FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Se connecter pour vérifier ses messages privés   S’enregistrer   Profil   Connexion 

Seconde rencontre avec un ouistiti

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Bâtiment principal -> Salle commune
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Classe Pique
Shin Odashima
Inscrit le: 02 Déc 2011
Messages: 138
Espèce: Humain
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Masculin
Points MS: 432
MessagePosté le: Mer 16 Mai 2012 - 18:27    Sujet du message: Seconde rencontre avec un ouistiti Répondre en citant

« Ce que vous avez fait est relativement grave, M. Odashima. Les combats sont interdits au sein de cette académie hors les lieux réservés à cet usage. C’est la première fois que vous outrepassez les règles, et vous êtes un élève plutôt calme, aussi ne vais-je pas vous sanctionner pour le moment. Vous devrez cependant faire une mission en compensation. C’est tout ce que j’avais à vous dire. Vous pouvez y aller. » 

 
Shin ne se le fit pas répéter deux fois. Le surveillant lui avait tenu la grappe trente bonnes minutes, appuyant sur l’horreur d’un comportement violent et les risques des blessures physiques, et bla, et bla. Mais Shin s’en foutait complètement. Il s’était levé le matin de mauvaise humeur, d’une humeur de chien comme on dit. Et puis ça ne s’était pas arrangé lorsqu’il avait croisé Akio. De terribles envies de meurtre l’avaient pris soudain. Il lui aurait bien cassé sa gueule de minet à celui là, ou arraché le second œil. Mais non il était resté calme, d’une patience d’ange. La journée s’était poursuivie, il était allé s’entrainer comme d’habitude. Course à pied, combat au corps à corps, lancé de couteau, et là… ce fut le drame. Un petit cœur un peu plus énervant que les autres était venu lui bourrer le mou avec sa parlotte excessive. Shin lui avait d’abord gentiment demandé de se barrer, et c’est là que ça avait dégénéré. Dans l’esprit de Shin, tous les cœurs étaient à l’image de son frère : De grands types classes à la parlote pénible, à l’esprit grandiloquent et d’un pacifisme exacerbé. Mais de toute évidence la réalité ne collait pas vraiment avec l’image que Shin avait des cœurs. Celui-ci était du genre agressif. Pas de chance pour lui. 
  
Le pique eut un pincement au cœur en voyant le sang encore accroché à sa peau. Il n’avait fait que se défendre en réalité, il n’avait pas attaqué le premier, simplement répondu au poing qui était venu s’écraser sur son arcade. Mais il était plus fort, et toute la violence, toute la haine qu’il avait réprimée aujourd’hui avait explosé en une seule grande explosion de brutalité pure. Un trèfle était venu séparer les combattants, et Shin avait été envoyé chez un surveillant tandis que le cœur se rendait à l’infirmerie.  
  
Maintenant il s’en voulait. Une bonne grosse vague de dégoût de soi l’avait envahi et comptait bien rester sur place. Ne pas savoir gérer sa frustration était parfois…frustrant justement. Et dangereux aussi. Shin soupira et leva les yeux. Il s’était inconsciemment dirigé dans la salle commune. C’était un bon endroit pour faire la sieste et reprendre ses esprits. Il poussa la porte…parfait, il n’y avait personne. Il s’installa sur un canapé confortable et se prit la tête entre les mains, désespéré par son propre comportement. Frapper des monstres, tuer des ennemis de l’état, ca ne lui posait pas de problème, pas plus que de zigouiller un type en salle de duel. Mais attaquer un garçon minable et sans défense n’était pas son genre. Ils e considérait comme un beau salopard et un sacré détraqué, mais un détraqué avec des règles. Ca ne lui ressemblait pas. 
  
Shin leva soudain la tête. Il avait entendu le bruit d’une porte qui s’ouvre. Bingo, quelqu’un était en train d’entrer. Et ce n’était vraiment pas le moment. Il changea cependant d’avis en voyant la personne entrer. Un sourire carnassier étira ses lèvres. Il la connaissait bien celle là. 
  
« Tiens, tiens, mais qui voilà ? C’est un plaisir de te revoir, petit ouistiti. » 

_________________
Revenir en haut
Publicité


MessagePosté le: Mer 16 Mai 2012 - 18:27    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Classe Carreau
Lolita A. Stone
Inscrit le: 20 Mar 2012
Messages: 57
Espèce: Youkai
Catégorie: Magie
Niveau: Lycée
Classe: Carreau
Sexe: Féminin
Points MS: 203
MessagePosté le: Mer 23 Mai 2012 - 16:16    Sujet du message: Seconde rencontre avec un ouistiti Répondre en citant

Le temps est long. Des élèves dissipés font du bruit, empêchant Lolita de mener à bien sa tâche. Suite à ses multiples sorties non autorisées et son absentéisme, elle se retrouve prisonnière entre quatre murs. Le surveillant hurle pour se faire entendre et peine à se faire respecter. Les élèves rigolent entre eux, s’échange des mots et des devoirs. L’ambiance est plutôt bonne, mais pour une fois, Lolita ne fait pas partie des élèves perturbateurs. Elle est assise au fond de la salle, comme à son habitude. Mais cette fois, elle ne bouge pas et ne dit pas un mot. Elle essaie de se concentrer sur la feuille qui est posée sous son nez mais elle ne comprend pas la moitié des mots. Si seulement elle avait écouté en cours. Enfin de toute façon elle était absente le jour où ce cours avait eu lieu. Le prof était bien malsain de lui donner ça en devoir. Il voulait la punir et il avait bien réussi son coup. N’arrivant pas à se concentrer, elle observe les élèves qui l’entourent. Il y en a beaucoup qui sont dans sa classe, elle reconnait même quelques Piques. Les Cœurs et les Trèfles sont comme toujours calme et assis devant. Pf, que des nuls.

Bref donc elle se coltinait quatre heures de colle à cause de son comportement. Bien sûr elle s’attendait à une punition, mais ça c’était vraiment malsain. Elle qui n’arrivait pas à rester assise concentrée sur une chaise plus de dix minutes, c’était l’horreur cette punition. La première heure sonna, les élèves se poussèrent tous pour sortir le plus vite possible. En attendant Lolita se trémousse sur sa chaise. Elle gribouille des dessins sur sa feuille de brouillon qui commence à être remplie d’animaux et de fleurs. D’autres élèves viennent remplacer les anciens. Lola ne lève pas les yeux vers eux, elle s’en fout. Elle soupire et retourne sa feuille. Elle se met enfin au boulot, schématisant les réponses brièvement.

La deuxième heure sonne et Lolita n’a pas beaucoup avancé sur son devoir. Tant pis, elle n’en peut plus. Elle se mêle à la foule qui sort de la pièce. Le surveillant l’interpelle. Calmement, elle lui répond qu’elle va aux toilettes et qu’elle revient. Il la laissa tranquille. Ouf, enfin une pause. C’est qu’elle commençait à étouffer là-dedans. Son devoir attendra, elle n’a pas quatre heures pour rien. Elle aura largement le temps de finir un peu plus tard. Elle traverse un couloir. Il faut qu’elle sorte de cette école. Qu’elle prenne l’air un peu.

Après une courte halte aux WC, elle se dirige vers la salle commune. Tous les élèves sont retournés en cours et il règne un silence de mort dans les couloirs. Elle pousse la porte. Il n’y a personne dans la grande salle, hormis un garçon qui tient son visage entre ses mains. Elle n’y prête pas attention et se dirige vers la sortie lorsque le garçon l’interpelle. Petit ouistiti ? Qui osait l’insulter ainsi ? Elle tourna la tête vers le garçon. Il la regardait maintenant, un sourire aux coins des lèvres. Mince, pas lui. Eh si, ça ne pouvait être que lui pour lui parler de la sorte. Lolita lâcha un grognement grincheux.

- J’imagine que ma présence à dû te manquer, mais c’est pas réciproque. Et je ne suis pas petite !

Elle disait ça, mais elle ne le pensait pas totalement. C’était le genre de gars qui animait vos journées en un coup d’œil. Ca faisait un peu d’animation au moins. En vérité, elle était contente au fond d’elle de l’avoir croisé. Voilà de quoi oublier l’horreur qu’est de rester enfermé pendant quatre longues heures.

- Qu’est-ce que tu fais là ? Tu n’as rien d’autre à faire que contempler le peu de passants ?

Sans même s’en rendre compte, elle s’était rapprochée de lui. Elle n’était même pas à un mètre lorsqu’un détail lui sauta à l’œil. Shin avait du sang sur ses vêtements et une belle bosse ne demandant qu’à devenir un bleu sur l’arcade. Ce n’était pas vraiment une surprise venant du Pique, c’était bien le genre à se battre. Ce ne serait pas un Pique sinon. Ce qui était plus surprenant en revanche, c’est qu’il se tenait le visage comme s’il voulait cacher quelque chose. Peut-être le remord ? Peut-être sa blessure ? Sans hésitation, elle toucha du bout des doigts l’arcade du garçon.

- Tu t’es fait quoi ? J’espère que ça fait mal. Tu veux un bisou magique ?

L’humour de Lolita n’avait pas changé. Toujours aussi lourdingue. Mais ça la faisait rire elle, alors c’était le plus important.
_________________
She fooled all of her friends into thinking she's so strong,
but she still sleeps with her
light-
Revenir en haut
Classe Pique
Shin Odashima
Inscrit le: 02 Déc 2011
Messages: 138
Espèce: Humain
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Masculin
Points MS: 432
MessagePosté le: Ven 1 Juin 2012 - 22:44    Sujet du message: Seconde rencontre avec un ouistiti Répondre en citant

« Ce que je fais là ? Un élevage de mouches. Elles sont très nombreuses ici, il doit y avoir un cadavre quelque part ».
Bien sûr il plaisantait…enfin au moins pour l’élevage des mouches. Pour le cadavre on ne pouvait être sûr de rien. Ils étaient à Rakishou après tout, l’école qui possédait un squelette dans chacun de ses placards !
N’empêche cette fille était magique. Voir son minois avait suffit à Shin pour…avoir terriblement envie de l’embêter. Ses instincts de chieurs pointaient le bout de leur nez. Mine de rien elle lui rendait toute sa bonne humeur.

Shin grimaça lorsque la jeune fille toucha sa blessure. Il se recula brutalement, le regard mauvais. Il détestait qu’on le touche. Il tenta de calmer son humeur et laissa échapper un sourire séducteur :

« Oh ce n’est rien, un moustique qui me tournait un peu trop autour. J’aime les mouches mais pas les moustiques, que veux-tu ? »
Il se leva et s’éloigna quelque peu avant d’ajouter.
« Pour les ouistitis je n’ai pas encore décidé… »

Il amena une main vers sa poche arrière pour en sortit un stylo bic. Shin était encore sur les nerfs. Il était comme ça, du genre calme mais qui avait du mal à rentrer dans les portes lorsqu’il sortait de ses gonds. Heureusement tripoter un objet lui faisait du bien. Il s’amusait à jouer les acrobates, lançant le petit objet en l’air, le récupérant, le faisant passer de doigts en doigts, du bout du pouce jusqu’au bout de la main. Existait-il des jeux olympiques du jonglage de bic ? Aucune idée, mais Shin aurait adoré y participer, ça lui aurait évité de se faire chier.

« Et toi que viens-tu faire dans le coin mon adorable petit (il appuya bien sûr sue le « petit ») carreau ? Envie d’embêter quelqu’un ? Ou de chercher un jeune homme à qui tu pourras débiter tes bobards ? Une personne que tu pourras facilement manger ma petite (de nouveau une insistance sur le « petit ») veuve noire. »

Sa voix mielleuse à l’écœurement contrastait avec le regard froid et mauvais dont il ne parvenait pas à se débarrasser. Foutu cœur ! L’avait-il donc mis si en rogne que ça ? Non… c’était un tout… un ensemble de petits événements qui l’avait poussé dans ses limites. Si Lolita était assez maline elle ne le provoquerait pas trop, au risque de le voir plus mauvais que jamais.
_________________
Revenir en haut
Classe Carreau
Lolita A. Stone
Inscrit le: 20 Mar 2012
Messages: 57
Espèce: Youkai
Catégorie: Magie
Niveau: Lycée
Classe: Carreau
Sexe: Féminin
Points MS: 203
MessagePosté le: Sam 2 Juin 2012 - 21:03    Sujet du message: Seconde rencontre avec un ouistiti Répondre en citant

« Pour les ouistitis je n’ai pas encore décidé… »

Lolita fut amusée et assez étonnée de l’entendre dire ça. Un peu plus tôt, il avait eu un mouvement brusque de recul quand elle l’avait touché. Elle avait interprété qu’il ne voulait pas qu’elle le touche. Elle était si dégoûtante que ça ? Non, ce n’était pas ça. Lolita était attirante et elle le savait. Elle prenait même un malin plaisir à en jouer. Bien sûr elle n’acceptait pas de se faire traiter de singe. Il se foutait clairement de sa gueule. Bon ce n’était pas nouveau mais c’était assez chiant. Dans tout ça, Lolita était perdue. Elle ne comprenait pas ce que pensait le garçon. Apparemment, même lui n’en savait rien. Qui sait, peut-être que dans le fond il l’aimait bien.

Quant à elle, elle ne s’était jamais posé la question. Elle considérait Shin comme son rival depuis leur première rencontre assez virulente au réfectoire. Elle était prête à lui faire les pires crasses. Mais pour l’instant elle se contentait de supporter sa présence. Elle le regardait jouer avec son stylo. Elle se dit que s’il était aussi habile pour les combats que pour manier son stylo bic, ce devait être un adversaire redoutable. Si elle devait un jour l’affronter elle resterait sur ses gardes. Ce n’était pas le genre de personne qu’il fallait sous-estimer. Ne vous emballez pas, je ne dis pas que Lolita avait peur de lui, au contraire, mais prudence est mère de sûreté.

Shin lui sortit une réflexion qui ne plut pas du tout à l’adolescente. Elle était consciente qu’il avait soigneusement choisi ses mots pour irriter la demoiselle et le pire c’est que c’était efficace. Elle grimaça en l’entendant. Elle ne releva pas le fait qu’il insiste sur le « petite. » Certes elle n’était pas très grande mais le garçon n’était pas beaucoup plus grand que Lolita avec ses talons. Il pouvait bien jouer le malin, ça ne prenait pas.

Ce qui, par contre, l’énerva beaucoup fut quand il sous-entendit qu’elle était une menteuse. C’est vrai, il avait raison. Elle n’allait pas nier l’évidence. Elle s’en foutait de mentir ou non. Ce qui lui déplut c’est qu’elle réalisa que le garçon connaissait son secret. Personne d’autre dans toute l’académie n’était au courant de ses tendances mythomanes. Et il fallait que ce soit lui qui sache cela. Elle soupira, dépitée. S’il voulait lui pourrir sa réputation, il aurait de quoi le faire. Elle lui fit un sourire pour cacher son malaise.

Il fini sa phrase en la traitant de veuve noire. Etrangement, ce surnom lui plut assez. Elle n’était pas manipulatrice à ce point, mais ça l’amusait qu’on la voit comme ça. Après tout, même s’il avait dit ça pour rire ça montrait bien ce que les gens pensaient d’elle. C’est vrai, elle tissait sa toile aux effluves sucrée et comme une araignée elle attendait l’heure où sa proie se jetterait dessus, prise au piège. Il aurait aussi bien pu la nommer de « mangeuse d’homme » mais Lolita ne s’était jamais considérée comme tel. Elle aimait plaire sans rien offrir en retour que des tissus de mensonge, mais elle n’irait pas jusqu’à tuer son homme pour ça.

- J’ai senti ta présence et comme j’ai vu que tu avais l’air de pleurnicher dans ton coin je suis venue te voir. Mais rassure toi mon petit, je n’ai nulle envie de jouer avec toi et je ne dirais pas que je t’ai vu pleurer, ne t’inquiètes pas.

C’était faux. Pas un mot qu’elle avait prononcé n’était exact. Elle attendait la première occasion pour faire sa balance. Elle ne l’avait même pas vu pleurer mais le fait qu’il se cache le visage était suffisant pour qu’elle se fasse des films. Elle voulait jouer avec lui, qu’il la distrait un peu. Histoire qu’elle oublie à quel point son crâne était plein à craquer. Elle attrapa sa main qu’elle déposa entre les paumes des siennes.

- Pourquoi tu ne me laisses pas te toucher ? Je te fais peur ou quoi ?

Elle marqua un temps d’arrêt, attendant une réaction du Pique.

_________________
She fooled all of her friends into thinking she's so strong,
but she still sleeps with her
light-
Revenir en haut
Classe Pique
Shin Odashima
Inscrit le: 02 Déc 2011
Messages: 138
Espèce: Humain
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Masculin
Points MS: 432
MessagePosté le: Jeu 14 Juin 2012 - 12:09    Sujet du message: Seconde rencontre avec un ouistiti Répondre en citant

« Ne retire pas ta main, ne retire pas ta main…ca lui ferait trop plaisir ». C’est ce que le garçon se répétait sans cesse en serrant les dents. Il s’arrangeait pour laisser sa main et son bras relâché, afin que la jeune fille ne sente pas son malaise. Hors de question de lui montrer une quelconque faiblesse, elle risquait de la retourner contre lui. Elle était maline, jolie, experte dans le mensonge, il devait être facile pour elle de trouver le point faible des hommes puis de faire d’eux ce qu’elle voulait. Elle n’était pas si différente de lui finalement. Elle aimait chercher la petite bête, harceler innocemment son adversaire pour le contraindre à lui devoir quelque chose. Leurs techniques n’étaient pas si éloignées… ils ne s’en servaient seulement pas pour la même chose.

Rester désormais un moyen de détourner la conversation. Le Pique eut soudain une idée de génie. Il ne serait pas facile de la mettre à exécution mais elle risquait d’horriblement bien fonctionner. Du moins aurait-elle le mérite de déstabiliser un instant le redoutable adversaire qui lui faisait face.

« Me faire peur ? Non pas vraiment. Veux-tu que je te le prouve ? »

Un sourire mauvais s’étala sur ses lèvres. Il n’attendit pas la réponse, de toute façon ce n’était qu’une question rhétorique. Il glissa sa main libre contre la joue de Lolita puis approcha son visage. Avant qu’elle ne se dégage il posa ses lèvres sur celles, plutôt douces, il fallait bien l’avouer, de la jeune fille. Un frisson dégouté parcourut l’échine du Pique. Ce n’était pas elle qui en était à l’origine. Disons plutôt que Shin n’aimant pas être touché, ce genre de proximité n’était pas pour lui plaire. Mais le plaisir d’embêter était plus fort qu’une quelconque répugnance. Il s’éloigna cependant rapidement, pas trop non plus, pour qu’elle ne se doute de rien. Il laissa aller son dos contre le dossier du siège puis frotta le petit enflement sur son arcade. Heureusement cet idiot de cœur ne l’avait pas frappé sur son piercing, sinon Shin aurait sacrément morflé.

« Ce n’est pas un petit singe, aussi ravissant soit-il, qui me fera peur. N’essaye pas trop de te frotter à moi. Je pense que nous nous valons au jeu des rumeurs. »

La menace était à peine voilée. L’accord était tacite. Tu parles de mon abattement et je fais courir des bruits sur ta tendance au mensonge. Shin n’était pas sûr à cent pour cent de ça. Lui-même étant un assez bon menteur il savait repérer les gens de son espèce. Sauf que lui ça ne tenait pas de la pathologie. Maintenant il avait hâte de voir comment elle allait réagir. Elle n’en resterait pas là, il en était certain. C’était d’ailleurs pour cela qu’il aimait rester avec elle. Shin ne se plaisait que dans le conflit.
_________________
Revenir en haut
Classe Carreau
Lolita A. Stone
Inscrit le: 20 Mar 2012
Messages: 57
Espèce: Youkai
Catégorie: Magie
Niveau: Lycée
Classe: Carreau
Sexe: Féminin
Points MS: 203
MessagePosté le: Lun 9 Juil 2012 - 18:03    Sujet du message: Seconde rencontre avec un ouistiti Répondre en citant

Qu'est-ce qu'il fout ? Il déposa une main contre la joue de Lolita. Une main rêche, abîmée par les combats, missions et entraînements. Un frisson parcourut sont sang et ses poils se hérissèrent. Elle ne comprit pas immédiatement ce qu'il se passait tellement c'était inattendu. Lorsqu’elle réagit, c'était déjà trop tard. Elle tendit ses bras pour faire reculer le garçon. Elle fit une grimace. Non, pas ça ! Il n'avait pas osé ! Il l'avait embrassée sans lui demander son avis ! Pourquoi ? Pour qu'elle se taise ? Si c'était ça, ça avait plutôt bien marché car Lolita était bouche bée, incapable de prononcé un simple mot si ce n'est un « ah... ! » qui lui échappa. Il aurait pu trouver autre chose pour prouver à  la jeune fille qu'il n'avait pas peur d'elle. Certes maintenant elle était persuadée que le garçon n'était pas aussi associable qu'il n'y paraissait, sinon il ne l'aurait jamais embrassée, mais à quel prix.

Après la surprise vint la colère. C’est à ce moment que son sang ne fit qu'un tour. Pour qui il se prenait ce minus ? Il lui volait ses lèvres et il n’avait même pas la décence de la respecter. D'ailleurs, Lolita avait été surprise par la douceur de ses lèvres. Lui qui paraissait si rude, c'était surprenant. En vérité ce n’était pas si désagréable que ça. Mais bref, ce n'était pas le problème. Son pire ennemi venait de l'embrasser sans son accord, c'était un viol des lèvres. Ca méritait une réponse, surtout face à ce type ingrat. Sous la haine qui l'emplissait, elle ne contrôla même pas son geste. Son bras se leva et sa main s'aplatit sur la joue de Shin. « Bam ». Un bruit résonna dans le silence de la grande pièce vide. 

 Shin venait de lui voler son premier baiser. Elle qui se préservait pour  l'homme de ses rêves se sentit remplie de dégout. Tous ses petits fantasmes romantiques d'un baiser candide sous un coucher de soleil, c'était raté. Car oui, Lolita était comme ça. Toujours la tête dans les nuages en attendant le prince charmant. Elle avait toujours rêvé d'un homme viril qui la protégerait en la serrant dans ses grands bras musclés. C'est pour ça qu'elle se faisait belle tous les jours. Histoire d'être prête quand le grand jour de la rencontre aura lieu. Elle imaginait déjà un beau gosse venant la chercher à l'académie en voiture ou en moto pour l'emmener faire des balades dans les environs. C'est pour cette image onirique que Lolita s'habillait et se maquillait. Enfin, c'était aussi pour plaire tout court. Elle aimait qu'on la regarde, qu'elle soit le centre d'intérêt. 

- Ca ne prouve rien du tout à part que tu es un pervers ! Si tu crois me déstabiliser tu peux toujours rêver, j'en ai eu plein des bisous ce n’est pas ça qui va m'effrayer. 

Après tout, elle ne pouvait pas lui dire que c'était sa première fois, il en allait de son honneur. Et de sa réputation. Car oui, Lolita avait toujours eu une réputation sulfureuse, elle faisait tomber les hommes et jalouser les femmes. Enfin à ce qu'elle disait. Les gens la prenaient souvent pour une trainée parce qu'elle mettait toujours des mini-jupes ou des robes courtes avec des talons. Les gens sont superficiels et l'adolescente n'était pas tellement différente. Mais malgré ses airs de pétasse, c'était une jeune fille innocente qui ne connaissait rien de la vie. Pour tout dire, elle avait peur de franchir le cap. Même un bisou, c'était trop tôt pour sa petite vie. Les hommes lui rappelaient toujours ceux qui défilaient chez elle pour voir sa mère se dégrader toujours plus. 

- C’est quoi ton problème ? Tu m'embrasses puis tu me menaces ? J'ai vu mieux comme argument. Tu veux jouer aux rumeurs ? Aucun soucis mon chou mais tu ne gagneras pas ce combat. Je ne t’en voudrais pas si tu ne te sens pas de taille. Tu n’as rien contre moi alors que j’ai plein d’arguments contre toi : par exemple je pourrais prétendre que tu as essayé de me violer ou encore que tu pleures comme une tapette. Et arrête de me traiter de singe, t’es pas drôle espèce de petit scarabée bleu. D’ailleurs, ça te fait mal ? J’espère que oui.

Là, elle ne rigolait pas. Elle était sérieuse, elle avait entièrement confiance en sa faculté à manipuler. Elle était persuadée qu’elle aurait plus d’argument pour monter une rumeur au sujet du garçon. Mais sa proie n’était pas facile à dompter, elle le savait. Après tout, Shin avait toujours cet air nonchalant empêchant aux gens de lire en lui. Lolita était la première intéressée par son cas. Elle n'arrivait pas à le comprendre. Ils étaient censés se détester, pas s'aimer. Bordel. Et se bisou qui revenait en boucle dans ses pensées, c'était infernal. Elle n’arrivait pas à se détacher de l’image du baiser. 
_________________
She fooled all of her friends into thinking she's so strong,
but she still sleeps with her
light-
Revenir en haut
Classe Pique
Shin Odashima
Inscrit le: 02 Déc 2011
Messages: 138
Espèce: Humain
Catégorie: Arme
Niveau: Lycée
Classe: Pique
Sexe: Masculin
Points MS: 432
MessagePosté le: Mar 31 Juil 2012 - 21:32    Sujet du message: Seconde rencontre avec un ouistiti Répondre en citant

Shin avait vu venir la gifle, il aurait pu l’arrêter mais ne fit pas mine d’essayer, il la méritait. Son esprit tordu, qui s’infligeait sans cesse des codes absurdes, lui soufflait qu’il devait prendre cette gifle comme un châtiment. Il avait le droit de jouer un peu mais devait en payer le prix. C’était sa règle. Il se prit simplement à sourire, un peu stupidement peut-être. Il écoutait distraitement la voix de Lolita, un peu comme il aurait écouté un orage tonner au loin.

« Tu pourrais t’amuser à lancer autant de rumeur que tu le souhaite ma belle, elles n’auront aucun effet. Demande aux gens de cette école s’ils connaissent un Shin Odashima, ils te parleront de mon frère mais jamais de moi. Les rumeurs ne prennent pas sur une personne dont on n’a jamais entendu parler. Je n’ai pas ta réputation sulfureuse ni ton joli minois. Les autres ne sauront pas à qui s’adresse ces rumeurs et ils ne chercheront pas à le savoir parce que tout le monde se fout complètement de mon existence. Je ne suis pas comme toi, petite Lolita, je n’ai pas besoin que les gens me voient pour exister. »

Il n’avait pas dit ça dans le but de blesser sa camarade ou de jouer les intéressants. Il savait qu’il avait raison et énonçait seulement une vérité, avec la simplicité d’un professeur qui expliquerait que 1+1=2. Il avait, une nouvelle fois, changé de caractère. Il passait d’une peau à l’autre avec la facilité d’un Bernard l’ermite, laissant derrière lui la précédente coquille de sa façon d’être. Il n’était pas une seule personne mais plusieurs, peut-être justement parce qu’il n’était personne en particulier, qu’il était passé maître dans l’art de fluctuer.

Il posa sur sa camarade un regard doux et un peu triste avant de sourire naïvement :
« Si tu me laissais quelques minutes je suis sûr de pouvoir tout savoir de toi. On lit en toi comme dans un livre ouvert, même les singes savent mieux se protéger. Alors à ton avis ? Qui de toi ou de moi est le plus nuisible ? Je ne lancerai pas de rumeur sur toi parce que ce n’est pas mon genre, et parce que tu es trop intéressante pour que je t’achève d’une manière si peu élégante. Tu reste une demoiselle. Tu mérites un peu mieux. »

Il avait de nouveau adopté un ton un peu railleur avant de se replonger dans une semi contemplation, le regard dans le vague, le doigt en train de triturer son arcade douloureuse. La vérité c’est qu’il était très agité, et inquiet aussi. Son mal-être et sa fatigue devaient trouver un punching-ball pour s’évacuer. Il restait stoïque, tentant de cacher aux autres ce qu’il ne pouvait pas se cacher à lui-même. Il était malheureux, déprimé, dégouté par son comportement horrible face à cette pauvre demoiselle. Pauvre demoiselle ? Tsss, il valait mieux oublier ça. Cette jolie jeune fille avait dû mettre au supplice bien des garçons. Si Shin ne se défendait pas ce serait lui qui finirait coincé entre ses griffes, occupé à curer son égo. En même temps même si elle parvenait à percer sa défense, le résultat serait le même. Il n’y avait pas grand-chose susceptible de toucher le jeune homme. C’était peut-être ça qui faisait sa force contre cette jolie sorcière.
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:22    Sujet du message: Seconde rencontre avec un ouistiti

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Bâtiment principal -> Salle commune Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.