FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Se connecter pour vérifier ses messages privés   S’enregistrer   Profil   Connexion 

L'air du temps... [PV: Ike Nobuao]

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Zone universitaire -> Bâtiment Carreau
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Classe Carreau
Emiko Saeko
Inscrit le: 26 Avr 2012
Messages: 85
Espèce: Youkai
Catégorie: Arme
Niveau: Université
Classe: Carreau
Sexe: Féminin
Points MS: 151
MessagePosté le: Sam 5 Mai 2012 - 17:56    Sujet du message: L'air du temps... [PV: Ike Nobuao] Répondre en citant



Emiko Saeko, une jeune fille remplie de bonne humeur, et de nostalgie. Adossée contre un mur, elle profitait de l'air du soir pour respirer l'air frai dans la petite cour qui régnait non loin du bâtiment des carreaux. On trouvait de l'herbe douce, fausse ou vraie, elle ne le savait et s'en foutait royalement. Elle avait été isolé toute la journée dans les salles de cours qui s’enchaînaient, heures après heures. Elle vit défiler la prof' de maths, puis le prof d'anglais, suivi du cours de français, de technologie, et pour finir le cours d'arts plastiques. Elle n'avait pas eu musique cette journée-là. Dommage, elle aurait adoré entraîner ses cordes vocals. L'art plastique fut un cours ennuyeux. Dessiner, elle n'était pas forte dans ce domaine. Ce qu'elle savait bien faire c'est casser la mine de son crayon, le tailler et ainsi de suite. Et puis un calme. Le soir, le moment qu'elle préférait. Là où elle pouvait aller dans cette cour, s'asseoir ou s'allonger et penser à diverses choses. Le soleil pointait encore le bout de son nez. Elle regarda sa montre: 17h18. Nous étions au début de l'été, les jours se rallongent. Elle releva la tête. Devant elle une porte qui donnait sur un couloir qui lui allait dans le bâtiment d'une autre classe. Elle n'avait pas la moindre idée de quelle classe il s'agissait. Elle soupira un moment, laissant l'air s'infiltrer dans sa bouche. Elle avait besoin de parler. Mais à qui ? Elle regarda autour d'elle et fut surprise de ne voir personne. Pourtant il n'est pas si tard. Cette cour sépare deux bâtiments, peut-être que ce n'est pas un bon endroit pour prendre l'air. Peu importe, elle y était bien. Elle ferma doucement ses yeux. Les images de son passé défilaient.

D'abord celle de sa mère la prenant par la main sur les bords d'un lac. Emiko vit un cygne, puis deux, et là des canards. Un cancanement sortit de l'un d'eux. Elle éclata de rire, sa mère lui souriait tout en continuant de fumer. Emiko la regarda et lui dit:
« - pourquoi tu fumes tout le temps ? »
Sa mère stupéfaite la fusilla du regard. Emiko comprit que ce n'était pas une question à poser. Elle se contenta de détourner son regard et regarda devant elle. Une petite fille et un garçon s'amuser à se taquiner. C'était marrant et Emiko imagina avoir une soeur ou un frère. Que ferait-il en ce moment ? Lui courir après ou se tenir à carreau ? Aucune idée. Elle ne pouvait pas se l'imaginer. Elle vit un garçon couché dans l'herbe, un casque sur la tête et un sac en bandoulière sur lui. À quoi pouvait-il bien penser ? Sa mère accéléra la marche et le jeune étudiant ne fut plus qu'un point noir parmi tant d'autres. Les canards quant à eux, se rapprochaient d'eux. Elle eut peur. Maintenant c'était elle qui accélérait le pas.


Il faut dire qu'Emiko est très nostalgique, surtout avec sa mère. Morte lorsqu'elle avait 5 ans. Elle ne voulut pas pleurer, ça aurait paru ridicule. Elle ouvrit les yeux, et s'allongea dans l'herbe humide. Cette position lui rappela l'étudiant qu'elle avait vu. Peut-être était-il passé par cette académie ? Cette question restera un mystère. Elle regarda le ciel, parsemé de nuages et de bleu. Elle releva sa tête car une ombre se dessina sur le sol. Elle vit quelqu'un, un garçon vu sa coupe de cheveux. Il l'ignora complètement. Elle en fit de même, elle pensa que c'était mieux. Elle prit une clope, l'alluma et commença à la fumer. Elle ignorait si c'était interdit ou pas et préférant ne pas penser à sa sanction, elle la consomma assez vite. Elle se leva, et d'un pas nonchalant elle se dirigea vers la poubelle. Elle remarqua qu'elle ne sentait pas. C'était la première fois qu'elle vit une poubelle inodore. Hm bizarre. Enfin elle n'irait pas jusqu'à penser que ça sentait la rose tout de même. Elle leva un sourcil et repartit dans son petit paradis. Elle se recoucha dans l'herbe. Cette fois elle ne pensait plus. D'un seul coup un souffle d'une personne humaine la fit sursauter. Des pas venaient par ici. Son coeur arrêta de battre pendant une fraction de seconde. Elle releva brusquement. Le bruit se faisait plus intense. Elle se retourna vers la porte qui menait vers son bâtiment.


Voilà, j'ai essayé d'écrire du mieux que je pouvais. Quand je te dis que je suis nulle pour commencer.

_________________
I miss you. L.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité


MessagePosté le: Sam 5 Mai 2012 - 17:56    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ike Nobuao


MessagePosté le: Dim 13 Mai 2012 - 21:18    Sujet du message: L'air du temps... [PV: Ike Nobuao] Répondre en citant

Encore une journée de cours banale aujourd'hui. J'avais passé mon temps à regarder par la fenêtre, rêvant de chasse et de combat intense. Je pensais au danger. J'avais encore du mal à croire que j'avais battu le pion. À croire qu'il s'était laissé faire. J'avais encore la marque de son sabre sur ma main. Je me rappelai encore ce moment. Mon action non réfléchi d'attraper son sabre au risque de me faire trancher la main. On pouvait bien me traiter de fou, enfin je ne remercierais jamais assez Luka pour m'avoir sauvé la peau. Le combat était passé sous silence, mais il m'avait bien engueulé. Je me rappelle encore le moment où il m'a soufflait la fumée de sa clope sur mon visage. J'avais été sage si on oubliait la rencontre avec Fuyuki et mon jeu raté du garçon attardé.

Le soir arrivait sur l'académie. Il était temps de partir m'entraîner, j'avais donc pris mes deux flingues, j'avais ma veste rouge sur moi. Cette veste représentait tout pour moi, devenir le meilleur chasseur un rêve de gosse. Sauf que cette fois le type de chasse avait changé. Il ne s'agissait plus de traquer d'énorme créature. Mais plutôt de se démarquer dans le monde sans pitié de la drague. Le principal adversaire était Ja'far, ce mec que j'avais pris pour une fille. Faut dire qu'il était bien efféminé le petit Kiya. Je regardais autour de moi personne. Sauf une jeune fille allongée dans l'herbe que je ne regardais même pas. L'entraînement avant tout.

J'étais un peu à l'écart invoquant mon épée. Commençant par des attaques simples, une série de coup ayant pour but déstabiliser un adversaire fictif. Enchaînant avec un coup d'estoc puissant. Sautant en l'air, abattant mon arme sur le sol pour trancher le dos du même adversaire. Ma technique était parfaite. Aucun temps mort, aucun faux mouvement. J'enchaînais avec ma danse macabre, un enchaînement énorme qui devait réduire mon adversaire à l'état de cadavre. Mon épée décrivait des coupes diagonales, continuant en faisant tourner la lame autour de moi, provoquant une perte de contrôle sur mon adversaire. J'enchaînais ensuite des dizaines de coups d'estoc puissant et précis. Suivi d'un coup de pied qui envoyait mon adversaire dans les airs. Je me préparais à la réception envoyant un puissant coup dans le vide. Telle était ma danse macabre. Une attaque d'une classe infinie et d'une puissance prouvée et approuvé par les nombreuses créatures qui en avaient fait les frais.

J'étais épuisé suite à mon enchaînement. Je fis disparaître mon arme. Enchaînant avec l'entraînement au flingues. Les faisant tourner entre mes doigts. Pour viser des cibles imaginaires. J'effectuais une série de mouvements aériens, mon corps semblait très léger, comme une plume dans l'air. J'arrivais à me déplacer dans la direction que je voulais. Je devais travailler ma Rain storm, cette attaque tournoyante en l'air qui me permettait de cribler de balles mon adversaire en quelques secondes, dont la cadence de tir très élevée me permettait aisément de rester en lévitation. Je sautai, tournant croisant mes deux bras déversant une quantité astronomique de balles sur le sol. Je fis un tour sur moi-même retombant sur mes pieds ma veste flottait encore et les douilles ricochaient sur la terre. Je me relevais en souriant. J'étais satisfait de l'entraînement de ce soir. J'avais réussi une danse macabre parfaite suivie d'une Rain storm quasi parfaite. Je devais encore trafiquer mes armes afin de leur faire porter plus de balles dans un chargeur. Je me retrouvais rapidement à court avec une telle attaque.

Après mes exercices d'assouplissements, je repartis en direction du bâtiment. Je remarquais une jeune fille couchée sur le sol. Elle fumait et oui ça me dérangeait ! On ne fume pas dans le bahut ! J'approchais lentement, mais je fus rapidement trahi par mes bruits de pas. La jeune fille aux cheveux blond le remarqua et partis en vitesse dans le bâtiment. Mais pourquoi elle fuit ? Je n'allais pas la manger ! Enfin bon peu importe. Je m'attelais déjà à la suivre. Passant la porte à mon tour. Nous nous retrouvions dans un grand couloir rectiligne.

-Hey je vais pas te manger !

Oué bon ok, niveau gentillesse zéro, mais faut dire que j'étais bien crevé. Mon cerveau fonctionnait au ralentit !
Revenir en haut
Classe Carreau
Emiko Saeko
Inscrit le: 26 Avr 2012
Messages: 85
Espèce: Youkai
Catégorie: Arme
Niveau: Université
Classe: Carreau
Sexe: Féminin
Points MS: 151
MessagePosté le: Lun 14 Mai 2012 - 08:39    Sujet du message: L'air du temps... [PV: Ike Nobuao] Répondre en citant

- Hey je vais pas te manger !

Que devait-elle ressentir ? De la peur ? Elle hésita à rire tout d'abord mais elle y refusa. Le garçon qui venait de lui envoyer ça portait une veste rouge et sentait légèrement la sueur. Mais l'odeur n'était pas de trop. Elle ne s'était même pas rendu compte qu'elle se trouvait dans le bâtiment. Ils n'étaient plus que deux. Elle releva une mèche de ses cheveux avec un sourire malicieux. Les règles sont simples avec elle: ou prendre le dessus ou se laisser lâchement abattre et humilié. Pour cause, ce mec ne lui rappelait strictement rien. Même en le dévisageant elle ne reconnut rien qui aurait pu lui sembler familier. Elle hocha rapidement la tête:

- Oh, il ne faut pas me croire naïve. Je sais pertinemment que tu ne vas pas me manger, parce que tu ne peux pas.

Elle était fière de la phrase qu'elle lui avait lancée. Elle n'avait pas peur. Des idiots elle en connaissait. Mais elle ne connaissait pas assez ce jeune homme pour lui attribuer ce grade. Le couloir faisait résonner nos voix, ce qui faisait un effet particulier. Bien qu'elle ne soit pas en si mauvaise posture et compagnie elle aurait préféré aller se caler dans son lit. Elle était claquée. Cette journée avait été terriblement fatigante ce qui lui faisait un point faible de plus. Sa respiration était cependant très calme et non bruyante. De plus elle n'avait pas de chaussure à talons ce qui rendait ses pas encore plus silencieux. Le garçon aussi avait l'air fatigué. Des gouttes de sueur roulaient sur son front. Elle ne savait pas s'il avait fait de la musculation ou un entraînement quelconque. Elle s'en fichait complètement. Elle n'est pas curieuse au point de connaître les activités de chacun.

- Qu'est-ce que tu fiches ici ?

Elle aurait dû y aller mollo non ? Bah sa première phrase n'était pas de la plus gentillesse des sympathies, ça c'était clair. Elle restait néanmoins sur ses gardes le temps d'y voir plus clair sur ce garçon. Ce mec était banal rien de plus ! Mais elle se forçait à l'écouter, pourquoi ? Des cheveux blancs, des yeux bleues.. Mais... que ? Elle ne connaissait pas ce jeune ne l'avait jamais vu, mais en avait déjà entendu parler. Mais où ? C'était en cours sûrement, certaines en disaient du bien, d'autres l'aimaient et possédaient une multitude de badges et de panneau en inscrivant son nom. Mais c'était quoi déjà, son nom ? Elle n'avait jamais fait gaffe. Ce garçon faisait partie d'un club réputé. Elle n'était pas du genre à avoir peur dans ces conditions. Elle commença à rire. Que c'était nul. Des filles qui donneraient tout pour le rencontrer alors qu'elle, elle s'en foutait tellement à le rencontrer dans un couloir. C'était insensé ! Ce garçon n'était physiquement pas mal, elle en convenait. Mais pour ça elle verrait plus tard, après sa réponse.
_________________
I miss you. L.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ike Nobuao


MessagePosté le: Ven 18 Mai 2012 - 15:47    Sujet du message: L'air du temps... [PV: Ike Nobuao] Répondre en citant

-Oh, il ne faut pas me croire naïve. Je sais pertinemment que tu ne vas pas me manger, parce que tu ne peux pas.

Tiens cette fille avait le sens de l'humour. C'était intéressant, au moins elle souriait. C'est vrai qu'elle avait l'air malicieuse, mais j'arrivais sans aucune difficulté à lire sa satisfaction après cette phrase. Le couloir était éclairé, sa longueur rectiligne faisait résonner nos voix. C'était assez agaçant quand on y pense. Je croisais les bras devant la jeune fille sans rien dire. Je l'observais, comme lorsque j'observais une proie. Elle portait l'uniforme de l'académie, avec le blason des carreaux. Je détestais l'uniforme, les profs me demandaient souvent de le porter, mais j'étais bien plus alaise dans mon manteau rouge que je lavais tous les soirs. C'était bien plus pratique pour se battre. Elle avait également de longs cheveux châtains clairs. Elle était plutôt grande est jolie, je lui donnais sans trop hésiter dix-neuf ans. Je remarquais de petites cernes sous ses yeux verts. Elle reprit la parole sur un ton moins amical.

-Qu'est-ce que tu fiches ici ?

Ça se voit pas ? Je sors les poubelles ! C'était le genre d'excuse bidon que j'avais envie de lui sortir pour m'amuser. Mais il était tard et croyais moi ou non, j'étais crevé. La sueur qui roulait sur mon front en témoignait, l'entraînement était rude. Il était bien entendu plus que nécessaire. Si je perdais mon niveau, je déshonorais le grand-père et tous les autres chasseurs. Je la regardais dans les yeux en secouant mon grand manteau rouge.

-Je peux tout aussi bien te retourner la question.

Je souriais cette fille était intéressante. Elle était différente des autres groupies qui m'offraient des bentôs à toutes les heures de la journée. Je la regardais dans les yeux. Son visage m'était étranger, une nouvelle peut-être. Je réfléchis un petit moment avant de claquer dans mes doigts.

-Tu es nouvelle hein ? Je peux te faire visiter l'académie si tu le souhaites.

Je souriais. Nous étions seuls dans ce couloir. Elle ne s'était toujours pas présenté et moi non plus. Je souriais encore d'un air amusé. Je n'avais pas forcément envie de me présenter, elle allait me donner confirmation de ma déduction quant à son arrivée dans l'académie, c'était tout ce qui m'importait. J'essuyais mon front avec une serviette que j'avais sortie de mon sac en souriant.

-Alors, une visite guidée quand dis-tu ?

C'était quitte ou double, soit elle acceptait et j'allais devoir jouer les guides, soit elle refusait et je partais dans ma chambre, pioncer.
Revenir en haut
Classe Carreau
Emiko Saeko
Inscrit le: 26 Avr 2012
Messages: 85
Espèce: Youkai
Catégorie: Arme
Niveau: Université
Classe: Carreau
Sexe: Féminin
Points MS: 151
MessagePosté le: Ven 18 Mai 2012 - 18:32    Sujet du message: L'air du temps... [PV: Ike Nobuao] Répondre en citant

Emiko semblait terriblement tendue. Elle n’aimait pas paraître aussi méchante à l’égard des autres. Elle lui avait demandé cela comme si elle avait un train à prendre, où même pire ! Sa fatigue était tombée et elle était dorénavant tout ouïe. L’air était suffisamment doux pour détendre l’atmosphère. Il n’avait pas plu, et cela l’arrangeait. Elle n’aimait pas beaucoup la pluie. Être trempé jusqu’aux os et trembler de tous ses membres lui paraissait d’une mauvaise foi. Mais ce mec avait un truc en plus. Sa veste rouge était propre, ses yeux éclatants et ce que par-dessus tout Emiko aimait c’était son sourire. Ce sourire qui la mettait en confiance. Elle n’aurait pas voulu par l’amour du ciel louper une miette de cette conversation. Le seul truc qui lui manquait c’était son nom. Le « tu » ou encore le « il » lui déplaisait. C’était comme si on la prenait pour une étrangère et lui l’inconnu. Ces deux rôles sont terriblement nuls à jouer. Elle ramena une mèche de ses cheveux à son oreille. Un doux parfum arriva jusqu’à son nez. Un parfum d’une personne. Malencontreusement ce garçon lui avait paru peu intelligent, mais sympa. La générosité ne se donne pas, il faut la mériter. Ce garçon l’avait. La sueur continuait de rouler sur son front. Il sortit une serviette de son sac et commença à s’essuyer. Quelques gouttelettes arrivèrent à passer au travers.

- Tu es nouvelle hein ? Je peux te faire visiter l'académie si tu le souhaites.

Haha ! C’était trop ça. Comment se fait-il que tout le monde ne la connaisse pas ? Bon d’accord, elle devait admettre qu’elle était isolée du monde de la société. Elle révisait dans son coin, et ne demandait jamais de l’aide, voire rarement. Emiko était une fille sage et appliquée. Mais elle pouvait tout aussi bien passer du côté ange au côté démon. Cela ne la dérangeait pas du tout. Elle était prête à risquer sa vie. Mais d’un côté elle savait qu’il était sincère. Ce mec avait un truc en plus, c’était sûr. Elle hésita à répondre « oui » mais de la part d’un garçon cela aurait été complètement stupide de refuser. Elle ne pouvait pas sortir un son de sa bouche. Elle allait bégayer, c’était quasi sûr. Emiko n’est pas médium, elle est juste méthodique.

- Alors, une visite guidée quand dis-tu ?

Le monde s’était arrêté, ou du moins elle s’était arrêtée. Ses muscles étaient paralysés. Ses yeux étaient secs, et ses cils refusaient de les couvrir. Au secours. Elle aurait voulu hurler mais au moins dire quelque chose. Sa bouche était peu ouverte, juste assez pour laisser passer l’air. Le couloir faisait résonner les voix, ce qui mettait notre indiscrétion à zéro. Le vent faisait légèrement bouger les feuilles des grands arbres. Elle baissa doucement les yeux. Elle réfléchit. Pas longtemps, mais sûrement. Cette pression qui descendait au fur et à mesure. L’auteur de cette détente était devant elle, et elle ne voulait pas l’assumer. Son cœur quant à lui, battait la chamade. On aurait cru qu’il allait exploser. Lui, par contre, connaissait la réponse. Pourquoi les cœurs ne parlent pas ? C’est stupide. Celui qui avait inventé le corps humain avait eu la mauvaise idée de rendre muet les organes. Mais ce n’était autre qu’elle qui devait donner la réponse.

- Oui je suis nouvelle, ça se voit tant que ça ?

Elle souriait. C’était l’essentiel dans toute cette aventure. Elle regarda sa montre. Il était loin d’être tard. Le garçon avait l’air fatigué, alors est-ce qu’il lui en voudrait si elle disait oui ? Elle mourrait d’envie de partager des moments avec lui. Mais était-ce réciproque ? Toutes ces questions que l’on se pose et qui reste sans réponses dans l’immédiat. Le soleil se couchait mais la luminosité était toujours aussi forte. C’était maintenant ou jamais.

- Oh ! J’aimerais beaucoup que tu me fasses visiter les lieux. Vu que je suis nouvelle je n’ai pas encore pris conscience des lieux.

Elle lui fit un léger clin d’œil pour lui faire remarquer qu’elle était en totale confiance. Elle s’avança vers lui avec un regard interrogateur. Elle ne savait pas par où commençait. Cette académie était un vrai labyrinthe. Le jeune homme se tourna pour lui montrer la direction à prendre. Elle se mit à ses côtés. Le jeune homme devait bien faire un ou deux centimètres de plus qu’elle. Qu’importe. Son bras tapait délicatement celui du garçon. Elle n’aimait pas beaucoup marcher seule. Mais accompagnée elle aimait ça. Le garçon lui montra les salles de cours qu’elle avait fréquenté une ou deux fois. D’autres lui paraissaient inconnues. Soudain elle s’arrêta. Le jeune homme s’arrêta lui aussi. Elle leva la tête et le regarda dans les yeux. Ses yeux qu’elle avait longuement admirés.

- Comment t’appelles-tu ? C’est dommage de ne pas connaître le nom de son guide.

Elle rigola doucement. Elle était heureuse. Il portait toujours son sac en bandoulière. Elle n’imaginait pas ce qu’il trimbalait là-dedans, c’était sans importance. Maintenant elle n’arrivait pas à s’arrêter de sourire.
_________________
I miss you. L.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:00    Sujet du message: L'air du temps... [PV: Ike Nobuao]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Murasaki Suishou | Forum RPG Académie Index du Forum -> Académie Rakishou -> Zone universitaire -> Bâtiment Carreau Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Theme xand created by spleen.