enflure de Néphé ! Cela passé, il était temps de réfléchir à un moyen de se sauver la peau par soi même. Quitte à se montrer, autant le faire avec classe et surtout avec un plan ingénieux à la clé.

D’un mouvement vif, il invoqua son brouillard qui emplit peu à peu, le parc d’une atmosphère oppressante et surtout humide. L’une des fans prit la parole pour rassurer ses camarades à la chasse au Ja’far en leur disant que ce brouillard n’était qu’une des magies de leur idole. Déjà, certaines commençaient à s’évanouir d’être en contact physique avec quelque chose provenant de la volonté de leur « Ja’far adoré ». Qu’elles fassent ce qu’elles veulent avec ce brouillard, ce n’est pas comme s’il avait envie de rester ici à voir ce que ses dingues pourraient faire. Il sortit donc de son buisson esquivant quelques corps inertes ou trop surprise de se retrouver nez à nez avec celui qu’elles pourchassaient.
Il avait réussi à se débarrasser de certaines de ses fans, mais la plupart était à présent en train de le poursuivre, alors qu’il se dirigeait en direction de l’inconnu au pied duquel se trouvait le traître de louveteau. Empoignant, le garçon par la main, il le força à le suivre, alors que les fans derrières commençaient à injurier le pauvre garçon, il avait rien demandé, mais il était le seul moyen pour le jeune garçon d’avoir un espoir d’échappé à ses poursuivantes. Après avoir réussi à distancer les groupies, le jeune homme se planqua dans ce qui semblait être une vielle baraque utilisé pour ranger le matériel permettant l’entretien du parc. Ils n’allaient pas pouvoir y rester longtemps, mais assez pour permettre à Ja’far de pouvoir mettre en place son plan.

« Désolé de t’avoir embarqué là dedans, mais est ce que cela t’ennuierait de te déshabiller ? »
Revenir en haut
Classe Pique
Shin Odashima
Inscrit le: 02 Déc 2011
Messages: 138
Espèce: Humain
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Masculin
Points MS: 432
MessagePosté le: Sam 19 Mai 2012 - 15:41    Sujet du message: Comme un air de folie...(p.v J'af) Répondre en citant

… Rester à définir dans quel genre d’univers il avait été catapulté. Car c’était un fait, une évidence. Il avait beau se trouver en plein milieu du parc de Rakishou, un malin génie semblait tout de même s’être amusé à lui jouer un tour. C’était un endroit terrifiant, à chemin entre Groupieland et Furiespace.

Shin était plongé dans cette réflexion quasi mystique lorsqu’il entendit un grognement près de lui. Allons-bon ! Un nouvel autochtone. C’était un loup. Un bébé loup pour être plus précis. Le pique concentra son attention sur ce nouvel individu qui trottinait de ci de là. Il entendit de nouveaux cris hystériques… tiens, les harpies II, le retour. Mieux valait peut-être qu’il se tire avant que ne survienne une nouvelle catastrophe. Trop tard. Cette fois Shin se déconnecta de l’univers délirant qu’il avait inventé plus par jeu que par croyance. Il tira ses oreilles en arrière à la manière d’un chat, aux aguets. Rapidement il fit apparaître sa dague courbe puis scruta le brouillard magique qui envahissait le parc. Par instinct il s’était mis en position de défense, craintif, prêt à tout… mais cela ne l’empêcha pas de se faire embarquer par un nouveau venu. Surpris, Shin lâcha sa dague et la vit tomber mollement au sol tandis que lui-même s’éloignait, contraint à courir par une main sur son poignet.

Ce fut un troisième splendide coup à son ego. Lui, si fier de sa belle garde et de sa méfiance salvatrice, venait de se faire faucher par un inconnu, sans même l’avoir entendu venir. Après cette soirée étrange il allait certainement devoir se faire Seppuku, son honneur ne se relèverait jamais après de si dures attaques. Tandis qu’il essayait de se remémorer le geste précis qui ouvrait les entrailles sans trop souffrir, l’inconnu l’enferma dans ce qui semblait être une réserve de jardin. Mais cette nuit loufoque ne comptait pas s’arrêter là… Nooooon…ce serait trop facile.

« Désolé de t’avoir embarqué là dedans, mais est ce que cela t’ennuierait de te déshabiller ? »
- Hein ?!

Un autre élément qui faisait la fierté du jeune Odashima c’était son aisance à la réplique cinglante. Oh oui il était fier de son sang froid, de sa spontanéité, et de ce petit air de salopard qui s’affichait sur son visage lorsqu’il provoquait quelqu’un…. Décidemment ce n’était pas sa nuit, vraiment pas. Etait-il possible d’avoir une télécommande pour rembobiner ou effacer la cassette ? Histoire de pouvoir s’en sortir avec un minimum d’amour propre ?... Non ? Bon tant pis.

Et puis à force de regarder le type en face de lui, avec un air de parfait idiot incrédule, la lumière se fit enfin dans l’esprit de Shin. Ce fut le yukata surtout qui le fit tilter… il avait entendu parler d’un groupe de jeunes universitaires séduisants qui déchainaient les foules. Lui c’était un des membres, aucun doute là-dessus.
Sans répondre à la question, Shin se laissa tomber au sol avant d’éclater de rire face à sa propre stupidité. Depuis le début de la soirée il s’était imaginé des trucs parfaitement improbables, alors que la raison de toute cette agitation se trouvait là, juste en face de lui. La starlette d’un groupe étudiant. Non vraiment il ne pouvait plus s’arrêter de rire, on devait le prendre pour un fou, rien à battre. Les apparences ce n’était pas sa tasse de thé.

Après un dernier hoquet hilare, Shin se tourna finalement vers son camarade. Il était temps de reprendre les affaires. Il avait là une occasion à ne pas louper. Le garçon s’installa en position du lotus, posa ses deux coudes sur ses jambes avant de regrouper ses deux mains et d’y appuyer son menton :

« Tu es dans une situation difficile n’est ce pas ? » Shin se permit un sourire carnassier avant d’ajouter : « Mon aide n’est jamais gratuite. A toi de voir quel prix tu es prêt à payer… »
_________________
Revenir en haut
Ja'far Kiya


MessagePosté le: Mar 22 Mai 2012 - 18:38    Sujet du message: Comme un air de folie...(p.v J'af) Répondre en citant

Alors qu’il tentait de voir si aucunes groupies de son humble personne ne s’approchaient de la cabane, il entendit quelqu’un en plein fou rire, pas que cela soit bizarre, mais quand ce fou rire provient de l’intérieur de la cachette, cela n’est pas forcément rassurant. Surtout qu’au niveau de la discrétion, un fou rire n’est pas ce qu’il y a de mieux. Ja’far décida donc de regarder de nouveau pour voir si aucune des furies qui se trouvaient dans le parc n’avait entendit les rires provenant de la personne qu’il venait d’embarquer avec lui pour qu’elle l’aide. A premières vues, il n’y avait pas de soucis de ce côté-là. Le jeune homme se rassit alors en soupirant, il avait eu de la chance.

Relevant son regard en direction de son vis-à-vis, il écouta ce qu’il avait à dire. Tu ? On dirait que certains lycéens ne connaissent pas leurs places et qu’ils peuvent se permettre de tutoyer les personnes comme ils l’entendent ? Très bien, passons sur ce problème, la vraie problématique était surtout qu’il ne voulait pas l’aider gratuitement ? Qu’est ce que c’est que ce type qui marchande son aide à un membre du NVK ? Certes, le jeune homme apprécie les personnes réfléchies qui n’acceptent pas tout à tout bout de champs, mais ce gamin n’était pas un enfant de cœur et il ne portait pas son uniforme donc impossible de savoir de quelle classe il provenait, alors que son interlocuteur semblait savoir qui il était. Il devait la jouer profil bas, le temps qu’il récolte des informations sur le brun qui lui faisait face. « Profiter de la situation pour me demander quelque chose ? Aucune chance que tu sois dans une des classes rivales à la mienne, ils n’oseraient pas se mettre à dos quelqu’un de ma réputation, donc tu es soit un Carreau, soit un Pique… Mais qu’importe, je n’ai aucune raison d’être inquiéter par le fait que tu veuilles que je te paye pour ton service, cela m’était naturellement venu à l’esprit que j’allais te rendre le service que tu es en train de me rendre. » Qu’importe ce que pensait ce lycéen, le grisé n’avait que faire de dévoiler ce qu’il pensait à un inconnu, mais il allait pouvoir jouer un peu avec ce type. Après tout, il était en position de forces malgré tout, puisqu’il avait une armée de furies à l’extérieur de la cabane prête à tuer pour venger son honneur.

Il s’approcha donc du jeune homme qui était toujours en position assise. Avançant délicatement à quatre pattes du garçon, il arriva en quelques secondes devant lui, rapprochant doucement son visage de celui qui était censé l’aider. Plaçant son visage à côté de l’oreille du brun, il lui dit ces quelques mots avec une voix assez équivoques. « Tu penses être en position de forces en ce lieu ? Mais que penses tu qu’il se passerait si les furies me voient en train de feindre des pleurs en face de toi ? Ne sous estimes pas aussi facilement quelqu’un qui est adulé en ce lieux. Je te rappelle que la plupart des académiciennes d’ici sont des combattantes ou des mages. »

La menace avait été lancée, il n’y avait aucune peur dans le regard du descendant des Kiya, après tout, s’il était découvert en train de feindre des pleurs, l’attention se tournerait en direction de la personne présente dans la pièce. Qui ici se trouvait être le jeune arrogant assis en position du lotus, quelle allait être la réponse de ce dernier à cette petite pique ? Il ne le savait pas encore, mais il était persuadé de faire son petit effet. Et puis tant qu’à jouer sur la séduction autant continuer un peu plus loin. Reculant son visage pour se retrouver en face de celui du Brun, il plaça ses deux mains sur les épaules de son vis-à-vis et utilisant son poids, il les plaqua contre les planches poussiéreuses du sol.

Maintenant en position de dominant, ses cheveux tombant sur son visage. Il avait tout le loisir de faire ce qu’il voulait de son nouveau jouet. Mais est ce que ce dernier allait accepter de se laisser embarquer de cette façon ? Ou allait-il répondre violement à cette situation ? Cela ne manquait pas d’amuser l’esprit de Jaf’ar.

Néphégal quant à lui était en train de tourner en rond avant de s’allonger dans un coin de la pièce, sachant éperdument qu’il n’y aurait pas vraiment d’action le temps qu’il reste dans cette cabane à l’abri des furies qui poursuivent son maître. Mais il restait tout de même attentif au cas où une des groupies avait un éclair de génie et se dirigeait vers l’abri de Jardin.

Vraiment dizoulé.. Mon post est vraiment nullissimes T.T Je savais même pas quoi mettre vers la fin pour me faire des lignes.. Carrément obligé d'utiliser Néphégal pour justifier quelques lignes de plus xD En tout cas dizoulé Shinette ♥



Dernière édition par Ja'far Kiya le Lun 4 Juin 2012 - 01:11; édité 1 fois
Revenir en haut
Classe Pique
Shin Odashima
Inscrit le: 02 Déc 2011
Messages: 138
Espèce: Humain
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Masculin
Points MS: 432
MessagePosté le: Jeu 24 Mai 2012 - 23:08    Sujet du message: Comme un air de folie...(p.v J'af) Répondre en citant

« La réputation ce n’est qu’un peu de bruit »… pensa le jeune homme lorsqu’il entendit l’autre parler de ça. Shin n’en avait rien à foutre des rumeurs et des réputations. Il pratiquait même avec plaisir la mort sociale. L’idée était simple : moins on te connait, plus on te fout la paix. L’aventure de ce soir le confortait dans cet idéal de vie, CQFD.

Le jeune homme ne bougea pas d’un pouce lorsque son camarade s’approcha. Cela l’amusait en réalité, qu’on puisse essayer de jouer avec lui. Feindre des pleurs hein ! Pour qui se prenait-il ? Une jeune fille enamourée ? Qui tentait de lui faire du chantage qui plus est…ma foi, c’était toujours amusant d’avoir un peu de stimulation. Et de toute évidence ce n’était pas fini.

Sans vraiment comprendre ce qui lui arrivait (décidemment ça devenait une habitude) le garçon se retrouva les yeux en l’air, à fixer le plafond. Charmant plafond d’ailleurs, un peu trop cossu pour un tel cabanon, ils y avaient mis les moyens à l’académie. Combien de lattes ? 1…2…3…4…il n’eut pas l’occasion de poursuivre, la tête de son actuel partneaire vint lui boucher la vue… tssss, même plus la possibilité de compter des plaques de bois tranquillement… mais où allait le monde ? On se le demande.

« Je ne suis pas en position de force, c’est vrai… » commença Shin d’un ton calme, les yeux amusés et un sourire cynique accroché aux lèvres. C’était son « salopard’s face » comme il l’appelait. Cette expression du visage si particulière qui visait à agacer ses adversaires…et qui l’agaçait lui-même d’ailleurs. Il aimait provoquer, sans vraiment savoir pourquoi. Un petit coté autodestructeur peut-être. Il voulait qu’on le déteste autant qu’il se détestait lui-même. Il ne se sentait vivre qu’à travers le mépris et le dégoût.
« …mais je m’en fous. Appelle tes furies, lâche tes chiens, ca m’est complètement égal. Je n’ai rien à perdre. »

Shin ne tenta toujours pas de se dégager. Etre en état de force permettait à l’autre universitaire de se sentir rassuré. Il avait confiance en lui, or qui avait confiance ne se méfiait pas. C’était la grossière erreur que commettaient tous les adversaires de Shin, ils ne le considéraient pas comme dangereux. Il était petit, souvent trop calme, volontairement faible. Personne n’avait jamais entendu parler de lui, les personnes avec qui il était en contact se comptaient sur le doigt d’une main. On le sous-estimait, et c’était tant mieux. Il n’allait pas s’en plaindre.

En réalité Shin n’avait que très rapidement entendu parler du type en face de lui, de son yukata surtout. Il ne connaissait pas son nom, ni même ses aptitudes, même s’il le voyait plutôt magicien. Ca c’était un mauvais point, de ne rien savoir de l’autre, c’était un atout en moins. Shin réfléchissait à toute vitesse, élaborant des plans lui permettant de ne pas perdre la face. Pour l’instant il n’y avait qu’une seule chose à faire, se mettre au pas. Il ne devait pas réagir, ne montrer aucun sentiment de gêne, ni aucune connivence. « Tu lui rends service et tu viendras chercher ton dû plus tard », finit par conclure le garçon. C’était la meilleure chose à faire. Reculer pour mieux sauter.
« Si tu continues à m’écraser les cotes je risque de ne pas t’être très utile. Lève toi on va mettre un plan en place. A moins que t’es envie de passer ta nuit ici, en ma compagnie. »
Toujours plaqué au sol, le jeune homme parvint à dégager sa main pour la présenter à son futur détracteur :
« Shin Odashima, classe pique, catégorie arme… Veux-tu bien ôter ton yukata ? »
Retour à la case départ… dans l’autre sens.
« A moins que tu préfère que je ne le fasse moi-même ».
Ajouta-t-il dans un nouveau sourire mauvais.

Je suis navré j'ai complètement merdé ce post >_<. Mais alors violent. Il n'a ni queue ni tête et ne fait rien avancer du tout. promis le prochain sera de la bombe \o/

_________________
Revenir en haut
Ja'far Kiya


MessagePosté le: Lun 4 Juin 2012 - 01:07    Sujet du message: Comme un air de folie...(p.v J'af) Répondre en citant

« Tu es sûr que tu n’as vraiment rien à perdre ? » La phrase était sortit toute seule de la bouche du Pique, il n’avait pas réfléchit à cette phrase, elle était sortit d’elle-même. Car peu importe les personnes, tout le monde a forcément quelque chose qu’il veut réaliser, une sorte de rêve. Et ce gamin était en train de dire qu’il n’avait rien de tout ça ? Comme si un lycéen pouvait être au dessus des lois dictées par la nature. Qu’importe si ce jeune blanc bec se croyait au dessus des autres, c’est qu’il sait qu’il est fort et qu’il a une assez grande confiance en lui, au final. Un gamin intéressant en somme.

Mais ce qui ennuyait Jaf était le manque de réaction de la part du jeune homme. Il restait impassible malgré les avances ambiguës de l’universitaire. Le brun finit par reprendre la parole demandant au grisé de se lever pour qu’ils puissent mettre un plan au point. « Oh tu sais, cela ne me dérangerait pas d’être obligé de passer la nuit, ici, seul avec toi… Mais ce serait les fans qui seraient mécontentes si une rumeur était lancé comme quoi nous avons passé la nuit ensemble dans cette endroit, et je suppose que tu n’aimerais pas être au cœur des rumeurs et surtout des regards, je me trompe ? » Une nouvelle petite menace, histoire de garder la main, après tout, le jeune homme en face de lui tentait de s’en sortir en essayant de ne pas être gêné, mais combien de temps, cela allait-il durer ?

Alors que Ja’far se trouvait toujours au dessus de lui, son vis-à-vis réussit à dégager sa main pour la présenter en signe et se présenta par la même occasion. Odashima… Ce nom lui disait quelque chose, il ne lui était pas du tout inconnu, en même temps, ils n’étaient pas des milliers d’étudiants, surtout ceux pouvant prétendre à être des personnes agréables à regarder. Et parmi ce nombre restreint d’étudiant, il n’y en avait un qui portait le nom d’Odashima comme cet adolescent.

Le descendant des Kiya voulait vérifier si ces deux personnes étaient de la même famille. Et le moyen le plus simple était de demander directement au concerné. « Dis moi, est ce que tu n’aurais pas un frère qui suit un cursus universitaire par hasard ? Car je doute qu’il y est des centaines d’Odashima qui envoient leur fils dans une académie militaire… » Peut être se trompait-il, après tout, il n’avait pas la science infuse, mais si ce gamin lui mentait, il pourrait toujours demander la même chose en demandant au présumé « grand frère » de Shin.

La dernière phrase que prononça le Pique fit monter un sourire malicieux aux lèvres de l’Egyptien. Le jeune Odashima ne semblait pas se rendre compte de qui, il avait en face de lui. S’il voulait jouer sur la pente raide de l’ambiguïté, il serait servi. « Oh ! Tu te proposerais pour m’aider à retirer mon Yukata ? Tu serais un amour si tu m’y aidais, car je dois avouer, qu’après avoir réussi à échapper à ses furies, je me sens quelques peu patraques. » Accompagnant ses paroles d’un simple clin d’œil, l’universitaire se releva laissant Shin se relever à son tour.

Il tendit les bras pour se mettre en « T » et laissé Shin faire ce qu’il s’était proposé de faire, c'est-à-dire retirer le Yukata du grisé. Un sourire malicieux toujours accroché aux lèvres, tandis que ses yeux étaient remplis de malices. Il était clair que cela amusait énormément de pouvoir jouer avec le pauvre lycéen qui devait commencer à regretter de s’être promener aussi tard dans la nuit. « Alors, tu attend quoi, ShinShin ?» Un petit surnom inutile qui n’avait ici pour but que le simple besoin de jouer avec les nerfs du jeune Pique.

De son côté, le louveteau était toujours allongé sur le sol, il regardait son maître en train d’essayer de manipuler une énième personne. Il commençait à avoir l’habitude de voir Jaf en train de charmer ou séduire les personnes qu’ils trouvaient intéressantes ou parce qu’il s’ennuyait de ne rien faire de vraiment passionnant. Là, la raison qui le poussait à jouer avec Shin n’était pas vraiment évidente pour l’animal, mais il se doutait que cela était en partit une raison pour échapper à ses poursuivantes tout en y alliant un côté distrayant…

Vraiment dizoulé Shinette.. J'ai vraiment de plus en plus de mal avec ce RP, je dois t'avouer xD En plus, je n'aide franchement pas en te mettant ce texte.. Mais j'espère que tu réussira à rebondir dessus ♥
Revenir en haut
Classe Pique
Shin Odashima
Inscrit le: 02 Déc 2011
Messages: 138
Espèce: Humain
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Masculin
Points MS: 432
MessagePosté le: Mer 20 Juin 2012 - 16:02    Sujet du message: Comme un air de folie...(p.v J'af) Répondre en citant

S’il était sûr de ne rien avoir à perdre ? Shin sentit un pincement au cœur en constatant que, en effet, il en était certain. Il haïssait sa famille, il n’avait pas d’amis, pas de but. Il vivotait plus qu’il ne vivait, continuant à avancer sans même savoir pourquoi. Il provoquait par autodéfense plus que par plaisir. Il n’allait en cours que pour s’occuper, partait en mission sans être motivé. Il constatait avec tristesse qu’on pouvait tout lui arracher sans que ça ne lui nuise. Il ne craignait même pas pour sa vie. Il n’aimait pas souffrir, ça c’était vrai, mais une mort, du moment qu’elle était rapide, lui était bien égal. Pareil pour un groupe de jeune fille en rut.

Lorsque l’autre gars parla d’Akio quelque chose sembla gronder en Shin. Rectification, il ne pouvait pas mourir avant d’avoir éliminé ce parasite. Ca c’était le seul but de sa vie. Pas très honorable, certes, mais un but tout de même. Le garçon serra les dents et ne répondit pas. Parler d’Akio c’était risquer de se mettre en colère, chose qu’il ne pouvait se permettre. Pas maintenant, avec un type aussi dangereux et intéressant en face de lui. Mais peu importait, le type en face de lui allait désormais faire connaissance avec le légendaire lunatisme des Odashima. Jusqu’à présent Shin avait eu envie de jouer un peu, de tirer profit de la situation tout en se divertissant. Mais parler d’Akio l’avait passablement irrité. Il s’était mentalement recroquevillé sur lui-même, isolant ses sentiments. Il n’était plus question, désormais, de discuter. D’ailleurs Shin ne prit même pas la peine de répondre à la question sur son frère. Le jeune homme ne releva pas non plus le surnom stupide qui venait de lui être donné.

Par automatisme, et puisqu’il l’avait proposé, Shin ôta le yukata de l’universitaire. Le jeune homme avait rarement eu l’occasion d’en porter. En tout cas il n’en avait plus approché depuis au moins cinq ans. Le contact du tissu sur ses doigts le captiva. Il avait toujours était très sensible au toucher, peut-être parce que ses mains devaient être capable de sentir l’âme de sa lame pour en faire une arme mortelle… se battre avait peut-être été utile, finalement, son corps s’ouvrait plus facilement aux petites choses fascinantes du quotidien.

Le jeune homme ôta ensuite son propre haut avant de le jeter sans aucune grâce à son partenaire. L’avantage du sweat à capuche c’est qu’il allait permettre de cacher les cheveux gris de ce type. L’amour de Shin pour les vêtements amples allait lui être utile. Vu la différence de taille entre les deux garçons un t-shirt normal aurait été beaucoup trop petit pour l’universitaire. Shin allait d’ailleurs devoir faire gaffe à ne pas se prendre les pieds dans les vêtements. Il allait flotter là dedans…
« C’est décidé, se dit-il un peu stupidement, demain je me mets à manger plus de soupe… »

« Je vais sortir, expliqua simplement Shin. Prépare toi à invoquer ton brouillard et essaye de faire en sorte que ton animal me suive, sinon ce ne sera pas crédible. Tu connais le cerisier de l’autre coté du parc ? Le vieux qui est un peu en retrait, près de la porte Est ? On se rejoint là bas pour échanger nos vêtements. Après ça c’est chacun pour soi, je ne suis pas du genre à jouer les bons samaritains trop longtemps. Et concentre bien ta brume sur ma tête. Les cheveux noirs ça risque de ne pas faire illusion très longtemps sinon… »

Shin avait la désagréable impression de donner des ordres. Il détestait ça. Commander n’avait jamais été sa tasse de thé après tout. On lui avait appris à obéir, comme un bon soldat au service de l’état, un homme de l’ombre qui agit discrètement, tout le contraire de Akio.

Après avoir enfilé le yukata, le jeune homme se tourna pour voir si son coéquipier était prêt puis ouvrit brusquement la porte, en espérant que l’universitaire activerait rapidement sa magie. Sans prendre la peine de vérifier il s’avança. D’abord il devait être repéré… Première partie du plan réussi, une masse compacte de jeune fille se précipitait déjà vers la cabane en courant. Shin ne chercha pas à réfléchir et se mit à courir. Si on lui avait dit un jour que ses deux heures de course quotidienne servirait un jour pour semer une bande de groupie en délire il ne l’aurait pas cru. Décidemment il était tombé bien bas… Tout ça pour aider un type inconnu… Tu te ramollis Shin, non vraiment tu deviens trop gentil…On va finir par te prendre pour l’abbé pierre…

A la manière d’un chat, Shin rabattit légèrement ses oreilles en arrière. C’était un tic qui apparaissait lorsqu’il était attentif, lorsqu’il écoutait attentivement… un gloussement apparut sur la gauche… un autre naquit sur la droite… Mon dieu mais elles étaient en train de le cerner ces tarés ! Comment le grisé faisait-il pour supporter ça tout les jours ? Bon… plus le choix… Shin avait gagné assez de temps, son camarade était certainement parvenu à s’échapper. Le jeune homme retira soudain le yukata et se planta au milieu de la pelouse. Il rangea le vêtement à son bras, frissonnant lorsqu’un petit vent lui mordit la peau. Il était torse nu après-tout… Hey c’est pas parce qu’on est un Pique qu’on a jamais froid. Vous ne voyez pas le rapport ? Lui non plus, ça tombe bien.

Des cris outrés retentirent de tous cotés, une vague d’hostilité vint se briser contre le garçon aux cheveux noirs. Un peu plus et il aurait craint pour sa vie… D’ailleurs elle était sérieusement en danger vu comme les filles se rapprochaient de lui, bien décidées à le torturer pour lui faire avouer la cachette de leur idole. Tandis qu’elles arrivaient un peu trop près, Shin plia les genoux et d’une détente à faire rougir un gymnaste (si, si, je vous assure) il sauta en l’air et attrapa la branche basse d’un arbre. Petit mais agile le jeune corbeau… Il continua à grimper et attendit. Les jeunes femmes ne tentèrent pas de le poursuivre, elles venaient juste de se manucurer après tout… et puis leur nouvelle robe risquait de se déchirer. Elles finir par s’éloigner en criant le nom de leur égérie : Ja’faar. Hum… noté.

Quelques minutes plus tard, étant certain de ne plus sentir personne, il se laissa choir de son perchoir et se dirigea calmement vers le cerisier. En faisant toujours bien attention à ne pas être suivi.

Désolé pour le retard >_<. j'avais pas le temps et quand j'avais le temps j'avais pas la motiv'. Voilà, si ce rp t'ennuie je pense qu'on peut le terminer vite =), avec le texte que je viens de faire.

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:54    Sujet du message: Comme un air de folie...(p.v J'af)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Extérieur -> Parc de détente Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.